AccueilLe sport au service du développement : enjeux et perspectives

Le sport au service du développement : enjeux et perspectives

Sport in the service of development, issues and perspectives

Premier congrès international de l'ISSEP de Gafsa / Tunisie

First ISSEP international conference, Gafsa / Tunisia

*  *  *

Publié le jeudi 19 décembre 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Le premier congrès international de l'Institut supérieur du sport et de l'éducation physique de Gafsa se tiendra à la ville de Gafsa (Sud Ouest de la Tunisie) du 10 au 12 avril 2014. Les organisateurs de ce congrès lui ont choisi un sujet relevant de l'actualité de leur pays : le sport au service du développement, enjeux et perspectives.

Annonce

Argumentaire

En Tunisie, comme dans d’autres pays du Maghreb, le développement a été considéré depuis l’indépendance non seulement comme un objectif primordial de toutes les stratégies économiques mises en place dans ce pays mais aussi comme une finalité ayant toujours fait l’unanimité de toutes les sensibilités politiques et de toutes les catégories sociales. Cet objectif tracé essentiellement par l’Etat, s’est même transformé avec le temps, en une « idéologie » orientant dans une large mesure le processus de changement social qu’avait connu la société tunisienne tout le long des cinq dernières décennies.

Outre les changements économiques ayant abouti à la parution de nouveaux secteurs de production (particulièrement les industries manufacturières et le tourisme), l’idéologie du développement a également suscité de profondes mutations sur le plan socioculturel. Bien évidemment, c’est dans cette perspective que l’on pourrait expliquer le développement du domaine sportif ainsi que les changements observés au niveau des rapports des Tunisiens aux activités physiques et sportives et à leur corps en général. Ces changements se sont traduits surtout par l’émergence d’un double phénomène : en premier lieu, celui d’une société de plus en plus sportive ; en second lieu celui de la multiplication et de la différenciation des acteurs, opérateurs et prestataires sportifs. Cette nouvelle situation aurait conduit aussi bien à une diversification accrue des pratiques sportives qu’à une redéfinition plus large du concept de sport pour lui permettre de désigner toute cette diversité. Il y a lieu d’établir ainsi une certaine correspondance entre l’idéologie de développement mobilisée et les pratiques des agents en place, en vue de mieux comprendre ces mutations et de les interpréter aussi objectivement que possible.

Le rôle de l’Etat dans la promotion du sport ainsi que le rôle politique qui lui a été attribué durant plusieurs années, en plus des caractéristiques globales d’inégalité et de vulnérabilité qui le caractérisent à l’état actuel, ne témoignent à notre avis que de son attachement au projet politique du développement et non à une véritable dynamique sociétale pouvant conduire vraisemblablement aux changements radicaux cités précédemment. De même, et sachant que cette même « idéologie de développement » a été à l’origine de l’éclatement du mouvement de protestation qui a abouti à ce que nous appelons aujourd’hui « la révolution tunisienne » en évoquant à très haute voix, cette fois-ci, les problèmes de chômage, de pauvreté, d’exclusion, de corruption, d’inégalité et de déséquilibre régionaux, le rôle que pourrait jouer le sport dans le développement n’a pas encore fait l’objet d’une interrogation scientifique qui pourrait rassembler les différents intervenants dans le domaine du sport autour des questions suivantes : quel serait l’avenir du sport dans le nouveau paysage social encore en construction, à tous les niveaux: politique, économique et culturel ? Quelle serait sa part dans le processus de changement dans lequel les Tunisiens se sont engagés depuis des années ? Quels seront les obstacles majeurs pour une telle participation ?

Outre ces questions, ne serait-il pas alors légitime de s’interroger sur les éventuelles perspectives que le sport, comme acteur incontournable de développement nécessitant de nouvelles compétences et de nouveaux partenaires et manifestant réellement un véritable besoin d’un nouveau mode d’organisation et de fonctionnement, pourrait probablement offrir pour le développement du pays ? Ne serait-il pas légitime de s’interroger également sur les défis que les intervenants dans le domaine du sport auront à relever pour s’assurer de sa meilleure mobilisation?

Axes thématiques

Sans prétendre à l’exhaustivité, ce congrès scientifique international qui se tiendra à Gafsa (sud-ouest de la Tunisie), s’articulera autour des axes de réflexion suivants :

  • Premier axe: analyse sociohistorique du sport et de son développement en Tunisie (les étapes du développement du sport, sport et professionnalisme, sport et médias, sport et genre, sport et politique, etc)
  • Deuxième axe : les opportunités du domaine sportif en matière de développement (sport et développement local, lutte contre la pauvreté et le chômage, rentabilité économique, marché sportif, sport et tourisme, etc)
  • Troisième axe: les nouvelles orientations en sciences du sport : sport et éducation, didactique des APS, sport et performance, méthodes d’entrainement, sport et intégration, sport et citoyenneté, etc)
  • Quatrième axe : hors thèmes : cet axe est ouvert à tous les chercheurs dont les travaux ne se situeront pas dans l’un des trois premiers axes du congrès.

Modalités de participation

Les résumés de communication, (500 mots maximum), sont à envoyer à l’une des adresses suivantes : issepgf.colloque01@gmail.com ou ben_jannet2004@yahoo.fr

Langue du congrès : Arabe, Français et Anglais

Calendrier :

31 janvier 2014 : date limite d’envoi des résumés

  • - 15 février 2014 : notifications aux auteurs
  • - 31 mars 2014 : envoi des textes définitifs

Frais d’inscription 

Les frais d’inscription incluent le transport à l’intérieur du pays (pour les étrangers) et l’hébergement des participants en pension complète pour les 03 jours du congrès. Ces frais sont comme suit :

- Etudiant ou doctorant Tunisien: 50 Dinars Tunisiens

- Etudiant ou doctorant étranger : 100 Euros

- Enseignant Tunisien : 100 Dinars Tunisiens

- Enseignant étranger : 150 Euros

Coordinateurs du congrès

- Dr, Zouheir BENJANNET, Enseignant chercheur, directeur de l’ISSEP de Gafsa

- Mouhamed Nafti Béjia, Enseignant chercheur. ISSEP Gafsa

 

 

 

 

 

Dates

  • vendredi 31 janvier 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • sport, développement, jeunes, professionnalisme, genre, politique, performance

Contacts

  • Zouheir Ben Jannet
    courriel : ben_jannet2004 [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Zouheir Ben Jannet
    courriel : ben_jannet2004 [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le sport au service du développement : enjeux et perspectives », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 19 décembre 2013, http://calenda.org/270343