AccueilLes différences dans l’unité

Les différences dans l’unité

Differences in unity

M. Rudolf Haensch

Mr. Rudolf Haensch

*  *  *

Publié le mercredi 30 avril 2014 par Rémi Boivin

Résumé

M. Rudolf HAENSCH, directeur adjoint, « Kommission für Alte Geschichte und Epigraphik des Deutschen Archäologischen Instituts » invité par l'assemblée des professeurs du Collège de France sur la proposition du professeur John SCHEID, titulaire de la chaire Religion, institutions et société de la Rome antique, donnera une série de leçons sur le thème : « Le gouvernement romain et les provinces de l’empire ».

Annonce

Argumentaire

Notre vue sur l’empire romain a beaucoup changé dans les dernières décennies en raison des trouvailles archéologiques et épigraphiques, mais aussi en raison de nouvelles pistes de recherche scientifique historique. Ce progrès, en comparaison par exemple à la vue de Fergus Millar dans son livre « The Roman Empire and its Neighbours », sera discuté par les exemples de provinces mieux connues qu’il y a trente ans.

CONFERENCES DU COLLEGE DE FRANCE sur les sujets suivants : le

1. La Germanie

Le 19e siècle a transféré ses catégories étatiques et juridiques à l’Empire romain comme s’il n’y avait rien de plus naturel. Cette manière d’agir a été réprimandée dans la deuxième moitié du 20e siècle. On a souligné qu’après la conquête d’un territoire le gouvernement romain était  d’un caractère très indirect et que la population locale s’eût plutôt même romanisée que d’être romanisée. Mais des trouvailles importantes des dernières décennies ont montré que cette vue est également pas toute la vérité. Comme la cité de Waldgirmes a montré par exemple, au moins pendant l’expansion sous Auguste, les autorités romaines essayèrent de pousser le développement civil des territoires occupés et, comme les lingots de plomb de Sauerland l’ont révélés, l’expansion eut également des aspects très économiques.

2. La Macédoine

Pendant la deuxième moitié du 20e siècle la recherche grecque a commencé à s’intéresser à la période romaine de la Grèce. Mais les provinces romaines sur le territoire de l’état grec moderne ont été prises en considération de facon isolée sans les intégrer dans le tableau des autres provinces. Quand on le fait, on remarque que même pendant le Haut Empire, ces provinces avaient des caractères spécifiques. Ces particularités étaient le résultat du fait que  la Macédoine était la première province romaine dans la partie orientale du monde méditerranéen, organisée après trois guerres importantes. De plus, les guerres civiques à la fin de l’époque républicaine eurent comme conséquence la fondation de nombreuses coloniae dans l’ancien royaume macédoine, dont seulement certaines furent un succès.

3. La Lycie

Dans le cas d’aucune autre province notre connaissance de la situation antique a été agrandie d’un tel degré par de nouvelles découvertes épigraphiques. Ces inscriptions indiquent d’un côté comment le pouvoir romain est intervenu dans les structures locales après l’annexion d’un territoire. D’autre côté on voit également jusqu’à quel degré Rome a utilisé des structures locales à ses fins. Jusqu`à la trouvaille des leges portoriae de Lycie, personne n’avait pas pensé que tout un type de contribution à Rome ne fut pas collecté par des institutions romaines ou par des publicani mais par l’organisation ethnique préromaine elle-même. Mais ces trouvailles n’éclairent pas seulement la première phase de la province. Elles nous donnent également des informations très précieuses pour le troisième siècle avancé, c’est-à-dire la soi-disant crise du 3e siècle si mal illustrée par les sources littéraires. Jusqu’ici nous n’avions pas d’indices en ce qui concerne le rôle de cette province pendant le règne de Gordien III.

4. L’Egypte

La conviction que l’Egypte serait l’exception parmi les provinces a longtemps été remise en question. Mais la recherche récente a tiré des pistes nouvelles de réflexion du résultat de cette discussion. Elle étudie les différents phénomènes de la province au bord du Nil avec l’intention de décider si ces phénomènes peuvent être généralisés et illustrent de cette facon la situation des autres provinces. Dans le cadre de cette recherche, la question des continuités vis-à-vis les institutions des Ptolémées est discutée avec une nouvelle intensité et avec des nouveaux résultats. Mais on s’intéresse aussi à des questions de la réalité quotidienne de l’administration romaine, comme par exemple comment les administrateurs romaines pouvaient dispenser la charge énorme de la justice pour une population de plus de cinq millions de personnes. On se pose la question si les techniques du gouvernement qu’on peut observer en Egypte étaient également typiques pour d’autres provinces moins bien connues.

Programme

Ces leçons auront lieu les mercredis 28 mai, 4, 11 et 18 juin 2014 , à 10 heures, Salle 2

Le gouvernement romain et les provinces de l’empire

1. La Germanie, le mercredi 28 mai, à 10 heures

Le gouvernement romain et les provinces de l’empire

2. La Macédoine, le mercredi 4 juin, à 10 heures

Le gouvernement romain et les provinces de l’empire

3. La Lycie, le mercredi 11 juin, à 10 heures

Le gouvernement romain et les provinces de l’empire

4. L'Egypte, le mercredi 18 juin, à 10 heures

Catégories

Lieux

  • Collège de France, salle 2 - 11, place Marcelin Berthelot
    Paris, France (75005)

Dates

  • mercredi 28 mai 2014
  • mercredi 04 juin 2014
  • mercredi 11 juin 2014
  • mercredi 18 juin 2014

Mots-clés

  • Époque romaine, Collège de France

Contacts

  • Sophie Benitta
    courriel : sophie [dot] benitta [at] college-de-france [dot] fr

Source de l'information

  • Sophie Benitta
    courriel : sophie [dot] benitta [at] college-de-france [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les différences dans l’unité », Cycle de conférences, Calenda, Publié le mercredi 30 avril 2014, http://calenda.org/283365