AccueilLe genre du mal-être au travail (2013-2014)

Le genre du mal-être au travail (2013-2014)

Gender ill-ease at work (2013-2014)

Les femmes en chirurgie et dans le conseil

Women in surgery and consultancy

*  *  *

Publié le lundi 14 octobre 2013 par Julie Abbou

Résumé

Le mal-être au travail sera analysé dans les deux prochaines (et dernières) séances du séminaire comme lié à la place symbolique et relationnelle qui est attribuée aux femmes dans le monde de la chirurgie (E.Zolesio) et du conseil (I. Boni). La dernière séance sera consacrée aux effets de l'organisation sur la place des femmes : culture de métier liée à la virilité dans le secteur du transport et fonctionnement des collectifs (H. Rivoal); la souffrance au travail à l'articulation des trajectoires de métier et trajectoires de vie dans une grande institution culturelle (A. Jacquelin).

Annonce

Séance 11,  lundi 21 octobre 2013

14h-18h – salle des conférences

  • ISABEL BONI , doctorante laboratoire Maurice Halbwachs

Les couts du passing féminin dans une profession d’expertise. Eclairages à partir d’une enquête sur l’espace du conseil en management.

Les femmes dans l’espace du conseil en management font l’expérience de disqualifications spécifiques qui générent des effets en terme de mal-être au travail. Dans cet espace professionnel structuré par un ethos viril mais qui connaît une féminisation relativement marquée depuis les années 1990, incarner l’expert légitime suppose pour les hommes comme pour les femmes des efforts et un travail particuliers. Ceci, d’autant plus que la légitimité de ce groupe professionnel, engagé dans un intense travail relationnel et une activité « dramaturgique » pour faire exister l’expertise, reste fragile et incertaine. Mais, parce que le « sexe (attendu) de l’expert » en management est masculin, les femmes sont exposées à des épreuves spécifiques et à un passing (Garfinkel, 2007) souvent délicat. Ce passing a un coût, implique des épreuves et engage des stratégies façonnées dans l’apprentissage et la socialisation professionnels. L’intervention reviendra d’abord sur les conditions et les enjeux de ces opérations de passing, permettant aux consultantes d’être acceptées comme « dignes représentantes de la chose réelle » (Garfinkel, 2007). Une attention plus spécifique sera portée à certains moments particulièrement problématiques (interactions à fort enjeu avec des clients, avec des collaborateurs, périodes encadrant les maternités …), ainsi qu’à la dimension très « incarnée », celle des enjeux proprement corporels du passing (avec différentes facettes : voix, hexis, présentation vestimentaire …). Puis, la présentation explicitera en quoi ces épreuves spécifiquement féminines sont coûteuses (énergie déployée dans les interactions, hyper réflexivité corporelle, traumas associés à des situations de harcèlement sexuel… ). On exposera enfin les effets qui en résultent en terme de mal-être au travail, de rapport à l’emploi problématique, effets au long cours, notamment en terme de « choix » et d’abandon de carrière.

  • EMMANUELLE ZOLESIO Chercheure sociologue Lyon

Femmes chirurgiens et humour au bloc opératoire : quelles stratégies de défense collectives ?

Si la psychodynamique du travail a fait de l'humour sexuel une stratégie de défense collective virile caractéristique des chirurgiens (comme des ouvriers du bâtiment) pour faire face au « sale boulot », reprenant là une rhétorique professionnelle classique de la profession, les observations de terrain de longue durée au bloc opératoire montrent une toute autre réalité. Il semble bien que ce soit davantage l'humour noir qui puisse être caractérisé de stratégie de défense individuelle et collective des chirurgiens (hommes et femmes) en contexte professionnel de difficultés psychologiques et émotionnelles. L'humour sexuel et scatologique chirurgical apparaît davantage comme une des modalités de la domination masculine. Celle-ci est particulièrement prégnante en chirurgie, profession éminemment « masculine », et elle conduit les femmes à exercer en étant sans cesse la cible de plaisanteries grivoises. La répétition quotidienne de cette forme d'humour n'est pas sans générer une lassitude chez les praticiennes à mesure de l'avancée en âge et un certain mal-être, même si elles arrivent pour la plupart à le dépasser en renchérissant ou en ignorant ces invectives sexistes ou sexuelles qui leur sont adressées.

Séance 12- Le lundi 18 novembre

14h- 18h

Politique et organisation, quelle prise en compte du genre ?

  • ANNE JACQUELIN , doctorante CRESPPA-GTM

Santé au travail : trajectoires d'hommes et de femmes dans l'organisation.

A  partir du terrain de ma thèse, je vais présenter les grands profils de métiers que les femmes et les hommes exercent au sein de l'organisation. Au travers de ceux-ci, nous comparerons les grands types de souffrances vécues pour tenter d'y décrypter l'impact du genre. Quel impact le métier exerce-t-il sur les hommes, les femmes ? Quelle place prend la maternité au travail ? Comment s'expriment ou se taisent les rapports de dominations ? Nous verrons comment dans un univers symbolique mixte et modernes les grands rapports sociaux résistent  au détriment d'un climat social soutenable.

  • HAUDE RIVOAL doctorante CRESPPA-GTM

La question du genre au regard des politiques sur la santé au travail dans un secteur masculin.

Cette communication se propose d'analyser l'influence de la variable "genre" dans les processus de reconnaissance des formes de pénibilités au travail. Dans un secteur masculin comme celui de la logistique et du transport frigorifique, la pénibilité des emplois peut constituer un facteur de mal-être au travail. Cette pénibilité accentue la naturalisation des compétences, donc l'invisibilisation des impacts du travail sur la santé. La culture de métier, liée à une masculinité très présente rend par ailleurs difficile l'expression ou la prise en compte d'éventuels pathologies. Face à l'émergence d'une législation contraignante et à la persistance des pathologies, les directions se voient dans l'obligation de prendre en compte ces données, voire de négocier des accords d'entreprise. Dans ces politiques, qu'en est-il de la prise en compte du genre ? Quelles influences concrètes sur la division sexuelle du travail ?

Avec le soutien du DIM GESTES, de l'ANACT, de la MSH Nord

Lieux

  • 59 rue Pouchet
    Paris, France (75017)

Dates

  • lundi 21 octobre 2013
  • lundi 18 novembre 2013

Mots-clés

  • travail, santé, genre, organisation, métier, trajectoires de vie

Contacts

  • Régine Bercot
    courriel : reginebercot [at] gmail [dot] com
  • anne Jacquelin
    courriel : anne [dot] jacquelin [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Régine Bercot
    courriel : reginebercot [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Le genre du mal-être au travail (2013-2014) », Séminaire, Calenda, Publié le lundi 14 octobre 2013, http://calenda.org/262984