AccueilL'observation participante : défis et opportunités du chercheur acteur de son objet

L'observation participante : défis et opportunités du chercheur acteur de son objet

Participatory observation: challenges and opportunities for researcher-actors in their field of study

6èmes journées d'étude de l'association des jeunes politistes de Bordeaux (AJPB)

6th study day of the Association des jeunes politistes de Bordeaux (AJPB)

*  *  *

Publié le lundi 17 mars 2014 par Rémi Boivin

Résumé

Cette journée d’étude se donne pour objectif d’explorer les tensions qui existent entre les opportunités privilégiées de l'observation participante et les défis quotidiens que ce mode d’enquête génère. Elle cherchera pour ce faire à dépasser le « récit de terrain » pour proposer un échange épistémologique et méthodologique, basé sur des exemples concrets de la relation qu’ont entretenu les jeunes chercheurs ou chercheurs confirmés avec leurs enquêtes, dans le cadre d’une observation participante. Les communications interrogeront ainsi la relation à l’objet : le lien qui se tisse nécessairement entre l’objet, sa construction, la préparation du terrain, les conditions d’observation et la collecte d’informations et de données, etc. Le travail d'analyse et de restitution du travail de recherche sera également questionné au regard des défis et des opportunités de cette méthode d'enquête.

Annonce

Argumentaire

Avec le soutien de Sciences Po Bordeaux, du Centre Émile Durkheim et Les Afriques dans le Monde.

C’est parce que « le savoir de l'homme sur l'homme est inséparable du cheminement de l'être individuel qui le découvre »1 que s’est posée en sciences sociales la question des difficultés liées à la plus ou moins grande proximité que le chercheur entretient avec son objet. Cette question s’est avérée d’autant plus pertinente que l’expérience de terrain est une expérience cognitive qui engage le chercheur à réfléchir sur les dimensions sociale, psychologique, économique, éthique et politique de son immersion. Si cette question éclaire l’enquête de terrain en général, elle semble d’autant plus pertinente en situation d’observation participante. En effet, l’intérêt de cette méthode dépend de la capacité du chercheur à devenir acteur à part entière du groupe auprès duquel il enquête. La conciliation peut parfois s’avérer schizophrénique entre l’engagement pratique du chercheur et le souci de rupture épistémologique auquel sa formation méthodologique l’avait préparé2. Présentée comme une « méthode essentielle pour donner accès à ce qui se cache, retracer l'enchaînement des actions et des interactions, ou encore saisir ce qui ne se dit pas ou ‘‘ce qui va sans dire’’ » (Chauvin et Jounin 2010, 145), les promesses de l’enquête par observation participante semblent souvent se dérober sous les pieds du chercheur entraîné dans les activités quotidiennes et affectives qu’il entretient avec ses enquêtés. Or, le fait même qu’il s’agisse d’une méthode par immersion représente à la fois toute la richesse et la difficulté de ce mode d’enquête. Cette journée d’étude aura ainsi pour but d’explorer les tensions qui existent entre les opportunités privilégiées de ce mode d’enquête et les défis quotidiens qu’il génère.

Programme

Jeudi 20 mars 2014 - "La recherche en institution"

Matinée discutée par Daniel Bizeul membre du CRESPPA-CSU (UMR 7217, CNRS - Paris 8)
9h Accueil des participants et présentation des journées d’étude
9h15 Introduction par Daniel Bizeul

  • 9h45 Pauline Ouvrard et Nicolas Rio, Acteur et/ou chercheur de son objet? La recherche doctorale en SHS à l’épreuve de la double-appartenance professionnelle, ENSA Nantes (LAUA)

10h45 Pause-café

  • 11h Nadia Okbani, Dépasser la schizophrénie d'être chercheur et acteur travaillant "sur", "avec" et "pour" son objet : L'observation participante dans le cadre d'un contrat Cifre, IEP Bordeaux (CED)
  • 12h Manon Pesle, Plongée dans un terrain en thèse CIFRE, de la posture de dénonciation à l'enrôlement par l'institution, quelle place pour une participation critique ?, IEP Grenoble (PACTE)

13h Pause repas

Après-midi discutée par Julien O’Miel doctorant, université Lille 2 (CERAPS)

  • 14h15 Fanny Bertrand, Quand l’institution crée un poste pour la doctorante CIFRE : une mission sur mesure ?, Université Lille Nord de France (CERAPS)
  • 15h15 Anne-Claudine Oller et Sandrine Garcia, Une observation engagée. De la théorie académique à la co-production de pratiques pédagogiques, UPEC (REV-CIRCEFT) et Paris Dauphine (Irisso)

Vendredi 21 mars 2014

Demi-journée : "Milieu clos et immersion"

Matinée discutée par Martina Avanza maître d'enseignement et de recherche, Université de Lausanne
9h Accueil des participants

  • 9h15 Mathias Thura, Récuser l’opposition insider/outsider. Du dispositif de financement à l’enquête dans une institution réputée close : cas d’une ethnographie en section de combat d’infanterie, EHESS (CMH)
  • 10h15 Mathilde Allain, Chercheur acteur de son objet de recherche ou l’adaptation aux exigences du terrain: expérience d’observation participante auprès d’organisations paysannes colombiennes, IEP Bordeaux (CED)

11h15 Pause-café

  • 11h30 Claire Donnet, Proximité et distance du sociologue dans l’observation à couvert d’une communauté pieuse : quand « jouer un rôle » pose question, Université de Strasbourg (CSE)

12h30 Pause repas

Demi-journée : "Vers quelle restitution?"

Après-midi discutée par Denis Constant Martin directeur de recherches, classe exceptionnelle, FNSP, IEP Bordeaux (LAM)

  • 13h45 David-Ismayil Meryll, Réflexions autour d’une restitution face à des imposants, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne (CESSP)
  • 14h45 Grégory Beltran, L'observation participante en milieu militant : posture du chercheur et réflexions épistémologiques, ex-EHESS (CEAf)

15h45 Conclusion des journées d’étude par Audrey Alejandro, doctorante IEP Bordeaux (CED)

Comité d’organisation

  • Audrey Alejandro
  • Clément Arambourou
  • Fatimata Sempala Balima
  • Sébastien Chailleux
  • Elodie Escusa
  • Armelle Gaulier
  • Amandine Montagut
  • Cindy Morillas
  • Clélie Nallet
  • Nadia Okbani
  • Nicolas Rocle
  • Céline Ségalini
  • Damien Simonneau
  • Anaïs Theviot
  • Damien Vallot
(doctorant.e.s, Les Afriques dans le Monde - UMR 5115 / Centre Émile Durkheim - UMR 5116, Université de Bordeaux).

[1] Gérard ALTHABE, Jacques CHEYRONNAUD et Béatrix LE WITA, "L'autre en question", art cit., p. 54.

[2] Bourdieu, « Un doute radical » et « Double blind et conversion », Réponses, Ed. du Seuil, 1992,

Lieux

  • 6 allée Ausone
    Pessac, France (33)

Dates

  • jeudi 20 mars 2014
  • vendredi 21 mars 2014

Mots-clés

  • journée d'étude, sciences politiques, observation participante, méthodologie

Contacts

  • Cindy Morillas
    courriel : cindy [dot] morillas [at] gmail [dot] com
  • Damien Vallot
    courriel : vallot [dot] damien [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Nicolas Rocle
    courriel : nicolas [dot] rocle [at] irstea [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'observation participante : défis et opportunités du chercheur acteur de son objet », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 17 mars 2014, http://calenda.org/280706