AccueilLa Paix des Dames

La Paix des Dames

Ladies' Peace

Femmes, paix et pacification en péninsule ibérique au Moyen Âge (Xe-XVe siècle)

Women, peace and pacification in the Iberian peninsula in the Middle Ages (5th-15th century)

*  *  *

Publié le vendredi 25 octobre 2013 par Julie Abbou

Résumé

Un phénomène très remarquable est le rôle que semblent avoir joué les femmes – reines, seigneures, et aussi mères, épouses et sœurs de rois ou de grands – dans les négociations de paix. Pourquoi ? Quelles furent leurs motivations et leurs ressources spécifiques ? De quelles forces se servirent-elles ou furent-elles l’instrument ? Que doit la construction de l'État moderne à leur quête constante d'alliances, à leur souci de conciliation et cependant aussi à leur volonté inébranlable de consolider le pouvoir royal ? Quelques questions, parmi beaucoup d’autres, qui mériteront d’être soulevées à l’occasion de notre colloque. Celui-ci voudrait aborder la question de la paix par une approche oblique et rentable : non pas à travers les grands acteurs des conflits, non pas sous l’espèce de « la paix des braves », mais, par le biais des grandes absentes de la guerre, au titre d'une intervention féminine, au titre de « la paix des dames ».

Annonce

Contenu scientifique du colloque

Justice et paix sont au Moyen Âge les deux aspirations les plus fondamentales du bon gouvernement. Or, si l’idée de justice fait l’objet de définitions anciennes et conceptuellement élaborées, la paix n’est pas loin de constituer un blanc de la pensée politique pratique. Le plus souvent, elle est perçue, très empiriquement, comme une absence de conflit ou de désordre, et c’est plutôt, soit dans ses fondements spirituels soit dans ses causes les plus immédiates qu’elle mérite un commentaire.

Mais qu’est-ce que la paix et de quelles pratiques relève-t-elle ? Trois propos dominent, concernant trois modalités de la gouvernance. D’abord l’idée d’une paix intrinsèquement liée à l’exercice de la justice. Émanant d'Augustin d'Hippone, relayée par les écrits isidoriens et par les codes wisigothiques, l’idée que l’exercice de la justice par la puissance publique suffit à assurer la solidarité des hommes du royaume et l’entente entre le prince et ses sujets traverse tout le moyen âge ibérique. Mais l’historiographie, comme du reste la documentation, attestent l’existence de deux autres sortes de paix.

Il est, bien entendu, la paix imposée par la force ou fondée sur la loi du plus fort. La paix est alors unilatérale et se construit sur des conflits latents, voués à resurgir. Un thème de réflexion parcourt ce paysage : que vaut-il mieux pour qui gouverne: être aimé ou être craint ? l'Amour est le meilleur facteur de la solidarité des sujets avec le prince. La crainte, en revanche, peut ramener, au premier signe de faiblesse, au conflit et au désordre. Mais la crainte initiale et fondatrice peut aussi susciter, à la longue, un ordre stable, durable et juste.

Un troisième type de paix naît de la résolution négociée des conflits. Cette procédure est beaucoup plus déterminante qu’on ne le conçoit couramment : non seulement elle se trouve à la base de la paix entre les royaumes et, au sein de chaque royaume, de la paix entre les puissances sociales, mais elle constitue le facteur génétique le plus fondamental et le plus constant de la création institutionnelle et de la construction de l’État.

Dans cette dernière perspective, la plus nouvelle au plan de la recherche, un phénomène très remarquable est le rôle que semblent avoir joué les femmes – reines, seigneures, et aussi mères, épouses et sœurs de rois ou de grands – dans les négociations de paix. Pourquoi ? Quelles furent leurs motivations et leurs ressources spécifiques ? De quelles forces se servirent-elles ou furent-elles l’instrument ? Que doit la construction de l'Etat moderne à leur quête constante d'alliances, à leur souci de conciliation et cependant aussi à leur volonté inébranlable de consolider le pouvoir royal? Quelques questions, parmi beaucoup d’autres, qui mériteront d’être soulevées à l’occasion de notre colloque.

Celui-ci voudrait aborder la question de la paix par une approche oblique et rentable : non pas à travers les grands acteurs des conflits, non pas sous l’espèce de « la paix des braves », mais, par le biais des grandes absentes de la guerre, au titre d'une intervention féminine, au titre de « la paix des dames ».

Programme

Vendredi 15 novembre

Sorbonne, salle J636

8h 45 : Ouverture: Barthélémy Jobert, président de l'Université Paris-Sorbonne

9h : Présentation par Mónica Güell, directrice du Cente d'Études catalanes et Georges Martin, directeur de CLEA (EA 4083)

Catalogne, Aragon, Portugal

Présidente : Mónica Güell (U. Paris-Sorbonne)

  • 9h 30 : Sophie HIREL (U. Marne-La Vallée):  "Lorsque la reine abdique... Rôle pacificateur de Pétronille, reine d'Aragon et comtesse de Barcelone (XIIe siècle)"
  • 10h : Dominique de COURCELLES (CNRS, ENS de Lyon): "Francisc Eiximenis: le Libre de les dones à l'épreuve de la philosophie politique"
  • 10h 30 : Josefina PLANAS (U. de Lleida): "La paz de las plegarias: lecturas religiosas de la reina María de Luna"  ("La paix des prières: lectures pieuses de la reine Marie de Luna")

[Débat + Pause]

Présidente : Dominique de Courcelles (CNRS, ENS de Lyon)

  • 11h 30 : Francisco de Paula CAÑAS (U. Complutense de Madrid): "María de Castilla y el arte de la diplomacia (1435-1455)" ["Marie de Castille et l'art de la diplomatie (1435-1455)"]
  • 12h : Mª del Carmen GARCÍA HERRERO (U. de Saragosse): "María de Castilla, reina de Aragón (m. 1458): la mediación incansable" ["Marie de Castille, reine d'Aragon († 1458): l'infatigable médiation"]

[Débat + Déjeuner]

Présidente : Hélène Thieulin-Pardo (U. Paris-Sorbonne)

  • 14h 30 : José Carlos MIRANDA (U. de Porto): “Mecia Lopez de Haro, reina de Portugal, entre la paz y la guerra” ("Mecia Lopez de Haro, reine du Portugal, entre la paix et la guerre").
  • 15h : Mariana LEITE (U. de Porto): "'Para assossegar sua vida': sobre Branca de Las Huelgas, infanta de Portugal" ("'Pour apaiser sa vie': à propos de Branca de Las Huelgas, infante du Portugal")
  • 15h 30 : Rosario FERREIRA (SMELPS, U. de Coimbra/Porto): "Béatrice de Portugal (1373-c. 1420): la reine oubliée et la paix retrouvée"

16h : Débat

Samedi 16 novembre

Sorbonne, salle des Actes

León, Castille

Président : Georges Martin (U. Paris-Sorbonne)

  • 9h : Emmanuelle KLINKA (U. de Nice): "Entre paix de Dieu et paix des armes : le rôle des femmes (León et Castille - XIe et XIIe siècles)"
  • 9h 30 : María Jesús FUENTE (U. Carlos III de Madrid): "¿Espejos de Esther? la construcción del papel mediador de la reina (Castilla-León, siglos XI-XIII)" ("Miroirs d'Esther? La construction du rôle médiateur de la reine (Castille-León, XIe-XIIIe siècle)"
  • 10h : Irene SALVO GARCÍA (CIHAM, CNRS): "Paz y guerra en los mitos: la reina Juno en la General estoria de Alfonso X" (Guerre et paix dans les mythes: la reine Junon dans la Générale Estoire d'Alphose X de Castille")

[Débat + Pause]

Présidente : Ghislaine Fournès (U. Bordeaux 3)

  • 11h : Patricia ROCHWERT (U. d'Artois) : "La actuación pacificadora de María de Molina" ("L'activité pacificatrice de Marie de Molina")
  • 11h 30 : Ángela MUñOZ FERNÁNDEZ (U. Castilla-La Mancha): "La mediación femenina como forma de acción política. Tiempos, contextos y transformaciones de un rol político (Castilla, siglos XIII-XV)" ["La médiation féminine comme forme d'action politique. Temps, contextes et transformations d'un rôle politique (Castille, XIIIe-XVe siècle)"]
  • 12h : Jean-Pierre JARDIN (U. Sorbonne-Nouvelle): "María de Portugal, entre padre, marido, hijo e hijastros. La mediación imposible" ("Marie de Portugal entre père, mari, fils et beaux-fils. L'impossible médiation")

[Débat + Déjeuner]

Président : Jean-Pierre Jardin (U. Sorbonne-Nouvelle Paris 3)

  • 14h : Oscar VILLAROEL GONZÁLEZ  (U. Complutense de Madrid): "Las mujeres y la paz en la Iglesia: Catalina de Lancáster y el fin del Cisma" ("Les femmes et la paix dans l'Église: Catherine de Lancaster et la fin du Grand Schisme")
  • 14h 30 : Ghislaine FOURNÈS (U. Bordeaux 3): "Au-delà des topiques : le cas de Juana Pimentel, Triste Condesa et seigneure d’Arenas"
  • 15h : María del Pilar RÁBADE OBRADÓ (U. Complutense de Madrid): "Una reina en la retaguardia: las intervenciones pacificadoras de Isabel la Católica en la guerra de sucesión" ("Une reine dans l'arrière-garde: les interventions pacificatrices d'Isabelle la Catholique dans la guerre de succession')

[Débat + Pause]

Présidente : Patricia Rochwert-Zuili (U.  d'Artois)

  • 16h : Frédéric ALCHALABI (CLEA, Université de Nantes): "La graciosa e apuesta fabla de la muger: paz e intervenciones femeninas en la literatura castellana del siglo XV" ("Les charmants discours de la femme: paix et interventions féminines dans la littérature castillane du XVe siècle")
  • 16h 30 : Laura BAQUEDANO (U. de Toulouse-Le Mirail): « Paz, amor e buena ventura » : les mots, la sagesse et la subtilité des femmes au service de la paix dans l’Historia de la linda Melosina à la fin du XVème siècle"

17h : Débat

Organisé par le Centre d'Études catalanes et par CLEA (EA 4083) avec le soutien du Conseil scientifique de l'Université Paris-Sorbonne, de l'École doctorale IV, de l'Institut Ramon Llull, du GID (Région Île-de-France) et de l'Institut Émilie du Châtelet

Lieux

  • Université Paris-Sorbonne, salle J636 (15 novembre) | salle des Actes (16 novembre) - 1 rue Victor Cousin
    Paris, France (75005)

Dates

  • vendredi 15 novembre 2013
  • samedi 16 novembre 2013

Mots-clés

  • femmes, paix, péninsule ibérique, Moyen Âge, Esther, Junon, Isabelle la Catholique, Marie de Castille, Marie de Portugal, Marie de Molina, Béatrice de Portugal, Pétronille d'Aragon, Juana Pimentel, Mecia Lopez de Haro

Contacts

  • Georges Martin
    courriel : georgesmartin4 [at] gmail [dot] com
  • Monique Guëll
    courriel : guellalc [at] wanadoo [dot] fr

Source de l'information

  • Georges Martin
    courriel : georgesmartin4 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La Paix des Dames », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 25 octobre 2013, http://calenda.org/262613