AccueilLe document et sa fonction : une clef de lecture des sociétés antiques et médiévales ?

Le document et sa fonction : une clef de lecture des sociétés antiques et médiévales ?

The document and its function: a key to reading ancient and medieval societies?

*  *  *

Publié le mardi 03 décembre 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Cette journée d'étude est destinée aux jeunes chercheurs et organisée par Janua, l'association des étudiants antiquisants et médiévistes rattachés aux laboratoires CESCM et HeRMA ainsi qu'à l'université de Poitiers. Le sujet de cette journée portera sur la notion de fonction comme clef de lecture potentielle des sociétés antiques et médiévales.

Annonce

Argumentaire

Fondamentale pour définir le rôle d’un document dans une société, la notion de fonction mérite une réflexion sur les enjeux de sa définition. Les dictionnaires de la langue française stipulent qu’une fonction est une « action particulière d'une chose dans un ensemble » (Robert, 2010). Cependant, il peut être utile de distinguer les fonctions initiales d’un document, c'est-à-dire les effets souhaités lors de sa réalisation ou de sa mise en œuvre, des rôles qui ont pu lui être assignés au cours du temps.

Les fonctions doivent assurément être différenciées des usages qui, parfois imprévus et souvent plus nombreux, dépassent couramment les vocations initiales de l'objet. Lorsqu’une fonction a été identifiée, on peut également affiner l’analyse en cherchant ce qui, à l’intérieur de celle-ci, relève de la norme (définie par une communauté, intégrée par chacun de manière plus ou moins inconsciente et complète) et ce qui relève de l’intention (finalité consciente recherchée par l’individu ou le groupe d’individus à l’origine du document).

Cette réflexion sur la raison d’être d’un artefact peut intervenir à toutes les étapes de la recherche : lors de la définition du sujet (choix d’un type de source), au cours de l’analyse (vérification d’hypothèses antérieures, élaboration d’une typologie), en conclusion (résultats). Bien qu’incontournable, le recours à la notion de fonction pose de nombreuses questions méthodologiques.

Les fonctions d’un document étant rarement explicitées par son créateur, il importe alors de déterminer comment le chercheur peut les établir. Pour cela, il doit disposer d’informations sur l’environnement matériel de son objet d’étude (lieu de production et de réception) mais aussi sur son environnement culturel (autres productions intellectuelles, connaissances techniques, pratiques sociales associées).

Mais comment corréler ensuite la connaissance du contexte avec les caractéristiques internes d’un document (matériau, forme, décor, contenu sémantique) sans glisser vers la sur-interprétation ? À quel point peut-on connaître l’intention de l’auteur d’un objet ou d’un texte ?

Une fois ce minutieux examen achevé, il reste à établir la place que doit occuper ce type d'interprétation au sein d’une étude. Les fonctions reconnues pour un document ou pour un ensemble de documents sont-elles communes à d’autres types de sources ? Sont-elles nécessairement complémentaires ou peuvent-elles être indépendantes, voire contradictoires ? Sont-elles représentatives d’un discours normatif ou de pratiques isolées ? Ont-elles varié selon les époques ? Sont-elles plus importantes que les significations portées par un document ou que les pratiques qu’il a suscitées ? Suffisent-elles pour révéler la pluralité des usages qui ont pu se développer autour de l’objet étudié ?

L’objectif de cette journée d’étude est de favoriser l’échange de réflexions sur la méthodologie, afin de contribuer à l’élaboration du discours scientifique sur les périodes antiques et médiévales.

Les participants devront donc s’appuyer sur les résultats de leurs recherches pour nourrir leur argumentation, mais les présentations n’auront pas pour but premier de divulguer une synthèse de leurs travaux.

Modalités d'envoi des propositions

La communication est ouverte à tout jeune chercheur (étudiants en Master, doctorants et docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans), spécialisé en sciences humaines ou expérimentales, qui travaille sur les civilisations antiques ou médiévales.

Les communications réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées dans les Annales de Janua.

Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs veillera à la sélection des propositions de communication (orale puis écrite) et accompagnera les jeunes chercheurs dans une démarche de publication scientifique.

Les demandes de renseignements complémentaires et les propositions de communication sont à envoyer à l’adresse suivante : assoc_janua@hotmail.fr .

Il est demandé un résumé de 250 mots max. ainsi qu’un curriculum vitae.

Date limite des candidatures : 31 janvier 2014, 18 heures.

Comité scientifique 

  • Nadine DIEUDONNE-GLAD (MCF, archéologie antique)
  • Yves LAFOND (Pr, histoire antique)
  • Claire LAMY (MCF, histoire médiévale)
  • Cinzia PIGNATELLI (MCF, philologie médiévale)
  • Ghislaine STOUDER (MCF, histoire antique)
  • Cécile VOYER (MCF, histoire de l'art médiéval)

Lieux

  • UFR Sciences Humaines et Arts - Université de Poitiers - 15 Rue de l'Hôtel Dieu
    Poitiers, France (86)

Dates

  • vendredi 31 janvier 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Antiquité, Moyen-Âge, méthodologie, fonction, document, productions intellectuelles

Contacts

  • Maé Sibéril
    courriel : assoc_janua [at] hotmail [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Maé Sibéril
    courriel : assoc_janua [at] hotmail [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le document et sa fonction : une clef de lecture des sociétés antiques et médiévales ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 03 décembre 2013, http://calenda.org/269661