AccueilGenre et travail social

Genre et travail social

Gender and social work

Le Sociographe n°49

Sociographie journal no.49

*  *  *

Publié le jeudi 19 décembre 2013 par Julie Abbou

Résumé

Le travail social produirait des effets de subjectivation sur les personnes qu’il entend accompagner et, en tant qu’ensemble de pratiques relationnelles formant un champ, l’institution qu’il forme (peuplée de professionnels, d’étudiants, de formateurs, d’usagers…) disposerait elle-même d’une vie psychique autonome. Nous souhaiterions, dans ce numéro, interroger la place qu’occupe le genre dans l’articulation de ces deux niveaux d’analyse.

Annonce

Argument

Le travail social produirait des effets de subjectivation sur les personnes qu’il entend accompagner et, en tant qu’ensemble de pratiques relationnelles formant un champ, l’institution qu’il forme (peuplée de professionnels, d’étudiants, de formateurs, d’usagers…) disposerait elle-même d’une vie psychique autonome. Nous souhaiterions, dans ce numéro, interroger la place qu’occupe le genre dans l’articulation de ces deux niveaux d’analyse.

Dans le domaine éducatif, les professionnels se font régulièrement les vecteurs de l’idéologie selon laquelle le monde n’a de sens qu’à être « genré » (avec les tout-petits, on s’inquiète souvent très tôt de savoir s’ils se reconnaissent dans le genre qui correspond au réel de leur sexe et de leur corps). En ce sens, ne pouvons-nous pas comprendre certains dispositifs éducatifs comme des outils du « biopolitique », qui participeraient ainsi à la catégorisation binaire du monde (les hommes d’un côté, les femmes de l’autre), faisant du travail social un « reproducteur » de cet ordre ?

D’un autre côté, nous savons que les transgenres et les travestis, qui subvertissent le genre, sont soutenus par de nombreuses institutions du travail social, tout comme d’autres participent à la lutte contre la domination d’un genre sur l’autre (on pense notamment ici aux associations féministes qui défendent le droit des femmes). Dans cette optique, ne faut-il pas admettre que le travail social peut aussi participer à une forme d’émancipation par rapport au genre ?

La vie psychique de l’institution « travail social » est, elle aussi, à questionner du côté du genre. On entend régulièrement dire de ce secteur professionnel qu’il est très « féminin », d’une part parce qu’il est majoritairement composé de femmes mais aussi parce que la fonction du soin (et du prendre soin) est historiquement référée au motif féminin. Comment, dans les structures éducatives où les jeunes et moins jeunes sont régulièrement en quête d’autorité, les femmes occupent-elles ces places historiquement dévolues aux hommes et aux pères ? Par ailleurs, nous savons que dans ce secteur professionnel, les postes d’encadrement sont majoritairement occupés par des hommes ; comment pouvons-nous comprendre ce paradoxe ? Le discours des formateurs ne véhicule-t-il pas, sans le savoir, un ensemble de « clichés » qui participe à cet état de fait ?

Si les travaux sur le genre remettent en question l’équation « sexe femelle = genre féminin = fonction maternelle » (et son versant masculin), l’un des enjeux de ce numéro pourrait être de bousculer certaines évidences, de telle sorte qu’à chacun des trois niveaux (réel du sexe, identité de genre, fonction éducative) il faudrait interroger la place qu’occupent nos pratiques professionnelles dans la continuation ou au contraire la subversion de ces équations…

Modalités de soumission

Ce numéro du Sociographe vous invite à alimenter le débat sur tous ces questionnements (expériences, témoignages, recherches, analyses...).

Les accusés de réception se font à échéance du dépôt des manuscrits.

Manuscrits de 30 000 signes maximum.

Les autres recommandations sont sur le site du Sociographe : www.lesociographe.org et http://www.lesociographe.org/appel-a-auteur.html

Parution prévue pour mars 2015

Responsabilité scientifique

Dossier coordonné par Monique JEANNET (Documentaliste à l’IRTS-LR, membre du Comité de rédaction du Sociographe) et Vincent TOURNIER (Psychothérapeute et formateur à l’IRTS-LR, membre du comité de lecture du Sociographe

Dates

  • jeudi 20 mars 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • genre, travail social, segregation, representation, pratiques professionnelles, formation

Contacts

  • Monique Jeannet
    courriel : monique [dot] jeannet [at] irts-lr [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Monique Jeannet
    courriel : monique [dot] jeannet [at] irts-lr [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Genre et travail social », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 19 décembre 2013, http://calenda.org/270629