AccueilL’analyse temporelle comme convergence disciplinaire

L’analyse temporelle comme convergence disciplinaire

Temporal analysis as disciplinary convergence

*  *  *

Publié le lundi 13 janvier 2014 par Luigia Parlati

Résumé

En archéologie comme en histoire, le temps est une condition dynamique que l’on explore sous des angles extrêmement différents comme la synchronie, la diachronie, la mémoire, l’enchevêtrement des temporalités braudéliennes mais aussi les rythmes et leurs changements. Pour ces disciplines, le temps est un objet d’étude en soi, y compris sur un plan plus particulièrement quantitatif : « l’analyse temporelle » a fait l’objet de réflexions théoriques et de développements pratiques féconds. Il y a donc une dimension technique et philosophique à cette réflexion sur le temps, que viennent nourrir les statistiques et l’informatique dont il faut pouvoir tenir compte dans une recherche historique approfondie.

Annonce

Argumentaire

Aujourd’hui l’analyse temporelle se résume le plus souvent à l’étude de séries chronologiques continues telles que le prix du pain au cours des années, l’évolution des salaires sur une période donnée, etc… Cependant, la locution « analyse temporelle » renvoie à des séries plus complexes : mesures faites à des instants irrégulièrement espacés, séries à valeurs entières, séries de « présence-absence», réseaux sociaux observés dans le temps. L’analyse des réseaux sociaux, la cartographie statistique, l’analyse de séquences, toutes les techniques d’analyse de données portent potentiellement une étiquette temporelle. De nombreuses techniques mobilisant les statistiques et l’informatique ont été développées dans ces cadres.

En particulier, les techniques de visualisation des données connaissent un développement extraordinaire permettant des explorations approfondies, combinant spatialisation, temporalité et perception culturelle. En ces domaines les transformations sont rapides et les sollicitations fortes tant les perspectives liées à l’explosion de la quantité de données et leur facilité d’accès et de stockage stimulent le besoin « d’y voir quelque chose ».

Les besoins de classification, de périodisation superposant rupture et continuité, les approches de la notion de cycle, de perception des interactions diachroniques entre des acteurs sociaux (réseaux sociaux), d’analyse de trajectoires ou bien encore de gestion des temporalités floues dans des gisements de données sont autant de points de convergence entre les mathématiques appliquées, l’informatique et les sciences humaines.

En tenant pleinement compte de cette dimension interdisciplinaire, nous souhaitons poser le problème de la « série temporelle » pour dresser un catalogue de ses conceptions et de ses usages, c’est-à-dire des divers états de l’art. En relever les interactions certaines, possibles et probables sera en soi un premier résultat.

Programme

10 janvier 2014 , 14h   

Comment stocker et interroger le temps ?

La première session du séminaire sera consacré à la façon dont on peut stocker et interroger le temps dans des bases de données.

  • 14h-14h15 : Introduction- présentation des enjeux
  • 14h15-15h : [Etat de l'art ] Cédric du Mouza (CNAM), Représentation et interrogation de données temporelle.
  • 15h-15h40 : [Expérimentation en sciences humaines] Koen Van Daele (Onroerend Erfgoed, Flanders Heritage), titre à venir

Pause-café

  • 16h-16h30 : [ Des données en pâture] François Xavier Dudouet (CNRS, Paris Dauphine), Prosopographie des élites économiques
  • 16h30-17h30 : Discussion et conclusion de la journée

21 février 2014, 14h

Données longitudinales, trajectoires (Madalina Olteanu)

28 mars 2014, 14h 

Visualisation du temps (fabrice Rossi)

11 avril 2014 , 10h

Séries temporelles (Julien Alerini et Stéphane Lamassé)

6 mai 2014

Salle C21.02

  • 14h30 : Hélène Noizet  (Lamop, Université Paris 1 )
  • 14h45-15h40 [Etat de l'art] Christian Grataloup (Université Paris VII-Denis-Diderot) - BD ou dessin animé ? La synchronie de la carte peut-elle figurer la diachronie ?
  • 15h40-16h10 [Etude de cas] Patricia Bordin  (IGN) - Approche géomatique de la  modélisation du temps
  • 16h10-16h40 [Données en pâture] Hélène Noizet - Quelle étude temporelle de Paris dans Alpage ?

23 mai 2014

La temporalité dans les réseaux sociaux (Nathalie Villa-Vialaneix)

Lieux

  • Université Paris 1 - 17 rue de Tolbiac
    Paris, France (75013)

Dates

  • vendredi 10 janvier 2014
  • vendredi 21 février 2014
  • vendredi 11 avril 2014
  • mardi 06 mai 2014
  • vendredi 23 mai 2014

Mots-clés

  • mathématiques, statistiques, informatique, histoire, archéologie, sociologie, sciences politiques

Contacts

  • Madalina Oltéanu
    courriel : Madalina [dot] Olteanu [at] univ-paris1 [dot] fr

Source de l'information

  • Stéphane Lamassé
    courriel : stephane [dot] lamasse [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’analyse temporelle comme convergence disciplinaire », Séminaire, Calenda, Publié le lundi 13 janvier 2014, http://calenda.org/272374