AccueilNouveaux accents de la poésie dialectale en péninsule Arabique

Nouveaux accents de la poésie dialectale en péninsule Arabique

Vernacular poetry in the Arabian Peninsula today

Revue Arabian Humanities n°5

Journal Arabian Humanities #5

*  *  *

Publié le mercredi 22 janvier 2014 par Rémi Boivin

Résumé

Le numéro 5 d’Arabian Humanities a pour but de déterminer quelle est aujourd’hui la place de la poésie dialectale dans les sociétés de la péninsule, les rôles et fonctions qu’elle remplit, les valeurs qu’elle porte, son implication éventuelle dans l’émergence d’États‑nations et les transformations du système tribal, avec l’émergence de goûts et de besoins nouveaux.

Annonce

Argumentaire

Dans la péninsule Arabique, la poésie représente depuis des siècles non seulement l’expression artistique par excellence mais aussi le domaine privilégié où se jouent les relations sociales. Elle ne se contente pas d’exprimer les aspirations, l’amour, les conflits et les alliances, mais elle les fait et défait, car la composition ou la récitation d’un poème est en elle‑même un acte social et politique, en temps de guerre comme en temps de paix. La pratique poétique orale dont les savants arabes de l’époque classique ont recueilli une partie de la production n’a pas cessé jusqu’à nos jours de vivre et d’évoluer au sein des peuples de la région, et si nous l’appelons aujourd’hui « dialectale », ce n’est que parce qu’une tradition savante écrite en arabe classique s’est depuis développée de façon parallèle.

Dans la seconde moitié du xxe siècle, un certain nombre d’évolutions historiques ont bouleversé les sociétés de la péninsule : industrialisation, urbanisation, sédentarisation, alphabétisation, développement de nouveaux moyens de communication… Une pratique aussi liée que la poésie à ses fonctions sociales ne pouvait qu’en être affectée. Or on constate que dans tous les pays de la péninsule, les poésies en langue non classique, chantées ou non, suscitent un intérêt tout aussi vif qu’auparavant, tant de la part des individus que des acteurs institutionnels. Elles sont particulièrement présentes à la télévision, sur internet, dans les journaux, dans l’édition (entre autres de diwan‑s), dans les festivals et concours poétiques. Elles se déploient dans un cadre qui a intégré les nouvelles technologies de communication, s’adaptant à des situations et des modes de vies renouvelés.

Le numéro 5 d’Arabian Humanities se propose de faire le point sur les caractéristiques principales mais aussi sur les limites de ces transformations, en étudiant le statut des genres poétiques dialectaux et leurs moyens de diffusion.

Le but est de déterminer quelle est aujourd’hui la place de la poésie dialectale dans les sociétés de la péninsule, les rôles et fonctions qu’elle remplit, les valeurs qu’elle porte, son implication éventuelle dans l’émergence d’États‑nations et les transformations du système tribal, avec l’émergence de goûts et de besoins nouveaux.

L’accent sera mis sur la production, la diffusion et la réception de la poésie dialectale, afin de voir comment les nouvelles techniques de communication (livre imprimé, télévision, radio, enregistreurs, téléphones portables, internet) et l’alphabétisation de masse ont affecté sa circulation et sa nature. On relèvera en particulier quels acteurs institutionnels ou informels sont impliqués dans sa diffusion. Il est probable que les pratiques poétiques elles-mêmes ont connu des transformations, qu’il s’agisse des procédés de composition, de mémorisation, de transmission, de récitation et de consommation des poèmes, ou de la façon dont ils s’insèrent dans les circonstances de leur récitation en vue d’un effet pragmatique particulier. Il est bien possible que la nature même de l’acte de composition poétique ne soit plus le même que par le passé — et, à cet égard, un examen du statut du poète dans la société est particulièrement pertinent. En conséquence de ces évolutions, on peut s’attendre aussi à constater des changements dans les caractéristiques linguistiques et formelles de la poésie, ainsi que dans son contenu, ses thèmes et ses motifs.

Une attention particulière sera portée à la diversité culturelle et sociale qui caractérise les pays de la péninsule. Les différents secteurs de la société (nomades ou sédentaires, citadins ou ruraux, alphabétisés ou non, citoyens de pays riches ou pauvres) n’ont pas forcément été touchés au même degré par ces changements récents, et il peut y avoir des disparités régionales ou linguistiques importantes (par exemple dans le statut respectif des dialectes locaux et des koïnés littéraires dialectales, voire des langues non-arabes d’Arabie). On prendra garde en particulier à la nature exacte des genres poétiques concernés (nabatī, zāmil, ḥumaynī, sawṭ, dān, etc.) et à la façon dont ils sont redéfinis dans un contexte nouveau.

Modalités de soumission

Les propositions d’article doivent être envoyées avant le 5 février 2014 aux coordinateurs :

Elles devront inclure :

  • Le titre de l’article ;
  • Un résumé de 15 à 20 lignes ;
  • Toutes les données nécessaires à l’identification de l’auteur : nom, affiliation institutionnelle et fonction, adresse professionnelle, téléphone et e-mail.

Après acceptation, la date limite de soumission des articles (limités à 9000 mots) est le 15 mai 2014. Il est demandé aux auteurs de respecter les normes de publication d’Arabian Humanities. Elles sont présentées dans la note aux contributeurs, disponibles sur http://cy.revues.org/1416 ou bien en contactant la secrétaire de rédaction Sylvaine Giraud (edition@cefas.com.ye).

Coordination

  • Mohamed Bakhouch 
  • Julien Dufour
  • Frédéric Lagrange
  • Philip Kennedy

Comité de lecture

  • Mohamed Bakhouch, Maître de conférences, Université d’Aix-Marseille
  • Peter Behnstedt, Professeur émérite, Université de Tübingen
  • Steve Caton, Professeur, Université de Harvard
  • Clive Holes, Professeur, Département des études orientales, Université d’Oxford
  • Philip Kennedy, Professeur associé, Université de New York Abu Dhabi
  • Marie-Claude Simeone-Senelle, Directrice de recherche, CNRS LLACAN
  • Saad Sowayan, Professeur émérite, Université du roi Saoud, Riyad
  • Élisabeth Vauthier, Professeur, Université de Rennes

Catégories

Dates

  • mercredi 05 février 2014

Mots-clés

  • poésie, péninsule arabique, poetry

Contacts

  • Juliette Honvault
    courriel : jhonvault [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sylvaine Giraud
    courriel : edition [at] cefas [dot] com [dot] ye

Pour citer cette annonce

« Nouveaux accents de la poésie dialectale en péninsule Arabique », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 22 janvier 2014, http://calenda.org/274321