AccueilSystèmes coopératifs dans les régions de montagne

Systèmes coopératifs dans les régions de montagne

Cooperative systems in mountain regions

*  *  *

Publié le mercredi 09 avril 2014 par Luigia Parlati

Résumé

Avec l’Année internationale des coopératives (AIC) en 2012, les Nations Unies ont reconnu l’impact mondial des coopératives sur le développement économique et social. Grâce à leur structure organisationnelle démocratique et à leur orientation économique, les coopératives, dans de nombreuses régions de montagne, contribuent de manière significative à la croissance du capital social, à l’intégration sociale, à la création de lieux de travail et à la réduction de la pauvreté. Cette action aide à stabiliser les cycles économiques et à renforcer l’emploi local. Plusieurs régions de montagne, comme en Italie et en Autriche, ont une tradition historique et une présence significative de systèmes coopératifs. En outre, on peut constater une augmentation des coopératives en temps de crise économique (EURICSE, 2010).

Annonce

Argumentaire

Avec l’Année internationale des coopératives (AIC) en 2012, les Nations unies ont reconnu l’impact mondial des coopératives sur le développement économique et social. Grâce à leur structure organisationnelle démocratique et à leur orientation économique, les coopératives, dans de nombreuses régions de montagne, contribuent de manière significative à la croissance du capital social, à l’intégration sociale, à la création de lieux de travail et à la réduction de la pauvreté. Cette action aide à stabiliser les cycles économiques et à renforcer l’emploi local. Plusieurs régions de montagne, comme en Italie et en Autriche, ont une tradition historique et une présence significative de systèmes coopératifs. En outre, on peut constater une augmentation des coopératives en temps de crise économique (EURICSE, 2010).

Cependant, les systèmes coopératifs régionaux se caractérisent parfois par leur manque de transparence et, dans certains cas, ils peuvent également freiner l’innovation. Dans la mesure où une coopérative est composée de plusieurs membres, créer et gérer une coopérative nécessite un accord et un engagement communs. Dans de nombreux cas, il s’agit là d’un facteur d’échec.

Différents contextes économiques et sociaux ont favorisé le développement de différents modèles de coopératives ayant des activités commerciales dans une grande variété de secteurs et de territoires. Habituellement, les coopératives sont actives dans les secteurs traditionnels comme l’agriculture, le commerce de détail, les services sociaux et bancaires. Récemment, de nouveaux domaines d’activité pour les coopératives ont émergé. Les coopératives sociales, en particulier, se sont multipliées de manière significative, couvrant un vaste éventail de services sociaux et sanitaires, de services de formation, de soins et d’éducation, également pour les personnes défavorisées. Dans le sud Tyrol, par exemple, une coopérative basée sur le savoir a été créée et permet de mettre en œuvre des activités de recherche sur le phénomène des coopératives. Plusieurs coopératives de communautés (« cooperative di comunità ») gèrent des services publics dans les zones éloignées où les gens et l’argent font défaut. En outre, les sociétés coopératives favorisent les chaînes de valeur régionales dans le secteur alimentaire et maintiennent des structures d’approvisionnement local. De nouveaux secteurs peuvent devenir intéressants pour les coopératives, comme le tourisme, les loisirs (l’aide aux enfants, à la jeunesse ou aux personnes âgées) et l’énergie renouvelable (coopérations civiles sur l’énergie).

Les coopératives peuvent jouer un rôle important au sein des modèles sociétaux alternatifs (par exemple, les approches relatives au bien-être commun et à l’économie post-croissance) en visant un processus de transformation sociale durable comme réponse aux crises économiques et à la globalisation. Les transformations sociales ont besoin de nouveaux types de gouvernance et les coopératives pourraient offrir de nombreuses expériences en la matière. Elles peuvent jouer un rôle important dans la conception de nouvelles formes de coopération à un double titre. Les membres peuvent faire avancer leurs intérêts communs et leurs objectifs de manière indépendante. En outre, elles peuvent façonner leur environnement local, peuvent développer les principes de participation et de valeurs comme la solidarité, la démocratie et la durabilité dans le voisinage ou les municipalité (Postwachstumsgesellschaft, 2013).

Dans ce contexte, le Journal of Alpine Research | Revue de Géographie Alpine propose un appel à article sur le thème des « systèmes coopératifs dans les régions de montagne ». L’un des objectifs majeurs de cet appel à contributions scientifiques est de révéler les facteurs qui soutiennent la création de coopératives innovantes et portant le développement local, en s’interrogeant sur le fait de savoir si les régions de montagne ou les sociétés de montagne, y compris leurs centres urbains, présentent des conditions favorables spécifiques ou non. Des contributions portant sur les échecs de structures coopératives sont aussi attendues pour analyser leurs éventuelles limites. Les auteurs sont également invités à s’intéresser au rôle des coopératives dans le développement durable local et régional des circuits économiques, tout particulièrement dans les zones périphériques en déclin démographique, et à leur potentiel de promotion d’un entrepreneuriat durable. Enfin, les contributions devraient aborder la question du développement des coopératives dans une perspective historique et présenter des analyses comparatives de ce phénomène dans différents contextes territoriaux. De façon plus précise, le Journal of Alpine Research | la Revue de Géographie Alpine invite les chercheurs à présenter des contributions portant sur les sujets suivants :

Thèmes

  • Le rôle des coopératives dans le maintien des structures entrepeuneuriales. De nombreux secteurs d’activité souffrent en montagne d’un manque de successeurs/repreneurs et d’une faible compétitivité. Les coopératives peuvent-elles représenter une bonne solution pour maintenir les entreprises, créer des structures entrepreuneuriales compétitives et réintégrer les personnes sans activité ?
  • L’émergence ou la confirmation de nouveaux modèles durables de coopératives, comme les coopératives de communautés et des secteurs innovants (tourisme, loisirs et énergies renouvelables).
  • Le rôle et la contribution des coopératives en tant que facteur stabilisant et élément de résilience régionale en temps de crise et, d’un point de vue historique, leur impact social et économique régional et local. On peut envisager en particulier la pertinence du rôle des centres urbains dans ce contexte.
  • L’approche comparative du développement des coopératives dans des conditions locales et régionales différentes.
  • Le rôle des systèmes coopératifs dans le développement de nouvelles approches économiques alternatives.
  • Les aspects négatifs et les limites des systèmes coopératifs comme par exemple le manque de transparence dans la gouvernance des organisation, la faible capacité d’innovation, les échecs dûs aux désaccords entre membres ou au manque d’ancrage territorial.

Calendrier

Veuillez envoyer les résumés en anglais (environ 1000 mots)

avant le 1er setembre 2014

à : Thomas.Streifeneder@eurac.edu , ph.bourdeau@free.fr et Emm@nuelleTricoire.eu.


Responsable : Thomas Streifeneder, directeur de l’EURAC IRDELM

Bibliographie

  • Birchall J., 2011.– Membership-based businesses. Mutuals and co-operatives in an age of globalization, New York, NY, Palgrave Macmillan.
  • Borzaga C., Depedri S., Bodini R., 2010.– Cooperatives: The Italian Experience, EURIcse (ed.),
  • European Research Institute on Cooperative and Social Enterprises (EURICSE), Report 2010 / 2011.
  • Hansmann H., 1996.– The ownership of enterprise, Cambridge, Mass. [u.a.], Belknap Press of Harvard Univ. Press.
  • Postwachstumsgesellschaft, 2013.– Neue Governance-Formen für eine nachhaltige Gesellschaftstransformation, Proceedings of the conference 14.10.-15.10.2013.
  • Research Institute for Co-operation and Co-operatives (RiCC), var. years.– Research reports.
  • Zerche J., Schmale I., Blome-Drees J., 1998.– Einführung in die Genossenschaftslehre. Genossenschaftstheorie und Genossenschaftsmanagement, München, Wien, Oldenbourg.

Dates

  • lundi 01 septembre 2014

Mots-clés

  • Cooperative systems, Alps, mountains, mountains regions, communautés, cooperatives

Contacts

  • Tricoire Emmanuelle
    courriel : Emm [at] nuelleTricoire [dot] eu

Source de l'information

  • Emmanuelle Tricoire
    courriel : Emm [at] nuelleTricoire [dot] eu

Pour citer cette annonce

« Systèmes coopératifs dans les régions de montagne », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 09 avril 2014, http://calenda.org/281575