AccueilFonte d'art française dans le monde : les chemins de la diffusion

Fonte d'art française dans le monde : les chemins de la diffusion

Fundición de arte francesa: vías de difusión

Cast iron French art around the world: the paths of distribution

*  *  *

Publié le mercredi 30 octobre 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Plus de 300 villes dans 70 pays étrangers, sans compter les milliers de monuments en France : la fonte d'ornement et la fonte d'art d'origine française ont été largement diffusées et, malgré les aléas du temps, ornent de nombreux parcs, jardins, espaces publics. Pourtant, lors de l'inventaire de ces richesses, il est souvent difficile de mettre à jour les mécanismes de diffusion : il y a une part commerciale classique (revendeurs) mais il y a aussi une part de relations diplomatique, politique des réseaux confessionnels, le rôle d'influence de professionnels de l'aménagement urbain... et bien sûr l'image du Paris haussmanien, de Versailles ou des collections du Louvre. Le colloque cherche à mettre en évidence ces jeux d'infliuence et, au-delà, ce que les Anglo-Saxons appellent le soft power : ici à la française.

Annonce

Argumentaire

Emergente à partir de 1800, prenant de l'ampleur à partir des années 1830, la fonte d'ornement et la fonte d'art (fonte de fer et de série sur catalogue) a connu un âge d'or qui s'est achevé vers 1930. Le XIXe siècle a été un siècle du « multiple » mais la fonte de fer (qui a concerné la statuaire, le mobilier urbain, et la commande publique) a été souvent ignorée des chercheurs.

 Le travail de l'Association pour la Sauvegarde du patrimoine métallurgique haut-marnaiset du RIFA (le Réseau international de la fonte d'art)sur la diffusion des fontes françaises en France et dans le monde (plus de 70 pays et 250 villes étrangères connues) a mis en évidence des mécanismes complexes que ce colloque vise à préciser.

Trois éléments semblent importants dans le développement et la diffusion des fontes d’art :

> la notion de "goût français " (opposé à la puissance industrielle anglaise dès l'exposition universelle de Londres en 1851) avec l'importance des modèles dits "à l'antique" (du Louvre, de Versailles) ou celle de certains sculpteurs  (comme Albert-Ernest Carrier-Belleuse, Mathurin Moreau),

>Les échanges : pour l'international, le lien entre diplomatie et coopération, pour le marché intérieur, les relations politiques ou religieuses Mais aussi l' implication des marchands, des revendeurs, des intermédiaires comme le montrent les délibérations municipales, y compris dans le choix des monuments aux morts.

>La stratégie dont témoigne la concentration sur quelques fonderies d'art (alors qu'au départ, des dizaines de fonderies s'y étaient lancées) : être près du pouvoir, éblouir le visiteur, investir pour accroître le prix du ticket d'entrée et décourager la concurrence. Et ainsi être connu, reconnu, consulté, et pouvoir rassurer l'édile qui est comptable des choix.

L'objectif du colloque 

> à partir des inventaires ou des repérages réalisés par le Réseau international de la fonte d'art, et ses correspondants, par les services des collectivités territoriales ou de l'État, de rechercher si les chronologies ou les installations ont un sens (par exemple, les représentations allégoriques, celles de la République, de Jeanne d'Arc ou plus prosaïquement, le constat des progrès techniques en matière d'équipement urbain ). 

> à partir d'exemples comme certains lieux (place du Rossio à Lisbonne, Cerro Santa Lucia à Santiago du Chili, le parc du 9 juillet à Tucumán, Porto, Australie...) d'approfondir notre connaissance sur ces modes de diffusion (les chemins politiques, commerciaux, idéologiques...) et les outils de communication (journaux, rapports d'exposition, visites, catalogues, voire démarchage comme pour les monuments aux morts...)

> D’explorer les liens entre les expositions universelles et la vente de statues et de grandes fontaines (Edimbourg, Liverpool, Graz, Philadelphie...) ;

>de montrer le rôle des architectes, des paysagistes, des techniciens notamment dans les grandes villes (de Rio de Janeiro au Caire...) : de Glaziou ou Thays à Barillet-Deschamps ;

> de souligner le rôle des importateurs (Motteau en Argentine, Lavallée à Santiago du Chili...) trop peu connu; mais aussi celui des intermédiaires en province :

des firmes obscures ou moins connues mais qui tissent une toile dans leur région... (adossées souvent aux expositions régionales tout en utilisant les albums édités par les fondeurs) ;

> de mettre au jour les liens entre le Vatican, le clergé et les éditeurs tels que Denonvilliers, Durenne, La statue religieuse, l’Union artistique de Vaucouleurs ;

> de révéler le lien entre l'empire colonial et la diffusion(puis le « remaniement » post colonial) de fontes ou de monuments ;

Sans oublier l'image de Paris, ville moderne, remodelée par Haussmann et visitée par les élites mais aussi les valeurs et idées portées par la France (l'Empire, la République, les Lumières ou le positivisme en Amérique latine par exemple).

 La possibilité d'aborder l'aspect de la concurrence entre les produits français et les fontes étrangères (Grande-Bretagne, Allemagne, Italie...) est aussi ouverte, ce qui permettrait de distinguer les avantages comparatifs des uns et des autres, y compris dans le jeu politique.

Le souhait du conseil scientifique est de valoriser des recherches abouties ou en cours, ancrées sur des travaux de terrain. Le colloque commencera par un rappel des fondamentaux : histoire de la fonte d'art, présentation des principales fonderies, de sorte que les exposés pourront être utilement centrés sur le thème de la diffusion à partir d'études de cas.

Pour plus de détails sur cette présentation, voir le site web : www.fontesdart2014.net

Période d'étude : 1800-1930 ;

Champ thématique : fonte d'ornement et fonte d'art produites par les entreprises françaises ;

Champ géographique : monde.

Calendrier

Colloque 25 et 26 septembre 2014 – lieu Saint-Dizier (Haute-Marne - France-

  • > envoi des propositions de communication : 1 décembre 2013
  • > sélection des propositions par le conseil scientifique : 18 décembre 2013
  • > envoi des contributions : les intervenants sélectionnés seront priés de venir au colloque avec leur document (les précisions techniques pour publication seront envoyées avec la réponse du conseil scientifique).

Langue de travail : français, espagnol, anglais (peut évoluer en fonction des participations)

Pour les contributions rédigées dans une autre langue que le français, un abstract d'une page (2500 signes) sera demandé aux auteurs avant le 1er avril 2014 afin qu'une traduction puisse être remise aux auditeurs de l'exposé.

Présentation 

  • Proposition : 3000 signes maximum.
  • La proposition sera accompagnée d'une présentation de l'auteur et éventuellement des 5 dernières publications (ouvrages, revues...)
  • Ce premier envoi pourra être rédigé dans la langue de l'auteur.
  • Les intervenants sélectionnés disposeront de 20 minutes pour leur présentation, plus débat.
  • Le texte rédigé (dans une des langues de travail) sera publié dans les actes du colloque : la présentation pourra utiliser les outils de présentation audiovisuelle par vidéoprojecteur (powerpoint...).

Les documents seront transmis exclusivement par courrier électronique à l'adresse  dominiqueperchet@gmail.com

Pour les documents volumineux, une boîte de dépôt électronique sera également communiquée en temps utile.

Organisateurs

  • Association pour la promotion, la sauvegarde du patrimoine métallurgique haut-marnais (ASPM)
  • Réseau international de la fonte d'art (RIFA)

avec le soutien de :

  • > Conseil général de la Haute-Marne ;
  • > Conseil régional de Champagne-Ardenne ;
  • > Direction régionale des Affaires culturelles de Champagne-Ardenne ;
  • > Communauté de communes de Saint-Dizier, Blaise et Der. 

Conseil scientifique

présidé par Denis Woronoff, professeur émérite d'Histoire Paris I (composition détaillée sur le site web  : www.fontesdart2014.net)

www.fontesdart.org - www.e-monumen.net

Lieux

  • Théâtre municipal place de la Mairie
    Saint-Dizier, France (52100)

Dates

  • dimanche 01 décembre 2013

Mots-clés

  • fonte d'ornement, fonte d'art, patrimoine, urbanisme, soft power

Contacts

  • Dominique Perchet
    courriel : dominiqueperchet [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Dominique Perchet
    courriel : dominiqueperchet [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Fonte d'art française dans le monde : les chemins de la diffusion », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 30 octobre 2013, http://calenda.org/263422