AccueilMéga-événements sportifs

Méga-événements sportifs

Large sporting events

Dynamiques métropolitaines et impacts touristiques

Metropolitan dynamics and tourist impact

*  *  *

Publié le vendredi 20 décembre 2013 par Julie Abbou

Résumé

Téros, revue de recherche universitaire en tourisme, lance un appel à textes sur les « méga-événements sportifs: dynamiques métropolitaines et impacts touristiques », pour avril 2014.

Annonce

 

Argumentaire

Conceptualisée au départ par les travaux de Ritchie (1984) et Roche (2000) et affinée plus récemment par ceux de Smith (2012) notamment, la notion de méga-événement renvoie à des manifestations festives ponctuelles ou récurrentes, d’envergure internationale et planifiées dans l’optique de renforcer l’attractivité urbaine et touristique de certains territoires. Envisagés désormais à travers divers partenariats entre des acteurs publics et privés ces méga-événements sont perçus de fait comme des catalyseurs de développement métropolitain susceptibles d’affirmer l’hégémonie et la puissance de diverses villes.

À ce titre, les méga-événements sportifs – Jeux Olympiques, Coupes du Monde de soccer, Grands-prix automobiles en particulier – sont devenus des manifestations phares engendrant des impacts structurels et touristiques considérables et extrêmement variés sur la trame urbaine des territoires hôtes (construction ou réaménagement d’équipements sportifs, de quartiers centraux ou encore de réseaux de transports). Le mythe du méga-événement sportif catalyseur est donc bien vivant et est utilisé abondamment par les autorités responsables de ces projets événementiels. Certaines expériences internationales viennent appuyer cet argumentaire (Jeux Olympiques d’été de Barcelone et de Sydney et Coupe du monde de soccer en Allemagne) et démontrent qu’il est possible via l’accueil de ces manifestations de dynamiser la trame urbaine de certains territoires et d’accroître leur offre touristique.

Cependant, miser sur des méga-événements sportifs pour développer divers espaces est une opération risquée et semée « d’embûches ». Le premier et souvent le principal danger potentiel est l’écart existant entre les exigences des Fédérations Internationales et autres organisations mondiales sportives pour l’accueil de ces manifestations et les besoins locaux sportifs et touristiques. À ce titre, plusieurs échecs retentissants (Jeux Olympiques d’été de Montréal, Athènes ou encore Pékin) ont démontré qu’il est assez facile de tomber dans l’euphorie de ces méga-événements sportifs en planifiant des réalisations urbaines grandioses et spectaculaires mais toutefois complètement déconnectées des réalités locales.

Cette problématique gagne encore en complexité lorsque ces manifestations sont réalisées dans des pays en voie de développement, où les demandes sociales et les inégalités urbaines sont criantes. Le Comité International Olympique (CIO) tout comme la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) tentent de développer leur hégémonie mondiale et par le fait même d’offrir leurs produits événementiels sur de nouveaux marchés émergents tels que l’illustrent la dernière Coupe du monde de soccer organisée en Afrique du Sud (2010) et la prochaine au Brésil (2014) ou encore les Jeux Olympiques d’hiver de 2014 en Russie et ceux d’été de 2016 à Rio de Janeiro. De leur côté, ces métropoles émergentes voient dans ces méga-événements la possibilité de gravir certains échelons de la hiérarchie urbaine mondiale et d’accroître leurs poids économiques et touristiques à des échelles continentales et mondiales. Cependant ces projets urbains et événementiels ne sont pas sans risques pour ces nouvelles destinations métropolitaines surtout lorsque ces derniers sont implantés dans des territoires où les droits des citoyens sont régulièrement bafoués.          

Ainsi l’objectif général de ce dossier spécial de la revue Téoros est de mener une réflexion sur les dynamiques métropolitaines et les impacts touristiques engendrés par l’accueil de ces méga-événements sportifs sur le moyen et le long terme. Par conséquent, les articles proposés peuvent porter sur le phénomène touristique ponctuel lié au méga-événement et parallèlement sur les répercussions touristiques et urbaines post-événementielles sous l’angle notamment de la gestion et de la mise en valeur des héritages sportifs. Nous invitons donc les auteur(e)s à s’intéresser aux problématiques suivantes ou à en présenter des analyses empiriques :

  • Théories et paradigmes sur la notion de méga-événement sportif comme catalyseur de développement touristique;
  • Gouvernance et planification de l’organisation de méga-événements sportifs dans une perspective touristique;
  • Conflits sociaux et enjeux politiques entourant l’organisation de méga-événements sportifs;
  • Méga-événements sportifs et tourisme comme vecteurs de régénération urbaine;
  • Aménagement de grands équipements sportifs et développement touristique;
  • Méga-événements sportifs et gestion des héritages touristiques;
  • Enjeux touristiques dans les villes émergentes hôtes de manifestations sportives internationales.
  • Toute autre question liée à la thématique.

Modalités de soumission

Les auteur(e)s doivent faire parvenir un manuscrit rédigé préférablement en français présenté selon les règles de la revue, disponibles au www.teoros.revue.org/168. (AUCUNE NOTE DE BAS DE PAGE, PAS D’ALINÉAS, DISCIPLINE ET CADRE THÉORIQUE PRIMANT SUR LE CAS).

Les textes soumis, en format Word (pas de PDF), doivent compter environ 7000 à 7500 mots et doivent comprendre un objectif (question) de recherche clairement énoncé ; un descriptif de la méthodologie de recherche employée, et un volet théorique. Une étude de cas peut s’ajouter à ces éléments mais sans monopoliser l’ensemble de l’espace alloué au texte. Le lectorat de Téoros est international. Les auteur(e)s sont invité(e)s à tenir compte de cette réalité dans la présentation de leur cas d’étude afin de les rendre accessibles aux lecteurs moins familiers avec la destination étudiée.

Chaque article doit inclure les nom et prénom de tous les auteurs, leur titre principal et leur affiliation (une seule), leur adresse électronique (courriel) et postale, un résumé de 150 à 200 mots maximum en français, ainsi qu'une une liste des mots clés (maximum de 5). Les auteurs sont invités à fournir 3 ou 4 illustrations, libres de droits et en haute résolution (300 dpi) en indiquant clairement la légende de la photo et le nom du photographe.

Les manuscrits soumis pour la publication dans Téoros doivent apporter une contribution scientifique originale. Les auteurs restent responsables du contenu et des opinions exprimés ainsi que de la correction des données et des références bibliographiques.

La date limite pour soumettre un texte est le 15 avril 2014.

Les propositions de textes doivent être adressées à la revue : teoros@uqam.ca

Veuillez inscrire « MÉGA-ÉVÉNEMENTS » dans la ligne de sujet. Pour plus d’information, veuillez contacter Madame Anne FOURNIER, adjointe à la rédaction  (teoros@uqam.ca)

Responsabilité scientifique

Rédacteurs invités, responsables du dossier :

  • Romain Roult (Université du Québec à Trois-Rivières)
  • Sylvain Lefebvre (Université du Québec à Montréal)

TÉOROS

Téoros est un périodique de recherche universitaire de langue française. La revue, multidisciplinaire, a été crée en 1982 et est publiée deux fois l’an. Téoros est membre de l’Association canadienne des revues savantes (ACRS) et reconnue par l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur de France (AERES).

 

Dates

  • mardi 15 avril 2014

Mots-clés

  • méga-événement, sport, tourisme, ville, impact touristique

Contacts

  • Alain A. Grenier
    courriel : grenier [dot] alain [at] uqam [dot] ca

Source de l'information

  • Alain A. Grenier
    courriel : grenier [dot] alain [at] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Méga-événements sportifs », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 20 décembre 2013, http://calenda.org/270657