AccueilSéminaire commun de l’INHA 2013/2014

Séminaire commun de l’INHA 2013/2014

INHA shared seminar 2013/2014

Cycle annuel de conférences

Annual conference cycle

*  *  *

Publié le mercredi 27 novembre 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Le séminaire commun de l’INHA propose pour sa neuvième année consécutive un cycle de conférences ouvert à tous. Fondé en 2006 par des chercheurs parisiens et de région, il a pour ambition d’être une fenêtre ouverte sur les pratiques de l’histoire de l’art dans le monde et de susciter découvertes, débats et rencontres. La diversité de ses membres témoigne de son ouverture à toutes les périodes de l’histoire de l’art occidental comme aux multiples d’approches actuelles des œuvres et de leur histoire.

Annonce

Le Séminaire Commun de l’INHA propose pour sa neuvième année consécutive un cycle de conférences ouvert à tous. Fondé en 2006 par des chercheurs parisiens et de région, il a pour ambition d’être une fenêtre ouverte sur les pratiques de l’histoire de l’art dans le monde et de susciter découvertes, débats et rencontres. La diversité de ses membres témoigne de son ouverture à toutes les périodes de l’histoire de l’art occidental comme aux multiples d’approches actuelles des œuvres et de leur histoire. Les membres du Séminaire Commun invitent tour à tour un collègue étranger à donner une conférence sur des travaux en cours ou une publication récente ; l’ensemble du groupe s’engage à accueillir ces chercheurs et à nourrir le débat qu’ils suscitent. C’est aussi l’occasion de faire profiter un large public (professeurs, étudiants, auditeurs libres…) des recherches menées par des personnalités internationales marquantes ou émergentes rarement invitées en France.

Le Séminaire Commun rassemble Nathalie Boulouch (université Rennes 2), Giovanni Careri (EHESS), Frédéric Cousinié (université de Rouen), Frédérique Desbuissons (INHA), Jean Marie Gillouët (université de Nantes), Emmanuelle Hénin (université de Reims Champagne-Ardenne), Michel Hochmann (EPHE), Étienne Jollet (université Paris I Panthéon-Sorbonne), Anne Lafont (INHA), Thierry Laugée (université Paris-Sorbonne), François Lissarrague (EHESS), Philippe Morel (université Paris I Panthéon-Sorbonne), Zahia Rahmani (INHA), Julie Ramos (université Paris I Panthéon-Sorbonne), Milovan Stanic (université Paris Sorbonne), Gennaro Toscano (Institut national du patrimoine) et Pierre Wat (université Paris I Panthéon-Sorbonne).

PROGRAMME 2013-2014

Jeudi 5 décembre 2013

Nicola Suthor (Freie Universität, Berlin) invitée par Étienne Jollet

Jeudi 9 janvier 2014

Tomaso Montanari (Università degli Studi di Napoli Federico II) invité par Milovan Stanic

La Liberté de Bernin

Les stalles latérales de la chapelle Cornaro ont suscité de nombreux débats. Pourtant, le lien étroit qui unit deux des cardinaux de ce décor sculpté à la seule peinture jamais documentée de Bernin, les Apôtres André et Thomas (vers 1626, National Gallery, Londres) n'a jamais été souligné. Dans un cas, nous sommes face à une narration et dans l'autre à un double portrait, même si Bernin lui-même considérait que les stalles faisaient disparaître la frontière entre portrait et narration. En dépit de nombreuses questions laissées sans réponse, il est néanmoins possible d'affirmer que le genre du portrait, où Bernin s'illustra à ses débuts, marqua par la suite fortement son art. Plus généralement; on peut dire que Bernin traita les narrations comme des portraits, et les portraits comme des narrations; ou, mieux encore, qu'il poussa les deux genres jusqu'à leurs limites extrêmes, selon un processus d'osmose continu. Nous explorerons les voies par lesquelles Bernin put envisager son entière production artistique, y compris lorsqu'elle relevait de genres mineurs, selon les rythmes, les caractéristiques et l'identité éminemment intime d'un genre jugé unanimement inférieur tel que le portrait.

Tomaso Montanari est professore associato confermato en histoire de l'art moderne à l'université Federico II de Naples, après avoir enseigné, de décembre 2004 à octobre 2008, à la faculté d'Art de l'université "Tor Vergata" de Rome. Il a publié près de 60 études, principalement sur le patronage et les pratiques de collection de Christine de Suède et de son cercle. Ses autres publications concernent les mécénats de Francesco Barberini, d'Alexandre VII et de Louis XIV, les peintures de Diego Vélasquez, d'Andrea Sacchi et de Pierre de Cortone, les sculptures de Stefano Maderno, de François Duquesnoy et de Melchiore Cafà, et la pensée critique de Francis Haskell. Ses recherches et ses publications récentes se sont focalisées sur les oeuvres de Bernin, abordées selon des angles variés.

Jeudi 6 février 2014

Jan Blanc (université de Genève) invité par Emmanuelle Hénin

Vermeer ou l'art de parvenir

La carrière de Johannes Vermeer est aujourd'hui l'une des mieux balisées par l'historiographie du siècle d'or néerlandais, grâce aux nombreuses recherches documentaires, formelles et iconographiques menées à partir de la fin des années 1970. L'objet de cette conférence est de proposer une nouvelle approche de l'oeuvre de Vermeer en l'arrachant à la double idéalisation dont elle a fait l'objet depuis sa redécouverte, au milieu du XIXe siècle. Considéré, par certains, comme un peintre singulier au sein de la production artistique de son temps, tenu, par d'autres, pour un "moderne" avant l'heure, mettant en abyme ses réflexions théoriques au sein même de ses oeuvres, Vermeer est d'abord, j'aimerais le montrer, un artiste obsédé par la question de la gloire, qu'il envisage sous l'angle de la célébrité, en inscrivant son oeuvre au sein des traditions et de l'histoire de son art, sous celui de la renommée, en mettant en place plusieurs stratégies de valorisation de son nom et de son art, ou sous celui de la postérité, à laquelle tout peintre digne de ce nom doit s'adresser.

Jan Blanc est professeur d'histoire de l'art de la période moderne à l'université de Genève. Ses recherches portent essentiellement sur l'art néerlandais et britannique du XVIIe et du XVIIIe siècles, ainsi que sur les rapports entre théorie et pratique artistiques de la Renaissance aux Lumières. On citera en particulier son édition de l'Inleyding tot de hooge schoole der schilderkonst de Samuel van Hoogstraten (2006); Dans l'atelier de Rembrandt: le maître et ses élèves (2006); Peindre et penser la peinture au XVIIe siècle (2008); « Confusion des genres. Des théories hollandaises de la "peinture de genre" »(2008); « Rembrandt and the Historical Reconstruction of his Conspiration of Claudius Civilis" »(2009); « Tot voorstant van de Republijk: la "République des peintres" de Samuel van Hoogstraten (1627-1678) »(2010); « Divines manipulations. Éloges et critiques de l'image prosélyte (XVIe-XVIIe siècles) »(2013).

Jeudi 6 mars 2014

Ethan Matt Kavaler (université de Toronto) invité par Jean-Marie Gillouët

Jeudi 3 avril 2014

Darby English (The Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown) invité par Anne Lafont

Jeudi 15 mai 2014

Présentation des travaux des membres du Séminaire Commun : Julie Ramos (université Paris I Panthéon-Sorbonne)

Toutes les séances commencent à 18h

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Catégories

Lieux

  • Institut national d’histoire de l’art – Salle Vasari - 2, rue Vivienne
    Paris, France (75002)

Dates

  • jeudi 05 décembre 2013
  • jeudi 09 janvier 2014
  • jeudi 06 février 2014
  • jeudi 06 mars 2014
  • jeudi 03 avril 2014
  • jeudi 15 mai 2014

Mots-clés

  • INHA, séminaire commun, histoire de l’art occidental

Contacts

  • Sarah Féron
    courriel : sarah [dot] feron [at] inha [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sarah Féron
    courriel : sarah [dot] feron [at] inha [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Séminaire commun de l’INHA 2013/2014 », Cycle de conférences, Calenda, Publié le mercredi 27 novembre 2013, http://calenda.org/264751