AccueilEnfanter. Discours, pratiques et représentations de l’accouchement dans la France d’Ancien Régime

Enfanter. Discours, pratiques et représentations de l’accouchement dans la France d’Ancien Régime

Giving birth. Discourse, practices and representations of birth in France of the Ancien Régime

Colloque international de la SIEFAR

SIEFAR international conference

*  *  *

Publié le jeudi 09 janvier 2014 par Rémi Boivin

Résumé

L’accouchement fut, pendant de nombreux siècles, un art du ressort des femmes. Du Moyen Âge jusqu’au Grand Siècle, les femmes ont exercé leur monopole sur la pratique des accouchements en ville comme à la campagne. Mais dès le XVIIe siècle, la médicalisation de la science obstétricale a opéré un bouleversement des rôles et induit, à la fin du XVIIIe siècle, une inversion faisant de ce territoire gynocentré un territoire désormais androcentré. Cette histoire de la mise au monde passionne depuis plusieurs décennies des historiens, comme Mireille Laget et Jacques Gélis. Jusqu’à aujourd’hui, cette question de l’accouchement a principalement été envisagée d’un point de vue historique, anthropologique et sociologique, à travers les croyances, les rites, les pratiques, le vécu, la souffrance, ainsi qu’à travers les mutations survenues dans l’Europe moderne.

Annonce

Argumentaire

L’accouchement fut, pendant de nombreux siècles, un art du ressort des femmes. Du Moyen Âge jusqu’au Grand Siècle, les femmes ont exercé leur monopole sur la pratique des accouchements en ville comme à la campagne. Mais dès le XVIIe siècle, la médicalisation de la science obstétricale a opéré un bouleversement des rôles et induit, à la fin du XVIIIe siècle, une inversion faisant de ce territoire gynocentré un territoire désormais androcentré. Cette histoire de la mise au monde passionne depuis plusieurs décennies des historiens, comme Mireille Laget (Naissances : l’accouchement avant l’âge de la clinique, Paris, Le Seuil, 1982) et Jacques Gélis (L’arbre et le fruit, la naissance dans l’Occident moderne, XVIe-XIXe siècles, Paris, Fayard, 1984 ; La sage-femme ou le médecin, Paris, Fayard, 1988). Jusqu’à aujourd’hui, cette question de l’accouchement a principalement été envisagée d’un point de vue historique, anthropologique et sociologique, à travers les croyances, les rites, les pratiques, le vécu, la souffrance, ainsi qu’à travers les mutations survenues dans l’Europe moderne.

L’objectif de ce colloque organisé par la SIEFAR est de traiter la question selon une nouvelle approche en envisageant l’accouchement du point de vue du « genre ». Il s’agit de déterminer s’il a existé en France une science obstétricale féminine et masculine et d’en définir les caractéristiques sexuées à la lumière des textes et de l’iconographie, notamment en explorant dans une perspective comparatiste les pratiques, les théories et les pédagogies mis en place par les sages-femmes, par les chirurgiens accoucheurs et par les autorités religieuses.

Programme du colloque

Vendredi 31 janvier 2014

9h30 : accueil des participants et ouverture du colloque par Jacques Gélis

I. L’Art d’être sage-femme

Présidence : Jacques Gélis (Université Paris VIII)

  • 10h00 : Julie Pilorget (Université Paris IV – Sorbonne) « Comment meraleresse se doit contenir en ladite science ? ». Pratiques et représentations des sages-femmes à la fin du Moyen Âge : l’exemple d’Amiens ».
  • 10h30 : Valérie Worth (Trinity College – Université d’Oxford) « Qui assistait à un accouchement normal ou difficile 1570 -1640 ? ».

11h00 : discussion et pause

  • 11h30 : Adeline Gargam (Université de Brest) «  Un nouveau critère d’évaluation du ’’genre’’ en obstétrique : les opuscules d’accouchement écrits par les femmes aux XVIIe et XVIIIe siècle ».
  • 12h00 : Lucia Aschauer (Universität Bochum – Ruhr, Allemagne) « L'Observation obstétricale : théâtre des conflits entre acteurs, pratiques et discours de l'accouchement à la fin du XVIIIe siècle ».

12h30 : discussion

13h00 : repas

II. Les Accouchements problématiques - Les sages-femmes et la justice

Présidence : Éliane Viennot (Université de Saint-Étienne)

  • 15h00 : Laura Tatoueix (Université de Rouen) « L’Avortement dans le discours médical aux XVIe et XVIIe siècles : entre prescription, condamnation et tabou ».
  • 15h30 : Géraldine Ther (Université Toulouse 2 Le Mirail) « La Représentation des sages-femmes dans les factums de la fin de l’Ancien Régime ».
  • 16h00 : Sylvie Perrier (Université d’Ottawa, Canada) « La Surveillance du ventre. Les sages-femmes expertes des grossesses cachées ou simulées ».

16h30 :  discussion et pause

III. L’Exemple d’une sage-femme célèbre : Louise Bourgeois

Présidence: Marie-Elisabeth Henneau (Université de Liège, Belgique)

  • 17h00 : Ophélie Chavaroche (Cornell University, Ithaca) « Toucher le corps des femmes au XVIIe siècle : les écrits médicaux de Louise Bourgeois Boursier ».
  • 17h30 : Alison Klairmont (University of California, Berkeley) « Le Savoir obstétrique, la pratique, et le genre : Bourgeois et Guillemeau ».
  • 18h00 : Stéphanie O’Hara (University of Massachusetts, Dartmouth) « La Représentation de Louise Bourgeois dans une traduction anglaise du XVIIe siècle : l’histoire de l’obstétrique, la traduction, et le genre ».

18h30 :  discussion

Samedi 1er février 2014

IV. Représentations littéraires du XVIe au XVIIIe siècle

Présidence : Nathalie Grande (Université de Nantes)

  • 9h30 : Jennifer Ruimi (Université Paris 3, Sorbonne nouvelle) « Filles grosses d’enfant : de la peur au rire ».
  • 10h00 : Isabelle Brouard-Arends (Université Rennes 2) « Corps et cœur maternels en détresse, corps et cœur maternels émerveillés: évolution des représentations de la maternité dans le discours littéraire des Lumières ».
  • 10h30 : Vincent Jolivet (Université Paris IV - Sorbonne) « Accouchements libertins : Sade et la femme enceinte ».

11h00 : discussion

11h30 : repas

V. Iconographie du XVIe au XVIIIe siècle

Présidence : Danielle Haase-Dubosc (Université Columbia, Paris)

  • 13h30 : Emmanuelle Berthiaud (Université de Picardie Jules Vernes, Amiens) « Soulever le voile derrière lequel la nature se cache ». Les images médicales de la grossesse (XVIe - fin XVIIIe siècles) : quels savoirs masculins et féminins ? »
  • 14h00 : Sylvène Renoud (Université de Nantes) « Le corps de la femme accouchante, représentations et transmission des savoirs ».
  • 14h30 : Marion d’Amato (Université Toulouse 2 le Mirail) « La représentation de la femme enceinte et de la parturiente : quand les domaines artistiques et médicaux modèlent le corps féminin ».

15h00 : discussion finale et pause

16h00 : assemblée générale de la SIEFAR suivi du verre de l'amitié

Lieux

  • Reid Hall - 4 rue de Chevreuse
    Paris, France (75006)

Dates

  • vendredi 31 janvier 2014
  • samedi 01 février 2014

Mots-clés

  • sage-femme, obstétrique, accouchement, maternité, grossesse, corps féminin

Contacts

  • Marie-Elisabeth Henneau
    courriel : mehenneau [at] ulg [dot] ac [dot] be
  • Adeline Gargam
    courriel : a_gargam [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Marie-Elisabeth Henneau
    courriel : mehenneau [at] ulg [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Enfanter. Discours, pratiques et représentations de l’accouchement dans la France d’Ancien Régime », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 09 janvier 2014, http://calenda.org/273569