AccueilFaire l'économie de la dénonciation

Faire l'économie de la dénonciation

The economy of denunciation

Journée d'Étude

Study day

*  *  *

Publié le lundi 28 octobre 2013 par Julie Abbou

Résumé

Faire l’économie de la dénonciation, c’est tenter de donner une cohérence à un ensemble d’activités socioprofessionnelles diversifiées de contrôle, d’enquête ou de divulgation. Auditeurs, comptables, consultants & experts, journalistes, juges, policiers mais aussi chercheurs en sciences sociales gagnent en effet souvent leur vie en dénonçant des pratiques considérées comme déviantes, transgressives ou tout simplement mauvaises, pratiques en général dissimulées par les agents politiques ou économiques. Dans une approche interdisciplinaire, nous nous proposons de saisir les fondamentaux de cette économie de la dénonciation, collective ou individuelle, institutionnalisée ou informelle, professionnelle ou occasionnelle lors d'une journée d'étude.

Annonce

Argumentaire

Faire l’économie de la dénonciation, c’est tenter de donner une cohérence à un ensemble d’activités socioprofessionnelles diversifiées de contrôle, d’enquête ou de divulgation. Auditeurs, comptables, consultants & experts, journalistes, juges, policiers mais aussi chercheurs en sciences sociales gagnent en effet souvent leur vie en dénonçant des pratiques considérées comme déviantes, transgressives ou tout simplement mauvaises, pratiques en général dissimulées par les agents politiques ou économiques.

Mais faire l’économie de la dénonciation, dans une approche sans doute plus psychologique, c’est aussi essayer de comprendre ce qui pousse des individus à la délation (appât du gain, idéal de justice, configuration de la concurrence, etc.) ou ce qui tend au contraire à dissuader des personnes qui détiennent des informations compromettantes de mettre à jour des comportements condamnables.

Aussi, dans une approche interdisciplinaire - en mobilisant des recherches en anthropologie sociale, en droit, en économie, en psychologie sociale, en science politique, en sciences de gestion ou en sociologie - nous nous proposons de saisir les fondamentaux de cette économie de la dénonciation, collective ou individuelle, institutionnalisée ou informelle, professionnelle ou occasionnelle.

Calendrier

Les contributions - d’un calibrage compris entre 20 000 et 40 000 signes - seront rédigées en français et/ou en anglais en vue de leur publication dans une revue académique anglophone et/ou dans un ouvrage collectif édité en France.

Envoyez vos propositions de contribution (résumé de 2000 signes maximum)

avant le 15 décembre 2013

à jean-jacques.perseil@cnam.fr

Comité scientifique :

  • Sophie Agulhon (MINES ParisTech)
  • Khaoula Ben Mansour (ESC Tunis)
  • Nadine Machikou (Université Yaoundé 2)
  • Karim Medjad (Cnam, LIRSA), Sonny Perseil (Cnam, LIRSA)
  • Yvon Pesqueux (Cnam, LIRSA)

Lieux

  • Paris, France (75003)

Dates

  • dimanche 15 décembre 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • dénonciation, comportements, trangresssion, normes, contrôle

Contacts

  • Sonny Perseil
    courriel : jean-jacques [dot] perseil [at] cnam [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sonny Perseil
    courriel : jean-jacques [dot] perseil [at] cnam [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Faire l'économie de la dénonciation », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 28 octobre 2013, http://calenda.org/263057