AccueilRegards sur, pensées de l’Amérique latine

Regards sur, pensées de l’Amérique latine

Miradas sobre, pensamientos de América Latina

Perspectives and thoughs of Latin America

Développement et démocratie dans la globalisation. Réflexions à partir des sciences sociales critiques

Desarrollo y democracia en la globalización, reflexiones a partir de las ciencias sociales críticas

Development and democracy in globalisation. Reflections based on the critical social sciences

*  *  *

Publié le mercredi 18 décembre 2013 par Luigia Parlati

Résumé

En prenant appui sur les sciences sociales critiques, ce colloque cherchera à problématiser la situation latinoaméricaine en contexte de globalisation. Pour cela, il proposera d’organiser la réflexion autour de deux axes majeurs: le développement d’une part, la démocratie d’autre part. Pour chacun de ces axes, il proposera d’analyser les concepts utilisés pour rendre compte de la réalité latino-américaine, mais aussi de voir dans quelle mesure les pratiques alternatives en matière de développement et de démocratie sont porteuses de savoirs spécifiques. Ce colloque cherchera à proposer un espace où pourront être discutés à la fois des regards critiques mobilisés sur l'Amérique latine et des savoirs critiques produits par l'Amérique latine en les situant dans le cadre, synchronique et diachronique, des relations qu’elles entretiennent avec d’autres régions du globe : Europe, Afrique, Asie…

Annonce

Argumentaire

En prenant appui sur les sciences sociales critiques, ce colloque cherchera à problématiser la situation latinoaméricaine en contexte de globalisation. Pour cela, il proposera d’organiser la réflexion autour de deux axes majeurs: le développement d’une part, la démocratie d’autre part.

Pour chacun de ces axes, il proposera d’analyser les concepts utilisés pour rendre compte de la réalité latino-américaine, mais aussi de voir dans quelle mesure les pratiques alternatives en matière de développement et de démocratie sont porteuses de savoirs spécifiques.

De façon plus large, il s’agira non seulement de se pencher sur la singularité des expériences latinoaméricaines mais aussi de situer celles-ci dans le cadre, à la fois synchronique et diachronique, des relations qu’elles entretiennent avec d’autres régions du globe: Europe, Afrique, Asie, etc.

En d'autres termes, ce colloque cherchera à proposer un espace où pourront être discutés à la fois des regards critiques mobilisés sur l'Amérique Latine et des savoirs critiques produits par l'Amérique Latine.

Le projet épistémologique qui sous-tend ce colloque est en effet de contribuer à la mise en place de logiques « de reconnaissance et de justice cognitives », qui puissent soutenir les demandes traditionnelles en matière de justice sociale, favoriser l’émergence de modèles plus solidaires de développement et contribuer à un approfondissement du projet démocratique.

Le Colloque veut avancer dans un processus d'articulation de réseaux de recherche sur l'Amérique Latine, tant dans ce continent comme dans le reste du monde et se dirige vers les chercheurs et chercheuses de toutes les latitudes qui ont des travaux de recherche sur l'Amérique Latine. Les regards critiques 'sur' et 'du' continent et le dialogue avec d'autres régions constituent un élément important à tenir en compte pour la présentation des contributions.

Le Colloque se déroulera autour de tables de travail durant les deux journées prévues qui seront établies selon les contributions sélectionnées par le comité scientifique, dans les deux axes de travail thématiques : Développement et Démocratie. Les contributions seront présentées dans des panels avec la modération d'un chercheur de l'Université Catholique de Louvain.

Axes thématiques

AXE I : Développement : réalités, concepts critiques et pratiques alternatives en Amérique Latine

Durant le XXe Siècle, la grande majorité des pays d'Amérique Latine ont mis en place des modèles de développement inspirés par l'économie et par des visions linéaires et mécaniques du progrès selon lesquelles la modernisation des sociétés traditionnelles à l'image des pays occidentaux apparaît comme le principal objectif. Ceci montre que le développement est un appareil basé sur un seul système de connaissances: celui de l'occident moderne, tout en marginalisant, instrumentalisant et déqualifiant tout système de connaissances et toute vision du monde non-occidental.

L'invention d'un discours dominant sur le développement supporté par différentes structures de pouvoir, a été une barrière significative pour la compréhension des articulations et des dynamiques du tissu social, mais pareillement pour la création de rationalités alternatives permettant une action sociale et politique éloigné des critères économicistes et développementalistes.

Divers secteurs sociaux du continent entier autour de ses différentes résistances, mouvements, luttes, protestes et/ou conflits ont donné naissance à, d'un côté, des sources importantes de pensée critique qui gagnent aujourd'hui de plus en plus de visibilité, et d'un autre côte, des diverses formes alternatives d'assumer le processus de développement. Des langues comme le swahili ou le maya Guatemaltèque, décrivent le développement comme un processus de 'réveil en action', preuve de l'existence de rationalités alternatives qui mobilisent des compréhensions différentes du monde et de l'être dans ce monde.

Le principal objectif de cet axe de travail est celui de promouvoir un espace de débat dasn le but de re-penser et mettre en question le concept et la pratique du développement depuis les sciences sociales critiques. Ceci dans le cadre actuel d'importantes transformations au sein du continent latino-américain et de sa relation avec le monde.

Cet axe comprend au moins trois aspects: i) les regards et concepts alternatifs par rapport à la théorie et le discours sur le développement, ii) les analyses des stratégies, conflits, alliances et relations de pouvoir dans la régulation et mise en œuvre des modèles de développement en Amérique Latine, iii) les pratiques alternatives des sujets ou collectifs sociaux dans le continent dans le cadre du processus de développement, tout en situant leur histoire et contexte particuliers.

AXE II : Démocratie: dynamiques, analyse critique et processus alternatifs en Amérique Latine

Depuis les vagues dictatoriales et d'autoritarismes qui ont frappé l'Amérique Latine durant les décennies de 1960 et 1970, la démocratie s'est profilée comme un modèle d'organisation sociale qui garantirait l'exercice des libertés individuelles et collectives, et la transition vers une société plus juste en termes sociaux et économiques.

Malgré ceci, le processus de démocratisation suivi para la région a eu deux caractéristiques qui ont empêché la réalisation de ces promesses. D'une part, les modèles démocratiques construits dans la région ont été fonctionnels à la mise en place du modèle néolibéral de développement et à l'émergence de relations sociales qui le soutiennent, et d'autre part, la transition vers la démocratie fût agencée d'en haut par des élites politiques ou économiques,produisant des formes démocratiques de basse intensité caractérisées par d'incontestables traits de délégation. La conjugaison de ces dynamiques a été à l'origine de modèles formels de démocratie représentative fonctionnels avec la consolidation d'un modèle économique et social caractérisé par l'inégalité.

Malgré ceci, les contradictions et les limites propres du modèle ont amené, postérieurement, à l'émergence de nouvelles subjectivités et à la mise en place de processus de revendication de nouveaux modèles démocratiques et de nouvelles logiques redistributives et de justice sociale. Le besoin de penser de nouvelles formes de démocratie et son potentiel d'émancipation dans un contexte préfiguré par les nouvelles logiques d'accumulation capitalistes, vient d'en bas, au sein des processus collectifs. A ceux-là se greffent l'émergence et la consolidation de gouvernements alternatifs dans la région.

L'analyse critique de la démocratie en Amérique Latine constitue, alors, un exercice fondamental pour comprendre les alternatives et les logiques d'action collective qui mettent en question et qui reconfigurent les principes et les portées des processus démocratiques.

L'objectif de cet axe de travail est celui d'explorer les reconfigurations de la démocratie en Amérique Latine dans une perspective de reconnaissance de nouvelles subjectivités politiques émergentes, dans un contexte dans lequel existe une combinaison de nouvelles logiques de régulation et d'émancipation. La démocratie comme gouvernement, comme forme d'organisation sociale et comme moyen pour l'autonomie et l'émancipation, mérite d'une analyse critique qui rend visible la pensée et les processus sociaux en Amérique Latine, dans un contexte de dialogue et de discussion avec des perspectives produites dans d'autres contextes.

Modalités d'envoi des propositions

Les chercheurs intéressés à envoyer une contribution doivent envoyer un résumé (abstract) de 500 mots comme maximum, à l'adresse mailcolloqueucl2014@gmail.com

avant le 1 janvier 2014 

Les auteurs doivent signaler dans quel axe de travail s'inscrit leur contribution.

La présentation des contributions pourra être réalisée en espagnol, portugais et/ou français. Une compréhension passive de ces langues est souhaitée. Les meilleures contributions et les mémoires du Colloque seront recueillis dans une publication.

Le Colloque se réalisera le 24 et 25 avril 2014 à Louvain-la-Neuve, Belgique.
Appel à contributions / call for papers: jusqu'au 1er janvier 2014.
Acceptation des contributions: 30 janvier 2014.
Programme définitif: Février 2014.

Un Comité Scientifique sera chargé de la sélection des contributions, d'établir le programme définitif du Colloque et de réaliser la publication.

Comité scientifique

Président: Prof. Michel Molitor

Membres:

Représentants du CriDIS:

  • Jean De Munck
  • Geoffrey Pleyers
  • Thomas Périlleux
  • Mathieu Berger
  • Représentants du DVLP:
  • Andreia Lemaître
  • Isabel Yépez del Castillo
  • An Ansoms

À confirmer :

  • Sonia Álvarez Leguizamón (Argentine)
  • Betty Espinoza (Equateur)
  • Cesar Giraldo (Colombie)
  • Raúl González (Chili)
  • Leopoldo Múnera (Colombie)
  • Roig Rivera (Costa Rica)
  • Roberto Rubio (El Salvador)
  • Ricardo Salas (Chili)
  • Miguel Urrutia (Chili)
  • Elisabeth Yelin (Argentine)
  • Frederic Vandenberghe (Brésil)

Comité d'organisation

  • Luisa Tovar (Abya-Yala)
  • Andrés Felipe Mora (Abya-Yala)
  • Nicolás Orellana Águila (CriDIS)
  • Carlos Ramírez Chaves (DVLP)
  • Caryse Courteville (CriDIS)
  • Stéphanie Lorent (CED)

 

 

Lieux

  • Louvain-la-Neuve, Belgique (1348)

Dates

  • mercredi 01 janvier 2014

Mots-clés

  • Amérique latine, démocratie, développement

Contacts

  • Nicolás Orellana Águila
    courriel : colloqueucl2014 [at] gmail [dot] com
  • Andrés Felipe Mora
    courriel : colloqueucl2014 [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Nicolás Orellana
    courriel : nicolas [dot] orellana [at] student [dot] uclouvain [dot] be

Pour citer cette annonce

« Regards sur, pensées de l’Amérique latine », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 18 décembre 2013, http://calenda.org/270197