AccueilMobilité et accessibilité

Mobilité et accessibilité

Mobility and accessibility

*  *  *

Publié le lundi 10 mars 2014 par Rémi Boivin

Résumé

L’accessibilité est un facteur d’intégration sociale. Tous les individus doivent pouvoir se rendre sur le lieu de leurs activités, de leurs loisirs sans difficulté, même s'ils sont atteints de déficiences. Cependant, si, grâce à l’avion, les déplacements peuvent être de plus en plus lointains, le télétravail se développe et en ville, on observe un regain de demande de proximité de la part de personnes n’ayant aucune difficulté pour se déplacer. Ce numéro d’EPS se penche sur l’évolution de la mobilité, sur l’amélioration pour tous de l’accessibilité. Des articles sont attendus sur des expériences françaises et étrangères relatives à l’amélioration de l’accessibilité, l’ouverture à de nouveaux espaces pour des populations qui en étaient jusqu’alors privées, des mesures proposées pour améliorer la mobilité des personnes atteintes ou non de déficiences et sur la logique d’un retour aux espaces de proximité

Annonce

Argumentaire

« Mobilités et accessibilités », appel à contribution de la revue Espace, Populations, Sociétés

Les enjeux de l’accessibilité à tout et pour tous sont nombreux : l’accessibilité est un facteur d’intégration sociale – « comment s’instruire, travailler, se distraire, participer à la vie de la cité, nouer des liens amicaux, familiaux ou sociaux, si l’on ne peut se déplacer et accéder dans les lieux où se pratiquent les activités sociales, éducatives et professionnelles » (Levy, 2003).

Le déplacement nécessaire à une activité peut être plus ou moins lointain, plus ou moins facile, voire faisable. Les différents espaces traversés pour se rendre à un espace donné sont plus ou moins accessibles à tous. En France, l’article 45 de la « loi  n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » indique que  « La chaîne du déplacement, qui comprend le cadre bâti, la voirie, les aménagements des espaces publics, les systèmes de transport et leur inter-modalité, est organisée pour permettre son accessibilité dans sa totalité aux personnes handicapées ». Au  Royaume Uni, la même année, il a procédé à une refonte complète de la loi de 1995 dite « Disability Discrimination Act" pour également favoriser l’égalité des personnes handicapées. Actuellement  l’Europe prépare un texte législatif à la suite de la ratification par l’Union européenne, en 2009, de la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées. L’accessibilité améliorée pour les personnes handicapées devrait profiter à tous ceux dont la mobilité est réduite par d’autres facteurs que les facteurs personnels, ceux qui se retrouvent en situation de handicap du fait des facteurs environnementaux dans lesquels ils évoluent.

En effet, tous les individus souffrant de déficiences ne voient pas leur mobilité partout réduite et des individus n’ayant aucune déficience peuvent rencontrer des difficultés pour se déplacer et accéder à certains espaces. La situation de handicap recouvre un vaste champ. Quand on parle difficulté de déplacement, difficulté d’accès, on a tendance à penser « déficiences motrices, fauteuil roulant, déficiences visuelles.. », or les déficiences qui entrainent des difficultés pour se déplacer peuvent être aussi bien cognitives, auditives, psycho-motrices, psychologiques, culturelles que motrices ou visuelles. Par ailleurs, des individus sans aucune déficience peuvent avoir des difficultés à se déplacer, à accéder à certains espaces parce qu’ils ne peuvent comprendre les indications (étrangers, analphabètes) ou que celles-ci sont mal placées voire inexistantes,  parce que ces espaces sont difficilement accessibles par les transports en commun, ou difficilement accessibles avec des poussettes, des bagages, des chariots de livraison.

Le nombre des personnes en situation de handicap risque d’augmenter rapidement. Les enquêtes « transports » montrent un accroissement de la gêne dans les déplacements au fur et à mesure que l’âge augmente. Or selon les projections de l’INSEE, en 2050, plus du tiers de la population sera âgée de plus de 60 ans, contre un cinquième en 2000. La France, comme les autres pays d’Europe, connaît donc et connaîtra encore, dans les années à venir, un vieillissement de sa population.

Par ailleurs, une partie de la population, plutôt jeune réclame actuellement l’accès à des espaces de proximité, c’est ainsi que se développent le télétravail, les enseignes des grandes surfaces déclinées en magasin de proximité qui permettent de faire ses courses en rentrant du travail ou la restauration livrée à domicile. Ce regain de demande de proximité de la part de personnes n’ayant a priori  aucun problème de mobilité converge vers les besoins d’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Est-on actuellement dans une logique où la société revient sur des activités à portée de main, valorise des espaces de proximité alors même qu’elle réclame un accès de plus en plus rapide à des espaces de plus en plus lointains (un aller et retour en avion au-delà de l’Atlantique pratiquement dans la journée compte tenu du décalage horaire pour signer un contrat d’affaires, l’Eurostar pour faire les soldes à Londres pour les uns, à Paris pour les autres, un TGV ouvrant le week-end à la montagne ou au bord de la mer).

Ce numéro d’EPS se penche sur l’évolution de la mobilité, sur l’amélioration pour tous de l’accessibilité

Des articles sont attendus sur

  • des expériences françaises et étrangères relatives à l’amélioration de l’accessibilité
  • l’ouverture à de nouveaux espaces pour des populations qui en étaient jusqu’alors privées ;
  • des mesures proposées ou prises pour améliorer la mobilité des personnes atteintes ou non de déficiences,
  • la logique d’un retour aux espaces de proximité

Modalités de soumission

Proposition d'un titre et d'un résumé : 30 mars 2014

Réception des textes : 30 juin 2014

Contacts

Résumés et textes doivent être envoyés aux responsables du numéro

Comité de rédaction

  • Alain Barré (Université de Lille I)
  • Yves Boquet (Université de Bourgogne)
  • Frédérique Cornuau-Bart (Université de Lille I)
  • Lydia Coudroy de Lille (Université de Lyon II)
  • Sylvie Coupleux (Université d’Artois)
  • Dominique Creton (Université de Poitiers)
  • Patrick Deboosere (Université de Bruxelles, Vrije Universiteit Brussel)
  • Philippe Deboudt (Université de Lille I)
  • Jean-Michel Decroly (Université Libre de Bruxelles)
  • Isabelle Devos (Universiteit Gent)
  • Jacqueline Domont (Université de Lille I)
  • Sabine Duhamel (Université du Littoral –Côte d'Opale)
  • Frédéric Dumont (Université de Lille I)
  • Thierry Eggerickx (Président du Comité de rédaction - Université Catholique de Louvain)
  • Phiippe Gerber (CEPS/INSTEAD de Luxembourg)
  • Jean-François Ghékière (Université de Lille I)
  • Vincent Houillon (Université de Lille I)
  • Marlène Lamy (Université de Paris I)
  • Jérôme Lombard (IRD, Marseille)
  • Vincent Piédanna (Université de Lille I)
  • Jean-Paul Sanderson (Université Catholique de Louvain)
  • François-Olivier Seys (Université de Lille I)
  • Nicole Thumerelle-Delannoy (Université de Lille I)
  • Alain Vaguet (Université de Rouen)
  • Gilles Vanhamme (Université Libre de Bruxelles)

Dates

  • dimanche 30 mars 2014

Mots-clés

  • mobilté, accessibilité, déplacements

Contacts

  • Marlène Lamy
    courriel : Marlene [dot] Lamy [at] univ-paris1 [dot] fr
  • Virginie Dejoux
    courriel : virginie [dot] dejoux [at] univ-paris1 [dot] fr

Source de l'information

  • Marlène Lamy
    courriel : Marlene [dot] Lamy [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Mobilité et accessibilité », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 10 mars 2014, http://calenda.org/279097