AccueilDes pleureuses au « deuils planétaires »

Des pleureuses au « deuils planétaires »

Mourners and "global grief"

Formes, pratiques et expériences des deuils collectifs à travers les âges

Forms, practices and the experiences of collective grief through the ages

*  *  *

Publié le mardi 03 décembre 2013 par Élodie Faath

Résumé

La fin du XXe siècle semble avoir inventé le phénomène du « deuil planétaire » : les morts de John Fitzgerald Kennedy (1963), du général de Gaulle (1970), d’Elvis Presley (1977), de la princesse Diana (1997) ou de Michael Jackson (2009) eurent un retentissement mondial et générèrent des manifestationsde deuil aussi de la part des institutions officielles que des « anonymes ». À y regarder de plus près, pourtant, le phénomène n’est peut-être pas si nouveau : le deuil « planétaire » n’est qu’un des aspects des deuils « collectif », favorisé notamment par les innovations technologiques. Mais les pleureuses antiques ouvrent une longue série de pratiques, de rituels et de modalités qu’il est possible de réinterroger. Ce programme procède d’une vaste ouverture chronologique, mais veut également couvrir une aire géographique large, les pratiques extra-européennes ayant toute leur place.

Annonce

Présentation

Ne peut-on en voir la première expression dans les manifestations d’affliction qui accompagnèrent la disparition de la reine Victoria, en 1901, dans tout l’Empire britannique bien sûr, mais également au-delà (tels les drapeaux mis en berne à New York) ?

Le deuil « planétaire » n’est qu’un des aspects des deuils « collectif », favorisé notamment par les innovations technologiques qui, du télégraphe à l’Internet, ont contracté l’espace-temps. Le deuil collectif (et, plus généralement, le deuil), demeure un objet qui attend son histoire, en France du moins, où même les travaux d’historiens sur la mort commencent à dater d’une trentaine d’année. Les pleureuses antiques ouvrent une longue série de pratiques, de rituels et de modalités qu’il est possible de réinterroger. Très récemment, l’historiographie des War Studies a porté beaucoup d’attention aux deuils liés aux hécatombes de masse des deux guerres mondiales, dans une perspective combinant l’histoire et la mémoire, voire la patrimonalisation de la mémoire. Dans une longue chronologie, si l’étude de la mort a été particulièrement menée par les médiévistes, la question du deuil n’a pas bénéficié du même engouement. L’institution du jour des morts par l’abbé de Cluny, le développement de la pratique des rouleaux des morts dans les communautés abbatiales, les cortèges de pleurants sur les tombeaux princiers donnent des clés de lecture d’une gestion collective de la mort. Mais bien des pratiques, notamment laïques, sont moins clairement établies, à charge pour nous d’en définir l’existence, la chronologie, les composantes, en confrontant sources textuelles, iconographiques et archéologiques.

Programme

Jeudi 5 décembre 2013 - 14h 30

  • Catherine Grandjean (directrice du CeTHiS), Accueil
  • Christine Bousquet-Labouérie et Manuel Royo (université François-Rabelais, Tours), Introduction

Expression et rituels

Présidence : Philippe Chassaigne (université de Bordeaux III)

  • Audrey Gouy (École pratique des hautes Études), L’expression du deuil dans l’iconographie étrusque. Réflexion à partir des représentations de lamentation funèbre (Vesiècle avant J.-C.)
  • Denis Jouffroy (université de Corte), La Corse : un terrain propice des démonstrations de deuils collectifs, une histoire en mouvement
  • Yossi Maurey (université hébraïque de Jérusalem), Grieving musically: Expressing Emotions in the Middle Ages
  • Gwendoline Monjal (université François-Rabelais, Tours), Le deuil impérial de Septime Sévére

Vendredi 6 décembre 2013 - 9h 30

Constitution de figures tutélaires et impacts politiques et religieux

Présidence : Yossi Maurey (université hébraïque de Jérusalem)

  • Philippe Chassaigne (université de Bordeaux III), La mort de Victoria : deuil planétaire ?
  • Dominique Barbe (université de Nouméa), Les funérailles des saints à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge : un triomphe
  • Paule Desmoulière (université Paris-Sorbonne), Panorama des recueils collectifs de poésie funéraire (France/Italie/Grande-Bretagne – fin XVIe-début XVIIe siècle)
  • Alexandra Vanleen, La mort du Buddha Siddharta Cakyamuni, sa veillée funèbre puis sa crémation et le partage des reliques
  • Michael S. Drake (university of Hull), The body of Mohammed Bouazizi and other political funerals

Discussion générale et conclusions

Lieux

  • Université François-Rabelais, salle de conférences, 5e étage de la BU - 3 rue des Tanneurs
    Tours, France (37)

Dates

  • jeudi 05 décembre 2013
  • vendredi 06 décembre 2013

Mots-clés

  • deuils collectifs, deuils planétaires, rituel

Contacts

  • Christine Bousquet
    courriel : christinebousquet [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Camille Prieux
    courriel : cethis [at] univ-tours [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Des pleureuses au « deuils planétaires » », Colloque, Calenda, Publié le mardi 03 décembre 2013, http://calenda.org/268996