AccueilViolences dans les institutions universitaires

Violences dans les institutions universitaires

Violence in university institutions

Représentations, régulations et jurisprudences

Representations, regulations and jurisprudence

*  *  *

Publié le vendredi 03 janvier 2014 par Julie Abbou

Résumé

Viol, bizutage, menaces, harcèlement, injures, sanctions inexpliquées, humiliations, agressions verbales et non verbales, les violences constituent le lot quotidien de chaque être humain. Souvent dissimulées, les violences entravent l’évolution académique des étudiants, des enseignants et des agents qui forment cette communauté. Or, l’université, définie comme un milieu d’excellence, de formation et de circulation des élites, même si elle semble outillée à appréhender et à combattre les violences, est elle-même génératrice de celles-ci. Force est alors de constater que ces violences se manifestent sous plusieurs formes et touchent actuellement toutes les catégories d’individus. Malgré tout, les études sur le domaine des violences, leur symbolique, leurs représentations et leur gestion au sein de la communauté universitaire ne font pas légion. Cet ouvrage fournit l’occasion aux chercheurs de présenter des recherches sur les violences en milieu universitaire.

Annonce

Argumentaire

Viol, bizutage, menaces, harcèlement, injures, sanctions inexpliquées, humiliations, agressions verbales et non verbales, les violences constituent le lot quotidien de chaque être humain. Souvent dissimulées, les violences entravent l’évolution académique des étudiants, des enseignants et des agents qui forment cette communauté. Or, l’université, définie comme un milieu d’excellence, de formation et de circulation des élites, même si elle semble outillée à appréhender et à combattre les violences, est elle-même génératrice de celles-ci. Force est alors de constater que ces violences se manifestent sous plusieurs formes et touchent actuellement toutes les catégories d’individus. Malgré tout, les études sur le domaine des violences, leur symbolique, leurs représentations et leur gestion au sein de la communauté universitaire ne font pas légion. Cet ouvrage fournit l’occasion aux chercheurs de présenter des recherches sur les violences en milieu universitaire. Il sera possible de répondre au questionnement suivant : comment peut-on alors expliquer l’origine des violences à l'égard des populations vulnérables ? Comment les différentes formes de violences expressives ou vécues prennent-elles place dans le monde socio-universitaire ? Comment l’université entrevoit-elle les actes explicites ou implicites de violences et entend les gérer? Les actes de régulation endogènes ne sont-ils pas emprunts de violences et susceptibles de générer d’autres formes de violence ? Pour répondre à ces questions, de nombreux aspects sociaux et linguistiques demandent à être soulevés, réinterrogés, ré-analysés. Le débat est d’autant plus important que les violences universitaires, induites par certaines représentations sociales, culturelles, linguistiques, religieuses et politiques, constituent à tout le moins un enjeu collectif majeur car il touche à la paix sociale. L’environnement universitaire et les violences y vécues et générées par lui, successivement envisagés comme critères de problématisation et de contextualisation, expriment à la fois un domaine de recherche et un objet d’étude. Aussi, la présence universelle de ce phénomène invite les chercheur-e-s de tous les horizons à l’appréhender dans une perspective transdisciplinaire. Etudier les violences conduit à des modes de construction physique, symbolique et morale d’un individu ou d’un collectif évoluant en milieu universitaire. Axes thématiques Les travaux proposés pourront porter sur :

  • Axe 1 : « La dé/construction des violences en milieux universitaires»
  • Axe 2 : « Stéréotypes et préjugés sur les violences en milieux universitaires »
  • Axe 3 : « Représentations sociales et linguistiques des violences »
  • Axe 4 : « Formes de jurisprudences : régulation ou répression violente ? »
  • Axe 5 : « Expressions langagières et morphosyntaxiques des violences »
  • Axe 6 : « Violences universitaires et réponses institutionnelles »
  • Axe 7 : « Violences, enjeux sociaux et perspectives »

Conditions de soumission

Produire un texte de 8 pages minimum 15 pages maximum (bibliographie inclus), interligne 1.5, taille 12 ; police Times New Romans ; marges normales de 2,5.

Seront particulièrement observés les éléments suivants :

  • Préciser l’axe de la communication sur l’offre de publication,
  • la pertinence et la cohérence du problème,
  • l’originalité de la proposition,
  • les aspects rédactionnels (plan, style, orthographe et vocabulaire)
  • ainsi que le mode de présentation.

Les communications sont à envoyer en format Word à : viusoumissions@gmail.com

Mode d’évaluation

Sur réception des articles, les membres du Comité éditorial et les rédacteurs invités en font une première sélection sur la base de leur pertinence aux objectifs de l’ouvrage.

Un accusé de réception est envoyé à l’auteur afin de l’aviser de la réception de l’article et de sa recevabilité.

Tous les articles pré-sélectionnés seront soumises à un processus d’évaluation à l’aveugle, par deux membres du comité scientifique international.

Les résultats de l’évaluation seront communiqués aux auteurs principaux au plus tard deux mois après réception de l’article.

En cas de contradiction entre les lecteurs, l’article sera soumis à un troisième. En dernier lieu, les membres du comité éditorial trancheront.

Au terme des lectures, les experts établissent un rapport soumis ensuite au comité éditorial qui prend l’une des décisions suivantes :

  • publication en l’état,
  • publication avec corrections mineures,
  • publication avec corrections majeures,
  • refus de publication et observations générales.

Une notification de la décision finale sera faite par courriel à l’auteur. Si besoin, une lettre des coordonnateurs informera les auteurs de la décision motivée qui a été prise.

Calendrier

  • Date limite d’envoi des contributions en français ou en anglais: 31 mars 2014
  • Date limite de retour aux auteurs : 31 mai 2014
  • Date pour retour définitif des articles 31 juillet 2014
  • Parution prévue pour : Janvier 2015

Comité scientifique

  • Jules ASSOUMOU (Université de Douala)
  • Gratien ATINDOGBE (Université de Buéa)
  • Hermann BATIBO (Université de Edmond BILOA (Université de Yaoundé I)
  • Jean BIYON (Université de Douala)
  • Chandelle EBALE MONEZE (Université de Yaoundé I)
  • Camille EKOMO ENGOLO (Université de Douala)
  • Louis Martin ONGUENE ESSONO (Université de Yaoundé I)
  • Innocent FASSE (Université de Douala)
  • Robert FOTSING (Université de Dschang)
  • Fred HAILON (France)
  • Gabriel MBA (Université de Yaoundé I)
  • Barnabé MBALA ZE (Université de Yaoundé I)
  • Honoré MIMCHE (Université de Yaoundé II)
  • Tidjet MOUSTAPHA (Université de Béjaïa)
  • Colette MVOTO (Université de Douala)
  • Julia NDIBNU-MESSINA ETHÉ (Université de Douala)
  • NJIKAM SAVAGE (Université de Douala)
  • Evariste NTAKIRUTIMANA (Université Nationale du Rwanda)
  • Marie Chantale NTYAM (Université de Douala)
  • Richard OMGBA (Université de Yaoundé I)
  • Charles OSSAH EBOTO (Université de Maroua)
  • Jean Claude REDJEME (Université de Bangui)
  • Sylvain REOUTAREM (Université de N’djamena)
  • Pius TAMANJI (Université de Yaoundé I)
  • Aboura YASMINA (Université de Algérie)
  • Emmanuel YENSHU VUBO (Université de Buéa)
  • Joseph Marie ZAMBO (Université de Douala)

Lieux

  • Université de Douala
    Yaoundé, Cameroun (1782)

Dates

  • lundi 31 mars 2014

Mots-clés

  • violences, sociologie, linguistique, histoire, psychologie, droit, sciences de l'éducation, université

Contacts

  • Julia Ndibnu
    courriel : ju_messina [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Julia Ndibnu
    courriel : ju_messina [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Violences dans les institutions universitaires », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 03 janvier 2014, http://calenda.org/272980