Accueil1314, une Europe en crise ?

1314, une Europe en crise ?

1314, Europe in crisis?

Regards sur la conjoncture politique européenne à la mort de Philippe le Bel

Perspectives on the European political conjuncture at the death of Philippe le Bel

*  *  *

Publié le jeudi 02 janvier 2014 par Julie Abbou

Résumé

À l’occasion du 700e anniversaire de la mort de Philippe le Bel, le présent colloque entend examiner la conjoncture politique européenne de l’année 1314. Cette année a en effet vu s’accumuler nombre d’événements qui ont déstabilisé les structures politiques en place, temporairement ou durablement. Faut-il y voir les symptômes d’une crise, conçue comme la rupture des équilibres socio-politiques antérieurs, à l’image de la crise de 1315-1316 dans le domaine économique ? Il s'agira donc d'examiner dans une perspective comparatiste la situation politique durant l'année 1314 et les transformations que se font alors jour. C'est également l'unité ou la fragmentation de l'espace politique européenne que l'on tentera d'appréhender, afin de déterminer s'il est possible de définir une conjoncture politique à l'échelle européenne.

Annonce

Colloque organisé dans le cadre du GDR « Les Capétiens et leur royaume » à l’occasion du 700e anniversaire de la mort de Philippe le Bel

Argumentaire

À l’occasion du 700e anniversaire de la mort de Philippe le Bel, le présent colloque entend examiner la conjoncture politique européenne de l’année 1314. De fait celle-ci a vu s’accumuler nombre d’événements qui ont déstabilisé les structures politiques en place, temporairement ou durablement. Dans le royaume de France, l’exécution du maître du Temple Jacques de Molay, le scandale des brus du roi, l’expédition avortée de Flandre et la naissance d’un mouvement inédit de contestation de l’autorité royale précèdent la mort de Philippe le Bel, le 29 novembre 1314. Dans le Midi, le décès de Clément V laisse l’Église sans chef pour plus de deux ans ; l’une de ses dernières actions a été la nomination de Robert d’Anjou, roi de Sicile, comme vicaire impérial en Italie – un véritable coup de force. Dans l’Empire, justement, les élections conjointes de Louis de Bavière et de Frédéric le Beau inaugurent une longue période de troubles ; à Lucques, se met en place la seigneurie du fameux Castruccio Castracani. Enfin, dans le royaume d’Angleterre, à peine apaisé après le soulèvement de Thomas de Lancastre, le conflit écossais se solde par la défaite de Bannockburn.

Cette conjonction d’événements fait la part belle aux conflits et aux situations d’instabilité politique, auxquels semble bientôt faire écho la grande crise frumentaire de 1315-1316 : faut-il voir dans les événements exceptionnels de l’année 1314 les symptômes d’une crise, conçue comme la rupture des équilibres socio-politiques antérieurs, à l’image de la crise de 1315-1316 dans le domaine économique ? Pour répondre à cette question, il convient de joindre à l’analyse synchronique des événements de l’année 1314 l’examen sur le temps long des cadres socio-politiques en place et de leurs transformations au début du xive siècle. Ainsi sera-t-il possible de mieux mesurer l’exemplarité ou, au contraire, la singularité de l’année 1314. Il s’agira aussi, sur le modèle de récents travaux qui ont réexaminé la chronologie du retournement de la conjoncture économique à l’aube du xive siècle, d’interroger à nouveaux frais l’opposition, toujours sous-jacente dans l’historiographie, entre le « beau » siècle de saint Louis et le « temps de crises » que constituerait le xive siècle.

Enfin, en encourageant les approches comparatistes pour dégager tout à la fois les traits communs et les particularismes des différentes entités étatiques d’Occident et de leurs sociétés politiques, ce colloque sera l’occasion d’évaluer la cohérence et l’interdépendance de celles-ci : quelles convergences idéologiques les unissent, dans une chrétienté marquée par la récente querelle entre Boniface VIII et Philippe le Bel ? Comment interagissent-elles, en temps de paix comme en temps de guerre ? Autant d’éléments essentiels pour mesurer la fragmentation ou l’unité des espaces politiques qui composent l’Occident et pour déterminer s’il est possible d’appréhender une conjoncture politique à échelle européenne.

Dans cette perspective, sera accordée une attention particulière :

  • à la composition et aux structures de la société politique dans les différents États, ainsi qu’à ses évolutions ;
  • au fonctionnement des pouvoirs politiques et à leurs facteurs de transformation ;
  • aux éventuelles sources d’instabilité politique (successions, conflits armés…) et aux modalités de résistance qui s’offrent contre les pouvoirs en place ;
  • aux relations politiques à échelle internationale, qu’elles soient institutionnelles ou interpersonnelles, et à la place que tiennent les conflits armés dans ces échanges.

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à adresser

avant le 15 février 2014

à :

Olivier Canteaut : olivier.canteaut@enc.sorbonne.fr

et

Xavier Hélary : xavier.helary@paris-sorbonne.fr

Responsabilité scientifique

  • Olivier Canteaut (Centre Jean-Mabillon, Ecole nationale des chartes)
  • Xavier Hélary (Centre Roland-Mousnier, université Paris-Sorbonne),

Lieux

  • 28, rue Serpente
    Paris, France (75006)

Dates

  • samedi 15 février 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • 1314, Philippe le Bel, conjoncture politique

Contacts

  • Olivier Canteaut
    courriel : olivier [dot] canteaut [at] free [dot] fr
  • Xavier Hélary
    courriel : xhelary [at] hotmail [dot] com

Source de l'information

  • Olivier Canteaut
    courriel : olivier [dot] canteaut [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« 1314, une Europe en crise ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 02 janvier 2014, http://calenda.org/272481