AccueilLe pluralisme (médical, religieux, anthropologique, juridique...) en Afrique

Le pluralisme (médical, religieux, anthropologique, juridique...) en Afrique

Pluralism - medical, religious, anthropological, legal - in Africa

Le regard d'Eric de Rosny

Eric de Rosny's gaze

*  *  *

Publié le vendredi 28 mars 2014 par Luigia Parlati

Résumé

Eric de Rosny, prêtre jésuite, partit exercer son métier d’enseignant au Cameroun, au collège Libermann de Douala, à la fin des années 50. Il y resta quasiment jusqu’à sa mort, qui survint en mars 2012, lors d’un séjour de convalescence à Lyon. Durant ce demi-siècle, il a su développer un regard et une connaissance qui le firent reconnaître comme un « sage » et un « honnête homme », tant dans la communauté douala, dans la communauté chrétienne, que dans la communauté scientifique internationale. Ce colloque, organisé en sa mémoire, s’attache à éclairer la singularité de sa recherche et, dans ce sillage, à développer ses apports dans le champ de la connaissance. Chaque communication proposées pour être présentées lors de ce colloque s’articulera autour de deux axes : les thèmes de recherche et de connaissance développés par Éric de Rosny ; et la nature de son regard, « porteur » de ces connaissance.

Annonce

Argumentaire

Eric de Rosny, prêtre jésuite, partit exercer son métier d’enseignant au Cameroun, au collège Libermann de Douala, à la fin des années 50. Hormis quelques séjours dans d’autres contrées africaines, notamment en Côte-d’Ivoire, il y resta quasiment jusqu’à sa mort, qui survint en mars 2012, lors d’un séjour de convalescence à Lyon. Durant ce demi-siècle, il a su développer un regard et une connaissance qui le firent reconnaître comme un « sage » et un « honnête homme », tant dans la communauté douala, dans la communauté chrétienne, que dans la communauté scientifique internationale.

Ce colloque, organisé en sa mémoire, s’attache à éclairer la singularité de sa recherche et, dans ce sillage, à développer ses apports dans le champ de la connaissance.

Chaque communication proposées pour être présentées lors de ce colloque s’articulera autour de deux axes : les thèmes de recherche et de connaissance développés par Éric de Rosny ; et la nature de son regard, « porteur » de ces connaissance.

Un premier axe porte sur les objets de sa recherche. Eric de Rosny a fortement développé ce qu’on appelle dans le jargon scientifique, « l’interdisciplinarité » : il a toujours concilié et articulé diverses méthodes pour mieux appréhender l’objet de ses recherches. De surcroît, dans chaque étude, il a approfondi l’analyse et croisé ses domaines de connaissances, afin de mieux comprendre tout à la fois la complexité et la singularité de l’objet observé. Ainsi, il a tout d’abord mené de nombreuses recherches ethnographiques et anthropologiques sur le « monde de la nuit » à Douala. Ce sont ces premières recherches qui le firent connaître à l’échelle internationale, notamment après la publication de Les yeux de ma chèvre. Sur les pas des maîtres de la nuit (Plon, 1981). Puis, il a croisé ces connaissances initiales à d’autres, complémentaires, sur la pharmacopée (et plus largement sur la médecine traditionnelle), les différentes dimensions du droit, les aspirations sociales de jeunes, le patrimoine oral sawa-douala, l’évolution des divers mouvements religieux présents au Cameroun… De façon transversale, l’ensemble de sa recherche était mu par un souci permanent de l’Autre : dans une société donnée, douala ou camerounaise tout particulièrement, il était constamment attentif à tout ce qui pouvait s’interpréter comme des signes de « dérèglement » de l’individu ; parallèlement, il approfondissait les éléments qui pouvaient participer à la reconstruction de cet individu, dans son propre environnement global, selon ses propres références (culturelles, spirituelles, religieuses, anthropologiques, philosophiques, etc.). En bref, son travail s’inscrivait dans la perspective – et l’espérance – d’un meilleur équilibre de l’individu dans son environnement.

Un second axe porte sur la nature du regard d’Éric de Rosny. En effet, son apport dans le champ de la recherche est beaucoup plus vaste que les thèmes abordés et analysés. C’est la nature même de son regard, la façon selon laquelle il abordait un objet de recherche, le point de vue qu’il développait, son positionnement comme observateur devenant lui-même objet de recherche et d’analyse critique, qui font d’Éric de Rosny un véritable scientifique. Son sens critique s’exerçait aussi à son propre égard. Eric de Rosny a sans cesse interrogé et critiqué ses propres sens (notamment la vue), ses références (religieuses, culturelles, intellectuelles…) et ses analyses (par un retour critique sur ce qu’il avait déjà écrit). Les communications proposées analyseront le regard d’Éric de Rosny, en distinguant aussi bien les apports que ce qui pourrait éventuellement être considéré comme des limites.

Ce colloque sera l’occasion de mieux comprendre la réflexion menée par Éric de Rosny et de la prolonger. Les propositions de communication, dans des disciplines variées, devront non seulement préciser le terrain étudié et la discipline principale en développant une analyse originale, mais elles devront de surcroît préciser en quoi la lecture des écrits d’Éric de Rosny a apporté un complément à cette recherche.

Pour une bibliographie complète de l’œuvre d’Éric de Rosny, consulter le travail de recension effectué par l’Université de Neuchâtel : http://www2.unine.ch/ipe/rosny

Le colloque se tiendra sur deux jours à l’Université catholique de l’Afrique centrale (UCAC) de Yaoundé, les 9 et 10 décembre 2014.

Chaque séance plénière, animée par un modérateur, sera composée de trois interventions : un chercheur invité, un praticien et un chercheur dont le projet de communication aura été sélectionné par le comité scientifique.

Outre une séance introductive qui retracera le parcours de recherche d’Éric de Rosny, chaque séance s’articulera autour de plusieurs questions, que nous réunissons dans cette présentation sous de grands thèmes :

Système de références :

- L’individu et la société : être soumis à ou produire un/des système(s) de références ?

- Du monde la nuit / de la tradition, comme système de références, comme pratiques, comme source d’aspirations…

- Les nouveaux mouvements religieux : de nouvelles références, de nouvelles formes de violence ou de nouveaux espaces thérapeutiques ?

- De la migration des êtres, des corps et des références…

Angoisse et guérison :

- A la recherche de la guérison : comment s’articulent les représentations, les systèmes de références et les pratiques dans un espace thérapeutique ?

- La pratique de la sorcellerie dans un monde contemporain : sens et usages ?

- La personne dans son environnement global : de l’apparition de dérèglements à l’élaboration individuelle et collective d’un équilibre ?

L’usage des sens :

- Une société qui se raconte, une société qui se vit, une société qui se projette : parole, épopée et récits comme mémoire individuelle et/ou comme mémoire collective ?

- Vision et/ou visions ?

- La parole et la vision : violence ou guérison ?

- Regard sur l’Autre/regard sur soi : de l’altérité comme autoréflexivité

Envoi des propositions

Les résumés (2000 signes) des projets de communication (15 mn) doivent s’inscrire dans l’un des thèmes énoncés.

Ils sont à adresser à : gilles.seraphin@sciencespo.fr

avant le 30 mai 2014.

A l’heure actuelle, aucun financement du voyage ni des frais de séjour ne peut être garanti.

Comité scientifique 

Roberto BENEDUCE (Université de Turin), Jean BENOIST (CNRS, Aix-en-Provence), Michel BOCCARA (CNRS, Paris), Pierre BOUBOU (Douala), Yvan DROZ (IHEID, Genève), Jacqueline FAURE (Hôpital Tenon AP-HP, Paris), Jacques FEDRY (UCAC, Yaoundé), Peter GESCHIERE (Université d’Amsterdam), Emmanuel KAMDEM (Essec, Douala), Emile KENMOGNE (Université Yaoundé I), Jean-François LEGUIL-BAYART (Sciences Po, Paris), Berthe LOLO (Prémontré, Chartres), Auguste MBONDE MOUANGUE (Université de Paris-Sorbonne), Marie-Thérèse MENGUE (UCAC, Yaoundé), Pierre-Marie MESNIER (Université de Paris Sorbonne-Nouvelle) ; Jean-Daniel MOREROD (Université de Neuchâtel), Thomas Théophile NUG (Université de Douala/université de Paris-Sorbonne), Anne-Nelly PERRET-CLERMONT (Université de Neuchâtel), Gilles SERAPHIN (Oned, Paris), Jean-Marie TREMBLAY (Université de Chicoutimi, Québec), François WASSOUNI (Université de Maroua).

 

Lieux

  • Yaoundé, Cameroun

Dates

  • vendredi 30 mai 2014

Mots-clés

  • Eric de Rosny, représentation, vision, ethnopsychiatrie, religion, nouveau mouvement religieux, système de représentation, pluralisme

Contacts

  • Gilles Séraphin
    courriel : gilles [dot] seraphin [dot] 1970 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Gilles Séraphin
    courriel : gilles [dot] seraphin [dot] 1970 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Le pluralisme (médical, religieux, anthropologique, juridique...) en Afrique », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 28 mars 2014, http://calenda.org/280273