AccueilMaupas, un préfet en politique, de la Monarchie de juillet au Second Empire

Maupas, un préfet en politique, de la Monarchie de juillet au Second Empire

Maupas, a prefect in politics, from the July Monarchy to the Second Empire

*  *  *

Publié le mercredi 30 octobre 2013 par Julie Abbou

Résumé

Le ministre oublié de Napoléon III, Charlemagne-Emile de Maupas, a eu une carrière typique de Haut Fonctionnaire du milieu du XIXe siècle. L'ombre du Coup d'Etat du 2 décembre 1851 pèse sur sa vie et lui fera rédiger des justificatifs dans ses Mémoires publiés en 1884. Cette journée d'études donne la parole aux historiens, aux acteurs du corps préfectoral et aux archivistes qui permettront d'aborder tant la carrière du préfet-ministre que son réseau familial de notable de l'Aube.

Annonce

Présentation

125 ans après sa mort, l'acquisition des papiers de Maupas par les Archives nationales améliore la connaissance des fonds d'archives privées et publiques du milieu du XIXe siècle, tout en portant un éclairage plus intimiste sur un ministre du prince Louis-Napoléon Bonaparte. La parution de l'inventaire des papiers du ministre de la Police générale, « Charlemagne Émile de Maupas (1818-1888) » donne l'occasion au département des archives privées d'éclairer du rôle décisif du préfet de la Police générale dans le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte le 2 décembre 1851. Le département des archives privées conserve déjà les papiers d'hommes politiques du Second Empire, comme l'important fonds Napoléon (400AP). Avec les papiers de famille de Maupas (lettres et papiers de gestion domaniale), parfaitement conservés, les historiens auront la matière pour mieux appréhender la vie des notables du XIXe siècle. La carrière de Maupas, quant à elle, riche en fonctions diverses aborde plus particulièrement l'étude des polices et de leurs méthodes, le métier de préfet, « l'haussmannisation » des villes sous le Second Empire et les théâtres.
Cette journée d'étude, qui associe historiens et archivistes, s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des régimes politiques du milieu du XIXe siècle. Le Centre de recherche en Histoire du XIXe siècle et le Comité d'histoire du ministère de l'Intérieur participent à la journée d'étude.

Biographie

Né à Bar-sur-Aube le 8 décembre 1818, Charlemagne Émile de Maupas entame sa longue carrière le 19 août 1840 comme attaché au ministère de l’Intérieur. Les fonctions de sous-préfet et de préfet se succèdent, de 1844 à 1851, de la Côte-d’Or à la Haute-Garonne. Remarqué par le prince-président qui voit en lui un homme à poigne, le nouveau préfet de police de Paris participe, au sein d’un cercle restreint, au coup d’État du 2 décembre 1851, gérant la coordination du bouclage de la ville par les diverses forces de police et de l’armée, qui aboutira à l’arrestation des opposants au nouveau régime. Le 21 janvier 1852, son dévouement est récompensé par la création d’un ministère de la Police générale qui centralise tous les pouvoirs de surveillance des élites en France. Pourtant, ses actions le rendent particulièrement impopulaire dans la presse et auprès du grand public, mais  surtout aux yeux d’un régime à la recherche de légitimité et de popularité. C’est pourquoi, Maupas se voit retirer son ministère le 21 juin 1853 et gratifier d’une nomination impériale au Sénat. De fin 1853 à septembre 1854, il occupe parallèlement un poste diplomatique délicat auprès du roi de Naples où le ministre plénipotentiaire s’ennuie ferme. Par un décret du 2 octobre 1860, sa dernière fonction le voit nommé préfet chargé de l’administration des Bouches-du-Rhône, où il transforme durablement l’architecture de Marseille par de coûteuses dépenses jusqu’à son départ en décembre 1866. Pensionné dès 1867, puis en exil en Angleterre en 1870, avec l’avènement de la Troisième République, Maupas tente en 1876 un retour en politique et se présente sans succès à la députation dans l’Aube, parcours similaire au célèbre préfet Haussmann. Il passe les dernières années de sa vie entre son château de Vaux, dans l’Aube, et son hôtel particulier parisien, l'hôtel de Ségur, 97 rue du Bac, où il décède le 20 juin 1888.

Programme

9h00  Accueil des participants.

  • 9h10 - Ouverture de la journée. Agnès Magnien, directrice des Archives nationales
  • Présentation de la journée d’étude par Emmanuel Rousseau, directeur des fonds (Archives nationales) et Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’université de Paris IV-Sorbonne et directeur du Centre de recherches en histoire du XIXe siècle

Matin (9H25-12H40)

9h25 - Première session : L'homme privé et public, ses réseaux

Présidence : Jacques-Olivier Boudon

  • 9h35 - Les archives Maupas, par Éric Landgraf, Département des archives privées, Archives nationales avec la participation de Claude Vigoureux, directeur de l'action culturelle de la Ville de Meudon, et Roger d'Amécourt, arrière-petit-fils de Maupas.
  • 10h00 - Les activités de Maupas à travers les fonds ministériels : un paradoxe archivistique ?, par Anne Leblay et Nicole Brondel, Département de la Justice et de l’Intérieur, Archives nationales
  • 10h25 - Capital familial et réseaux politiques de Charlemagne Émile de Maupas, par Alexandre Niess, chercheur associé aux universités d'Orléans et de Reims.

10h50 - Discussion. Débat

11h00 - Deuxième session : L’ascension de Maupas : de la préfecture au coup d’État

Présidence : Jean-Claude Yon, professeur à l’université de Versailles–Saint-Quentin-en-Yvelines

  • 11h10 - Table ronde - Maupas et le métier de préfet, par Jean-Pierre Defrance, chef du département de la formation au ministère de la Culture, Pierre Karila-Cohen, maître de conférences à l’université de Rennes II et à l’Institut universitaire de France, avec les témoignages de Marc-René Bayle, préfet, inspecteur général de l’administration en service extraordinaire, docteur en histoire, et de Pierre-André Peyvel, préfet honoraire, agrégé et docteur en histoire
  • 12h00 - Maupas et le policier du 2 Décembre, par Claude Vigoureux, directeur de l'action culturelle de la ville de Meudon et docteur en histoire de l’École pratique des hautes études

12h30 - Débat.

12h40 - Pause déjeuner

Après midi (14H15-17H00)

14h 15  - Troisième session : Une carrière sous le Second Empire

Présidence : Pierre-André Peyvel préfet honoraire, agrégé et docteur en histoire

  • 14h25 - Le ministère de la Police générale, par Arnaud Houte maître de conférences à l’université de Paris-Sorbonne
  • 14h50 - Maupas diplomate : l'intermède napolitain (juin 1853-mars 1854), Frantz Laurent, professeur d'histoire-géographie au lycée Georges-Dumézil de Vernon et doctorant à l’université de Paris-Sorbonne
  • 15h15 - Le grand œuvre architectural de Maupas : la préfecture des Bouches-du-Rhône, par Laurent Noet, docteur en histoire de l'art

15h40 - Débat

  • 15h55 - Maupas et la surveillance des théâtres, par Jean-Claude Yon, professeur à l’université de Versailles–Saint-Quentin-en-Yvelines
  • 16h20 - Le sénateur : activité parlementaire, rôle, contribution à la vie parlementaire, par Éric Anceau, maître de conférences à l’université de Paris-Sorbonne et à Science-Po (Paris)
  • 16 h 45  Conclusion et débat, par Isabelle Aristide, responsable du Département des archives privées, Jacques Olivier Boudon et Éric Anceau

Lieux

  • Archives natioanles, auditorium, rez-de-chaussée - 59 rue Guynemer
    Pierrefitte-sur-Seine, France (93)

Dates

  • mardi 03 décembre 2013

Mots-clés

  • Maupas (Charlemagne-Emile), notable du XIXe siècle, Aube (département)

Contacts

  • Eric Landgraf
    courriel : eric [dot] landgraf [at] culture [dot] gouv [dot] fr
  • Isabelle Aristide
    courriel :

URLS de référence

Source de l'information

  • Eric Landgraf
    courriel : eric [dot] landgraf [at] culture [dot] gouv [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Maupas, un préfet en politique, de la Monarchie de juillet au Second Empire », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 30 octobre 2013, http://calenda.org/264901