AccueilProtection sociale et pays en émergence

Protection sociale et pays en émergence

Social protection and emerging countries

Revue française des affaires sociales (RFAS)

Revue française des affaires sociales (RFAS)

*  *  *

Publié le vendredi 27 décembre 2013 par Julie Abbou

Résumé

La Revue française des affaires sociales, revue à comité de lecture en sciences humaines et sociales, lance un appel à contributions pour son numéro 2-2014 sur « Protection sociale et pays en émergence ». Cet appel à contributions s’adresse aux chercheurs en droit, économie, histoire, géographie, sociologie et science politique. Les articles sont attendus au plus tard le 28 février 2014.

Annonce

Cet appel à contributions s’adresse aux chercheurs en droit, économie, histoire, géographie, sociologie et science politique.

Argumentaire

Les pays en émergence prennent une  part croissante dans l’économie mondiale : outre  les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), qui pèsent aujourd’hui 27% du PIB mondial, on peut considérer comme « émergents » des pays de taille plus réduite, cependant engagés sur des trajectoires similaires depuis une vingtaine d’année ayant comme points communs :

  • une croissance rapide du PIB et de l’investissement,
  • une pleine inscription dans la libéralisation des échanges,
  • l’accueil de capitaux étrangers notamment dans les ressources agricoles et énergétiques,
  • la constitution de classes moyennes aux niveaux de vie proches de celles des pays développés,
  • une marche, certes plus ou moins rapide, vers une démocratisation des Etats,
  • une importante activité pour promouvoir des relations stratégiques sur le plan international et au sein des organisations internationales.

Au total, la place de l’ensemble des pays émergents dans l’économie et dans les échanges internationaux est devenue essentielle.

Or la question de la protection sociale dans ces pays se pose avec acuité au regard de plusieurs conséquences de la mondialisation avec notamment :

  • l’accélération de l’industrialisation et de l’urbanisation de ces pays,
  • l’apparition de nouvelles conditions de vie et d’organisation familiale,
  • la constitution de nouveaux groupes sociaux – parfois revendicateurs,
  • le développement d’un « benchmarking social international »,
  • l’intervention importante des organismes internationaux, dont la position a fortement évolué dans ce domaine dans les vingt dernières années.

La protection sociale que ces pays peuvent apporter à leur population est un nouvel enjeu pour les sociétés et les économies de ces pays. En outre, dans le contexte de compétition économique exacerbée que nous connaissons, elle l’est aussi pour les pays industrialisés. Les coûts du travail étant des facteurs importants de compétitivité pour les uns et les autres sur de nombreux marchés, se pose la question d’un éventuel « dumping social ». Les pays industriels sont également susceptibles de tirer bénéfice d’une amélioration de la couverture sociale de leurs partenaires émergents (qualité et productivité de la main d’œuvre mobilisable, par exemple.

Tous les pays émergents ont été confrontés à la nécessité de mettre en place des réformes de grande ampleur afin de gérer les problèmes générés par les mutations économiques et sociales en cours. Cependant, chacun des pays en émergence a dû faire face à des défis spécifiques : vieillissement de la population plus ou moins accentué, part plus ou moins élevée de la population vivant « d’économie informelle » et sans couverture sociale, chômage plus ou moins persistant, inégalités de revenus d’ampleur variable. Ces pays ont aussi hérité de systèmes de protection sociale significativement différents : certains ont connu un système communiste de protection sociale (Chine, Russie) donnant une place essentielle à l’entreprise ; d’autres étaient fondés sur des régimes bismarckiens, (Brésil, Chili et Mexique jusqu’aux réformes des années 80) ; d’autres pays encore (Afrique du sud) étaient marqués par l’influence anglo-saxonne…

Aussi peut-on se poser une question générale : l’émergence économique, financière et internationale a-t-elle son équivalent dans le domaine de la protection sociale ? On pourrait en effet penser qu’une importante créativité s’est développée dans ce domaine, à voir les modèles « innovants » de programmes qui ont été adoptés dans nombre de ces pays : programmes de transferts monétaires « avec contreparties » (Conditionnal Cash Transfers Programmes) qui ont connu de nombreuses versions, privatisations des régimes publics ou au contraire création de nouveaux régimes sociaux dans le domaine des pensions… Certains pays ont créé ou adapté de tels modèles tout en réformant leurs systèmes de protection sociale « historiques », d’autres ont commencé par détruire leurs systèmes de protection au moment de la libéralisation rapide des années 90 puis ont procédé à leur reconstruction totale, d’autres encore s’essaient à achever la mise en place de dispositifs encore dans l’enfance au moment de leur décollage économique.

L’ambition de ce numéro de la RFAS est de faire le point des connaissances, en favorisant aussi bien des articles approfondissant l’analyse de réformes mises en œuvres dans un seul pays, que des approches délibérément situées dans une perspective comparative ou transversale.

Tels que définie ci-dessus, la notion de pays émergent n’a bien entendu pas de frontières rigides. Par définition, sont exclus de l’appel à contributions  les pays « développés » ainsi que les pays les moins avancés (PMA). Par ailleurs, pour centrer le propos de façon aussi cohérente que possible, nous avons également décidé, d’une part, de ne pas prendre en considération les « pays en transition de l’Europe de l’Est » membres de l’Union Européenne (dont les évolutions pourraient le cas échéant faire l’objet d’un appel à propositions ultérieur), et d’autre part, d’appeler des propositions traitant centralement d’évolutions récentes (15 dernières années – ce qui n’exclut naturellement pas la prise en compte de racines plus anciennes de mouvements ou de situations présentes).

La RFAS souhaite rassembler, dans des disciplines telles que l’économie, la sociologie, la science politique, le droit, l’histoire contemporaine, des contributions originales sur plusieurs thèmes.

Thèmes

Thème 1 : La transition vers de nouveaux régimes de protection sociale.

  • Comment les pays émergents ont-ils géré leur adaptation à la nouvelle économie mondiale ? Dans cet esprit on pourra par exemple s’interroger sur les points suivants :
  • Comment ont-ils géré leur héritage de protection sociale ? Quelles inflexions ont été introduites ? Vers quel type de solutions se sont-ils orientés ? Comment se recombinent articulations particulières entre la famille (restreinte ou lignage), les communautés, l’entreprise ou l’Etat ? Dans quelle mesure les orientations retenues se rapprochent-elles ou s’écartent-elles de « modèles » anciens ou traditionnels du monde développé ?
  • Dans ces processus, quelle part, quelles positions ont pris respectivement les différentes catégories de groupes sociaux ou de « partenaires sociaux » (syndicats et employeurs, mais également pouvoirs publics nationaux et locaux, églises et autres organismes influents…) ?
  •  Concernant notamment l’accélération ou le ralentissement du rythme des réformes, quel rôle ont joué respectivement, d’une part, les différents éléments de l’argumentaire économique à court ou à long terme (compétitivité, satisfaction de la demande, équilibre des finances publiques investissement social…), et d’autre part,  certaines évolutions  récentes des sociétés contemporaines : par exemple démographiques (vieillissement) ou territoriales (urbanisation)?
  • Où se situe-t-on aujourd’hui dans l’évolution de mouvements qui ont prédominé sans plusieurs pays - par exemple, privatisations des systèmes de pensions : quelle a été la permanence des fonds de pension confrontés à la crise des années 2008 et suivantes (thème sur lequel les travaux nombreux conduits dans les années 1990-début 2000 ne semblent pas avoir été aussi largement poursuivis) ?

Thème 2 : Les impacts et l’efficacité des nouveaux dispositifs de couverture sociale.

L’impact économique et social du développement d’une protection sociale peut être analysé au regard de plusieurs éléments :

  • la compétitivité des entreprises et des économies nationales - globalement ou pour certains secteurs plus ou moins soumis à la concurrence (des distorsions se sont-elles produites par exemple entre secteurs selon qu’ils sont plus ou moins entrés dans le cercle de nouvelles réformes ? Peut-on repérer un phénomène de dumping social vis-à-vis des pays de l’OCDE ?),
  • les inégalités sociales (et de castes, etc.),
  • la place des femmes dans la société et leurs conditions de vie,
  • le fonctionnement des réseaux de sociabilité et de solidarité (famille, rapports inter générations et intra territoriaux…),
  • la prise en charge de la grande pauvreté.

Même si toutes les données ne sont pas disponibles pour évaluer l’efficacité de certaines réformes, le recul temporel manque moins désormais. Les éléments d’appréciation de l’efficacité de ces réformes les plus « rustiques » ne sont pas à négliger : que sait-on du nombre de personnes couvertes pour les différents risques sociaux aujourd’hui ? Quels sont les catégories les plus nettement « bénéficiaires » - selon les situations professionnelles ou statutaires (on pense aux Mingong et aux Hukou chinois), mais aussi selon les ressources (les plus pauvres ayant parfois été protégés au titre de régimes d’assistance, il arrive que les catégories « gagnantes » soient plus proches de catégories sociales « moyennes ») ?

Au total, il s’agit d’améliorer :

  • d’une part notre connaissance des situations couvertes et non couvertes. Qui est couvert par quoi et comment ? Quels groupes sociaux par quelles structures institutionnelles ? Peut-on toujours opposer « économie formelle » et « économie informelle » ?
  • d’autre part notre connaissance des fonctionnements des systèmes de protections sociale. Que peut-on dire de la gouvernance des systèmes dans ces pays ? Des sources d’expertise ? Que se passe-t-il lorsque les bailleurs de fond qui ont contribué à mettre en place de tels systèmes se retirent ?

Thème 3 : Importance, portée et limites des politiques d’investissement social.

Depuis la fin des années 90, la protection sociale considérée en termes « d’investissement social » a commencé à avoir la primauté au niveau international. Les programmes les plus emblématiques en sont Opportunades/Progresa (depuis 1996) et la Bolsa Familia (2003) qui ont essaimé aujourd’hui aussi bien en Amérique latine qu’en Asie. Cette approche prend racine dans une période historique marquée par la dérégulation des économies et part du principe qu’il convient d’octroyer un revenu complémentaire aux ménages en dessous du seuil de pauvreté en conditionnant son octroi au respect des obligations scolaires et de santé des enfants et des mères. Elle valorise une approche de lutte contre la pauvreté intergénérationnelle quand les programmes classiques sont accusés de se contenter d’agir ex-post sur les risques sociaux. Une importante littérature a soutenu intellectuellement l’émergence de cette conception particulière d’une action de protection sociale.

Tant pour des raisons théoriques que pratiques, il serait important aujourd’hui de faire le point en termes pratique des apports de ces programmes, de leurs résultats et des difficultés ou des questions qu’a pu rencontrer leur mise en place.

Modalités de soumission

Des informations complémentaires sur le contenu de cet appel à contributions peuvent être obtenues auprès de Marianne Berthod-Wurmser : marianne.berthod@wanadoo.fr ou de François-Xavier Merrien : Francoisxavier.Merrien@unil.ch qui coordonnent le numéro.

Les articles doivent être rédigés en français ou en anglais.

Les auteurs souhaitant proposer un article en réponse à cet appel à contributions devront l’adresser, accompagné d’un résumé et d’une présentation de l’auteur (cf. « consignes aux auteurs ») à l’adresse suivante : rfas-drees@sante.gouv.fr

au plus tard le 28 février 2014.

Les consignes aux auteurs (incluant les normes rédactionnelles) sont disponibles sur : http://www.drees.sante.gouv.fr/IMG/pdf/recommand_articles-2.pdf

Coordination

Marianne Berthod-Wurmser

François-Xavier Merrien

Comité de lecture

  • Jean-François AKANDJI- KOMBE, École de Droit de la Sorbonne
  • Patrick AUBERT, Conseil d’Orientation des Retraites
  • Floran AUGAGNEUR, Institut d’études politiques de Paris
  • Jean-Claude BARBIER, Centre d’économie de la Sorbonne
  • Daniel BENAMOUZIG, Centre de sociologie des organisations,
  • Didier BLANCHET, INSEE
  • Anne-Marie BROCAS, Inspection Générale des Affaires Sociales
  • Laurent CAUSSA, Haut Conseil du Financement de la protection sociale
  • Christine CHAMBAZ, CNAF Direction des Statistiques, des Études de la Recherche
  • Yolande COHEN, Université du Québec à Montréal-Département d'histoire
  • Gérard CORNILLEAU, Observatoire Français des Conjonctures Économiques
  • Thibaut DE SAINT POL, Etat de santé de la population, DREES
  • Michel DOLLE, Economiste
  • Brigitte DORMONT, Université Paris Dauphine
  • Bruno DUMONS, LARHRA - Ville et Sociétés urbaines
  • Patrice DURAN, Département de sciences sociales, ÉNS Cachan
  • Bénédicte GALTIER, DARES
  • Patrick HASSENTEUFEL, Université Versailles-Saint-Quentin - CARPO
  • Jean Michel HOURRIEZ, Conseil d’orientation des retraites
  • Arnaud LECHEVALIER, Université Paris I ; Lise UMR 3320 CNAM – CNRS
  • Michel LEGROS, Département des sciences humaines, sociales et des comportements de santé, SHSC- EHESP
  • Brigitte LESTRADE, Université de Cergy-Pontoise - CIRAC- UFR
  • Pierre LOMBRAIL, Université Paris 13, Département de santé publique UFR SMBH 
  • François Xavier MERRIEN, Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales et politiques - BFSH2
  • Michel NAIDITCH, IRDES
  • Jean-Luc OUTIN, Centre d'Économie de la Sorbonne
  • Marie REYNAUD, Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie
  • Victor G. RODWIN, Wagner/ New York University
  • Chloé TAVAN, DARES
  • Michel VILLAC, Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances

Dates

  • vendredi 28 février 2014

Mots-clés

  • protection sociale, pays en émergence, BRICS, mondialisation, benchmarking social international

Contacts

  • françoise leclerc
    courriel : rfas-dress [at] sante [dot] gouv [dot] fr
  • Marianne Berthod-Wurmser
    courriel : marianne [dot] berthod [at] wanadoo [dot] fr
  • François-Xavier Merrien
    courriel : Francoisxavier [dot] Merrien [at] unil [dot] ch

URLS de référence

Source de l'information

  • françoise leclerc
    courriel : rfas-dress [at] sante [dot] gouv [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Protection sociale et pays en émergence », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 27 décembre 2013, http://calenda.org/271542