AccueilEspace public européen

Espace public européen

European public spaces

Histoire et méthodologie

History and methodology

*  *  *

Publié le lundi 07 avril 2014 par Luigia Parlati

Résumé

Au cours des soixante dernières années, l'Europe s'est construite comme espace politique, juridique et économique. Cependant, ce processus n'a pas été accompagné par la construction d'une espace public européen, en dépit de la volonté des ses pères fondateurs, qui voulaient créer en Europe un espace culturel commun, reconnu comme tel par ses citoyens. À l'heure actuelle où, à travers internet et les réseaux sociaux, l'espace public européen est en train de se reconfigurer, le moment paraît être venu pour une réflexion globale - à la fois historique et méthodologique - autour de cet espace. Ce colloque international et interdisciplinaire se propose d’explorer toutes les dimensions de cette problématique, dans une démarche à la croisée de l'histoire, de la sociologie, l’anthropologie et de la philosophie.

Annonce

Argumentaire

Au cours des soixante dernières années, l'Europe s'est construite comme espace politique, juridique et économique. A travers un long parcours, scandé par plusieurs accords, traités, rencontres, débats, des institutions supranationales communes ont été créées, des politiques économiques communautaires ont été mises en place, un droit communautaire a été établi et appliqué.

A partir du traité de Paris (18 avril 1951), les premières institutions supranationales et politiques communes ont été mises en place. A l'heure actuelle, un Conseil européen, qui rassemble les chefs d'Etat et de gouvernement des Etats de l'Union, fixe les grandes orientations politiques générales. Un Parlement - élu au suffrage universel et devant lequel les citoyens peuvent présenter des pétitions - exerce le pouvoir législatif avec le Conseil de l'Union, organe qui représente les Etats membres. Une Commission européenne, créée en 1958 et qui se compose d’un commissaire par Etat membre, est l'organe exécutif de l'Union et détient le monopole de l'initiative législative. La Cour de justice de l'Union européenne, créée en 1952, et dont les arrêts s’imposent à l’ensemble des Etats membres de l’Union, veille à l'application des traités européens et à l'interprétation uniforme du droit communautaire.

L'Europe s'est constituée aussi en tant qu'espace économique. Depuis la création d'un marché commun (Traité de Rome, 25 mars 1957), est entré en vigueur un système monétaire européen (5 décembre 1978), et la libre circulation des capitaux (1er juillet 1990 ). En 1998 a été créée une Banque centrale chargée de définir et mettre en œuvre la politique monétaire de l'Europe où, depuis le 1er janvier 2002, l'euro est devenu la monnaie circulante. Les mesures anti-crise pour la zone euro adoptées par le Conseil européen en 2010 sont la plus récente preuve de l'indéniable existence d'un espace économique européen.

Entre la seconde moitié du XXe siècle et le début du XXIe, l'Europe a acquis donc - non sans difficultés - une dimension politique et économique de plus en plus définie, identifiable comme « européenne ». Cependant, ce processus n'a pas été accompagné par la construction d'une espace public européen.

La volonté de constituer une Europe qui ne se limite pas à sa dimension politique, juridique et économique, faisait néanmoins partie des propos des ses pères fondateurs, qui voulaient créer en Europe un espace culturel commun, reconnu comme tel par ses citoyens. La création, en 1949, du Conseil d'Europe, organe pensé pour favoriser la prise de conscience d'une identité culturelle européenne occidentale, a été le premier pas fait en cette direction.

Même si par la suite, dans la construction de l'Europe, les aspects économiques et politiques ont été privilégiés, le projet de créer un espace public européen n'a jamais été oublié. Le Traité de Maastricht rappelle la vocation de l'Union à permettre « l'épanouissement des cultures des Etats », mais il met également en évidence leur « héritage culturel commun ». La Constitution européenne (2004), dans son préambule, précise que l'Europe veut demeurer un continent ouvert à la culture en s'inspirant de ses héritages humanistes.

Sur le plan concret, des politiques de coopération culturelle ont été mises en place au fil des années. Les programmes de recherche européens, les programmes de mobilité étudiante (Erasmus), la reconnaissance des diplômes dans tous les Etats de l'Union visent au développement d'un culture commune, en laissant aux différents Etats la liberté de définir leur propre politique culturelle dans la richesse de leur diversité. De plus, la nouvelle politique de communication de l'Union Européenne vise de façon explicite à créer un espace public européen, avec la mise en place de programmes de recherche et d'autres initiatives. Par exemple, en 2001, la Commission européenne a mis en place un groupe de travail sur l' « Espace public européen » lors de la préparation du Livre blanc sur la gouvernance.

En dépit de cette volonté et de ces initiatives, un espace public européen n'existe pas encore, ce qui fragilise, indirectement, l'Europe politique et économique.

La question de l'espace public européen a suscité de vifs débats au sein de la communauté scientifique.

Face à la formation d'un espace politique et économique européen, plusieurs analystes des politiques publiques ont remarqué que la formation d'une espace public - dans la définition donnée par Jürgen Habermas de « processus au cours duquel le public constitué d'individus faisant usage de leur raison s'approprie la sphère publique contrôlée par l'autorité et la transforme en une sphère où la critique s'exerce contre le pouvoir de l'État »(Strukturwandel der Öffentlichkeit, 1962) - ne s'est pas constitué d'un façon également uniforme au niveau européen.

Certains, comme le sociologue espagnol Victor Pérez-Diaz, tout en admettant l'absence d'un espace public « central », ont remarqué l'existence en Europe d'espaces publics sectoriels, qu’ils considèrent comme le signe qu'un espace public européen central est destiné à se constituer dans le futur proche (« la sociabilité croissante que connaissent les peuples de l'Europe produit déjà une association civile européenne et produira à terme un espace public », Victor Pérez-Diaz art. 1998).

Depuis quelque temps la communauté scientifique a commencé à débattre, de façon plus générale, autour de l'interprétation et de la valeur de la notion d'espace public européen. Nombreux sont les spécialistes qui mettent en cause l’intérêt heuristique de ce concept, qui, élaboré dans un cadre national, a été souvent utilisé sans recul par les philosophes et les sociologues. Certains mettent par conséquent en discussion la pertinence da la notion d'espace public européen (cf. Eric Dacheux, « Nouvelle approche de l'espace public européen », 2008).

Dans les temps les plus récents, l'approche exclusivement politique généralement donnée à la notion d'espace public a été critiquée. Celle-ci serait en effet trop proche de l’« agora » de la Grèce antique. Le philosophe Daniel Innerarity, par exemple, affirme qu'il faudrait voir l'espace public contemporain comme quelque chose de pluriel et d'inachevé, respectueux de la complexité de notre société actuelle et différent, pas conséquent, de l'espace public homogène et fondé sur le consentement qui caractérise l'idée de communauté dans l'Antiquité.

A l'heure actuelle où, à travers internet et les réseaux sociaux, l'espace public européen est en train de se reconfigurer, le moment paraît être venu pour une réflexion globale - à la fois historique et méthodologique - autour de cet espace.

Quand un espace public européen est-il paru pour la première fois dans l’histoire ? Quels ont été les institutions, les événements, les procès qui à partir du Moyen Age, ont permis de concevoir et percevoir l'Europe comme espace public ? Comment et par qui a été occupé l'espace public en Europe aux différents moments de l'histoire ? Dans quelle mesure les découvertes géographiques et la rencontre avec d'autres cultures ont renforcé la perception de l'Europe en tant qu'espace commun et public ? Comment l'espace public européen va-t-il se configurer dans l'avenir ? Comment appréhender, du point de vue méthodologique, l'espace public européen ? Quelle est l'actualité de la définition donnée par Habermas il y 50 ans ? Selon quelle perspective orienter les recherches dans l'avenir ?

Ce colloque international et interdisciplinaire se propose d’explorer toutes les dimensions de cette problématique, dans une démarche à la croisée de l'histoire, de la sociologie, l’anthropologie et de la philosophie.

Thématiques et envoi des propositions

Il sera organisé autour de deux thématiques :

1) L'espace public européen dans l'histoire (Moyen Age- XXIe siècle)

2) Méthodologique : comment appréhender l'espace public européen ?

Les propositions d’une page maximum, accompagnées d’un CV d’une page maximum, sont à envoyer à Corinne DORIA et à Gérard RAULET par email

avant le 30 avril 2014

aux adresses suivantes : corinne.doria@gmail.com; gerard.raulet@paris-sorbonne.fr.

Comité scientifique 

  • Gérard Raulet Professeur d’histoire des idées allemands –Université Paris-Sorbonne
  • Corinne Doria Phd Histoire contemporaine –Université Paris 1- Università degli Studi di Milano
  • Equipe de recherche Labex EHNE (Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe) - Axe 2 – L’Europe dans une épistémologie du politique – Université Paris 1 et Paris- Sorbonne

Organisation :

Corinne Doria Phd Histoire contemporaine –Université Paris 1- Università degli Studi di Milano

 

Lieux

  • 2, rue Serpente
    Paris, France (75006)

Dates

  • mercredi 30 avril 2014

Mots-clés

  • espace public, Europe, opinion publique, sociabilité, communication, représentation

Contacts

  • Corinne Doria
    courriel : corinne [dot] doria [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Corinne Doria
    courriel : corinne [dot] doria [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Espace public européen », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 07 avril 2014, http://calenda.org/280992