AccueilDes Italiens au Congo aux Italiens du Congo

Des Italiens au Congo aux Italiens du Congo

Dagli italiani in Congo agli italiani del Congo

Italians in the Congo and Italians from the Congo

Images, écrits, œuvres d'une Italie glocale (du XIXe siècle à nos jours)

Immagini, scritti e opere di un'Italia glocale (dall'Ottocento ad oggi)

Images, writing, works of a global Italy (from 19th to the present day)

*  *  *

Publié le mardi 10 décembre 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Le colloque international qui se déroulera à Metz (France) du 16 au 18 octobre 2014 aura pour but de procéder à l'inventaire et à l'analyse des œuvres littéraires et cinématographiques évoquant le Congo - ou plus généralement l'Afrique centrale -, réalisées par des auteurs italiens, à partir du XIXe siècle jusqu'à la fin des années 80. L'interférence entre productions culturelles et mouvances idéologiques, ainsi que la représentation, endogène ou exogène, de l'Italie au cours de la période sélectionnée, constituent les autres axes de recherche prioritairement définis. Parallèlement aux réflexions en cours consacrées à une Italie glocale, cette rencontre scientifique aura ainsi pour vocation d'interroger l'évolution de la relation Italie / Congo, considérée comme un prisme à travers lequel il est possible d'entrevoir plus largement les rapports entre le Belpaese et le monde extérieur.

Annonce

Argumentaire

La vocation internationale de l’Italie, et notamment la part que des habitants de la péninsule ont prise dans l’expansion européenne est très ancienne ; il suffit de mentionner les noms de Marco Polo ou de Christophe Colomb. Avec l’Afrique centrale aussi, les relations sont anciennes, puisque la Relatione del Reame di Congo de Filippo Pigafetta a été publiée à Rome en 1591 ; au siècle suivant a lieu La missione del Congo étudiée par E. Mudimbe-Boyi dans les écrits des capucins italiens.

Mais c’est au 19e siècle, après la formation de l’état italien, que les relations avec l’Afrique centrale vont se faire plus intensives. Cette époque, qui est celle des explorations de Stanley puis de la fondation de l’état Indépendant du Congo, voit se multiplier les engagements d’Italiens dans les personnels du nouvel état, qui est à la recherche de cadres militaires, de médecins, de magistrats et d’administrateurs, et qui recrute dans toute l’Europe.

Cette époque est aussi celle d’un développement technique accru de l’imprimerie, notamment en matière d’impression d’images et dans le domaine des lectures populaires. Les témoignages de faits vécus comme Dieci anni in Equatoria de Gaetano Casati (1891), mais aussi les romans d’imagination et les essais engagés vont se multiplier, tantôt faisant écho aux débats internationaux suscités par l’état léopoldien et les scandales humanitaires du Red Rubber, tantôt exploitant les rêveries exotiques et autres aventures liées au cadre de la forêt primitive. L’un n’empêche d’ailleurs pas l’autre, comme le montre le célèbre Heart of Darkness de Conrad (1899), dont la première traduction en italien par A.C. Rossi date de 1928 et dont de multiples autres traductions (par Giorgio Spina, Giuseppe Sertoli, Flaminio Di Biagi, Giuliano Acunzoli, etc.) ont été publiées en Italie encore tout récemment.

Pendant la seconde période, celle du Congo Belge (1908-1960), la présence italienne en Afrique centrale s’explique encore par la participation de cadres venus de la péninsule, notamment des médecins, des agronomes, des vétérinaires, des contremaîtres, etc…, sans oublier le secteur minier. Mais il y a également des colons (planteurs) et de petites entreprises gérées par des Italiens dans le secteur du commerce et du bâtiment, sans parler de missionnaires intégrés dans des congrégations religieuses internationales comme les Pères Blancs.

Parmi les textes littéraires dus à des Italiens, on trouve un chef-d’œuvre méconnu, I Mesi del sorgo, du planteur Bruno Corti, auteur par ailleurs d’essais publiés dans L’Azione coloniale. Un grand reportage, Congo prodigioso de Felice Bellotti, traduit en français et en anglais, illustre le discours fasciné par la croissance économique et le développement social de la période du « Congo moderne », après 1945.

Certains auteurs italiens témoignent en particulier d’une pratique d’écriture en quelque sorte déjà adaptée au marché mondial, comme le Cdt Attilio Gatti et son épouse américaine Ellen Gatti, dont les témoignages et reportages sont publiés en plusieurs langues : ils font la transition entre l’Afrique « primitive » (notamment celle de la chasse aux fauves) et le « Congo moderne » qui leur permet de tourner des films et de faire une carrière de cinéastes-conférenciers.

De cette période, on retient aussi qu’elle fut marquée par l’arrivée au Congo d’Italiens provenant des îles de la Mer égée, et en particulier des communautés sépharades de l’île de Rhodes qui, après avoir fait face aux difficultés économiques, durent fuir devant la montée de l’anti-sémitisme et ensuite à cause de l’arrivée de l’armée allemande. C’est de cette communauté italophone que sont issus des écrivains comme Albert Russo (Sang mêlé, 1991 ; Sangue misto, 2008) ou des mémorialistes comme Elisa Franco-Hasson (Il était une fois l’Ile des Roses, 1995).

Cette période étant aussi celle du fascisme, lequel s’est emparé comme on le sait du discours impérialiste et colonialiste européen auquel il a donné un sens particulier, la relation Italie/Congo en a forcément été marquée, soit qu’il y ait eu adhésion au moins en partie aux thèses et à l’imaginaire fascistes, soit qu’au contraire l’Afrique centrale ait été un refuge pour d’aucuns, avec parfois des conséquences anecdotiques inattendues : ainsi, c’est un médecin italien, fonctionnaire du Congo belge, qui se trouve à l’origine de l’introduction du théâtre de marionnettes en Afrique centrale : désœuvré du fait qu’il était provisoirement considéré comme en état d’arrestation parce qu’« ennemi », il s’était lancé dans l’animation culturelle par ce moyen, en construisant chevalets et marionnettes.

Après 1960, les années de la « crise congolaise » eurent bien entendu autant d’échos médiatiques en Italie que partout ailleurs. Chez les Italiens aussi, le discours perd de sa neutralité et rompt avec la période coloniale, avec les deux extrêmes que sont, en guise de points de repères, le documentaire à grand succès Africa Addio de Gualtieri Jacopetti et Franco Prosperi (1966), qui recense les violences d’un continent livré au désordre, et les envolées tiers-mondistes de Pasolini, très attentif à ce qui se joue au Congo, jeune nation emblématique de ses combats.

La période qui a suivi le second coup d’état du colonel Mobutu s’étend de 1965 aux années dites de « la transition », à partir de 1989. Des Italiens comme Alberto Moravia voyagent à plusieurs reprises au Zaïre, entre autres pays africains, et publient romans et reportages à ce sujet : A quale tribù appartieni ? (1981), Passeggiate africane (1987) ou La Donna leopardo (1991). La dictature instaurée de fait par le coup d’état, le monopartisme, les atteintes aux droits de l’homme, la corruption et le népotisme ou le clanisme, mais aussi le relatif développement économique et l’affirmation nationale du Zaïre, notamment culturelle : la période est riche en images diffusées internationalement, y compris en Italie et par des Italiens.

Après 1989, une nouvelle période s’ouvre, plus confuse politiquement, et que nous préférons provisoirement ne pas envisager dans ce colloque. Une des raisons est qu’il faudrait consacrer une attention spécifique à l’interférence au Congo du génocide rwandais de 1994, événement générateur d’un grand nombre de productions culturelles et sans doute d’une rupture dans les discours tenus à propos de l’Afrique. Les décennies 1990 et 2000 sont par ailleurs marquées par le développement des cultures diasporiques et leurs théorisations postcoloniales. Aujourd'hui, par exemple, une Ministre d'origine congolaise est membre du gouvernement italien : nous sommes dans un autre monde que celui des périodes précédentes ; il ne s’agit plus ni des Italiens au Congo ni des Italiens du Congo, mais des Congolais en Italie. Nous n’excluons pas totalement d’évoquer cette actualité, par exemple par une conférence spécifique, mais nous ne centrerons pas sur ce sujet les axes prioritaires ci-dessous.

Metz, 16-18 octobre 2014 EA 3943 – éCRITURES [1] Dans le cadre du programme pluriannuel « Congo : littératures, récits, images » du réseau « Mukanda » [2] et de l’opération « Italicità » (en projet)


[2]              http://mukanda.univ-metz.fr/

Axes prioritaires

Inventaire et analyse des œuvres littéraires et cinématographiques dues à des auteurs Italiens pendant chacune des quatre périodes envisagées, et évoquant le Congo ou l’Afrique centrale.

Spécialement :

  • – œuvres de témoins ayant séjourné durablement en Afrique Centrale ;
  • – œuvres de voyageurs, journalistes et autres reporters ;
  • – œuvres d'Italiens de la Métropole et s’adressant à ceux-ci.

Exposés de synthèse sur chacune des périodes, éventuellement à partir des trois catégories ci-dessus :

Étude de l’interférence entre productions culturelles et mouvances idéologiques : « mouvement géographique » des explorateurs, « mission civilisatrice » laïque et missionnaire catholique, colonialisme et impérialisme, anti-esclavagisme, tiers-mondisme militant, idéologies du « développement » et de la « coopération », droits de l’homme, etc.

Images et auto-images de l’Italie (héritière de l’empire romain, nation coupable de fascisme, nation « neutre » sans colonie désormais, etc.)

À exclure du programme : les recherches qui ne concerneraient que l’Histoire.

Langues

français / italien (avec résumé français)

Publication

Collection « Littératures des mondes contemporains » – série « Afriques »

Calendrier

Les propositions d’interventions sont attendues

au plus tard le 31 décembre 2013

sous la forme d’un texte (argumentaire + résumé) de 1000 à 2000 signes. Néanmoins, il y a lieu d’envoyer sans délai une déclaration d’intérêt avec un titre provisoire.

S’adresser à Daniele Comberiati (dcomberiati@yahoo.it), Pierre Halen (pierre.halen@univ-lorraine.fr )

Le programme sera communiqué en mars 2014.

Comité scientifique

Daniele Comberiati (VUB – Bruxelles), Rosario Giordano (Univ. di Calabria), Rosaria Iounes-Vona (Université de Lorraine), Pierre Halen (Université de Lorraine), Silvia Riva (Un. di Milano).

Comité d’organisation

Pierre Halen, Rosaria Iounes-Vona, Dominique Ranaivoson

 

Lieux

  • UFR Lettres et langues - Île du Saulcy
    Metz, France (57)

Dates

  • mardi 31 décembre 2013

Mots-clés

  • Italie, Congo, images, littérature, cinéma, reportage

Contacts

  • Laurence Chabeaux
    courriel : laurence [dot] chabeaux [at] univ-lorraine [dot] fr

Source de l'information

  • Laurence Chabeaux
    courriel : laurence [dot] chabeaux [at] univ-lorraine [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Des Italiens au Congo aux Italiens du Congo », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 10 décembre 2013, http://calenda.org/268149