AccueilRéseaux, savoirs et territoires

Réseaux, savoirs et territoires

Networks, knowledge and territories

Écrire les sciences aujourd'hui

Writing the sciences today

*  *  *

Publié le vendredi 15 novembre 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Le thème central du colloque est l'internet, et les reconfigurations des disciplines universitaires depuis son essor : en termes de pratiques (outils, méthodes, données , savoir-faire, etc.), de problématiques (nouvelles, réactualisées, ou infléchies du fait de l'internet) et d'équilibres (recomposition des frontières entre disciplines, émergence de disciplines mixtes). Le propos n'est pas de raisonner en termes de révolution, mais d'articuler les changements présents avec le passé lointain ou récent, en explorant la notion d'instrument : de techniques et de méthodes intellectuelles.

 

 

Annonce

Argumentaire

1.1  L'internet

Le thème central du colloque est l'internet, et les reconfigurations des disciplines universitaires depuis son essor: en termes de pratiques (outils, méthodes, données , savoir-faire, etc.), de problématiques (nouvelles, réactualisées, ou infléchies du fait de l'internet) et d'équilibres (recomposition des frontières entre disciplines, émergence de disciplines mixtes).

Le propos n'est pas de raisonner en termes de révolution, mais d'articuler les changements présents avec le passé lointain ou récent, en explorant la notion d'instrument: de techniques et de méthodes intellectuelles.

1.2  L'écriture, technologie de la pensée

Il apparaît que les changements actuels sont avant tout techniques, car ils touchent à la transformation de l'écriture, désormais électronique et en réseau. Ils nous surprennent, car nous n'avons pas l'habitude d'imaginer que la matérialité et l'application de recettes (du tri à la formule algébrique en passant par le logiciel de cartographie) puissent contraindre ou faciliter nos capacités à conceptualiser, devenir des objets de réflexion et se traduire en culture de l'écrit.

Ce constat signale que la distinction entre sciences sociales ou humaines (historico-herméneutiques) et empirico-analytiques relève plus de la formation discursive que d'une réalité précise: à l'exception de quelques philosophes, anthropologues et historiens des mondes lettrés, qui ont démontré les étroites interdépendances entre technique, méthode et théorie, les praticiens des SHS seraient moins enclins que leurs collègues des sciences exactes à admettre de tels liens. Aussi le dialogue entre ces deux groupes de disciplines facilite-t-il l'analyse des transformations qui touchent depuis une quarantaine d'années la recherche, puis l'enseignement supérieur.

1.3  Un regard renouvelé sur nos pratiques et nos disciplines

L'internet est donc un aiguillon qui sert de révélateur: il éclaire les rapports écriture-pensée, technique-conceptualisation. Nous sommes invités à partager expériences et théorisations avec nos collègues de toutes disciplines. Ces échanges alimentent spontanément des questions historiques (systèmes et milieux techniques, pratiques lettrées et scientifiques) et plus largement réflexives: en quoi ces outils, méthodes, données, problématiques, etc. nous donnent-ils de nouvelles idées, permettent-ils d'explorer des théories originales du passé, mais abandonnées par manque de puissance de calcul/pensée? Dans quelle mesure infléchissent-ils les épistémologies propres à chaque champ de recherche?

1.4  L'industrie de l'écriture et les nouveaux équilibres

Par ailleurs, ces systèmes scribaux (logiciels, données, etc.) résultent aussi de constructions sociales: ils ont des auteurs, des propriétaires, des promoteurs, parfois des traditions. Aujourd'hui, ils sont souvent de nature industrielle, ce qui est historiquement prévisible et peut aussi dérouter les universitaires habitués à la construction d'objets et de méthodes en solitaire. Plus généralement, se posent, dans l'enceinte universitaire, les questions du formatage des usages (chez les enseignants, les étudiants) par l'industrie de l'écrit contemporain, et de la littératie à transmettre.

1.5  Écriture et terrain

Le projet du colloque s'articule donc autour de deux thèmes, qui s'alimentent réciproquement: l'axe internet-écriture-technique, et celui de l'empirie située (retours d'expérience, mise en perspective de son champ, de sa propre position), afin de comprendre les multiples reconfigurations thématiques (en termes de champs de recherche) et professionnelles qui s'opèrent dans l'Université.

Ce colloque est l'aboutissement d'une longue tradition de recherche à l'École normale supérieure, entamée lors de la fondation de l'Atelier Internet (1995) et institutionnalisée en 1998 avec la fondation de l'équipe Réseaux, Savoirs & Territoires.

Programme

Chaque conférence dure environ 40 mn et se prolonge par un débat avec les participants d'environ 15mn.

Jeudi 14 novembre matin

Perspectives épistémologiques et pragmatiques

  • 9h Introduction. Guillaume Bonnet et Éric Guichard.
  • 9h30 Philosophie du numérique et Éducation. Paul Mathias, IGEN.
  • 10h30 Socio-philosophie de la technique et de l'internet. Pierre-Antoine Chardel, Institut Mines-Télécom.
  • 11h30 Les modèles d'écriture d'un sociologue numérique. Francis Chateauraynaud, Ehess.

Jeudi 14 novembre après midi

Écriture et sciences exactes

Pour cette session, les débats sont regroupés après les interventions des conférenciers, qui à la fois se succèdent et participent à une même table ronde.

  • 14h15 De l'écriture des mathématiques en tant que technique de l'intellect. Jean Dhombres, Ehess.
  • 15h Les informaticiens et l'écriture. Gérard Berry, Collège de France.
  • 15h45 Nouveaux métiers et anciennes techniques intellectuelles des physiciens. Patrick Flandrin, CNRS-Ens Lyon.

16h30 Débat.

Vendredi 15 novembre matin

Nouvelles recherches, évolutions des disciplines

  • 9h30 Les espaces numériques et leurs imaginations géographiques. Henri Desbois, Université de Paris Ouest Nanterre la Défense.
  • 10h30 La société recommandée: l'algorithmique des opinions. David Chavalarias, CNRS-Ehess.
  • 11h30 L'écriture dans l'histoire longue. Clarisse Herrenschmidt, CNRS.

Vendredi 15 novembre après-midi

Recompositions des SHS du fait de l'écriture numérique

  • 14h Les nouvelles compétences de l'historien. Philippe Rygiel, Université de Paris Ouest Nanterre la Défense.
  • 15h Lire les mutations des SHS. Éric Guichard, Enssib-Ens.

Pause 15 mn

16h15 Séance de travail collective: enjeux, perspectives et axes futurs de travail

17h30 Conclusion

Lieux

  • ENS, amphithéâtre Rataud - 45, rue d'Ulm
    Paris, France (75005)

Dates

  • jeudi 14 novembre 2013
  • vendredi 15 novembre 2013

Mots-clés

  • internet, écriture, pensée, technique, théories, méthodes, réseaux, savoirs, territoires

Contacts

  • Eric Guichard
    courriel : Eric [dot] Guichard [at] ens [dot] fr

Source de l'information

  • Eric Guichard
    courriel : Eric [dot] Guichard [at] ens [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Réseaux, savoirs et territoires », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 15 novembre 2013, http://calenda.org/265715