AccueilEspaces en dépeuplement

Espaces en dépeuplement

Depopulating spaces

Revue Espaces Populations Société, n°2015/2

Espaces Populations Société journal, issue 2015/2

*  *  *

Publié le vendredi 25 octobre 2013 par Julie Abbou

Résumé

La thématique des espaces en déclin démographique n’est pas neuve mais son analyse s’est souvent circonscrite à celle des déplacements de population des campagnes vers les villes, aux courants d’émigration et à leurs conséquences sur la dynamique des territoires de départs. En ce début du XXIème siècle s’affirment des tendances,  des comportements ou des situations démographiques dont les effets génèrent des situations de déclin démographique. Les propositions d’articles accompagnées d’un bref résumé sont à envoyer pour le 23 décembre 2013. Après acceptation des propositions par le comité de rédaction de la revue, les articles sont attendus pour le 27 juin 2014.

Annonce

Argumentaire

La thématique des espaces en déclin démographique n’est pas neuve mais son analyse s’est souvent circonscrite à celle des déplacements de population des campagnes vers les villes, aux courants d’émigration et à leurs conséquences sur la dynamique des territoires de départs. En ce début du XXIème siècle s’affirment des tendances,  des comportements ou des situations démographiques dont les effets génèrent des situations de déclin démographique. Caractérisant la phase post-transitionnelle, le maintien de la natalité à des niveaux faibles accompagnée d’une tendance inéluctable au vieillissement démographique concourent à une fréquence plus élevée de pertes de population. Ces évolutions donnent à la question du dépeuplement une actualité nouvelle en particulier dans les pays développés. Les crises de mortalité, quelles qu’en soit les causes (socio-économiques,  géopolitiques…) constituent un autre contexte favorable au déclin.    

Dépeuplement et dépopulation sont deux termes voisins. Pour la plupart des auteurs, le dépeuplement est défini par la diminution de la population sur un territoire [1]. Pour certains auteurs, la perte de population résulte d’un solde migratoire négatif, c’est-à-dire d’un excès des départs sur les arrivées [2]. En cela, le dépeuplement se distingue de la dépopulation qui désigne une baisse par déficit naturel, c’est-à-dire par excès des décès sur les naissances. Mais d’autres auteurs définissent le terme dépopulation comme un déclin de population[3] ce qui revient à considérer la notion comme synonyme de dépeuplement.

Il ne s’agit pas de trancher entre ces différentes définitions mais de porter l’attention sur les espaces qui perdent des habitants. En se référant aux deux composantes naturelle et migratoire de la dynamique démographique, trois cas de figures se présentent. Dans un premier cas,  les deux composantes sont négatives. Dans les deux autres cas, le déficit d’une composante n’est pas compensé par l’excédent de l’autre composante: soit le déficit naturel n’est pas compensé par l’excédent migratoire ou dans le cas inverse l’excédent migratoire est d’un niveau inférieur au déficit naturel.

Les propositions d’articles traiteront d’espaces dont le point commun est la perte de population, qu’elle que soit l’échelle géographique, les lieux où elle est observée ou encore les temporalités. Le dépeuplement peut être envisagé sur une période plus ou moins longue sans exclure la dimension cyclique des phases de croissance et de déclin démographique.  La diversité des situations est donc très grande et sont attendues des propositions sur :

Les déterminants du déclin démographique : composante migratoire, composante naturelle. Plus précisément sur les courants migratoires internationaux, interrégionaux ou intrarégionaux; l’exode rural, l’exode urbain ;  la natalité/fécondité et la mortalité dans la mesure où leur évolution conditionnent un déclin démographique ;

Les types d’espaces caractérisés par les processus de déprise : les marges, les périphéries, les montagnes et plus généralement les espaces à « handicaps géographiques permanents » qui, selon la terminologie en vigueur dans les politiques régionales européennes caractérisent les régions dont le relief, le climat, l’enclavement, l’éloignement… sont autant de conditions de dynamiques démographiques régressives ;

Les incidences du dépeuplement sur les territoires c’est-à-dire sur l’économie locale (influence du dépeuplement sur l’économie présentielle, sur les services publics ou privés, sur le marché du logement…), et d’une manière générale, les réponses des territoires face aux situations de déprise : l’organisation et les politiques d’aménagement mises en place pour endiguer ou inverser les tendances au déclin.   

Calendrier

Les propositions d’articles accompagnées d’un bref résumé sont à envoyer

pour le 23 décembre 2013.

Après acceptation des propositions par le comité de rédaction de la revue, les articles sont attendus pour le 27 juin 2014. 

Modalités de soumission

Les articles doivent être transmis en français ou en anglais, avec résumés et mots-clés dans les deux langues et la traduction du titre en français pour les articles en anglais, en anglais pour les articles en français. Les graphiques et cartes ne doivent pas être intégrés au texte, mais fournis en fichiers natifs séparés (ai, eps, tiff, jpeg..). Ils doivent être numérotés et leur emplacement seul doit être signalé dans le texte (note aux auteurs sur le site de la revue : http://eps.revues.org/). 

Les propositions d’articles sont à envoyer aux coordinateurs du numéro :

jean-francois.ghekiere@univ-lille1.fr

vincent.houillon@univ-lille1.fr

Responsabilité scientifique

  • Alain Barré (Université de Lille I)
  • Yves Boquet (Université de Bourgogne)
  • Frédérique Cornuau-Bart (Université de Lille I)
  • Lydia Coudroy de Lille (Université de Lyon II)
  • Sylvie Coupleux (Université d’Artois)
  • Dominique Creton (Université de Poitiers)
  • Patrick Deboosere (Université de Bruxelles, Vrije Universiteit Brussel)
  • Philippe Deboudt (Université de Lille I)
  • Jean-Michel Decroly (Université Libre de Bruxelles)
  • Isabelle Devos (Universiteit Gent)
  • Jacqueline Domont (Université de Lille I)
  • Sabine Duhamel (Université du Littoral –Côte d'Opale)
  • Frédéric Dumont (Université de Lille I)
  • Thierry Eggerickx (Président du Comité de rédaction - Université Catholique de Louvain)
  • Phiippe Gerber (CEPS/INSTEAD de Luxembourg)
  • Jean-François Ghékière (Université de Lille I)
  • Vincent Houillon (Université de Lille I)
  • Marlène Lamy (Université de Paris I)
  • Jérôme Lombard (IRD, Marseille)
  • Vincent Piédanna (Université de Lille I)
  • Jean-Paul Sanderson (Université Catholique de Louvain)
  • François-Olivier Seys (Université de Lille I)
  • Nicole Thumerelle-Delannoy (Université de Lille I)
  • Alain Vaguet (Université de Rouen)
  • Gilles Vanhamme (Université Libre de Bruxelles)

[1]  Article dépeuplement dans le dictionnaire de géographie de Roger Brunet, p138, 1992

[2] G Baudelle, Géographie du peuplement, Armand Colin, p143,2003

[3]  Lexique INED de démographie, http://www.ined.fr/fr/lexique/

Lieux

  • Villeneuve-d'Ascq, France (59)

Dates

  • lundi 23 décembre 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • espaces en dépeuplement, déclin démographique, déprise, politiques d’aménagement

Contacts

  • Ghekiere Jean-François
    courriel : jean-francois [dot] ghekiere [at] univ-lille1 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Jean-François Ghekiere
    courriel : Jean-Francois [dot] Ghekiere [at] univ-lille1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Espaces en dépeuplement », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 25 octobre 2013, http://calenda.org/262621