AccueilPrésence des étrangers, cosmopolitisme et changements sociaux au Maroc contemporain

Présence des étrangers, cosmopolitisme et changements sociaux au Maroc contemporain

The presence of foreigners, cosmopolitanism and social changes in contemporary Morocco

*  *  *

Publié le lundi 07 avril 2014 par Rémi Boivin

Résumé

Le centre Jacques Berque pour les sciences humaines et sociales (USR du CNRS au Maroc) et le laboratoire d'études politiques et de sciences humaines et sociales (LEPO-SHS) de l'université internationale de Rabat, avec l'appui de la fondation Konrad Adenauer, organisent deux journées d'étude intitulées « Présence des étrangers, cosmopolitisme et changements sociaux au Maroc contemporain ». Cette rencontre ambitionne de réunir des chercheur-e-s de disciplines différentes dont les travaux portent ou sont en lien étroit avec la présence des étrangers au Maroc. Il s'agit de créer le cadre pour une contribution transversale à la compréhension des différents enjeux liées à cette présence dans un pays qui s'est construit dans un rapport problématique à l'émigration sans accorder trop d'attention aux étrangers en son sein.

Annonce

Argumentaire

De nombreux aspects liés aux mobilités et à l’installation d’étrangers au Maroc n’ont fait l’objet que de peu d’intérêt scientifique et médiatique. De plus, certaines notions surexploitées, et souvent creuses, telles que « migration de transit », « expat », « migrants irréguliers » ou « subsahariens » ont saturé le débat public et méritent d’être mieux travaillées empiriquement et épistémologiquement. Il s’agit alors de réfléchir aux différentes interprétations que recouvrent le terme d’ « étrangers » dans le contexte marocain.

D’autant plus que le Maroc, pays d’immigration ancien, semble ne pas se percevoir comme tel, alors même que sa société s’est constituée d'un brassage inextricable de populations de différentes origines. Cela conduit à développer des axes d’étude touchant, non seulement à la présence des étrangers en soi, mais également aux perceptions et réactions qui émergent, vis-à-vis d’eux, dans la société marocaine.

Ces journées d’étude permettront également de réfléchir sur la situation actuelle du Maroc en tant que pays engagé - en particulier depuis sa récente réforme constitutionnelle - dans la promotion des droits de l’Homme, la lutte contre les discriminations et la reconnaissance de sa diversité culturelle. L’opération exceptionnelle de régularisation débutée en janvier 2014 s’inscrit dans ce cadre. Cette période cruciale nécessite de revoir certaines grilles d’analyses tout en mettant en débat de nouveaux positionnements et questionnements au sein de la société marocaine. Comment la présence des étrangers, temporaire ou de plus longue durée, interagit-elle avec le politique, le religieux, ainsi qu’avec les différentes dimensions qui constituent la société marocaine ? Comment la société marocaine intègre-t-elle les diversités qui constituent sa population, au travers notamment de la mixité, des appartenances nationales multiples ou de certaines mobilités circulaires ? Comment les migrations marocaines influent-elles sur la perception et l’accueil de telle ou telle catégorie d’étrangers ?

Axes thématiques 

1. De la prise en compte de la présence étrangère au Maroc

Cet axe examinera la place et le statut qui est accordé aux différentes « catégories » d’étrangers qui peuvent être repérées aujourd’hui dans la société marocaine. De nouvelles problématiques apparaissent, auxquelles les institutions et acteurs marocains sont appelés à répondre. On s’intéressera, entre autres, aux normes, portées par les politiques publiques, concernant l’accueil et l’intégration des étrangers, à l’éducation de leurs enfants, aux couples mixtes, etc.

2. Le Maroc, une société plurielle au prisme de l’altérité

Ce deuxième axe se centrera sur les différentes dimensions du « vivre ensemble » (ou pas), de la « mixité » induite par cette présence étrangère et sur l’évolution globale de la société. Quel serait le modèle multiculturel /cosmopolite marocain ?  Comment se décline-t-il au niveau des régions, des villes, des quartiers ou du voisinage ? Quelle influence a-t-il sur la production de « culture urbaine » et sur ses expressions ? Comment cette « mixité » ou ce « cosmopolitisme » interviennent-ils dans la recomposition de la société marocaine et de ses perceptions ? 

3. Mobilités religieuses : religion en migration et tourisme spirituel

Ce dernier axe explorera deux catégories de mobilité fondamentalement différentes mais liées par le « fil rouge » de la présence du religieux. D’un côté, il s’agira d’observer l’importance des réseaux religieux dans les projets migratoires ou en lien avec les séjours plus ou moins prolongés des étrangers au Maroc. On pense ici, par exemple, au rôle des organisations caritatives chrétiennes ou des associations islamiques de différents horizons confrériques. D’un autre côté, la place du Maroc sera prise en compte au travers de sa dimension de destination et de référence spirituelle – largement valorisée par les autorités marocaines. On s’interrogera également sur la place accordée et prise par les religions des Autres, aux réactions de rejet ou d’intégration, à la liberté de conscience ou au pluralisme religieux.

Ces axes n’ont pas l’ambition de recouvrir tous les aspects liés à l’objet d’étude. Il est donc possible que des contributions ne s’inscrivant pas parfaitement dans un des axes thématiques proposés soient retenues.

Soumission des propositions

L’appel s’adresse aux chercheurs intéressés à participer aux journées d’étude du 3-4 novembre 2014 et à la publication qui l’accompagnera.

Merci de faire parvenir la proposition de titre de votre contribution ainsi qu’un résumé (300 mots) en français ou en anglais

avant le 30 avril 2014

à Khrouz Nadia et Lanza Nazarena aux adresses suivantes:

La sélection des propositions se fera dans les trois semaines qui suivent.

La réception d’un article entre 20 000 et 30 000 caractères (espaces compris) sera demandée, préalablement à la participation aux journées, aux candidats dont la proposition a été retenue.

Le délai pour l’envoi des papiers finalisés, en français ou en anglais, est fixé au 30 septembre.

Calendrier indicatif

  • Lancement de l’appel à communication/contribution : 7 mars 2014
  • Envoi des résumés – 300 mots maximum en anglais ou en français : 30 avril 2014
  • Sélection et communication des résultats aux candidats : 15 mai 2014
  • Délai pour l’envoi des articles/communications : 15 septembre2014
  • Tenue des journées d’étude : 3-4 novembre 2014 

Comité d'organisation

  • Nadia Khrouz, doctorante PACTE/UPMF, rattachée au Centre Jacques Berque
  • Nazarena Lanza, doctorante IDEMEC/UAM, rattachée au Centre Jacques Berque

Conseil scientifique

  • Mehdi Alioua, sociologue, enseignant-chercheur à l'Université Internationale de Rabat/Science-Po Rabat
  • Sophie Bava, Socio-anthropologue, Chargée de recherche au LPED-IRD-AMU
  • Kamel Dorai, chargé de recherche au CNRS à MIGRINTER (CNRS – Université de Poitiers).
  • Jean-Noel Ferrié Directeur de recherche au CNRS, Directeur-adjoint Centre Jacques-Berque
  • Mahamet Timera, directeur de l’Urmis, reponsable de l’Urmis Paris, et professeur de sociologie à l’Université Paris Diderot Paris 7 (UFR Sciences sociales)

Lieux

  • Rabat, Maroc

Dates

  • mercredi 30 avril 2014

Mots-clés

  • Cosmopolitisme, Maroc, étrangers, migrations

Contacts

  • Mehdi Alioua
    courriel : mehdialioua [at] gmail [dot] com
  • Nadia Khrouz
    courriel : khrouz [dot] nadia [at] gmail [dot] com
  • Nazarena Lanza
    courriel : nazarena [dot] lanza [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Mehdi Alioua
    courriel : mehdialioua [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Présence des étrangers, cosmopolitisme et changements sociaux au Maroc contemporain », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 07 avril 2014, http://calenda.org/280939