AccueilLes gardiens de la Terre

Les gardiens de la Terre

The guardians of the Land

Autour des questions liées à la Terre, l'agriculture, l'alimentation, l'écologisme

Questions related to Land, agriculture, food and ecology

*  *  *

Publié le mercredi 26 février 2014 par Luigia Parlati

Résumé

Les questions agricoles sont aujourd'hui revenues sur le devant de la scène. Elles sont inscrites à l'agenda de nombreuses institutions ou pays. Elles suscitent  aussi de nombreuses luttes de paysans, peuples « indigènes » ou citoyens de par le monde en prenant des formes très diverses. Ainsi la question du vivrier et du rapport à la terre incarne de façon majeure dans nos sociétés urbaines et mondialisées des préoccupations politiques et sociales : phénomène d'accaparement des terres, brevetabilité du vivant, contrôle des semences, qualité des aliments, etc. Les Reclusiennes 2014 mettront leurs pas dans ceux d'Elisée Reclus, géographe social et libertaire né à Ste Foy la Grande, qui place l'humain  devant ses responsabilités face à la terre, « l'homme est devenu la conscience de la terre ».

Annonce

Introduction

C’est à une confrontation sur « la terre dans son triple sens de territoire, d’outil de production et de substance vivante » dans nos sociétés contemporaines que nous invitons les chercheur(e)s qui seront présents à ce colloque, situé à mi-chemin entre la réflexion scientifique et la recherche action. Chaque conférence sera suivie d’une table-ronde invitant les chercheur(e)s à débattre avec des hommes ou des femmes politiques, des représentant(e)s d’associations et des participant(e)s afin d’inclure une dimension d’éducation populaire à l’évènement.

Les questions agricoles sont aujourd'hui revenues sur le devant de la scène. Elles sont inscrites à l'agenda de nombreuses institutions ou pays. Elles suscitent aussi de nombreuses luttes de paysans, peuples « indigènes », citoyens etc. de par le monde en prenant des formes très diverses. Ainsi la question du vivrier et du rapport à la terre incarne de façon majeure dans nos sociétés urbaines et mondialisées des préoccupations politiques et sociales : phénomène d'accaparement des terres, brevetabilité du vivant, contrôle des semences, qualité des aliments, ...

Cette "écologisation" de nos sociétés est-elle porteuse d'une nouvelle vision sociale, de nouvelles formes de sociétés ?
Comment les rêves libertaires d'un « autre monde » y trouvent-ils leur place ?
Est-elle un nouveau prisme pour repenser les rapports d'exploitation, comme a pu l'être le travail avec son industrialisation au 19ème siècle, pour parler émancipation et entraide ?
Ou bien faut-il voir dans cette fascination qu'incarnent ces questions agricolo-alimentaires un refuge à des luttes politiques qui ont plus de mal à s'incarner ? Peut on y voir l'aspiration à la création de « contre société », expression d'une tension entre l'écologique et le politique ?

Ce colloque voudrait rassembler les communications de chercheurs et de militants qui s’intéressent à la manière dont les mouvements et les groupes qui se réclament ou s’inspirent de l’écologisme agissent dans nos sociétés contemporaines comme groupes de contestation et de propositions politiques et sociales.

Les Reclusiennes 2014 mettront leurs pas dans ceux d'Elisée Reclus, géographe social et libertaire né à Ste Foy la Grande, qui place l'humain devant ses responsabilités face à la terre, "l'homme est devenu la conscience de la terre". L'articulation des questions politiques et sociales est en effet au cœur de la façon dont les anarchistes pensent la question du rapport à la terre et à l'agriculture avec le concept « d'écologie sociale ». Ils ont souligné les écueils qu'il y aurait à désolidariser protection de l'environnement et changement social.

Comment ce capital d'expériences et de réflexions est-il mobilisé dans les alternatives contemporaines, dans quelle mesure s'y rattachent-elles et quelles utopies expriment-elles ?

Ces Reclusiennes 2014 voudraient enfin s’attacher à décrire comment les rapports aux lieux, à l'agriculture, à l'alimentation sont mobilisés partout dans le monde et ouvrent, en se détachant des réponses purement technicistes, des horizons d’action et de transformation des sociétés.

Axes thématiques

Les propositions de communication pourront prendre différentes formes : intervention en atelier, conférence, film en débat, exposition, repas, musique et théâtre.

Thème n°1 - La Terre, outil de production dans la globalisation

Dans cette journée nous proposons de revenir sur l'entrée en France dans le modèle productiviste agricole, auquel beaucoup ont cru, avant de s'en détacher. Repenser cette industrialisation, c'est interroger le rapport à l'Etat et son modèle d'organisation agricole du territoire et de l'approvisionnement alimentaire qui s'étend au-delà des limites nationales : avec la constitution de filières de productions spécialisés dans les anciennes colonies (le haricot vert du Burkina Faso (S. Freidberg, 2010), l'agriculture biologique au Maroc (Bennani et Herman, 2012), la délocalisation des élevages porcins en Europe de l'est, la venue organisée de travailleurs maliens dans les abattoirs bretons ou marocains dans les champs de vigne de la région bordelaise. Les dessous de la mondialisation sont aussi ceux des paysages agricoles ou viticoles patrimonialisés destinés à capter les touristes urbains, à produire du « terroir » (Trubeck 2009) dans la course internationale à l’authenticité au détriment des conséquences sociales, économiques et écologiques et de ceux qui y résident et y travaillent.

Il s'agit de considérer le statut des « gens de la terre » aujourd'hui et les conditions du travail agricole et agro-industriel (notamment des ouvriers agricoles migrants (Berlan 1988, Crenn, Tersigni, 2013, Mésini 2013)) ainsi que les conditions sous lesquelles le vivant devient outil de production : terres, humains et animaux pris dans les échanges marchands.

Il faut aussi interroger le mouvement de désindustrialisation agricole que connaît par exemple la Bretagne, qui a incarné ce rêve industriel en France, semblable à ce qu'a connu le nord de la France avec les mines. Les conséquences concernent non seulement le rapport à la terre, aux plantes et aux animaux, aux paysages, aux savoirs et techniques mais aussi à la parenté, aux sociabilités, à la langue … Et en filigrane, l'idéologie du développement.

De quelle façon aujourd'hui repense-t-on les moyens de production : la place de la micro-économie, la recherche de maîtrise des filières (maîtrise de la reproduction : semences), le statut du foncier (pour une alternative à la privatisation des terres), les formes de gestion, notamment coopératives et d'entraides (à l'aide à l'acquisition de terre ou à l'installation), les méthodes culturales (industrialisation agricole et recyclage de la chimie « guerrière ») etc.

A quelle échelle s'appliquent ces contre-modèles ou ces résistances : comment ces démarches locales s'inscrivent parfois d'emblée dans le global, comme certains des mouvements paysans en France (le mouvement des semences paysannes), ou en dehors de nos frontières comme Via Campesinaou l'internationale libertaire ; l'agriculture urbaine avec Detroit au Michigan et le « whiteness » (Guthman, 2011 ; Slocum, 2007) ou avec les Jardins partagés et les Incroyables comestibles.

Thème n°2 - La Terre, enjeu de pouvoir, enjeu d’action ?

Cet atelier se proposera de réfléchir à la manière dont la terre (dans le double sens de territoire et de substance vivante) est dans le monde contemporain redevenue un enjeu central, autant dans les conflits et les dynamiques politiques, économiques et sociales, que dans les débats sur la responsabilité de l’humain pour son environnement. En dépit de la financiarisation de l’économie dans la phase actuelle de globalisation, une ressource aussi matérielle et basique reste au centre de convoitises et donne lieu à de nouvelles représentations. L’exemple Grec est à ce sujet révélateur comme a pu le montrer Roxanne Mitralias (2013) où austérité économique et désengagement de l’Etat riment avec le rachat tous azimuts des terres du littoral par des entrepreneurs privés à des fins commerciales.

Ainsi, au niveau local comme au niveau global, la terre constitue la plaque tournante d’enjeux tels que la sécurité alimentaire, l’accès aux ressources naturelles (avec l’accaparement des terres) et la reconnaissance de droits de citoyenneté. Dans le même temps, les rapports anthropologiques des humains à la terre et au territoire deviennent des points centraux des mouvements écologiques et « autochtones » (comme a pu le montrer Elisabeth Cunin en 2006 pour l’Amérique Latine).

L’atelier voudrait s’interroger sur la superposition (ou confrontation) de droits de propriété foncière, sur les conflits nés de compétitions accrues pour leur contrôle, sur la privatisation et la réduction de la terre à un bien commercial, à l’exemple du prix du foncier en France et de l’artificialisation des terres agricoles (Terres de liens).

« Terre » et « faim » seront également abordées dans leurs relations complexes tant au Nord, du côté de l’aide alimentaire et de l’introduction des circuits cours dans ces systèmes, qu’au Sud, lorsque des émeutes « contre la vie chère » révèlent « les répertoires locaux de la colère ? » (Bonnecase, 2013).

Les dimensions politiques et économiques de la Terre nous ont paru centrales comme ont pu les montrer les mouvements anarchistes. Les enjeux autour de la terre n'ont pas été d'abord écologiques mais liés à une recherche d'autonomie dans une perspective d'émancipation économique et politique comme dans le cas de la Collectivisation de Terre en Espagne ou de la coopérative LongoMaï. Les recherches évoquant le Chiapas qui montre aussi un nouveau modèle, dans un rapport à un territoire éclaté, pourront également éclairer la problématique de cette journée.

Thème n°3 - Ecologie et Anarchie

Les rêves libertaires de contre-société ont ils vraiment disparu alors que "l’écologisation" de nos sociétés est en route : quelle(s) forme(s) prennent aujourd'hui les utopies libertaires / anarchistes d'une autre société alors que bon nombre des idées dont ils étaient les pionniers ont essaimé ?

A la lumière des écrits d’Elisée Reclus nous interrogerons ici l'inscription sociale et politique de la pensée libertaire sur/de l'environnement (géographie sociale ou écologie sociale).

Comment les mouvements libertaires ont intégré par le passé le rapport aux paysans et paysannes (les collectivités agricoles de l’Espagne en 1936, Andalousie, Ukraine, Aragon, …) ?

Quelle est la place des anarchistes et des idées anarchistes dans les mouvements d'émancipation contemporains : quelle place est faite aux outils qu'ils ont élaboré pour l'émancipation et résister au mécanisme de dépolitisation, les réflexions sur la propriété, sur l'autogestion et du fédéralisme, l'idée d'autonomie. On se posera la question de l'importance de la diffusion des idées par les médias (films / radios presse) ou de l'accompagnement des luttes sur le terrain.

Aujourd’hui quelles sont les alternatives comment et pour qui, alternatives au capitalisme (théories de la décroissance et de l’économie distributive) ou alternatives à l'intérieur du système capitaliste et quels moyens sont mis en œuvre par les mouvements pour échapper à la récupération, à l’exemple de l'approvisionnement (les Amap, entre équité sociale et nouveaux rapports entre agriculteur fournisseur et consommateurs) ou de la cuisine et des régimes alimentaires (antispécisme, animaux libérés, végétarisme, etc.).

Enfin on sera également soucieux d’entendre des analyses au sujet des réactions contemporaines à une alimentation industrialisée et globalisée : que se joue-t-il derrière le « re-apprendre à faire la cuisine», la valorisation du « moment collectif du repas », les militants « slow-food ». Comment comprendre ce que nous contemporain(e)s appellons le « retour » à des valeurs dites « traditionnelles » ou comment saisir l’alimentation et l’agriculture devenus nouveaux enjeux d’éducation populaire ?

Modalités d'envoi des soumission 

Cet appel à communication s’adresse à la communauté scientifique française et internationale, et par extension, à l’ensemble des acteurs qui réfléchissent à la question du vivrier et du rapport à la terre, chercheurs et doctorants, élus, responsables associatifs et citoyens.

Il sollicite des travaux de recherche, achevés ou en cours, ainsi que des relations critiques d’expériences de projet et de terrain, sous forme d’articles.

Les résumés retenus feront l’objet d’une communication de 18 minutes lors de l’une des différentes sessions des Reclusiennes des 10, 11 et 12 juillet 2014 en fonction du thème abordé.

Les propositions seront formulées sous la forme d’un texte de 1500 signes précisant le titre de la proposition, le nom et l’appartenance institutionnelle de l’(ou des) auteur(s) et le format de la communication.

Ce texte sera accompagné de références bibliographiques (5 maximum) et d’une biographie synthétique de l’(ou des) auteur(s) de 400 signes.

Il sera transmis pour le 15 mars 2014 sous forme de pdf à l’adresse suivante: conf@lesreclusiennes.fr

1/04/2014 - Le comité scientifique donnera sa réponse le 28 mai 2014 au plus tard.

1/06/2014 - Envoi par leurs auteurs des textes complets des communications ( 8 OOO signes aux normes de la revue Anthropology of food : www. aof.revues.org

10-11-12/07/2014 – Présentation en conférence des Reclusiennes à Sainte Foy la Grande

Publication : Les articles émanant du colloque les “Gardiens de la Terre” seront, s’ils sont acceptés, publiés dans la revue internationale en ligne Anthropology Of Food. Les textes présentés doivent contenir entre 6000 et 8000 mots maximum, notes et bibliographie incluse. Il convient donc aux auteurs lorsqu’ils transmettront leur texte le 1er juin 2014 de suivre les normes éditoriales de la revue en ligne : www.aof.revues.org/ (rubrique Guide aux auteurs)

Coordination : Chantal Crenn, Anthropologue, MCF Université Michel de Montaigne, IUT/ISIAT et chercheure au LAM Cnrs UMR 5115 IEP Bordeaux et UMI 3189 ESS Dakar, membre de Cœur de Bastide.

Comité scientifique

  • Marc Abélès, anthropologue, Directeur de recherche Cnrs/EHESS (Paris)
  • Jean Audouze, astrophysicien, directeur de recherche émérite au CNRS, Président de « Terre de Montaigne »
  • Vincent Bonnecase, CR historien, Les Afriques dans le monde. UMR Cnrs 5115/ IEP Bordeaux
  • Marie-Christine Boutheau, Diplômée IEP Bordeaux, Cadre territoriale, Spécialisée dans le développement Durable, adjointe au Maire de Cenon.
  • Aurélie Carimentrand, MCF en économie, Université Michel de Montaigne IUT, Chercheur (Aménagement, Développement, Santé et Sociétés), Unité mixte de recherche 5185
  • Franck Cormerais, MCF en Information et Communication et chercheur à MICA laboratoire de recherche en Information, Communication et Art (EA 4426) de l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3
  • Franck David, Université populaire du jardinage
  • Matthieu Delabarre, MCF en sociologie Agrosup Dijon
  • Anne-Hélène Delavigne, Anthropologue Cnrs Muséum d’Histoire naturelle Paris
  • Stéphane Deligeorges, journaliste scientifique France Culture
  • Sylvestre Huet, journaliste scientifique Libération
  • Dominique Paturelle, CR en économie INRA Montepellier
  • Philippe Pelletier, Docteur en géographie, enseignant à l’Université Lyon II et à Sciences politiques Lyon.
  • Fred Précigout, Sociologue, Léa Université de Tours
  • Eric Prédine, écrivain, Saluterre
  • Jacques Puyaubert, Docteur en Histoire, chercheur associé au CEMMC, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3
  • Céline Thiriot, Maître de conférence en Science Politique à Sciences Po Bordeaux, Les Afriques dans le monde. UMR Cnrs 5115/ IEP Bordeaux
  • Marc Sahraoui, socio-économiste, coordinateur des Reclusiennes et du Musée Virtuel de la Pensée, secrétaire de l’association Cœur de Bastide.
  • Isabelle Téchouèyres, anthropologue rédactrice en chef Anthropology of Food Bordeaux

 

 

Lieux

  • Mairie Sainte Foy La Grande
    Sainte-Foy-la-Grande, France (33220)

Dates

  • samedi 15 mars 2014

Mots-clés

  • Terre, industrie agro-alimentaire, agriculture, alimentation, écologie, mouvements de contestations

Contacts

  • Chantal Crenn
    courriel : crenn [dot] girerd [at] wanadoo [dot] fr
  • Anne-Hélène Delavigne
    courriel :

Source de l'information

  • Chantal Crenn
    courriel : crenn [dot] girerd [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les gardiens de la Terre », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 26 février 2014, http://calenda.org/277818