AccueilLa littérature démoralise-t-elle l'histoire ?

La littérature démoralise-t-elle l'histoire ?

Does literature demoralise history?

*  *  *

Publié le vendredi 15 novembre 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Les journées interrogent les constructions d’écriture et de lecture (positions, choix, postures, modalités, etc.) des voix narratives ou poétiques qui ont pour fonction de rapporter et de raconter l’histoire ou, plus précisément, tel ou tel événement de l’histoire – visées didactiques (Vigny), pédagogiques, moralisantes (Hugo), compositions d’une identité nationale, ou à l’inverse égalisation ou renversement des points de vue (Umberto Eco, Ignacio del Valle…), ironie (Flaubert, Ourednik…), traitement du détail (Claude Simon…), refus de toute posture d’autorité… Quel rapport la littérature entretient-elle avec l’événement, le trauma, qu’il s’agisse de la Saint-Barthélémy (Alexandre Dumas, Balzac, Jean Teulé…), de la Terreur, du massacre des Chouans (Balzac ou Barbey) ou de celui de la Commune (Zola…), de la guerre de 14 (T.S. Eliot, Dorgelès, Remarque, Junger…), des camps de concentration ou des guerres africaines ? 

Annonce

Programme

Jeudi 14 novembre 2013  

  • 14h30. Sylvie Triaire, CRISES: « Pour une histoire mélancolique : barbares et civilisés, de Carthage aux Tuileries – (Flaubert) »
  • 15h00. Jonathan Gimeno, CRISES : « ‘’je m'y intéresserais, en raison de la lueur'’ : " Féeries" et crimes aveugles chez Stéphane Mallarmé, Guillaume Apollinaire et Louis-Ferdinand Céline »
  • 15h30.  Caroline Julliot, Université du Maine : « "Cette guerre, mon père l'a faite, et j'en puis parler". (Quatrevingt-treize, La légende des siècles). L’Histoire selon Hugo, entre voix prophétique et voix personnelle »

Discussion et pause

  • 16h30. Pierre-Yves Kirschleger, CRISES : « Renan dé-moralise-t-il l'histoire du christianisme ? La Vie de Jésus et sa controverse »
  • 17h00. Elvia Olive, CRISES : « Edgar Quinet et l’héritage révolutionnaire : une remoralisation de l’histoire à travers la littérature ? »

Vendredi 15 novembre 2013

  •  9h30.  Marie Blaise, CRISES «“E.l reis no respon mot ne nulha re no ditz“ : le motif de la terre vaine de La Chanson de la croisade albigeoise à The Waste Land. »
  •  10h00. Jacques-Athanase Gilbert, Université de Nantes, « Histoire et métaphore (Borges, Schwob) »

Discussion et pause

  • 11h00. Suzanne Lafont, RIRRA 21, « Céline ou la dénarrativisation de l’histoire »
  • 11h30. Florence Pellegrini, Université de Bordeaux III, « De Année 24 à Classé sans suite : empathie et ironie chez Patrick Ourednik »
  • 14h30. Colette Camelin, université de Poitiers, « Les femmes écrivains et la violence de l’histoire. Quatre écritures des traumatismes de guerre (Gisèle Bienne et Scholastique Mukasonga) »
  • 15h00. Sylvie Servoise, Université du Maine, « La classe ouvrière : romans pour mémoire (François Bon, J-P Goux) »

 

Lieux

  • Université Paul-Valéry, site Saint Charles, salle des colloques 2 (arrêt de tramway Place Albert Ier) - Rue du professeur Henri Serre
    Montpellier, France (34)

Dates

  • jeudi 14 novembre 2013
  • vendredi 15 novembre 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • littérature, histoire, écriture, évènement, morale, subjectivité, trauma, XIXe siècle, XXe siècle, XXIe siècle

Contacts

  • Marie Blaise
    courriel : marie [dot] blaise [at] univ-montp3 [dot] fr
  • Sylvie Triaire
    courriel : sylvie [dot] triaire [at] univ-montp3 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Marie Blaise
    courriel : marie [dot] blaise [at] univ-montp3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La littérature démoralise-t-elle l'histoire ? », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 15 novembre 2013, http://calenda.org/266122