AccueilLire Frédéric Mistral en 2014

Lire Frédéric Mistral en 2014

Reading Frédéric Mistral in 2014

Thèmes, formes et langue d’une littérature

Themes, forms and the language of litterarure

*  *  *

Publié le lundi 10 février 2014 par Luigia Parlati

Résumé

Le centenaire de la mort de Frédéric Mistral fait partie des commémorations nationales pour l’année 2014. Cela pourrait être l’occasion, au-delà des festivités et manifestations prévues, de remettre en lumière l’œuvre du grand poète provençal. En effet, nous sommes plusieurs à penser que si le nom de Mistral demeure plus ou moins connu, parfois cité plus ou moins à bon escient, son œuvre est peu lue, peu de critiques s’y réfèrent, et si quelques ouvrages ont vu le jour ces dernières années, ils ne suffisent pas à faire reconnaître comme il se devrait l’œuvre mistralienne. Nous nous proposons donc d’organiser un colloque sur l’œuvre de Frédéric Mistral qui sera organisé à Béziers les 20 et 21 novembre 2014.

Annonce

Argumentaire

Le centenaire de la mort de Frédéric Mistral fait partie des commémorations nationales pour l’année 2014. Cela pourrait être l’occasion, au-delà des festivités et manifestations prévues, de remettre en lumière l’œuvre du grand poète provençal. En effet, nous sommes plusieurs à penser que si le nom de Mistral demeure plus ou moins connu, parfois cité plus ou moins à bon escient, son œuvre est peu lue, peu de critiques s’y réfèrent, et si quelques ouvrages ont vu le jour ces dernières années, ils ne suffisent pas à faire reconnaître comme il se devrait l’œuvre mistralienne.

Nous nous proposons donc d’organiser un colloque sur l’œuvre de Frédéric Mistral. Cette manifestation aura lieu à Béziers, au CIRDOC, les 20 et 21 novembre 2014. Dès à présent, plusieurs établissements universitaires (Pau, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Nice) et plusieurs chercheurs ont manifesté leur intérêt.
Nous vous proposons donc d’orienter votre réflexion selon quatre axes différents :

  1. L’œuvre mistralienne proprement dite. Il s’agira de renouveler les approches critiques (textuelles, stylistiques, génériques, génétiques, psychanalytiques…) et de confronter le texte mistralien à une lecture critique, que ce soit pour les grands poèmes (Mirèio, Calendau, Nerto et Lou Pouèmo dóu Rose) ou pour des pièces mineures ou dispersées (poèmes recueillis dans Lis Isclo d’Or ou Lis Óulivado notamment), poésies ou proses. La critique a déjà dégagé diverses thématiques mistraliennes qu’il conviendrait de cerner et d’étudier à nouveau.
  2. La stratégie littéraire mistralienne est double, provençale et française. Elle s’inscrit dans l’histoire littéraire des pays d’oc, en Provence en premier lieu, mais déborde très vite, et largement, sur l’ensemble des territoires de la langue d’oc. D’autre part, la lecture « française » de Mirèio a considérablement marqué cette reconnaissance, et Mistral est l’un des premiers écrivains d’oc à trouver un certain écho à Paris. Nous envisagerons de cerner avec plus d’acuité les antériorités et postérités mistraliennes dans la propre production d’oc, ainsi que les échos que cette œuvre a pu susciter dans les lettres françaises ainsi que dans les littératures « périphériques », sans oublier, bien sûr, la Catalogne.
  3. La réception critique de l’œuvre mistralienne est importante. Il faudrait en faire plus amplement l’histoire, en mesurer l’ancrage dans la critique du XIXe siècle à nos jours, en évaluer la portée sociale sur l’image de l’œuvre et au-delà sur celle de la Provence. D’un autre point de vue, il serait nécessaire d’étudier les contenus et les formes des essais critiques consacrés à Mistral, sans oublier la personnalité même des essayistes, ainsi que la place que tient cette œuvre dans leur champ d’investigation.
  4. La constitution de l’œuvre mistralienne bouleverse le paysage littéraire d’oc, mais également la langue et ses diverses représentations. L’apparition de cette œuvre s’accompagne, chez Mistral et ses amis félibres, de la constitution d’une expression à portée de la littérature qu’ils entendent instituer. Cette langue, reconnue par la postérité comme mistralienne, a trouvé en littérature un destin particulier. Dans la constitution de l’œuvre proprement dite, comme dans sa diffusion, nous nous interrogerons sur les éléments constitutifs de cette langue, sur les marques littéraires qu’elle entend tracer, sur son origine et ses fondements, sur son inscription enfin dans une réalité et une représentation propres au XIXe siècle.

Envoi des propositions

Les propositions de communications seront reçues jusqu’au 25 mars 2014.

Elles devront être accompagnées d’un résumé d’une dizaine de lignes.

Elles devront être adressées à :

Comité Scientifique 

Jean-Yves Casanova (Pau), Katy Bernard (Bordeaux), Guy Latry (Bordeaux), Philippe Gardy (Montpellier), Joelle Ginestet (Toulouse), Jean-François Courouau (Toulouse), Patrick Sauzet (Toulouse), François Pic (Toulouse), Philippe Martel (Montpellier), Marie-Jeanne Verny (Montpellier), Rémy Gasiglia (Nice)

Lieux

  • CIRDOC - 1 bis boulevard Du-Guesclin
    Béziers, France (34500)

Dates

  • mardi 25 mars 2014

Mots-clés

  • Mistral, Félibrige, histoire littéraire, provençal, langue d'oc

Contacts

  • Jean-Yves Casanova
    courriel : jean-yves [dot] casanova [at] univ-pau [dot] fr
  • Philippe Martel
    courriel : Philippe [dot] Martel [at] univ-montp3 [dot] fr
  • Joëlle Ginestet
    courriel : ginestet [dot] jpj [at] orange [dot] fr

Source de l'information

  • Marie-Jeanne Verny
    courriel : mjvb [at] orange [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Lire Frédéric Mistral en 2014 », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 10 février 2014, http://calenda.org/275766