AccueilPour l'amour de l'art

Pour l'amour de l'art

For the love of art

Les enjeux de la pratique amateur de l’art dans l’Europe des Lumières

The issues of the amateur practice of art in Europe in the Enlightenment

*  *  *

Publié le jeudi 21 novembre 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Après la journée « Pour l’amour de l’art ? Les enjeux de la pratique amateur de l’art dans l’Europe des Lumières »  organisée le 13 septembre 2013 à l’université de Nice et les très riches contributions des différents auteurs méritent une publication. Pour compléter notre étude des pratiques des amateurs d’art du XVIIIe siècle nous publions un nouvel appel à contribution. Dans le cadre de ce volume, il ne s’agira pas de s’interroger sur la pratique de l’artiste professionnel ou semi–professionnel et sur les lieux de sociabilité qu’il fréquente, mais bien sur la pratique artistique d’un public amateur, en mettant l’accent sur le développement de ces pratiques d’amateurs comme marques de distinction sociale, culturelle et symbolique, etc.

Annonce

Argumentaire

Dès leur plus jeune âge, les héritiers de l’aristocratie et de ceux qui dans la haute bourgeoisie aspirent à y parvenir sont sensibilisés aux différentes formes artistiques, tant dans la sphère domestique que dans les institutions d’éducation. Cet engouement pour l’art a bouleversé sa pratique en la diversifiant et en la rendant beaucoup plus personnelle. La forme artistique s’est alors insérée dans les espaces privés et intimes de la vie des élites européennes.

Cependant, dans une société où les apparences conditionnent la vie sociale, où les comportements sont réglés par des codes respectant une hiérarchie établie, la pratique désintéressée de l’art semble difficile à concevoir, car ceux qui font vivre l’art pratiquent avec maîtrise et assurance les jeux de distinction sociale que la « vie de société » recèle. Au-delà des valeurs esthétiques, par quels intérêts sont poussées ces élites dans leur pratique amateur de l’art ? Volonté de se distinguer socialement, désir de sociabilité ? Quelles logiques les conduisent à développer émulation et compétition dans la pratique amateur de l’art ? Que nous apprennent les écrits des protagonistes de ces jeux de société sur leur pratique et celle du monde dans lequel ils rivalisent ? Que nous disent-ils à travers le prisme de la pratique amateur de l’art sur les acteurs qui sont aussi les juges des performances des « sociétés » auxquelles ils appartiennent ?

Dans le cadre de ce volume, il ne s’agira pas de s’interroger sur la pratique de l’artiste professionnel ou semi–professionnel et sur les lieux de sociabilité qu’il fréquente, mais bien sur la pratique artistique d’un public amateur, en mettant l’accent sur le développement de ces pratiques d’amateurs comme marques de distinction sociale, culturelle et symbolique, sur les espaces sociaux et relationnels propres à l’amateurisme (hôtels particuliers, campagnes et châteaux d’agrément, villes d’eau… pourront donner lieu à des études de cas et à des études comparées), et sur la palette des arts pratiqués par ces amateurs qui jaugent leurs performances respectives.

Ce volume voudrait également interroger la diffusion du modèle de l’amateur d’art dans les couches intermédiaires de la société, comme dans l’ensemble de la hiérarchie urbaine, et pas seulement dans les capitales et métropoles régionales.

Consignes aux auteurs

Les articles doivent être remis sous forme numérique (pièce jointe par courrier électronique en format .doc ou.rtf)

adressés à davrousseau@laposte.net et marievillion@gmail.com.

Date limite : 1er mars 2014.

Les langues retenues sont le français et l’anglais.

L’article devra comporter deux résumés : l’un en anglais, l’autre en français, ne dépassant pas 500 signes. L’auteur précisera 5 à 10 mots clés en français et en anglais (en italiques, sauf titre d’ouvrage).

Il est nécessaire de préciser l’adresse institutionnelle.

Pour une documentation iconographique, joindre les fichiers sources (.esp, .tif, .bmp) avec une bonne résolution (300dpi minimum).

Texte :

  • Les articles ne doivent pas dépasser 40 000 signes (espaces et notes compris).
  • L’article comportera un titre ; pour les intertitres, bien préciser leur hiérarchie, ne pas faire plus de 3 niveaux. Ne pas les saisir en majuscules. Ne pas mettre de point à la fin d’un titre ou d’un intertitre.
  • Proscrire les tabulations, utiliser des alinéas pour distinguer les paragraphes.
  • Ponctuation : les règles françaises s’appliquent pour les articles en français. Prière d’utiliser les guillemets français dans un article en français (« … »).
  • Ne mettre de majuscules qu’aux initiales des noms propres.

Citations :

  • Courtes (deux lignes et moins), en caractères droits, entre guillemets, dans le corps du texte. En italique si la langue de la citation diffère de celle du texte.
  • Longues (plus de deux lignes) : les présenter en retrait à gauche, sans guillemets avec un saut de ligne avant et après.
  • Toute suppression ou coupure dans une citation doit être signalée par […].

Notes :

  • Appels de notes : l’appel de note se place toujours avant tout signe de ponctuation.
  • Utiliser des notes de bas de page et non une bibliographie en fin d’article.

Pour un titre de monographie :

  • Yvon Bourges, Bretagne, un destin européen, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 5.
  • Pour une contribution à un ouvrage collectif ou à un article de périodique :
  • Michel Nicolas, « La laïcité comme acte laïque », Baudouin J. et Portier P. (dir), La Laïcité. Une valeur d’aujourd’hui ?, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 39-40.
  • Yvon Bourges, « Le parc de Monsieur Zola », L’œil, n° 272, mars 1978, p. 18-19.
  • Éviter autant que possible l’usage de ibid. et op. cit. En cas d’utilisation, se référer aux exemples suivants :
  • Yvon Bourges, Bretagne, un destin européen, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p.5.
  • Ibid., p. 54.
  • Yvon Bourges, « Le parc de Monsieur Zola », L’œil, n° 272, mars 1978, p. 18-19.
  • Yvon Bourges, op. cit., p. 39.

Organisateurs scientifiques

David Rousseau et Marie Villion
doctorants du Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine

 

Dates

  • samedi 01 mars 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • histoire culturelle, pratique de l'art, amateur, distinction sociale, émulation, compétition

Contacts

  • Marie Villon
    courriel : marievillion [at] gmail [dot] com
  • David Rousseau
    courriel : davrousseau [at] laposte [dot] net

Source de l'information

  • David Rousseau
    courriel : davrousseau [at] laposte [dot] net

Pour citer cette annonce

« Pour l'amour de l'art », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 21 novembre 2013, http://calenda.org/267100