AccueilLe cinéma peut-il changer la perception de la Shoah ?

Le cinéma peut-il changer la perception de la Shoah ?

Can cinema change the perception of the Shoah?

Conduire une réflexion sur la manière dont le cinéma conduit à considérer la Shoah

A reflection on the way cinema leads us to consider the Shoah

*  *  *

Publié le mercredi 12 février 2014 par Luigia Parlati

Résumé

Au terme d'un cycle de réflexion « cinéma et Shoah » conduit depuis plusieurs années sur les rapports entre les génocides et leur représentation en images, l’association ARES (Association pour la recherche et l’enseignement de la Shoah) propose, pour son université d’été (9, 10 et 11 juillet 2014 à Marseille), de conduire une réflexion sur la manière dont le cinéma conduit à considérer la Shoah. La réflexion sur le support cinématographique conduite permettra de clore le parcours éclairant qui nous a menés, au fil des années, de la BD au séries télévisées, en passant par les représentation artistiques, littéraires, et même le manga. Sous la forme de rencontres cinématographiques, l'université d'été d'ARES s'inscrit dans une optique transdisciplinaire. Nous serons ravis d'écouter des universitaires, des écrivains, des réalisateurs, des documentaristes, ou tout autre intervenant intéressé par le sujet et susceptible de proposer une approche originale de la question, sur le principe du « un film, un intervenant ». La troisième journée sera consacrée à des ateliers pédagogiques relatifs au sujet. 

Annonce

Argumentaire

L’association ARES (Association pourla Rechercheet l’Enseignement dela Shoah) propose, pour son Université d’été qui aura lieu les 9, 10 et 11 juillet 2014 à Marseille, de conduire une réflexion sur la manière dont le cinéma conduit à considérerla Shoah.

Ce projet prendra la forme de rencontres cinématographiques lors desquels chaque intervenant interviendra sur un film de son choix.

Ces rencontres s'inscrivent dans un cycle de réflexion conduit depuis plusieurs années par ARES sur les rapports entre les génocides et leur représentation en images. La réflexion sur le support cinématographique qui sera conduite cet été permettra de clore ce parcours éclairant qui nous a menés, au fil des années, dela BD au séries télévisées, en passant par les représentation artistiques, littéraires, et même le manga.

Le projet de cette année découle des débats suscités par des œuvres cinématographiques récentes qui abordent la question dela Shoah, comme le biopic de Margarethe Von Trotta, "Hannah Arendt", ou encore l'entretien de Claude Lanzmann, "Le dernier des injustes", film de presque trois heures qui apparut brièvement sur nos écrans cet automne. Est prévu également d’aborder les problèmes de l’homosexualité dans les camps. Les rencontres seront clôturées par « Welcome in Vienna ».

Le premier induit-il une réflexion nouvelle sur le concept souvent mal compris de "banalité du mal" de la philosophe? Quel impact peut avoir le second sur le public d'aujourd'hui? La représentation cinématographique actuelle relative au génocide pose aujourd'hui des questions abyssales qui seront au centre de nos journées d'études.La Shoahest-elle revisitée pour penser le monde contemporain? Adaptée à la pensée de notre temps? Le recul permet-il une approche plus efficace, plus directe du génocide, ou au contraire conduit-il à véhiculer une vision dénaturée et édulcorée de celui-ci à des fins peu respectables?

Si ces questions seront centrales dans les réflexions conduites dans l'université d'été d'ARES, elles ne sont pas exclusives. Toutes les propositions relatives au cinéma et à l'image dela Shoahqu'il véhicule sont évidemment bienvenues. Les comparaisons entre les œuvres littéraires qui abordent le génocide et leur mise à l'écran constitue par exemple une autre piste au riche potentiel, que nous serions heureux de voir aborder lors des journées d'études de juillet.

L'Université d'été d'ARES s'inscrit dans une optique transdisciplinaire. Nous serons ravis d'écouter des universitaires, des écrivains, des réalisateurs, des documentaristes, ou tout autre intervenant intéressé par le sujet et susceptible de proposer une approche originale de la question, sur le principe du "un film, un intervenant". La troisième journée sera consacrée à des ateliers pédagogiques relatifs au sujet.

Envoi des soumissions

Les propositions, de 700 à 1000 mots environ, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique,

sont à envoyer à rendb@free.fr

et à guy.palmaccio@hotmail.fr

avant le 1er mars 2014.

Les auteurs seront informés du choix du comité de lecture le 25 avril 2014.

Comité de lecture

  • Augustin Giovanni,professeur de Philosophie en classes préparatoires à l'Université d'Aix-Marseille;
  • Daniele Sabbah, professeur de Littérature, Université de Bordeaux;
  • Renée Dray-Bensousan, professeur à l'IUFM de Marseille, chercheur associée à la MMSH, Université d'Aix-Marseille;
  • Claude Loufrani, MCF, Université d'Aix-Marseille;
  • Maria Gartner, professeur au gymnasium d'Emden;
  • Jacques Broda, professeur de Sociologie, Université d'Aix-Marseille

Lieux

  • 56 Traverse de la Buzine
    Marseille, France (13011)

Dates

  • samedi 01 mars 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • génocide, images fixes, images mobiles, vérité, littérature, propagande, bande dessinée, Shoah, seconde guerre mondiale, négationnisme, irreprésentable, cinéma

Contacts

  • Guy Palmaccio
    courriel : guy [dot] palmaccio [at] hotmail [dot] fr
  • Renée Dray-Bensoussan
    courriel : rendb [at] free [dot] fr

Source de l'information

  • Guy Palmaccio
    courriel : guy [dot] palmaccio [at] hotmail [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le cinéma peut-il changer la perception de la Shoah ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 12 février 2014, http://calenda.org/275959