AccueilSe mobiliser ensemble pour décider ensemble

Se mobiliser ensemble pour décider ensemble

Mobilising together to decide together

Cinquième colloque du réseau OPDE - Des outils pour décider ensemble

Fifth OPDE conference - tools for deciding together

*  *  *

Publié le jeudi 27 février 2014 par Luigia Parlati

Résumé

Organisée pour la première fois en Suisse, la cinquième conférence du réseau OPDE s’inscrit dans la continuité des éditions précédentes. Fidèle à l’objectif du réseau, elle questionne la nature et les effets des outils de décision collective sur les orientations, l’efficacité et les retombées de ces processus. Dans une approche transversale, le réseau OPDE analyse les dynamiques décisionnelles par une entrée pluridisciplinaire en associant dès son origine des chercheurs en mathématiques, en sciences de la gestion, en informatique décisionnelle, en sociologie, en sciences politiques, en aménagement et urbanisme, en sciences régionales et en géographie. Dans le cadre de cette cinquième édition, la thématique principale retenue est celle de la mobilisation des acteurs en vue de la construction d’une délibération collective. Celle-ci sera abordée plus particulièrement sous l’angle de l’élaboration, de la mise en oeuvre et des effets des outils d’aide à la décision. Sans exclure d’autres champs d’application, les propositions sont attendues sur les enjeux territoriaux relatifs à la gestion des ressources, au développement des communautés, à l’aménagement du territoire et à la protection de l’environnement.

Annonce

Argumentaire

S’inscrivant dans la continuité des éditions précédentes, cette conférence du réseau « Des Outils Pour Décider Ensemble » poursuit son objectif de croisement des recherches relatives à la décision collective et l’aide à la décision. La logique du réseau et des conférences est d’échanger et de confronter les réflexions en privilégiant la diversité des points de vue, des contextes et des disciplines. Rappelons que l’acception de la notion d’outil est volontairement très ouverte. Elle couvre ainsi des outils techniques (comme des logiciels, des méthodes d’analyse multicritère, des approches géomatiques, etc.) mais également des processus d’ingénierie sociale de rencontre et de délibération en vue d’une décision.

Lors des éditions précédentes d’OPDE, les travaux se sont orientés autour de trois entrées : (1) Les aspects sociopolitiques de la décisions à plusieurs, (2) de nouveaux outils juridiques, mathématiques, administratifs, organisationnels et (3) des applications dans les domaines de l’environnement, des transports, de l’économie et de l’aménagement du territoire.

Pour cette cinquième édition, les organisateurs souhaitent mettre plus particulièrement l’accent sur la phase de préparation de la décision et de mobilisation préalable des acteurs. En effet, il apparaît souvent, l’exemple des changements climatiques en est une illustration, qu’avant de travailler à la construction d’un accord sur les meilleures solutions à apporter, les acteurs ont tout d’abord à se mettre d’accord sur l’existence même du problème, puis de son degré de priorité.

L’attention est donc portée cette fois sur cette phase qui vise concrètement "la mise à l'agenda", et qui a pour objectif de permettre aux acteurs de se convaincre du degré de priorité d’une action à entreprendre. Dans cette phase amont du processus décisionnel, les acteurs sont généralement porteurs de valeurs, de connaissances, d’enjeux et de croyances particulièrement différenciés. Les travaux menés depuis un demi-siècle dans le champ de l’analyse décisionnelle mettent en évidence que la plupart du temps, c’est le processus d’interaction entre acteurs qui structure progressivement un projet, une problématique, des confrontations et des pistes de compromis. Directement ou indirectement, des outils sont proposés comme support ou accompagnement à ces interactions entre acteurs. Il peut s’agir d’un processus participatif, d’un site Internet, d’une plateforme virtuelle, d’un système d’information géographique ou encore de structures institutionnelles tels qu’une association ou un observatoire, lieu d’échange de points de vue et de connaissances.

Pourtant, il n’est pas aisé de tenir compte de la diversité des valeurs en présence dans les interactions que ces outils souhaitent accompagner. Certaines méthodes occultent ou marginalisent ces valeurs, d’autres au contraire les idéalisent en les sortant de leurs contextes. Une prise en compte réaliste des valeurs, croyances, méthodes, intérêts et de leurs dynamiques multiples dans des contextes variés et au sein de processus de décision et d’outils d’accompagnement s’apparente souvent davantage à un bricolage qu’à une démarche intégrée. Les résultats sont là, mais comment généraliser un savoir-faire ?

Mais peut-il en être autrement ? La singularité de chaque contexte décisionnel n’appelle-t-elle pas des réponses univoques et spécifiques, au risque de multiplier les conflits ? Dans ce contexte, dans quelle mesure les outils d’aide à la décision permettent-ils vraiment un rapprochement autour d’un projet et d’une décision à prendre entre des acteurs qui ne sont pas a priori en situation habituelle d’interaction ? Au-moins quatre enjeux découlent de ce questionnement et interrogent la contribution de ces outils à :

(1) la préparation de l’action à travers la mobilisation des acteurs par des outils de recueil d’information préalable, de marketing institutionnel et commercial, de sélection des acteurs, de communication. Aider les acteurs potentiels às se décider d’agir, à se mobiliser ensemble, etc.

(2) la mise en circulation de l’information entre les différents participants : qui produit l’information ? qui la code et la diffuse ? quels filtres sont mis en place ? comment est-elle diffusée ?

(3) La construction d’une représentation et d’un langage commun par des processus d’hybridation des connaissances entre des univers et de registres de sens différenciés : quelle forme de représentation ? quelles négociations autour des représentations ? comment se lient les différents univers cognitifs ? comment les informations, les objectifs et les acteurs en conflits potentiels sont-ils mis en interaction ? Dans ce cadre, les diagnostics participatifs jouent-ils un rôle de facilitateur ? comment dépasser les situations d’indécision, où l’information manque aux participants ? comment contribuer à l’appropriation de l’information nouvelle ?

(4) La gestion de l’implication des participants et le suivi de leur participation : quels outils sont mis en place pour évaluer le qualité de la participation des acteurs ? pour évaluer leur satisfaction ? La coordination de divers outils est-elle efficace ? comment s’assurer de leur participation tout au long du processus ?

La Conférence est organisée par l'Institut G2C "Géomatique, Gestion de l'environnement, Construction" de la Haute Ecole d'Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud (Heig-vd), membre de la Haute Ecole Spécialisée de Suisse Occidentale (HES-SO).

Elle est préparée en partenariat avec :

  • La Haute Ecole du Paysage, d'Ingénierie et d'Architecture (Hépia) et l'Ecole d'architectes et d'ingénieurs de Fribourg (EIA-Fribourg), toutes deux membres de la HES-SO.
  • L'Institut de Géographie et Durabilité (IGD) et l'Institut des Hautes Etudes en Administration Publique (IDHEAP) de l'Université de Lausanne
  • et la Communauté d'Etudes pour l'aménagement du Territoire (CEAT) de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL).

Types de contributions

Les communications retenues apporteront leur contribution à la problématique de la conférence en s’inscrivant dans un grand nombre de contextes de décision possibles :

  • Les décisions publiques de divers niveaux, liées à l’aménagement du territoire, à la gestion des ressources naturelles et à l’environnement ;
  • Les processus de choix d’investissement ou de sélection de projets (implantation, R&D, etc.) ;
  • Les décisions au sein de réseaux de divers types (pôles, clusters, etc.) ;
  • Les phases d’avant-projet, les partenariats d’exploration, les marchés de définition, les phases amont des processus de conception ;
  • La conception des options stratégiques des firmes ;
  • Les processus d’élaboration des budgets ;
  • Les situations d’urgence, d’ajustement mutuel ou à coordination collective « en temps réel » ;
  • Les situations spécifiques aux outils et procédures du « décider ensemble » dans certains domaines de la gestion, au sein ou entre les organisations: marketing, finance, gestion des ressources humaines, systèmes d’information, comptabilité, contrôle de gestion, management de projet ; Etc.

Les organisateurs attirent l’attention des contributeurs sur le fait que des communications originales, non valorisées par ailleurs, sont prioritairement attendues. Ainsi, les communications présenteront des recherches récemment achevées ou en cours de réalisation. Elles pourront adopter un point de vue théorique ou empirique en privilégiant le plus possible une ouverture pluri disciplinaire. Il est essentiel que la proposition de communication mette en évidence la proposition ou l'usage d'un outil qui doit être spécifié.

Directives aux auteurs

Procédure de soumission des propositions de communications

Deux types de soumissions sont possibles :

  • Une proposition de communication individuelle
  • Une proposition de session thématique comprenant 3 ou 4 communications et une animation
  • Les propositions de communication devront être déposées en ligne avant le 21 avril 2014 inclusivement.

Le format de soumission est le suivant :

1. Un résumé long de 2 pages (1400 mots; Times New Roman 12 pt; simple interligne; marges de 2,5 cm) sous forme d'un fichier .doc, .docx ou .pdf à télécharger incluant les informations suivantes :

Titre
Nom, institution et courriel de chaque auteur
Présentation générale du sujet
Méthodologie
Résultats
Conclusions
3 références bibliographiques maximum
ET

2. Un résumé court, incluant le titre, de 150 mots pour les communications régulières / 600 mots pour les sessions thématiques

  • Les textes feront l’objet d’une évaluation par le comité scientifique de la conférence.
  • Les évaluations seront retournées aux auteurs pour le 23 mai 2014.
  • Les articles rédigés sont attendus pour le 23 septembre 2014 en vue de leur intégration aux annales.
  • Un support de présentation (type diaporama) accompagnera la présentation de chaque contributeur lors de la conférence. Les salles sont équipées avec un ordinateur et un vidéoprojecteur.
  • Les auteurs seront ensuite invités à faire parvenir, le cas échéant, le texte de la version définitive de la communication pour être publié dans un numéro spécial d'une revue à comité de lecture.

Comité scientifique

  • Irène ABI-ZEÏD, Professeure, CERMID, Département Opérations et Système de Décision, Université Laval, Québec, Canada
  • Laurence BHERER, Professeure, Université de Montréal, Canada
  • Pierre-Henri BOMBENGER, Chargé de recherche, HEIG-VD - Haute École d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud / HES-SO - Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale, et chercheur associé à l'UMR CNRS 7324 CITERES - Équipe COST, Université de Tours, France
  • Geneviève CLOUTIER, chercheuse, ESAD, Université Laval, Québec, Canada
  • Antonio DA CUNHA, Professeur, Faculté des géosciences et de l’environnement, Université de Lausanne, Suisse
  • Albert DAVID, Professeur des Universités, Dauphine Recherches en Management, Université Paris-Dauphine, France
  • Sébastien DAMART, Professeur des Universités, Institut d’administration des entreprises (IAE), Université de Rouen, France
  • Bernard DEBARDIEUX, Professeur, Université de Genève, Suisse
  • Yves DE SMET, Faculté des sciences appliquées, École Polytechnique de Bruxelles, et directeur du laboratoire CoDE-SMG-Mathématiques de la gestion, Université Libre de Bruxelles, Belgique
  • Gilles DESTHIEUX, consultant en environnement et énergie et chargé de cours à la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (HEPIA), HES-SO - Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale, Suisse
  • Olivier ERTZ, Professeur, HEIG-VD - Haute École d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud / HES-SO - Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale
  • Marie-José FORTIN, Professeure en développement régional, Université du Québec à Rimouski, Canada
  • Yann FOURNIS, Professeur, Université du Québec à Rimouski, Canada
  • Jean-David GERBER, Professeur, Université de Berne, Suisse
  • Katia HORBER-PAPAZIAN, Professeure, Institut des Hautes Etudes en Administration Publique, Université de Lausanne, Suisse
  • Florent JOERIN, Professeur, HEIG-VD - Haute École d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud / HES-SO - Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale et professeur associé, ESAD, Université Laval, Québec, Canada
  • Thierry JOLIVEAU, Professeur, Université de Saint-Etienne, France
  • Sylvie LARDON, Directrice de recherche, Institut National de Recherche Agronomique, Clermont-Ferrand, France
  • Vincent MOUSSEAU, Professeur, HDR, Laboratoire de Génie Industriel, École Centrale de Paris, Paris, France
  • Stéphane NAHRATH, Professeur, Institut Universitaire Kurt Bosch et Université de Lausanne, Suisse
  • Maria Franca NORESE, Associate professor, Department of Management Engineering and Production, École Polytechnique de Turin, Turin, Italie
  • Mathieu PELLETIER, chercheur, INRS, Centre Urbanisation Culture Société, Québec, Canada
  • Jacques PICTET, Conseils en aide à la décision, Lausanne, Suisse
  • Florinel RADU, Professeur, École d’ingénieurs et d’architectes de Fribourg, HES-SO - Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale, Suisse
  • Hélène REY-VALETTE, Maître de Conférences, HDR, Faculté d’économie, Université de Montpellier, Montpellier, France
  • Stéphane ROCHE, Professeur, Département des sciences géomatiques, Université Laval, Québec, Canada
  • Bernard ROY, Professeur émérite, LAMSADE, Université Paris Dauphine, Paris, FRANCE
  • Jean RUEGG, Professeur, Faculté des géosciences et de l’environnement, Université de Lausanne, Suisse
  • Pierre-Alain RUMLEY, Professeur, Université de Neuchâtel, Suisse
  • Gerhard SCHNEIDER, Professeur, HEIG-VD - Haute École d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud / HES-SO - Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale
  • Jean D. SIMOS, Professeur, Institut des sciences de l'environnement et Faculté de médecine, Université de Genève, Suisse
  • Alexis TSOUKIAS, Directeur de Recherche CNRS, LAMSADE, Université Paris Dauphine, Paris, France
  • Bruno URLI, Professeur, Unité départementale des sciences de la gestion, Université du Québec à Rimouski (UQAR), Rimouski, Québec, Canada
  • Jean-Claude VANSNICK, Value Focused Consulting, Belgique
  • Luc VODOZ, Adjoint au Secrétaire général, Communauté d’études pour l’aménagement du territoire (CEAT), École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Suisse
  • Jean-Philippe WAAUB, Professeur, Université du Québec à Montréal (UQAM), Montréal, Québec, Canada

Comité d'organisation

  • Anna-Rita BARTOLOTTA, Events Manager, CETT- Centre d’études et de transfert technologiques, HEIG-VD - Haute École d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud, Suisse
  • Pierre-Henri BOMBENGER, Chargé de recherche, HEIG-VD - Haute École d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud / HES-SO - Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale, et chercheur associé à l'UMR CNRS 7324 CITERES - Équipe COST, Université de Tours, France
  • Antonio DA CUNHA, Professeur, Faculté des géosciences et de l’environnement, Université de Lausanne, Suisse
  • Gilles DESTHIEUX, consultant en environnement et énergie et chargé de cours à la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (HEPIA), HES-SO - Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale, Suisse
  • Katia HORBER-PAPAZIAN, Professeure, Institut des Hautes Etudes en Administration Publique, Université de Lausanne, Suisse
  • Florent JOERIN, Professeur, HEIG-VD - Haute École d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud / HES-SO - Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale et professeur associé, ESAD, Université Laval, Québec, Canada
  • Florinel RADU, Professeur, Ecole d’ingénieurs et d’architectes de Fribourg, HES-SO - Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale, Suisse
  • Jean RUEGG, Professeur, Faculté des géosciences et de l’environnement, Université de Lausanne, Suisse
  • Gerhard SCHNEIDER, Professeur, HEIG-VD - Haute École d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud / HES-SO - Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale
  • Luc VODOZ, Adjoint au Secrétaire général, Communauté d’études pour l’aménagement du territoire (CEAT), École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Suisse

Lieux

  • Y-Parc Swiss Technopôle
    Yverdon-les-Bains, Confédération Suisse (1401)

Dates

  • lundi 21 avril 2014

Mots-clés

  • aide à la décision, outils, participation publique, processus décisionnel

Contacts

  • Pierre-Henri Bombenger
    courriel : planid [at] heig-vd [dot] ch

Source de l'information

  • Pierre-Henri Bombenger
    courriel : planid [at] heig-vd [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Se mobiliser ensemble pour décider ensemble », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 27 février 2014, http://calenda.org/278150