AccueilAcquisition du langage et phonologie : méthodes, objets, enjeux théoriques

Acquisition du langage et phonologie : méthodes, objets, enjeux théoriques

Language acquisition and phonology: methods, objects, theoretical issues

Numéro 51 de la revue Lidil

Lidil journal no. 51

*  *  *

Publié le mercredi 20 novembre 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Devant la diversité et la multiplicité des méthodes de recueil et de traitements des données, ce numéro de Lidil propose une réflexion sur les liens entre la construction et/ou l’utilisation d’outils méthodologiques par les chercheurs travaillant sur les domaines liés à l’acquisition phonologique et les options théoriques qui sous-tendent les choix méthodologiques. L’objectif est donc à travers ce numéro, de proposer une réflexion sur les outils d’observation en croisant objet(s) d’étude lié(s) à l’acquisition de phénomènes phonologiques en langue maternelle, méthode(s) de recueil et de traitement de données et théorie(s) d’acquisition.

Annonce

Argumentaire

Devant la diversité et la multiplicité des méthodes de recueil et de traitements des données, ce numéro de LIDIL propose une réflexion sur les liens entre la construction et/ou l’utilisation d’outils méthodologiques par les chercheurs travaillant sur les domaines liés à l’acquisition phonologique et les options théoriques qui sous-tendent les choix méthodologiques. L’inventaire des théories phonologiques d’acquisition et des méthodes d’observation est bien documenté (Behrens, 1995 ; Tomasello, 2003; Hoff, 2012). Cet inventaire montre que chaque théorie est liée à une méthodologie spécifique ou, si plusieurs méthodes sont utilisées, qu’elles sont différentes l’une de l’autre. Par exemple, la question de l’influence de l’input sur l’acquisition phonologique peut être traîtée avec des recueils d’inputs naturels (Chabanal & al, 2012) ou artificiels (Aslin & al, 1999). Ainsi, les questions peu posées encore à ce jour, concernent-elles le choix de la méthode appropriée à la théorie/modèle d’acquisition tout comme la question de la complémentarité des méthodes. L’objectif est donc à travers ce numéro, de proposer une réflexion sur les outils d’observation en croisant objet(s) d’étude lié(s) à l’acquisition de phénomènes phonologiques en langue maternelle, méthode(s) de recueil et de traitement de données et théorie(s) d’acquisition.

Un inventaire exhaustif des méthodes permettant de décrire les manifestations du développement et de pointer les progrès que font, de 2 à 6 ans, les sujets en cours d’acquisition serait difficile à réaliser dans le cadre du numéro d’une revue. Aussi, nous nous concentrerons uniquement sur les différentes approches théoriques et méthodologiques issues de corpus orientées sur l’acquisition phonologique : acquisition du système phonologique, d’alternances phonologiques, de phénomènes liés à la conscience phonologique...

Depuis la fin du XXème siècle, les recherches en acquisition du langage ont principalement comme support des données orales. Le temps des recueils de notes « à la volée » issus de l’entourage direct du chercheur semble avoir laissé la place, grâce à l’évolution des technologies, à des corpus de grande taille et ouverts à la communauté de chercheurs (Parisse & Morgenstern, 2010). Cet essor des corpus est lié à une redéfinition des objets d’étude en acquisition. Aujourd’hui, les recherches sont davantage tournées non plus vers la langue mais vers la parole et la performance et vers l’analyse d’énoncés produits en contexte. Parallèlement au développement des banques de corpus et de leurs outils d’analyse associés, le courant génératif a vu ses modèles contestés, et ce dans les différents champs de recherche linguistique. Des membres de ce courant reconnaissent d’ailleurs l’apport des travaux empiriques sur corpus et les conclusions qui s’en dégagent (Hauser, Chomsky & Fitch, 2002). Les théories basées sur l’usage (Kemmer & Barlow, 2002) ou exemplaristes (Pierrehumbert, 2001 ; Bybee, 2010) et les grammaires de constructions (Goldberg, 2006) fondent une part importante de leurs travaux sur des corpus présentant des données attestées et quantitativement pertinentes.

La nature même des recherches en phonologie et en acquisition du langage fait que le domaine entretient un lien indéniable avec la « performance ». Selon Laks (2005) : « s’il est un domaine où la description des usages est nécessairement dominante et où le raisonnement à partir d’exemples choisis est plus que marginal, c’est bien celui de la phonologie ». Cette volonté de traiter d’importantes masses de données orales a vu naître de nouveaux outils de recueils et de traitements de données (formats TEI, CLAN, ELAN, PHON...).

Cet état de fait ne conduit pas à former selon Behrens (1995) une image plus claire de l’acquisition du langage. L’auteure évoque notamment le fait que différentes études autour d’un même phénomène développemental mais utilisant des critères méthodologiques ou des approches théoriques différentes rendent des résultats rarement compatibles. A titre d’exemple, la question de l’acquisition de la liaison, selon qu’elle est menée dans un cadre théorique exemplariste ou plus abstrait peut conduire à des méthodologies différentes (corpus based versus corpus driven) mais aussi à des conclusions différentes lorsque les méthodologies sont identiques. Selon les choix théoriques, la prise en compte de corpus oraux enfantins transcrits et codés de manière similaire permet aux uns de conclure que la fréquence lexicale joue un rôle central dans l’acquisition de la liaison alors que pour les autres, c’est un phénomène de booststrapping morphologique (Wauquier-Gravelines & Braud, 2005 ; Chevrot & al, 2007) qui joue un rôle moteur. Il est donc intéressant de comprendre la relation entre choix théoriques et pratiques empiriques au sein de différents courants. Nous pourrons ainsi mieux apprécier dans quelle mesure certains résultats sont fiables ou généralisables et dans quelle mesure ils dépendent des méthodes utilisées.

Les propositions pourront concerner la question des méthodes en lien avec des approches purement linguistiques, liées aux recueils de performances phonologiques à un âge donné ou non. Elles pourront aussi provenir d’études liant les effets environnementaux (Child directed speech, effets de fréquence, SES) et/ou cognitifs (émergence de règles ou de dispositifs abstraits) au développement de certaines compétences phonologiques.

Elles devront se situer dans un des trois thèmes suivants :

La pertinence du choix d’une méthode particulière parmi d’autres pour un type de recherche précis. A titre d’exemple, la question de l’influence de l’input sur l’acquisition ne peut être envisagée aujourd’hui qu’à partir d’études sur le « child directed speech ».

L’influence réciproque du modèle théorique et des avancées méthodologiques. L’idée serait de montrer en quoi une approche théorique nouvelle pourrait faire évoluer la méthodologie et vice versa. Par exemple, les théories basées sur l’usage ont contribué à l’essor des corpus denses, méthode de recueil particulière d’interaction parents-enfant (Tomasello & Stahl, 2004). A l’opposé, l’apport de procédures expérimentales en acquisition (tâches de dénomination d’images à partir d’animaux imaginaires) a permis d’avancer sur la question de la localisation de la consonne de liaison dans les représentations lexicales de l’enfant (Dugua, 2006)

La complémentarité des méthodes permettant d’éclairer un phénomène d’acquisition particulier. On peut penser à l’approche macro-sociologique ou variationniste, qui n’a pas résolu le problème selon lequel deux locuteurs du même âge, de même sexe, appartenant au même milieu social, et enregistrés dans une situation identique pouvaient avoir des usages différent des variables sociolinguistiques. Des approches micro-sociologiques ont donc vu le jour (Milroy, 1987, Nardy, 2008) se basant sur l’analyse des réseaux sociaux ou sur une approche qualitative et interprétative des interactions. Elles sont venues s’associer aux méthodes variationnistes pour davantage travailler sur les variations interindividuelles.

Il ne s’agit donc pas de faire un inventaire ni un manuel, mais de proposer une réflexion analytique, qui peut être comparative, afin de mettre en évidence l’interaction entre objet(s) d’étude, méthode(s) d’observation et théorie(s) d’acquisition.

Bibliographie

  • Aslin, R. N., Saffran, J. R. & Newport, E. L. (1999). Statistical learning in linguistic and nonlinguistic domains. In MacWhinney, B. (Ed.), The Emergence of Language. Mahwah, London: Lawrence Erlbaum Associates.
  • Behrens, H.(1995). Corpora in language acquisition research : history, méthods, perspective. J.Benjamins
  • Berhens, H. (2006). The input-output relationship in first language acquisition. Language and cognitive process, 21, 2-24.
  • Bleses, D., Vach, W., Slott, M., Wehberg, S., Thomsen, P., Madsen, T. & Bashboll, H. (2008). The Danish communicative developemental inventories : validity and main developmental trends. Journal of Child Language 35, 651-669.
  • Bybee, J. (2010). Language, Usage and Cognition. Cambridge: Cambridge University Press
  • Bornstein, M.H. & Haynes, O.M. (1998). Vocabulary competence in early childhood : measurement, latent construct, and predictive validity. Child development, vol 69, 654-671.
  • Chabanal, D., Liégeois, L. & Chanier, T. (2012). ALIPE, projet de corpus en ligne sur l Acquisition de la Liaison et Interactions Parents-Enfant [corpus]. Clermont Université. [http://lrl-diffusion.univ-bpclermont.fr/alipe]
  • Chevrot, J.-P., Chabanal , D. & Dugua , C. (2007). Pour un modèle de l'acquisition des liaisons basé sur l'usage : trois études de cas, Journal of French Language Studies, 17, 103-128.
  • Chomsky, N. ; Halle, M. (1968) .The sound pattern of English. New York : Harper and Row
  • Debaisieux, J.M., Bertin, T. & Husianycia, M. (Coord.), (2008). Corpus oraux : recueil et analyse de données, Verbum, XXX (4).
  • Dugua, C. (2006). Liaison, segmentation lexicale et schémas syntaxiques entre 2 et 6 ans. Un modèle développemental basé sur l'usage. Thèse de doctorat, Université Stendhal, Grenoble 3.
  • Goldberg, A. (1995). Constructions : A Construction Grammar Approach to Argument Structure. Chicago : University of Chicago Press.
  • Hauser, M.D., Chomsky, N. & Fitch, W. (2002). The Faculty of Language: What Is It, Who Has It, and How Did It Evolve ? Science, 58, 1569-1579.
  • Hoff, E. (2012). Research methods in child language, Wiley-Blackwell.
  • Huttenlocher, J., Vasilyeva, M., Waterfall, H. R., Vevea, J. L., & Hedges, L. V. (2007). the varieties of speech to young children. Developmental psychology, 43(5), 1062-83.
  • Kemmer, S.E., Barlow, G.M. Introduction: A Usage-Based Conception of Language, In: Barlow,G.M. Kemmer S.E.(ed.), Usage-Based Models of Language., Stanford, CSLI, p.7-28, 2000
  • Laks, B. (2005). Phonologie et construction syntaxique : la liaison, un test de cohésion et de figement syntaxique, linx, 53.
  • MacWhinney, B. (1991). The CHILDES project - Computational tools for analyzing talk. Hillsdale, NJ : Lawrence Erlbaum Associates.
  • Milroy, L. (1987). Language and social networks. Oxford: Blackwell.
  • Nardy, A. (2008). Acquisition des variables sociolinguistiques entre 2 et 6 ans: facteurs sociologiques et influences des interactions au sein du réseau social. Grenoble: Université Stendhal.
  • Paradis, C. (1993). Phonologie générative multilinéaire. Tendances actuelles en linguistique générale. Delachaux et Niestlé.
  • Parisse, C., & Morgenstern, A. (2010a). Transcrire et analyser les corpus d’interactions adulte-enfant. In E. Veneziano, A. Salazar Orvig, & J. Bernicot (Eds.), Acquisition du langage et interaction (pp. 201- 222). Paris: L’Harmattan.
  • Pierrehumbert, J. (2001) Exemplar dynamics: Word frequency, lenition, and contrast. In J. Bybee and P. Hopper (eds.) Frequency effects and the emergence of lexical structure. John Benjamins, Amsterdam. 137-157.
  • Stoel-Gammon, C. (2011). Relationships between lexical and phonological development in young children. Journal of child language, 38, 1-34.
  • Tomasello, M. (2003). Constructing a Language : A Usage-Based Theory of Language Acquisition, Harvard University Press.
  • Tomasello, M& Stahl, D. (2004). Sampling children's spontaneous speech : how much is enough ? Journal of Child Language, 31, 101-121 
  • Vihmann, M.(1996). Phonological development : the origins of language in the child. Cambridge, MA : Balckwell publishing Ltd.
  • Wauquier-Gravelines, S. & Braud, V. (2005), Proto-déterminant et acquisition de la liaison obligatoire en français, Langages, Nouvelles approches de la liaison, 158, coordonné par Chevrot J-P., Fayol, M., Laks, B., Larousse, Paris.

Modalités de soumission des articles

Les articles soumis sont limités à 40 000 signes maximum, tout compris (espaces et notes inclus) et pourront être rédigés en français ou en anglais. 

Les auteurs devront garder à l’esprit la possibilité d’un lectorat spécialiste et non spécialiste en psychologie, neurosciences, didactique du plurilinguisme et en linguistique.

L'envoi du titre et du résumé de l'article (3 pages, bibliographie comprise)

est fixé au 01/12 2013.

La remise du texte complet aux coordinateurs, selon les normes de la revue, est fixée au plus tard pour Juin 2014. 

Chaque article sera envoyé en version anonyme à deux relecteurs.

La sortie du numéro est prévue en Juin 2015.

Coordinateurs

Chabanal, Damien (lrl, Clermont-Ferrand), Quanquin Véronique (lrl, Clermont-Ferrand) 

Comités dee lecture de la revue : http://lidil.revues.org/167

Contacts :

damien.chabanal@univ-bpclermont.fr,

veronique.quanquin@univ-bpclermont.fr

Catégories

Dates

  • dimanche 01 décembre 2013

Mots-clés

  • phonologie, acquisition, oral, méthodologie, langage, objets théoriques

Contacts

  • Damien Chabanal
    courriel : damien [dot] chabanal [at] univ-bpclermont [dot] fr
  • Véronique Quanquin
    courriel : veronique [dot] quanquin [at] univ-bpclermont [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Damien Chabanal
    courriel : damien [dot] chabanal [at] univ-bpclermont [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Acquisition du langage et phonologie : méthodes, objets, enjeux théoriques », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 20 novembre 2013, http://calenda.org/264231