AccueilLe bronze moyen et l'origine du bronze final en Europe occidentale

Le bronze moyen et l'origine du bronze final en Europe occidentale

The Middle Bronze Age and the origins of the Late Bronze Age in Western Europe

De la Méditerranée aux pays nordiques (17e-13e siècle av. J.-C.)

From the coasts of the Mediterranean to Scandinavia (17th-13th century BC)

*  *  *

Publié le mardi 03 décembre 2013 par Julie Abbou

Résumé

Plus de 20 ans après la tenue du colloque du CTHS de Strasbourg / Haguenau sur la Dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale, le colloque « Bronze 2014 » de l'APRAB se propose de réexaminer cette période chronologique à la lumière des travaux et découvertes récents. Le Bronze moyen se développe en Europe occidentale sur une durée de trois siècles du 17e au 14e siècle avant notre ère tandis qu’aux 14e-13e siècles (« Bronze récent » en domaine méditerranéen occidental), se met en place une période de transition, marquée par des continuités et des changements annonciateurs du « plein » Bronze final. Ces vingt dernières années ont vu le déploiement d’une archéologie préventive très active en France et dans l’ensemble de l’Europe. Les fouilles ont permis de renouveler très largement la documentation. Le colloque de Strasbourg en 2014 vise à présenter ces nouvelles données en privilégiant les communications synthétiques.

Annonce

Argumentaire

Plus de 20 ans après la tenue du colloque du CTHS de Strasbourg / Haguenau sur la Dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale, le colloque "Bronze 2014" de l'APRAB se propose de réexaminer cette période chronologique à la lumière des travaux et découvertes récents.

Le Bronze moyen se développe en Europe occidentale sur une durée de 3 siècles du 17e au 14e siècle avant notre ère tandis qu’aux 14e-13e siècles (« Bronze récent » en domaine méditerranéen occidental), se met en place une période de transition, marquée par des continuités et des changements annonciateurs du « plein » Bronze final.

Ces vingt dernières années ont vu le déploiement d’une archéologie préventive très active en France et dans l’ensemble de l’Europe. Les fouilles ont permis de renouveler très largement la documentation. Le colloque de Strasbourg en 2014 vise à présenter ces nouvelles données en privilégiant les communications synthétiques.

Axes thématiques

Le colloque se déroulera à l’Hôtel du Département du Conseil Général du Bas-Rhin à Strasbourg selon trois temps forts :

Session 1. Synthèses interrégionales

Dans la tradition des colloques « Bronze » organisés par l’APRAB, la rencontre de Strasbourg ambitionne de dresser un bilan des connaissances sur les sociétés du Bronze moyen et du début du Bronze final en Europe occidentale et moyenne : de l’Atlantique aux Alpes, de la Baltique à la Méditerranée occidentale. Les domaines de la culture matérielle (chronotypologie, faciès culturels, technologie, dimensions sociale et économique), les pratiques funéraires, les formes de l’habitat, ainsi que les modalités et les rythmes de l’occupation du sol seront notamment au centre de ces approches volontairement synthétiques.

Afin de présenter des communications concernant l’ensemble du territoire français et de ses marges lors de la première journée de communications du colloque, des groupes de travail ont été mis en place dès 2012 pour réaliser des synthèses régionales, suivant les limites administratives. Celles-ci serviront de base aux synthèses interrégionales pour lesquelles les regroupements et éventuels découpages se feront cette fois, et autant que possible, en fonction des affinités culturelles. Une trame commune des aspects à aborder dans les synthèses a de plus été proposée afin de permettre des comparaisons faciles entre chaque territoire.

Session 2. Périodisation : temps absolu et relatif

Les périodes du Bronze moyen et du début du Bronze final sont particulièrement significatives des problématiques rencontrées actuellement par les protohistoriens face aux périodisations.

La multiplication des différents systèmes chronologiques de référence et les problèmes inhérents à leur confrontation et à leur corrélation constituent une première voie de réflexion. Ces difficultés peuvent se rencontrer au sein d’un même territoire (la zone nord-alpine occidentale) ou concerner différents systèmes de référence à vocations régionales. Ces disparités amènent à nous interroger sur les méthodes, les critères, les types de contextes et les matériaux mobilisés. Peut-on considérer que les principaux documents utilisés dans les périodisations (objets métalliques et céramiques) évoluent selon le même rythme ? Qu’en est-il des autres manifestations de la culture matérielle et des pratiques sociales ?

Il conviendra également de s’interroger sur la conformité historique des découpages proposés, et de leur possible application pour l’ensemble de l’Europe occidentale. Ainsi, la césure traditionnellement utilisée en France entre le Bronze moyen et le Bronze final est-elle judicieuse ? D’un point de vue culturel et social, les systèmes ternaires utilisés en  Europe centrale (Bz C, D et Ha A1) ou en méditerranée (Bronze moyen, récent et final) sont-ils plus efficients ?

La complémentarité de ces pratiques de périodisations traditionnelles avec les méthodes de datation chronométriques n’est plus à démontrer, même si sa systématisation reste déséquilibrée entre les différentes régions européennes. Le perfectionnement croissant des méthodes utilisées a entraîné un affinement de la précision des dates radiocarbone. Mais c’est surtout l’augmentation exponentielle de leur nombre qui modifie actuellement les pratiques liées à cet outil. De la compilation à la série de dates, en passant par les modélisations bayésiennes, quels sont les possibilités actuelles et leurs apports à la chronotypologie ?

D’autres techniques, telles que la thermoluminescence ou l’archéomagnétisme, sont-elles adaptées, voire plus efficaces, pour cette phase chronologique qui pâtit, notamment pour le 14e siècle, d’irrégularités dans la courbe de calibration dendrochronologique du radiocarbone ?

A ce propos, qu’en est-il de la dendrochronologie pour cette période qui voit la désaffection des rives des lacs du nord des Alpes. D’autres régions, notamment celles localisées au sud de cette chaîne montagneuse sont-elles à même de compléter les référentiels ?

Dans la mesure où les questions de chronologies régionales seront en grande partie traitées dans la première session, nous privilégierons pour cette thématique des travaux de synthèses sur de vastes espaces, les approches novatrices ou méthodologiques, ainsi que tous sujets ayant trait à l’historiographie ou à l’épistémologie des systèmes chronologiques.

Session 3. Les modèles socio-économiques du Bronze moyen et la question de l’émergence du Bronze final

Le Bronze moyen correspond globalement à une péjoration climatique, avec un climat plus frais et humide. Quelles sont les conséquences de ce phénomène sur l’économie des sociétés ? Est-il à l’origine de crises insurmontables, conditionnant des phénomènes de déprises, ou entraîne-t-il au contraire une diversification des activités et l’occupation de nouveaux territoires ? Certains évènements déjà reconnus comme la désaffection des rives des lacs nord-alpins ou l’effondrement du système des Terramare de la plaine padane devront à nouveau être discutés. Dans la lignée du colloque de Besançon (Environnements et cultures à l’âge du Bronze en Europe occidentale, CTHS 2004), les approches similaires analysant l’interaction entre les sociétés et leur environnement lors de cette période, sur d’autres territoires, trouveront tout naturellement leur place dans la programmation. Mais il conviendra également d’aborder les problématiques corollaires de ces épisodes de crise (paléodémographie, mobilité des populations).

Certaines régions, par exemple celle des Terramare, voient se développer de véritables agglomérations liées à une exploitation agricole intensive, tandis que dans d’autres régions les vestiges d’habitat restent encore très fugaces. Comment interpréter ces différences d’un point de vue sociétal ?

Dans le domaine de la culture matérielle, cette période se distingue par une intense accélération de la production métallique de bronzes, par la complexification de l’armement et de l’outillage auxquels s’ajoute une amplification de la pratique de dépôts. Ces phénomènes amènent à s’interroger sur les modifications existant à cette période dans les domaines de la consommation et de la disponibilité de la matière première, sur le statut de la production et sur celui du bronzier au sein de la société.

Cette période dynamique connaît aussi d’importantes mobilités des produits à l’échelle de l’Europe, mais aussi des échanges d’idées et des techniques, des croyances et probablement des populations. Ainsi, dans le domaine funéraire, le Bronze moyen se caractérise par l’adoption pour une large zone de l’Europe de l’inhumation sous tumulus, laquelle est remplacée au passage du Bronze moyen au Bronze final par la pratique de la crémation secondaire déposée en urne, parfois accompagnée de mobilier céramique et métallique. De même, cette phase de transition voit l’apparition en Europe moyenne, jusqu’au Bassin parisien de la « Culture à céramique cannelée ». Comment peut-on relier ces phénomènes et quelle valeur historique peut-on leur donner ? Le Bronze moyen et le début du Bronze final constituent-ils d’ailleurs à eux deux un cycle cohérent de développement des sociétés, voire une période historique à part entière ? Cette question amène également à s’interroger sur le rôle de cette période sur l’avènement du plein Bronze final, en constitue-t-elle un préambule ou assiste-t-on à une rupture, tel qu’en témoignent les civilisations méditerranéennes vers 1200 av. J.-C. ?

Ces quelques points de réflexion ne doivent pas masquer les nombreuses possibilités de contribution autour d’une séquence chronologique qui, constituant le cœur de l’âge du Bronze, demeure incontournable pour la compréhension de cette époque.

Informations générales

Le colloque se déroulera sur 3 jours pleins, avec de l’ordre de 12 communications par jour, d’une demi-heure chacune (20 min exposé et 10 min discussion). Des sessions de posters (5 min) avec de brèves présentations orales seront également organisées. L’ensemble des contributions aux programmes des journées fera l’objet d’une publication sous forme d’actes.

Modalités de soumission

Les communications peuvent être proposées en français, en anglais ou en allemand, le texte des supports projetés (Powerpoint) devront toutefois être traduits en anglais (ou en français pour les collègues anglophones). Les collègues souhaitant présenter une communication ou un poster (concernant de préférence les sessions 2 ou 3) sont invités à renvoyer la fiche de proposition ci-jointe 

avant le 31 décembre 2013

à l'adresse de contact du colloque : bronzemoyen2014@gmail.com.

Toutes les questions et propositions relatives à ce colloque pourront être formulées également via cette adresse mail.

Le formulaire d'inscription définitif devra être renvoyé avant le 15 février 2014, accompagné de deux résumés d’une quinzaine de lignes, rédigés dans deux des langues officielles du colloque, ainsi que d’une illustration (dessin ou photo N et B) pleine page.

Les frais d’inscription sont de 40 €  et de 20 € pour les étudiants. Ils comprennent l'accès au colloque, une pochette contenant notamment les pré-actes des communications, les fichets pour les pauses-café et cocktails, une documentation touristique. Les repas seront libres et à la charge des participants. L'Hôtel du département où se déroulera le colloque se trouve à proximité de la « Petite France », secteur touristique de Strasbourg, très riche en restaurants de tous types.

Le paiement doit s’effectuer par chèque (en euros) à l’ordre de l’APRAB envoyé à l’adresse ci-dessous (les collègues étrangers pourront régler sur place en liquide) :

Sylvie BOULUD

Université de Nantes - UFR Histoire, Histoire de l'Art et Archéologie
Chemin de la censive du tertre

BP 81227

44312 Nantes cedex 3

Ce colloque initié par l’Association pour la Promotion des Recherches sur l’Âge du Bronze (APRAB) se place dans la tradition des rencontres internationales « Bronze » ; il est organisé en partenariat avec l’Université de Strasbourg et la MISHA d’Alsace (UMR 7044 Archimède), l’UMR 6298 ARTEHIS de Dijon, l’INRAP, le Pôle Archéologique Interdépartemental Rhénan (PAIR), la Direction régionale des Affaires culturelles - Service régional de l’Archéologie d’Alsace et l’Université de Fribourg-en-Brisgau.

Comité d’organisation

  • Anne-Marie ADAM : Université de Strasbourg - UMR 7044 Archimède
  • Christoph HUTH : Département d’Archéologie préhistorique - Université de Fribourg-en-Brisgau
  • Philippe KUCHLER : PAIR
  • Marina LASSERRE : SRA Alsace et UMR 7044 Archimède
  • Thibault LACHENAL : APRAB et CNRS - UMR 5140 Archéologie des Sociétés Méditerranéennes
  • Claude MORDANT : APRAB et UMR 6298 ArTeHiS
  • Théophane NICOLAS : INRAP, APRAB et UMR 8215 Trajectoires
  • Jean-François PININGRE : UMR 6298 ArTeHiS
  • Suzanne PLOUIN : Musée Unterlinden de Colmar et UMR 7044 Archimède
  • Bénédicte QUILLIEC : DST INRAP et UMR 8215 Trajectoires
  • Cécile VEBER : INRAP, UMR 7044 Archimède et APRAB
  • Stefan WIRTH : APRAB et Université de Bourgogne - UMR 6298 ArTeHiS

Lieux

  • Hôtel du département - Place du quartier Blanc
    Strasbourg, France (67000)

Dates

  • mardi 17 juin 2014
  • vendredi 20 juin 2014

Mots-clés

  • Bronze moyen, Bronze final, périodisation, modèles socio-économiques

Contacts

  • Thibault Lachenal
    courriel : bronzemoyen2014 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Thibault Lachenal
    courriel : bronzemoyen2014 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Le bronze moyen et l'origine du bronze final en Europe occidentale », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 03 décembre 2013, http://calenda.org/266616