AccueilAppréhender le(s) changement(s) en sciences sociales

Appréhender le(s) changement(s) en sciences sociales

Apprehending change in social sciences

Journée d’étude des doctorants du Clersé

Clersé doctoral students study day

*  *  *

Publié le vendredi 28 mars 2014 par Rémi Boivin

Résumé

Pour clôturer le séminaire animé par les doctorants du Clersé, une journée d’étude est organisée le 26 juin 2014 à la faculté des sciences économiques et sociales de l’université Lille 1. L’objectif de cette journée est de permettre aux doctorants intéressés par des thématiques communes aux sciences sociales de se rencontrer et d’échanger sur leurs travaux. La journée d’étude propose une réflexion générale sur la thématique du changement en sciences sociales, avec une volonté de déborder les champs et les frontières disciplinaires. En ce sens, ces rencontres se veulent transversales et sont ouvertes aux doctorants de diverses disciplines (sciences politiques, sciences de gestion, géographie, écologie, histoire, etc.).

Annonce

Argumentaire

Étudier les changements à l’œuvre dans les sociétés humaines pose des défis méthodologiques et théoriques de taille tant les formes que peuvent prendre ceux-ci sont variées : les chercheurs en sciences sociales s’intéressent aux modifications des comportements individuels, aux transformations des structures sociales, à l’impact des changements environnementaux sur les activités humaines, etc. Objet d’étude classique des sciences de la société, le changement recouvre diverses acceptions qu’il s’agira de discuter au regard des spécificités disciplinaires, des objets étudiés ou encore des postures théoriques et méthodologiques adoptées.

Les sciences sociales sont-elles mêmes sujettes au changement : pour appréhender les objets qu’ils étudient, les chercheurs ont recours à de nouveaux outils, inventent de nouvelles méthodes, fondent de nouvelles disciplines ou de nouveaux courants théoriques. L’interdisciplinarité a permis à nombre d'entre eux de re-questionner certaines de leurs thématiques et méthodes de recherches. Ces croisements permettent aux disciplines d’évoluer et stimulent de nouvelles recherches, tout en suscitant des questionnements sur les limites et les frontières de l’interdisciplinarité.

Cette journée d’étude invite donc à un autre niveau de réflexivité : comment évoluent les sciences de la société ? Les phénomènes sociaux sont-ils nouveaux ou est-ce le regard posé sur ceux-ci et les modes d’appréhension de ces phénomènes qui changent ? Peut-on séparer les changements que connaissent les sociétés humaines et ceux des sciences qui ambitionnent de les étudier ? Ce sont ces interrogations auxquelles nous invitons les doctorants intéressés par la thématique du changement à réfléchir et échanger au cours de cette journée d'étude.

Pour clôturer le séminaire animé par les doctorants du Clersé, une journée d’étude est organisée le 26 juin 2014 à la Faculté des Sciences Économiques et Sociales de l’Université Lille 1. L’objectif de cette journée est de permettre aux doctorants intéressés par des thématiques communes aux sciences sociales de se rencontrer et d’échanger sur leurs travaux. La journée d’étude propose une réflexion générale sur la thématique du changement en sciences sociales, avec une volonté de déborder les champs et les frontières disciplinaires. En ce sens, ces rencontres se veulent transversales et sont ouvertes aux doctorants de diverses disciplines (sciences politiques, sciences de gestion, géographie, écologie, histoire, etc.).

Axes thématiques

Axe 1 : Les expressions du changement.

Étudier les expressions du changement, en faire un objet de recherche à part entière, voici une première manière de prendre à bras le corps la question de l’appréhension du changement en sciences sociales. De fait, comment la question du changement se présente-t-elle au chercheur en tant qu’objet d’étude ? Est-ce un objet d’étude à part entière ou le chercheur y est-il confronté au gré de ses travaux ? Comment problématiser le changement ? Quelles sont les frontières qui permettent de le caractériser, quelles sont les dynamiques qui permettent de l’analyser et de le définir?

Appréhender le changement et ses expressions revient à penser l’action réciproque des sociétés sur les individus et de ceux-ci sur celles-là. Dans cette perspective, il s’agit de faire état des « configurations problématiques », pour reprendre l’expression de Robert Castel, qui s’entremêlent et se cristallisent au sein d’une société. Cet axe de recherche propose ainsi de réfléchir aux éléments qui permettent d’apprécier et d’observer le changement ; quelles incidences a-t-il sur le monde social et les représentations que les individus s’en font ? Comment les acteurs se voient-ils confrontés aux transformations sociales et comment se mobilisent-ils pour s’en saisir ?

Axe 2 : Temporalités du changement.

Si l’on définit le changement comme le processus par lequel un objet donné passe d’un stade premier (antérieur) à un stade second (postérieur), on comprend que celui-ci soit étroitement lié au temps, auquel il se réfère constamment. Les sciences sociales s’intéressent de près aux liens entre ces deux notions : l’histoire, de par son objet d’étude, ses méthodes et ses ambitions entretient un rapport privilégié à l’étude des changements dans le temps ; l’opposition schématique entre radicalisme et réformisme dans les sciences politiques peut faire écho à la distinction entre temps court et temps long. Mais le changement est aussi un objet de controverses théoriques voire idéologiques : dans la théorie économique classique, les notions de croissance et de développement imposent une perspective unique et linéaire du changement. Les débuts de l’anthropologie voient fleurir les théories évolutionnistes, selon lesquelles les sociétés non-industrialisées sont les stades « premiers » ou « primitifs » des sociétés humaines. L’idéologie du progrès associe ainsi au déroulement irréversible du temps une visée unique du changement.

Dès lors, plusieurs interrogations se font jour : à quel rythme les sociétés humaines changent-elles ? Comment évoluent les sciences sociales à travers le temps ? Celles-ci peuvent-elles anticiper les changements à venir ? Les découvertes des sciences sociales ont-elles une valeur intemporelle, ou sont-elles nécessairement propres aux contextes dans lesquels elles sont produites ?

Axe 3 : Moteur(s) du changement.

Nous cherchons souvent à séparer nos disciplines, alors que nous utilisons parfois les mêmes méthodes et mobilisons les mêmes auteurs (ainsi de Foucault, Elias, Polanyi). De plus, nous nous inscrivons dans des structures théoriques, certes différentes, mais qui permettent un recoupement entre nos disciplines (c’est le cas des théories marxistes en économie, en sociologie, en géographie et en sciences politiques). En quoi l’interdisciplinarité peut-elle être source de changement(s), théorique(s) et méthodologique(s), dans les sciences sociales ? A l’inverse, comment chacune de nos disciplines se transforment-elles et par quels mécanismes ?

Les chercheurs traitent de la question et des raisons du changement au travers de leurs disciplines respectives, mais comment les sciences sociales expliquent-elles les changements ? Quels en sont les moteurs ? Comment les chercheurs présentent-ils les facteurs qui amènent ces transformations ?

Modalités de soumission

Les propositions de communication, présentées par des doctorants, sont attendues pour le 31 mars au plus tard et doivent : 

  • Comporter un titre, le nom de l’auteur, l’institution de rattachement.
  • Être accompagnées des coordonnées de l’auteur.
  • Indiquer l’axe thématique de référence.
  • Compter 4000 caractères maximum (espaces compris).
  • Être envoyées par courriel à l’adresse suivante : seminairedoctorants.clerse@gmail.com.

Comité scientifique

Les communications seront sélectionnées par un comité constitué de :

  • Florian Botte, doctorant en économie au Clersé.
  • Ilona Delouette, doctorante en économie au Clersé.
  • Claire Gellereau doctorante en sociologie au Clersé.
  • Amandine Martor doctorante en sociologie au Clersé et au CeRIES.
  • Vianney Schlegel doctorant en sociologie au Clersé. 

Calendrier

  • Lundi 31 mars 2014 : date limite d’envoi des propositions.
  • Mercredi 14 avril 2014 : réponse pour acceptation.
  • Vendredi 23 mai 2014 : envoi d’une version définitive de la communication d’une longueur de 35 000 caractères maximum (espaces compris)
  • Jeudi 26 juin 2014 : journée d’étude à l'Université Lille 1.

Lieux

  • Université Lille 1
    Lille, France (59)

Dates

  • lundi 31 mars 2014

Mots-clés

  • changement, interdisciplinarité

Contacts

  • Vianney Schlegel
    courriel : vianney [dot] schlegel [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Vianney Schlegel
    courriel : vianney [dot] schlegel [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Appréhender le(s) changement(s) en sciences sociales », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 28 mars 2014, http://calenda.org/280408