AccueilFigures de la « variation » médiatique : stratégies, discours, dispositifs

Figures de la « variation » médiatique : stratégies, discours, dispositifs

Figures of media variations: strategies, discourses, measures

Appel à articles pour le dossier 2014 de la revue Les enjeux de l’information et de la communication

Call for articles for the 2014 issue of the Les enjeux de l’information et de la communication journal

*  *  *

Publié le mercredi 08 janvier 2014 par Luigia Parlati

Résumé

Quels sont les processus de conception, de circulation, de réécriture et de diffusion induits par les inter-relations entre supports médiatiques ? Les agencements de dispositifs d’information et de communication peuvent prendre de multiples formes : webdocumentaire associé à un docufiction télévisuel, récits transmédias, blogs de bande-dessinées, marketing expérientiel déclinant un produit unique sur différents médias... Les travaux attendus prendront en compte les productions et les réalisations dans le domaine de la variation médiatique à partir des dimensions sociales, discursives et organisationnelles des pratiques et des projets professionnels, et à partir de la circulation des objets sémiotiques d’un média à l’autre.

Annonce

Argumentaire

Le dossier 2014 des Enjeux de l’information et de la communication porte sur les activités d’information et de communication médiatisées impliquant des processus de conception, de circulation, de réécriture et de diffusion : webdocumentaire associé à un docufiction télévisuel, récits transmédias, blogs de bande-dessinées (Bonaccorsi, 2013), marketing expérientiel déclinant un produit unique sur différents médias, etc. Ces agencements de multiples dispositifs d’information et de communication sont l’objet de stratégies établies (comme le transmédia) au sein des entreprises de presse ou des groupes de communication, ou bien correspondent à des productions spécifiques liées à des projets précis et dissociés (des « panoplies », Labelle 2008).

Le dossier est consacré aux inter-relations entre les supports médiatiques. Les travaux attendus prendront en compte les productions et les réalisations dans le domaine de la variation médiatique d’une part à partir des dimensions sociales, discursives et organisationnelles des pratiques et des projets professionnels (axes 1 et 2 de l’appel), d’autre part à partir de la circulation des objets sémiotiques (textes, images, documents audiovisuels…) d’un média à l’autre : cette circulation est elle-même source de nouvelles valeurs sociales en mobilisant de nouveaux acteurs, en mettant en œuvre d’autres formes sémiotiques, d’autres références symboliques ou d’autres statuts épistémologiques (documentaire, fiction, discours de médiation) (axe 3 de l’appel).

L’appel à communications concerne des travaux reposant sur des approches situées dans les domaines suivants : tourisme, urbanisme, patrimoine, médias… Sont également concernés les secteurs tels que la communication publique territoriale, la communication politique, l’édition …

Coordinatrices du dossier :

Julia Bonaccorsi (Laboratoire ELICO, Université de Lyon) et

Emilie Flon (Laboratoire GRESEC, Université Grenoble-Alpes)

Axes thématiques

Les contributions s’inscrivent au sein de l’un de ces trois axes :

Axe 1 : Stratégies

Ce premier axe fait l’analyse des stratégies de nouveaux acteurs sociaux impliqués autour des formes de la variation médiatique, ou identifie l’évolution de pratiques professionnelles antérieures : éditeurs numériques, agences de communication, entrepreneurs du web… Quelles sont les frontières et les perméabilités des métiers de la communication et du marketing au sein de la variation médiatique ? Quels types d’entreprises s’y impliquent ? Comment se situent les stratégies menées dans l’histoire des groupes de presse ou de communication ? Y a-t-il réactualisation de stratégies anciennes bien identifiées ou véritable nouveauté ?

Axe 2 : Caractérisations et discours

Le deuxième axe porte sur la manière de caractériser les interrelations médiatiques. Le « transmédia » constitue par exemple une catégorie indigène que l’on peut questionner, ou comparer aux travaux portant sur la diversification médiatique. Quelles sont alors les qualifications des formes et situations de ces variations médiatiques ? Quelles en sont les représentations sociales ? Les labellisations ? Dans quels processus de construction discursive ces qualifications et représentations s’inscrivent-elles ?

Axe 3 : Dispositifs

Le troisième axe analyse la matérialité des écritures de la variation médiatique, et s’intéresse au continuum depuis la diversification des supports de communication au « récit transmédia » opérant une intégration sémiotique des supports. Que révèlent les dimensions matérielles et techniques des écritures de la variation médiatique ? Quelles sont les modalités de construction des publics ? Et des rapports avec ceux-ci? (Soulez, 2013).

La distinction de ces trois axes poursuit un objectif méthodologique et analytique, cependant chaque contribution a la possibilité d’articuler les trois axes en montrant comment acteurs, discours et dispositifs fonctionnent de concert dans les situations analysées. Les propositions comprennent travaux empiriques et questionnement théorique. Une réflexion sur la qualification conceptuelle et des phénomènes est bienvenue : par exemple à travers des discussions portant sur les concepts d’intermédialité (Méchoulan, 2010), d’intermédiaticité, ou sur des propositions théoriques émergentes.

Modalités de soumission

Le dossier 2014 des Enjeux de l’information et de la communication a comme principal objectif de réunir des analyses récentes sur les questions soulevées plus haut. Les approches relevant des sciences de l’information et de la communication sont privilégiées, n’excluant pas pour autant des propositions relevant des sciences politiques, de la sociologie et de l’économie. Les travaux portant sur des expériences menées dans d’autres pays que la France sont également sollicités.

Les propositions (4000 signes espaces non compris) indiquant problématique et méthodologie sont à adresser à Benoit LAFON, rédacteur en chef de la revue (benoit.lafon@u-grenoble3.fr)

pour le 10 février 2014.

Après sélection par le comité de lecture, les premières versions complètes des textes (de 25 000 signes espaces non compris et rédigés selon les normes éditoriales des articles de la revue disponibles à cette adresse : http://w3.u-grenoble3.fr/les enjeux/pageshtml/ecrire.php) sont à remettre pour le 19 mai 2014, elles sont soumises alors à une évaluation en double aveugle.

A la suite de cette phase, la version définitive du texte (prenant en compte les éventuelles remarques et critiques des évaluateurs), incluant les corrections mineures ou majeures demandées, sera soumise au comité éditorial de la revue qui est souverain pour l’accord définitif de publication à l’automne 2014.

Références bibliographiques

  • BADIR, S., « La sémiotique aux prises avec les médias », Visible, 2008, p. 173-189.
  • BONACCORSI J., Illusions d’attente et variations médiatiques : approche ethno-sémiotique des modèles contemporains de la culture écrite, HDR en Sciences de l’information et de la communication, Celsa Paris-Sorbonne, Gripic, 2012.
  • BONACCORSI J., « Disparitions, empreintes et ubiquités : analyse intermédiatique d’un faire œuvre en bande dessinée », In, Deseilligny Oriane, Ducas, Sylvie (coord.), L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur, Presses universitaires de Nanterre, 2013, p. 87-99.
  • FLON É. 2010. « La logique de médiation de pratiques de mémoire dans les sites agrégatifs du tourisme », MEI : Médiation et Information, n°32 pp.137-146.
  • FLON É. et JEANNERET Y. 2010. « La notion de schème organisateur, outil d’analyse sémio-pragmatique des écrits d’écran », RIHM : revue des interactions humaines médiatisées, vol.11 n°1. Revue en ligne : http://europia.org/RIHM/V11N1.htm
  • GAUDREAULT, A., MARION, P. « Transécriture et médiatique narrative. L'enjeu de l'intermédialité », in André Gaudreault (dir.), Thierry Groensteen (dir.), La Transécriture. Pour une théorie de l'adaptation, Québec/Angoulême, Nota Bene/Centre national de la bande dessinée et de l'image, 1998, p. 31 à 52.
  • LABELLE, S., « « Société de l’information et aménagement documentaire du territoire : entre valorisation et saisie de l’action locale. », Sciences de la société, n°75, 2008, p. 126–139.
  • LANCIEN Thierry (2012), « Préambule », MEI, Dossier « Ecrans et médias », n°34, p. 7-11.
  • MECHOULAN, E., « Intermédialités, une histoire de famille », Intermédialités : histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques, n° 16, 2010, p. 233-259
  • PAQUIENSEGUY, Françoise (coord.), Dossier : Le(s) multi média(s) Les Enjeux de l'Information et de la Communication, n° 12/2, 2011, consulté le 10 décembre 2013.URL : http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/
  • SOULEZ G., « La délibération des images », Communication & Langages, n°176, juin 2013, p. 3-32.

La direction de la revue est assurée par un comité éditorial :

♦ Directrice de publication : Isabelle Pailliart
♦ Rédactrice en chef en charge des varia : Dominique Cartellier
♦ Rédacteur en chef en charge des dossiers : Benoit Lafon

 

 

Dates

  • lundi 10 février 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • communication, médias, stratégies, discours, dispositifs, écritures, réseaux

Contacts

  • Julia Bonaccorsi
    courriel : julia [dot] bonaccorsi [at] univ-lyon2 [dot] fr
  • Emilie Flon
    courriel : emilie [dot] flon [at] iut2 [dot] upmf-grenoble [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Benoît Lafon
    courriel : benoit [dot] lafon [at] u-grenoble3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Figures de la « variation » médiatique : stratégies, discours, dispositifs », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 08 janvier 2014, http://calenda.org/273359