AccueilL'Europe et son autre

L'Europe et son autre

Europe and its other

*  *  *

Publié le mercredi 26 mars 2014 par Luigia Parlati

Résumé

Appel à contribution pour le cycle de conférences qui se tiendra au premier semestre à l'IEE (Paris 8) sur le thème « l'Europe et son autre ». Ce cycle de conférence, pour la troisième année consécutive, propose de rassembler des regards pluri-disciplinaires afin d'appréhender le plus justement possible l'Europe. 

Annonce

Argumentaire

Pour l’Europe, le rapport à soi passe par le rapport à l’autre.[1]

Pour l’année 2014-2015 l’Institut d’études européennes (Paris 8) consacre son cycle de conférences à la question de l’autre. Après avoir examiné les années précédentes les nombreuses représentations de la crise, puis avoir fait de l’Europe un carrefour de regards, le thème de cette année viendra s’inscrire naturellement dans la continuité de ces problématiques en faisant de l’autre un élément essentiel pour comprendre l’Europe.

La continuité est à chercher dans l’objet d’étude, l’Europe bien sûr, mais aussi dans la continuité méthodologique. Convaincus que l’Europe n’est pas l’objet d’une discipline, mais au contraire qu’elle ne peut pleinement être comprise qu’à la lumière croisée des disciplines, les responsables de ce cycle de conférence ont une approche résolument pluri- et transdisciplinaire. Sont ainsi convoqués les travaux et les résultats de la sociologie, de l’économie, de la science politique, du droit, de la philosophie, de la géographie humaine, de l’histoire…

Nous attirons l’attention sur le caractère un peu particulier des interventions demandées. En effet, un cycle de conférences n’est pas seulement un lieu d’échange d’idées, c’est un lieu vivant. Les conférences sont là pour rappeler qu’un chercheur est un être engagé, sensible. Une conférence c’est une posture portée par une personnalité.

S’inscrivant dans la filiation des thèses de Rémi Brague dans Europe, la voie romaine, il s’agira, au cours de ces différentes séances, de s’interroger sur la place à donner à l’autre en Europe, ce que Brague nomme la « secondarité culturelle ».

L’Europe et son autre est à comprendre ici comme l’Europe et son double, cette autre Europe qui l’accompagne comme son envers, son ombre, voire sa mauvaise conscience. Cette partie essentielle mais dissimulée qu’il faudra faire apparaître pour comprendre ce qui se joue chaque jour sous nos yeux afin de saisir les opportunités stratégiques et d’évaluer les risques.

Penser l’Europe par son autre, ce n’est pas rejouer les classiques dichotomies géographiques, historiques, religieuses, et économiques. Il s’agit de dessiner une voie qui permette de donner à toute réflexion sur l’Europe un contenu. En effet le rapport de l’Europe à ce qui lui est propre se manifeste souvent sous la forme de l’autre, médiation obligée de l’appropriation. En prenant au sérieux la question de l’autre, il s’agira de mettre en évidence les structures de transmission de ces contenus et en creux de saisir ce qui n’a pas été transmis, ce qui a fait l’objet d’une réécriture, d’une transformation. Nous chercherons également à saisir les processus d’assimilations de l’étranger et comment sont perçus ces emprunts : inclusions, digestions et mimétismes.

Comment penser aujourd’hui une place pour cet autre afin de nous définir ? La thèse de Remi Brague de l’identité excentrique de l’Europe est-elle toujours d’actualité ? L’Europe est-elle à son tour devenue une source extérieure pour les non-Européens comme l’Europe s’est nourrie des autres cultures ?

Il s’agit de réinterroger ces oppositions en les appliquant d’une autre manière, à d’autres objets. Varier ces dichotomies doit permettre d’être attentif à l’idée d’une identité européenne appréhendée comme une appartenance graduée, et non une simple opposition binaire.

Bien entendu, l’histoire sera pleinement convoquée pour apporter un éclairage essentiel aux grandes fractures qui ont divisé l’Europe et parfois l’ont également unie. Il s’agira de comprendre les blessures qui nous définissent par rapport à ce qui n’est pas l’Europe, et celles qui déchirent l’Europe de l’intérieur.

Au terme de ce cycle, nous devrions être en mesure de saisir ce qui constitue la conscience européenne et les dynamiques qui sont à l’œuvre au sein de ce processus culturel extraordinairement complexe et long.

Axes thématiques

Listes non exhaustives des axes et des thèmes qui pourraient s’intégrer dans les séances de cette année.

Politique

  • L’Europe et la guerre
  • La bureaucratie et l’administration – la démocratie contre elle-même

L’Europe entre régions et nations

  • Géographie
  • Les colonies, l’Asie rêvée

Culture

  • Les caricatures
  • La voie romaine – l’Europe et ses héritages
  • Le désaccord moral et les débats éthiques
  • L’Europe et le progrès technique
  • La secondarité culturelle aujourd’hui

Politique de la reconnaissance

  • L’Europe et les femmes
  • Le droit des étrangers
  • Le multiculturalisme

[1] R. Brague, Europe, la voie romaine, Folio essais, Paris, 1999, p. 183.

Modalités de soumission

Envoyer une proposition de 1500 à 2000 signes

avant le 1er juin 2014

à l’adresse suivante : thibaud.zuppinger@univ-paris8.fr

Notifications d’acceptation ou de refus : 1er juillet 2014.

Coordination scientifique 

  • Anne-Marie Autissier
  • Gilles Raveaud
  • Thibaud Zuppinger

 

 

Lieux

  • 2 rue de la liberté
    Saint-Denis, France (93)

Dates

  • dimanche 01 juin 2014

Mots-clés

  • Europe, culture, autre, identité, histoire

Contacts

  • Thibaud Zuppinger
    courriel : redaction [at] implications-philosophiques [dot] org

Source de l'information

  • Thibaud Zuppinger
    courriel : redaction [at] implications-philosophiques [dot] org

Pour citer cette annonce

« L'Europe et son autre », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 26 mars 2014, http://calenda.org/279979