AccueilBRIT XIV : Border Regions In Transition

BRIT XIV : Border Regions In Transition

BRIT XIV : Border Regions In Transition

La frontière : une source d'innovation

The Border: a source of innovation

*  *  *

Publié le mercredi 11 décembre 2013 par Julie Abbou

Résumé

BRIT (Border Regions In Transition) est un réseau international rassemblant des chercheurs et des praticiens traitant des questions sur les frontières. L’objectif de ce colloque est de contribuer, dans une optique transdisciplinaire (géographie, science politique, économie, sociologie, anthropologie, histoire), à une réflexion collective sur les innovations liées aux dynamiques frontalières et transfrontalières. Organiser BRIT en 2014 à la frontière franco-belge relève du symbole. Un siècle après la déclaration de la Grande Guerre, l’ambition est de retracer l’évolution qu’a vécue la frontière entre la France et la Belgique, passant de frontière « front » à frontière « couture ». De coupure, la frontière est désormais devenue un élément de soudure des deux territoires. La journée de terrain permettra de visualiser concrètement ces réalités.

Annonce

Argumentaire

Thème général : La frontière, source d’innovation

Les recherches menées depuis plus d’une vingtaine d’années ont montré que loin d’être des objets géographiques figés, les frontières sont marquées par un jeu dynamique d’acteurs qui intègrent les changements affectant le monde tout en participant à ses transformations. Si les années 1990 ont été imprégnées par une idéologie d’un « monde sans frontières » que la fin de l’antagonisme Ouest-Est et l‘effondrement de l’URSS pouvaient laisser entrevoir, les événements du 11 septembre, entre autres, marquent le début d’une ère caractérisée par un regain d’attention aux questions de sécurité et de contrôle territorial.

Cette forme de « retour des frontières » nous interroge tout particulièrement en 2014, année de commémoration du centenaire du début de la Première Guerre mondiale (1914-1918).

Les confrontations, les tensions, les affrontements n’ont pas disparu des relations internationales mais, dans le même temps, des alliances et des coopérations nouvelles et parfois inédites voient le jour entre territoires, qu’ils soient limitrophes ou éloignés, nationaux ou infranationaux. Des formes multiples de territorialisation se construisent, portées par la recrudescence de revendications identitaires : elles vont de pair avec des processus d’intégration que la mondialisation et les régionalisations semblent favoriser.

Ce jeu souvent paradoxal reflète l’expression de stratégies territoriales complexes au sein desquelles les frontières peuvent être produites ou reproduites, instrumentalisées ou désactivées, déconstruites ou recomposées. Dans ce contexte, l’innovation, plus que tout autre mot, semble traduire le mieux le caractère dynamique des frontières contemporaines.

Le modèle westphalien, caractérisé par l’existence d’un monde borné séparant des pouvoirs souverains reconnus, semble profondément remis en cause par une globalisation protéiforme qui renforce autant les interdépendances que les confrontations. De plus, le poids des acteurs non publics et la responsabilisation accrue des citoyens transforment la prise de décision collective, inventant de nouvelles gouvernances qui transcendent ou transforment les limites étatiques. Dès lors, l’innovation émane des acteurs politiques – des Etats notamment – mais aussi de tous les autres acteurs.

Il s’agit ainsi d’interroger les politiques et les stratégies des Etats et des acteurs producteurs de frontières comme organes devant garantir une sécurité territoriale. Sont prises en compte tant les fonctions de régulation et de contrôle qui sont plutôt d’ordre matériel que les fonctions d’affirmation qui relèvent plus du registre du symbolique. Dans l’ordre matériel, l’attention sera accordée aux transformations portant sur les régimes de la frontière, sur les normes juridiques, mais aussi sur les procédés administratifs, techniques ou technologiques mis en œuvre pour renforcer les contrôles et cloisonner l’espace comme les « teichopolitiques » par exemple. Dans le registre du symbolique, on portera notamment l’attention aux discours élaborés, aux histoires écrites, aux signes matériellement inscrits dans l’espace.

La frontière, source d’innovation, s’étudie aussi comme espace public et fait l’objet de stratégies d’appropriation et de transformation. Les intégrations internationales et régionales suscitent alors des politiques de coopération transfrontalière qui couvrent de nombreux domaines : développement économique, mobilité, environnement, emploi, tourisme, etc. La construction européenne a certainement joué un rôle initiateur dans ce domaine, la coopération transfrontalière étant considérée comme un mode de mise en relation : nombreux ont été les acteurs locaux ou régionaux qui ont initié des partenariats originaux avec des interlocuteurs situés dans les Etats limitrophes. A ce titre, la comparaison entre les systèmes de gouvernance transfrontalière construits en Europe avec ceux élaborés dans d’autres parties du monde serait riche d’enseignements.

L’impact des cadres élaborés par les pouvoirs publics dans les espaces transfrontaliers sur les pratiques et les représentations des populations requiert également l’attention. Dans le cadre de la croissance des mobilités, les passages de frontières – qu’ils soient réguliers ou exceptionnels – participent à l’émergence de nouvelles territorialités, tandis que l’essor des interactions et des confrontations débouche sur des formes renouvelées d’identité.

Une autre orientation concerne les stratégies de détournement et de contestation de l’objet « frontière » par les acteurs autres que les pouvoirs publics : les citoyens, la société civile, les artistes, les entrepreneurs, etc. Les visions alternatives et critiques sont signifiées et matérialisées par l’organisation d’événements, de performances, de marquages spatiaux … Par ailleurs, il convient de prendre en compte les opportunités qui découlent de la valorisation des asymétries inhérentes à toute frontière, que les formes développées soient illicites ou licites. Enfin, la frontière, en tant que construction humaine, est aussi à interroger du point de vue des représentations sociales : celles dont elle est le révélateur et celles qu’elle véhicule à travers les expériences vécues et les perceptions, celles qui sont imaginées. Cela renvoie aussi au concept tel qu’il est enseigné.

Nous souhaitons qu’une attention particulière soit accordée aux espaces maritimes : la liberté de circulation qui les caractérise n’empêche pas les confrontations et les conflits territoriaux. Dans ce contexte, les détroits représentent des zones de passage entre deux aires continentales qui cristallisent de nombreux enjeux.

Ces pistes de réflexion ne cherchent pas à être exhaustives. Le colloque se veut le plus ouvert possible afin de permettre l’émulation liée à la rencontre des diversités.

BRIT XIV « la frontière, source d’innovation » souhaite démontrer en quoi la frontière, en tant que concept et en tant qu’objet résultant de la mise en œuvre de stratégies territoriales, peut être appréhendée, à travers toutes ses dimensions, comme source d’innovation au sein des sociétés.

Modalités de soumission

Les communications développant une assise théorique sont les bienvenues, de même que celles décrivant des situations singulières ou des démarches méthodologiques particulières. Par ailleurs, les propositions adoptant une perspective temporelle et historique offrent un intérêt tout aussi grand que celles qui s’inscrivent dans un cadre spatial.

La conférence aura lieu du 4 au 7 novembre 2014

La date limite de réception des propositions est fixée au

15 avril 2014.

Les envois de résumés s’effectueront en envoyant le document à l’adresse contact@brit2014.org

Consignes

Les propositions de communication devront comprendre les éléments suivants :

  • Les coordonnées précises du ou des auteurs : nom, prénom, université, adresse e-mail,
  • Le titre de la communication,
  • La référence à une ou deux sessions visée(s),
  • L’objectif de la communication, l’originalité du sujet, la méthode, les résultats obtenus clairement exposés et justifiés,
  • Cinq mots clef,
  • Une bibliographie précise et spécifique (15 références pertinentes au maximum).

Date de réponse

L’avis du comité scientifique sera communiqué aux auteurs des propositions à partir du 1er juin 2014.

Communication définitive

Envoi

Après acceptation par le comité scientifique, le texte complet des communications devra parvenir aux organisateurs du colloque au plus tard le 1er septembre 2014 afin d’être gravés sur les clefs USB. Les envois de communications définitives s’effectueront à l’adresse contact@brit2014.org

Consignes

Les textes des communications dont le résumé a été accepté devront répondre aux critères suivants :

  • 15 pages environ (y compris les figures, tableaux et la bibliographie),
  • Police et taille de caractère : Times New Roman 11,
  • Interligne : simple,
  • Une seule ligne entre chaque paragraphe

Comité Scientifique

  • Pr. Alper, Don. Wester Washington U. Etats-Unis
  • Pr. Amilhat-Szary, Anne-Laure. U. Joseph Fourier, Grenoble     France
  • Pr. Brunet-Jailly, Emmanuel. U. of Victoria, BC Canada
  • Pr. Chilla Tobias. U. of Nünrberg-Erlangen Allemagne
  • Dr. Das Kundu Nivedita. Social Sc. Research, New delhi  Inde
  • Pr. Van Der Velde, Martin. U. of Nijmegen Pays-Bas
  • Pr. Dorfman Adriana. U. of Porto Alegre Brésil
  • Dr. Duhamel, Sabine. U. littoral Côte d’Opale, Dunkerque France
  • Pr. Giraut, Frédéric.  U. de Genève Suisse
  • Pr. Igue John. West Africa Institute, Cap Vert Bénin
  • Pr. Iwashita, Akihiro. U. of Hokkaïdo Japon
  • Pr. Kolosov, Vladimir. Academy of Sciences Russie
  • Pr. Leloup, Fabienne. U. Catholique de Louvain, Mons Belgique
  • Pr. Liikanen, Ilkka. U. of Eastern Finland, Joensuu Finlande
  • Dr. Moullé, François. U. d’Artois, Arras France
  • Pr. Newman, David.  Ben Gourion U. Israël
  • Pr. O’Dowd, Liam. Queen’s U., Belfast Grande Bretagne
  • Pr. Picouet, Patrick  U. Lille 1 France
  • Pr. Reitel,  Bernard. U. d’Artois, Arras France
  • Pr. Roosens, Claude.  U. Catholique de Louvain Belgique
  • Pr. Rosière, Stéphane. U. Reims Champagne-Ardenne France
  • Pr. Scott, James. U. of Eastern Finland, Joensuu Finlande
  • Pr. Shen, Haimei.  Yunnan U. Chine
  • Pr. Soen, Violet.  KU-Leuven, U. of Leuven Belgique
  • Dr. Sohn, Christophe. CEPS / INSTEAD Luxembourg
  • Pr. Vandermotten Christian. U. Libre de Bruxelles Belgique
  • Pr. Verjans Pierre U. de Liège Belgique
  • Pr. Wassenberg Birte U. of Strasbourg France
  • Pr. Wastl-Walter Doris U. of Bern Suisse

Lieux

  • 9 rue du Temple
    Arras, France (62)
  • Avenue Paul Langevin
    Villeneuve-d'Ascq, France (59)
  • 151 Chaussée de Binche
    Mons, Belgique (7000)

Dates

  • mardi 15 avril 2014

Mots-clés

  • BRIT, frontière, transfrontalier, innovation

Contacts

  • Contact colloque BRIT
    courriel : contact [at] brit2014 [dot] org

Source de l'information

  • François Moullé
    courriel : francois [dot] moulle [at] univ-artois [dot] fr

Pour citer cette annonce

« BRIT XIV : Border Regions In Transition », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 11 décembre 2013, http://calenda.org/266935