AccueilCroissance et décroissance des réseaux

Croissance et décroissance des réseaux

The increase and decrease of networks

Approches méthodologiques

Methodological approaches

*  *  *

Publié le vendredi 07 février 2014 par Luigia Parlati

Résumé

La troisième journée d'études du groupe fmr sera consacrée à la Croissance et décroissance des réseaux (spatiaux, techniques, sociaux, etc.). Pluridisciplinaire et ouverte aux contributions de chercheur-e-s confirmé-e-s comme de doctorant-e-s, l'enjeu est de favoriser les approches méthodologiques et le dialogue entre disciplines. Outre l'édition des actes dans la collection Hal-SHS, une sélection de communications sera proposée pour publication à la revue Flux.

Annonce

Argumentaire

C’est probablement grâce aux travaux de chercheurs américains (Graham, Marvin, 2001) que l’éventualité d’une décroissance des réseaux techniques (shrinking networks) est envisagée. Elle conduit à un changement d’acceptation des réseaux qui sont désormais envisagés comme des systèmes évolutifs et dynamiques, dont les différentes composantes sont susceptibles de croître ou de décroître dans le temps, d’être dans un état stationnaire ou en transition. Ceci a pour conséquence que l’analyse des réseaux spatiaux nécessite d’être mise en œuvre à différentes échelles spatiales, sociales et temporelles, et selon différents points de vue, par exemple, au niveau de la vulnérabilité du système (organisationnelle, fonctionnelle, structurelle) ou encore sous l’angle de sa dynamique (versus sa stationnarité). Les méthodes mises en œuvre pour saisir ces processus propres au caractère évolutif des réseaux nécessitent en effet, avant tout, la prise en compte de leur composante temporelle par l’analyse de leur dynamique. Une synthèse du groupe fmr présente, à titre d’exemple, les Analyses dynamiques et longitudinales de réseaux (Maisonobe, 2013).

Les types de réseaux concernés par une telle approche sont spatiaux, ils ne sont pas exclusivement techniques ni forcément liés à l’aménagement du territoire, tels les réseaux d’infrastructures de transport. Ils sont plus généralement matériels, comme dans le cas des infrastructures de (télé)communication, de distribution … Mais ils peuvent également être immatériels et concerner, par exemple, les flux origine-destination liés aux mobilités de biens et de personnes, les flux de télécommunication, les flux financiers ou encore les réseaux neuronaux.

Axes thèmatiques

Il est attendu des propositions qu’elles laissent une grande part aux aspects méthodologiques, qu’ils soient d’ordre qualitatif ou quantitatif, permettant l’analyse (non exclusive) :

– de l’évolution des réseaux spatiaux : croissance et décroissance (shrinking) ;

– des processus de diffusion et de propagation dans les réseaux, en lien ou pas avec des questions de vulnérabilité ;

– morpho-dynamique du réseau, propre aux méthodes de simulation et de modélisation des réseaux spatiaux.

Il est également attendu que les méthodes mises en œuvre interrogent la manière de caractériser, d’analyser et de géo visualiser le caractère évolutif des réseaux étudiés, dans un contexte disciplinaire qui tient compte des éventuelles possibilités de transferts méthodologiques, vers d’autres corpus ou vers d’autres disciplines. L'analyse par clusters dynamiques (dynamic clustering) est un exemple, parmi d'autres, de méthodes possibles d'application.

Soumission des propositions

Les propositions de communication attendues intéressent les champs de la géographie quantitative, de l'analyse spatiale et de la science régionale, de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire, mais aussi de l’histoire, de l’archéogéographie, des sciences des médias ou de l’épidémiologie.

La journée d'étude reste également ouverte aux sciences de la nature menant des recherches sur les terrains des sciences humaines et sociales.

L’attention est attirée sur le fait qu’une sélection de contributions fera l’objet d’une soumission pour publication dans un numéro spécial de la Revue Flux.

Bibliographie indicative :

  • Barthelemy, M. (2010), Spatial networks, Physics Reports, Vol. 499, Issue 1-3, pp. 1-101.
  • Dupuy, G. (1991), L’urbanisme des réseaux. Théories et méthodes, Armand Colin, Coll. Géographie, 195 p.
  • Graham, S., Marvin, S. (2001) Splintering Urbanism: Networked Infrastructures, Technological Mobilities and the Urban Condition. Routledge, 512 p.
  • Maisonobe, M., (2013) Analyses dynamiques et longitudinales de réseaux, Synthèse du groupe fmr, 13 p. URL : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/81/16/72/PDF/dynamique_MM_fv.pdf
  • Pumain, D., Offner, J.-M. (dir) (1996), Réseaux et territoires, significations croisées. Ed. de l’Aube, 295 p.
  • Vinciguerra, S., Frenken, K., Valente, M. (2010), The geography of Internet infrastructure: An evolutionary simulation approach based on preferential attachment. Urban Studies, Vol. 47, No. 9, pp. 1969-1984.

Les propositions de communications feront l’objet d’une double évaluation, par le comité scientifique du groupe fmr ainsi que, pour les communications sélectionnées, et en accord avec leur-e-s auteur-e-s, par le comité de lecture de la Revue Flux.

En cas d’acceptation, un texte long (d’une dizaine de pages) est attendu pour le 14 juin 2014.

Des consignes précises de mise en forme seront alors envoyées aux auteur-e-s retenu-e-s. L’ensemble des textes sera ensuite édité et intégré dans la collection Hal-Shs du groupe fmr.

Pour les textes retenus pour une publication dans la revue Flux, toujours en accord avec leurs auteur-e-s, il sera demandé une version mise en forme pour une publication qui respecte la charte de la revue.

Nous encourageons vivement les doctorants et les jeunes docteurs à participer à cette journée.

Organisation de la journée

– Présentation de la journée et des principaux enjeux et questionnements scientifiques (groupe fmr)

– Présentations des intervenants : 20 mn suivies de 10 mn de questions

– Une table ronde d'1h30 réunissant les intervenants et les membres du comité d'organisation clôturera la journée.

– L’accès à la journée est libre, mais une inscription préalable est requise pour des questions d’organisation, à l’adresse suivante : groupe_fmr@yahoo.fr

– Comité scientifique et d'organisation : Françoise Bahoken, Laurent Beauguitte, Matthieu Drevelle, César Ducruet, Serge Lhomme et Marion Maisonobe.

Dates importantes 

– 3 mars 2014 : envoi des propositions (1 page maximum) à groupe_fmr@yahoo.fr

– 10 mars 2014 : notification aux auteur-e-s

– 14 juin 2014 : envoi des textes complets (10 à 12 pages), une sélection de textes sera également transmise à la revue Flux

– mi-septembre 2014 : date limite d'inscription et troisième Journée d’Etudes du groupe fmr

– Octobre 2014: édition des actes de la journée d'étude

Consignes pour le résumé

Merci d'indiquer précisément le titre, les mots-clés (3 à 5), les noms, prénoms, affiliation-s et mails du ou des auteur-e-s. Étant donné le format demandé, trois à quatre références bibliographiques seront suffisantes.

Lieux

  • Paris, France (75)

Dates

  • lundi 03 mars 2014
  • samedi 14 juin 2014

Mots-clés

  • réseaux, croissance, décroissance, méthodologie

Contacts

  • laurent beauguitte
    courriel : beauguittelaurent [at] hotmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • laurent beauguitte
    courriel : beauguittelaurent [at] hotmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Croissance et décroissance des réseaux », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 07 février 2014, http://calenda.org/276015