AccueilGénéalogies du mondial

Généalogies du mondial

Genealogies of globalisation

*  *  *

Publié le mardi 29 avril 2014 par João Fernandes

Résumé

Dans le sillage des thématiques suivantes : le comparatisme littéraire, la traduction et les traductologies, l’idéologème « société de la connaissance » et la relation philologique entre vocabulaire et institution, le cycle 2014-2016 poursuit ce travail de critique comparatiste des pensées du rapport de différence culturelle, en prenant cette fois pour objet les concepts du mondial. Ce sont les situations d’énonciation de ces concepts dans les disciplines et dans les langues qui nous intéresseront, en tant qu’elles sont déterminées dans l’interaction critique avec l’ordre de la Mondialisation : en tant qu’elles dessinent, par là, les contours d’un nouvel état du rapport entre savoir et pouvoir.

Annonce

Argumentaire

Le dernier cycle du séminaire « Diversité des langues et poétique de l’histoire » était consacré à la mise en comparaison des pensées de la postcolonialité, à partir d’une relecture des Postcolonial Studies, et par la confrontation, théorique et idéologique, du « postcolonial » à la dimension du trans-colonial. L’histoire du colonialisme moderne était réinterrogée par celle des rapports traversiers entre systèmes coloniaux européens concurrents, et l’histoire conceptuelle des tropes de la domination épistémique était reproblématisée par l’écoute du dissensus entre ses traditions discursives singulières dans les langues européennes vectrices de colonisation. L’amorce critique était donnée à l’interface historiquement délicate entre anglophonie et francophonie, en faisant de la réception problématique des Postcolonial Studies en France le point de départ de la réflexion[1]. L’enjeu était donc aussi de savoir ce qui se joue, scientifiquement et politiquement, dans cet accroc à la bonne « circulation internationale des idées », et dans tous les malentendus qui jalonnent le passage entre les langues – qu’ils agissent comme censure ou comme transcréation conceptuelle.
 
Dans le sillage des thématiques précédentes (le comparatisme littéraire, la traduction et les traductologies, l’idéologème « société de la connaissance » et la relation philologique entre vocabulaire et institution), le cycle 2014-2016 poursuit ce travail de critique comparatiste des pensées du rapport de différence culturelle, en prenant cette fois pour objet les concepts du mondial. Ce sont les situations d’énonciation de ces concepts dans les disciplines et dans les langues qui nous intéresseront, en tant qu’elles sont déterminées dans l’interaction critique avec l’ordre de la Mondialisation : en tant qu’elles dessinent, par là, les contours d’un nouvel état du rapport entre savoir et pouvoir.
 
Dans leur analyse généalogique des configurations contemporaines du pouvoir, les Postcolonial Studies ont construit depuis le début des années 1980 des outils qui ont rapidement démontré leur capacité à penser aussi les dimensions discursives des processus de mondialisation. Leur impact théorique s’inscrit progressivement sur l’ensemble des sciences humaines et sociales anglophones au cours des décennies où l’euphorie des décolonisations a déjà tourné en désarroi postcolonial, et se double du retour en force du libéralisme. Et dès le milieu des années 1990, elles commencent à exercer leur sensibilité aux conditions d’énonciation du savoir pour capter les premiers assemblages d’une nouvelle idéologie cognitive et géoculturelle, mais aussi pour reconnaître les continuités entre les phases du capitalisme colonialiste et la mutation « postindustrielle » du système économique mondial, dans ses poussées transnationales inédites.
 
Cette finesse analytique, puisée dans l’attention aux stratégies énonciatives des œuvres littéraires et à la poétique du discours, constitue un acquis indispensable pour travailler à articuler les effets hégémoniques actuels de la Mondialisation – contre les tentations de globalisation conceptuelle, y compris dans l’effort critique lui-même. Avec cette attention aux inscriptions matérielles du pouvoir dans le discours, il s’agit d’identifier des points critiques où les savoirs sur le mondial se nouent actuellement à la mondialisation des savoirs, c’est-à-dire où se négocient âprement de nouvelles distributions de l’équilibre hégémonique ; en particulier dans la mise en concurrence du scientifique avec « l’information » et « la connaissance », nouveaux modèles du travail intellectuel.
 
En partant cette fois d’une lecture des discours qui se sont mis en réseau discursif mobile sous l’appellation lâche de Global Studies, le séminaire veut mettre en regard les propositions des disciplines qui construisent ou reconstruisent actuellement des concepts du mondial avec leurs conditions discursives dans l’université en cours de mondialisation ; c’est-à-dire aussi sur l’horizon, géopolitiquement et linguistiquement différencié, de la société de la connaissance. Il cherchera à comprendre, par l’étude des termes dans lesquels continue à se faire le « tournant mondial » dans les études postcoloniales, et dans des pans entiers des sciences de la culture (économie et politologie, relations internationales, géographie humaine, anthropologie et sociologie, histoire mondiale et histoire connectée, world literature, et les multiples traverses disciplinaires et traveling theories essayées pour saisir le transnational), ce qui fait le caractère inédit des sciences de la Mondialisation : des sciences qui, au moment où elles se reconfigurent pour penser la Mondialisation, se trouvent aussi pensées par elle. 
 
Les étapes du séminaire chercheront à explorer les différents plans de la différenciation (analytique) des mondialisations, de l’invention (poétique) de mondialités, et des projections (politiques et activistes) de contre-mondialités, qui constituent ensemble l’espace critique de ces luttes énonciatives. Ici, les moyens critiques qui sont fournis par les frayages littéraires et par le jeu de la différence des langues seront remis à l’épreuve. Car si les processus de mondialisation contemporains exigent de repenser fondamentalement les modèles théoriques du rapport entre culture et politique, libéraux comme marxistes, qui sont pris en défaut par les désarticulations de l’Etat-nation et les captations capitalistes du culturel, il faudra descendre généalogiquement jusqu’à la radicalité de l’historicité du discours : au vif de la transaction matérielle entre sens et organisation sociale, où se renouent à chaque instant les modalités spécifiques des différentiels de pouvoir.
 
Pour continuer à théoriser la culturalité du pouvoir, on pourra donc commencer en introduisant le simple coin de la différence des langues, en posant aux Global Studies la question de tout ce qui se glisse d’enjeux critiques par exemple dans la distinction, mise en relief en français, entre mondial et global. 
 
Le groupe de recherche Poétique de l'étranger (de l'EA 1569, Transferts critiques et dynamique des savoirs — domaine anglophone, Université Paris 8) ouvre son nouveau cycle pour 2014-2016, « Généalogies du mondial », en association avec l'axe La fabrique du contemporain (de l'EA 1579, Littérature, Histoire, Esthétiques, Université Paris 8), et avec le réseau Polart - poétique et politique de l'art. 

Calendrier

Nous mènerons en parallèle une série de journées d'étude interdisciplinaires, à un rythme semestriel, et un séminaire plus régulier et plus informel, exploratoire. Le calendrier des journées est en cours d'élaboration et sera annoncé dès que complété ; le séminaire commence ses travaux dès ce printemps : 

  • # 1 : samedi 5 avril, 14h-17h, Université Paris 8, bâtiment D, salle D 010 : introduction du séminaire, puis table ronde de l'ensemble des participants sur les différents modes d'articulation à la question. 
  • # 2 : samedi 17 mai, 14h-17h, Université Paris 8, bâtiment D, salle D 010 : travail en table ronde, programme précisé à l'issue de la première séance. 
  • # 3 : vendredi 13 juin, Université Paris 8 : première journée d'étude "Littératures du monde". Lieu, horaire, et programme exacts seront précisés prochainement. 

Toutes les rencontres sont en accès libre.

Accès à l'université et plan du campus : http://www.univ-paris8.fr/L-universite-site-principal

Comité scientifique

  • Jaine Chemmachery,
  • Claire Joubert,
  • Stavroula Katsiki,
  • Hélène Quiniou,
  • Lionel Ruffel

[1] Le volume Le Postcolonial comparé : anglophonie, francophonie est actuellement sous presse. La publication est annoncée pour mai 2014 aux Presses Universitaires de Vincennes.

Lieux

  • Université Paris 8, bâtiment D, salle D 010 - 2 Rue de la Liberté
    Saint-Denis, France (93200)

Dates

  • samedi 05 avril 2014
  • samedi 17 mai 2014
  • vendredi 13 juin 2014

Mots-clés

  • comparatisme littéraire, traduction, traductologie, philologie

Contacts

  • Stavroula Katsiki
    courriel : stavroula [dot] katsiki [at] univ-paris8 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Stavroula Katsiki
    courriel : stavroula [dot] katsiki [at] univ-paris8 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Généalogies du mondial », Cycle de conférences, Calenda, Publié le mardi 29 avril 2014, http://calenda.org/283547

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal

À lire sur le même thème