AccueilQuand les élèves racontent l'histoire nationale

Quand les élèves racontent l'histoire nationale

When pupils recount national history

Questions à l'enseignement

Teaching questions

*  *  *

Publié le vendredi 31 janvier 2014 par Julie Abbou

Résumé

La question du récit historique rencontre un des thèmes du débat public sur la difficulté à construire un sentiment d’appartenance dans des sociétés divisées. L’école et l’enseignement de l’histoire sont volontiers pointés du doigt comme incapables d’y contribuer à la hauteur des attentes. Ces critiques reposent sur l’idée d’une transmission descendante de savoirs historiques qui échoueraient à être la source d’un récit historique commun favorisant le « vivre ensemble ». Le projet de recherche pluridisciplinaire et international (Allemagne, Catalogne, France, Québec, Suisse) mis en place par le laboratoire Éducation, Cultures, Politiques (ECP) avec le soutien de l’Ifé-ENS de Lyon, a inversé la question en recueillant des récits élaborés par des élèves dans différents pays.

Annonce

Colloque international organisé par le laboratoire Éducation, Cultures, Politiques (ECP) (Lyon 2, Ifé-ENS de Lyon, UJM Saint-Etienne) en partenariat avec l’Institut français de l’Éducation (Ifé-ENS de Lyon), les universités de Barcelone, de Bourgogne, de Corse, de Genève, de Laval à Québec, de la Réunion.

Argumentaire

Le récit historique est associé à des volontés politiques d’en faire un instrument pour une politique étatique et/ou un soutien à des revendications minoritaires. Trouvant désormais toute sa place dans le travail des historiens, l’École à son tour revalorise le récit comme moyen d’apprentissage de l’Histoire. Le récit connaît, par ailleurs, des formes diverses selon le support, les intentions, et les usages sociaux.

La question du récit historique rencontre également un des thèmes du débat public sur la difficulté à construire un sentiment d’appartenance dans des sociétés divisées. L’École, en général, et l’enseignement de l’Histoire en particulier, sont volontiers pointés du doigt comme incapables d’y contribuer à la hauteur des attentes des politiques ou des groupes en demande de reconnaissance.

Ces critiques reposent sur l’idée d’une transmission verticale et descendante de savoirs historiques qui échoueraient à être la source d’un récit historique commun favorisant le «vivre ensemble».

Le projet de recherche pluridisciplinaire et international (Allemagne, Catalogne, France, Québec, Suisse) mis en place par le laboratoire Éducation, Cultures, Politiques (ECP) avec le soutien de l’Ifé-ENS de Lyon, a inversé la question en recueillant des récits élaborés par des élèves de l’enseignement primaire, secondaire et supérieur dans différents pays. L’enquête visait à identifier les modalités, les formes, les productions, les origines d’une mémoire historique faisant «sens commun» dans les récits d’élèves, en dehors d’une situation d’évaluation scolaire.

Les résultats de l’enquête donnent à voir une forme scolaire du récit historique largement réinterprétée dans le temps et dans l’espace, sous des influences diverses (contexte, territoire, variables sociologiques) avec cependant des éléments convergents témoignant d’une construction «par en bas» d’un récit commun comme en témoignent, par exemple, les 5883 récits français.

Le colloque présente les premiers résultats de cette enquête à partir de thèmes transversaux et organise la confrontation entre les différentes réalités nationales ou infranationales. Il est l’occasion de soumettre ces résultats à la discussion et d’interroger les pratiques de recherche, d’enseignement et de formation.

Caractéristiques du colloque

  • Il est consacré à la présentation de résultats d’une enquête sur le contenu et la forme des récits de l’histoire nationale rédigés par des élèves ;
  • dans ce but, il réunit des chercheurs français, allemands, catalans, québécois, suisses de disciplines différentes (historiens, sociologues, narratologues, didacticiens, géographe) qui ont fait une enquête similaire ;
  • le colloque est l’occasion de soumettre ces résultats à d’autres chercheurs, à des formateurs ;
  • associé à une formation de formateurs, il vise à développer les liens entre recherche et formation ;
  • il donne à voir le résultat d’une recherche collaborative avec des enseignants associés à l’Ifé-ENS de Lyon.

Programme

19 mai 2014

09h30-12h30

  • Ouverture : Michel Lussault, directeur de l’Ifé-ENS de Lyon ; Yanni Gunnell, Vice-Président recherche, université Lyon 2.
  • Introduction : Françoise Lantheaume, directrice du laboratoire ECP, université Lyon 2.

QUESTIONS DE METHODE

  • Valérie Fontanieu, statisticienne, Direction des Systèmes d’Information de l’ENS de Lyon et Françoise Lantheaume, ECP, université Lyon 2. « Recueil et traitements des récits d’élève : méthodologie d’enquête et de codage des récits »

CONSCIENCE HISTORIQUE, CONSCIENCE POLITIQUE

  • Jocelyn Létourneau, université Laval, Québec. « De la conscience historique des jeunes Québécois : enseignements d'une recherche pionnière »
  • Frédéric Mole, ECP, université Jean Monnet Saint-Etienne. « Les récits des élèves français : une conscience politique en construction ? »

LA MISE EN RECIT. LES EFFETS DE LA NARRATION EN HISTOIRE

  • Bruno Garnier, UMR Lisa, université de Corse. « Mise en récit de l’histoire nationale par les élèves: les effets de la structure narrative »

14h00 - 17h30

LA MISE EN RÉCIT. LES EFFETS DE LA NARRATION EN HISTOIRE (suite)

  • Peter Carrier, Georg Eckert Institut, Allemagne. « Mise en récit de l’autorité et de la déférence narratives : exemple de récits d’élèves en Allemagne »

LES ACTEURS DE L’HISTOIRE

  • Laurence De Cock, ECP, Lyon 2, enseignante associée à l’Ifé-ENS de Lyon et Benoît Falaize, EMA, université Cergy-Pontoise. « Héros, héros collectifs et anonymes »

LES GUERRES

  • Benoît Falaize, EMA, université Cergy-Pontoise et Églantine Wuillot, enseignante associée à l’Ifé-ENS de Lyon. « Une présence massive de la guerre dans les récits d'élèves »

TERRITOIRES

  • Introduction : Olivier Loubes, lycée Saint-Sernin, Toulouse. « Historicités de la déconstruction de l'enseignement national de l'histoire »
  • Angélina Ogier-Cesari, ECP, Espé, Lyon 1. « Des récits d'histoire(s) nationale(s) en Corse »
  • Raoul Lucas, ORACLE, université de la Réunion. « Communauté de mémoire, discours sur le monde et enseignement de l'histoire à La Réunion »

20 mai 2014

09h00-12h30

TERRITOIRES (suite)

  • Stéphane Clerc, enseignant associé à l’Ifé-ENS de Lyon. « Territoires et lieux dans les récits : exemple de deux régions françaises »
  • Neuz Gonzales et Joan Pages, GREDICS, Universitat Autònoma de Barcelona. « Ce que les élèves du primaire et du secondaire savent sur l'histoire de la Catalogne »
  • Charles Heimberg, Valérie Opériol et Alexia Panagiotounakos, université de Genève. « Récits mythiques, dimension locale et silences genevois à interroger »

PATRIMOINE, RELIGIONS

  • Christelle Mazière, UMR Lisa, université de Corse. « La notion de patrimoine dans les récits des élèves »
  • Sébastien Urbanski, ECP, université Lyon 2. « Religions et modernité dans les récits des élèves: une première approche »

14h00 – 16h30

LE POLITIQUE DANS LES RÉCITS

  • Françoise Lantheaume, ECP, université Lyon 2. « Conflictualité et déterminisme : deux leviers du rapport au politique »
  • Thierry Holh, université de Bourgogne. « Événements dans l'histoire nationale: ce qu'en disent les élèves »

D’OÙ VIENNENT LES SAVOIRS DES ELEVES ?

  • Vincent Chambarlhac, Centre G. Chevrier, CNRS-université de Bourgogne. « Des savoirs historiques au défaut de l'école ? »

CONCLUSION

  • Anne-Marie Chartier, chercheur associé au LARHRA et à l'IFE-ENS-Lyon

Comité scientifique

Vincent Chambarlhac, université de Bourgogne ; Bruno Garnier, université de Corse ; Jacqueline Gautherin, université Lyon 2 ; Charles Heimberg, université de Genève ; Françoise Lantheaume, université Lyon 2 ; Jocelyn Létourneau, université Laval, Québec ; Raoul Lucas, université de la Réunion ; Frédéric Mole, université Jean Monnet Saint-Etienne ; Joan Pages, université de Barcelone.

Comité d’organisation

Jérôme Falda, Ingénierie de formation innovante, de lyon-ENS ; Françoise Lantheaume, Lyon 2 ; Marina Randriamiarisoa, gestionnaire d’ECP, Lyon 2 ; Sébastien Urbanski, ECP, Lyon 2.

Inscription : Accès au formulaire d’inscription à remplir en ligne puis à valider : http://ife.ens-lyon.fr/manfor/info_manifestation.php?man_id=280

Lieux

  • Institut français de l’Éducation (Ifé) de l’ENS de Lyon - 19 allée de Fontenay
    Lyon, France (69007)

Dates

  • lundi 19 mai 2014
  • mardi 20 mai 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • récits, école, identité, comparaison, histoire, sociologie, didactique, formation

Contacts

  • Françoise Lantheaume
    courriel : francoise [dot] lantheaume [at] univ-lyon2 [dot] fr
  • Jérôme Falda
    courriel : jerome [dot] falda [at] ens-lyon [dot] fr

Source de l'information

  • Sébastien Urbanski
    courriel : sebastien [dot] urbanski [at] univ-lyon2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Quand les élèves racontent l'histoire nationale », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 31 janvier 2014, http://calenda.org/274919