AccueilL’objet de l’exposition : l’architecture exposée #2

L’objet de l’exposition : l’architecture exposée #2

The object of exhibition: architecture on show 2

*  *  *

Publié le jeudi 10 avril 2014 par Rémi Boivin

Résumé

Cette journée d’étude sera l’occasion de créer le lieu de cet échange de points de vue et de compétences afin de favoriser une approche pluridisciplinaire de notre objet d’étude. Ainsi, suivant les réflexions menées dans le séminaire, les contributions provenant d’horizons divers seront privilégiées. Nous serons particulièrement sensible aux propositions provenant d’artistes qui expérimentent un rapport à l’architecture et de chercheurs qui s’y intéressent, ainsi qu’à celles qui seront portées par des scénographes, des responsables d’institutions culturelles et des commissaires d’expositions.

Annonce

Programme

9H30 – 10h00 : Accueil des participants

10h00 : Introduction par Frédéric Herbin (InTRu, Université François-Rabelais de Tours)

  • 10h20 : Sun Jung Yeo-Tamisier (docteure en études cinématographiques et audiovisuelles, IRCAV – Paris III-Sorbonne Nouvelle) : « Maquettes, dessins, cartes comme modes d’exposition de l’architecture chez Peter Greenaway »

11h00 : Pause

  • 11h10 : Florent Perrier (docteur en esthétique et philosophie de l’art, IMEC, Archives Walter Benjamin de Berlin) : « Fors les murs – exposer l’utopie même (du phalanstère) »
  • 11h50 : Sandra Emonet (auteure et réalisatrice sonore, rédactrice en chef d’AAAR.fr – Labomedia, Orléans) : « Quelques approches affectives de l’espace par le son »

12h30 : Pause déjeuner

  • 14h30 : Daniel Chust Peters (artiste, doctorant en arts plastiques, Université Autonome de Barcelone) : « L’atelier absent : l’espace de production artistique dans l’œuvre d’art »
  • 15h10 : Florence Cheval (critique, doctorante en histoire de l’art, Université de Louvain-la-Neuve) et Béatrice Balcou (artiste, agrégée en arts plastiques) : « Performer l’exposition d’architecture ou comment mettre en mouvement les architectes ? »

15h50 : Pause

16h00 : Emmanuelle Chiappone-Piriou (chargée de programmation, Les Turbulences – FRAC Centre) : « L’architecture en acte : exposer l’expérimentation »

16h40 : Conclusion – fin

Argumentaire

La journée d’étude L'objet de l'exposition : l'architecture exposée #2, organisée par le département d'histoire de l'art de l'université de Tours, le laboratoire InTRu (Interactions, Transferts, Ruptures artistiques et culturels, EA 6301) et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges, aura lieu le vendredi 11 avril 2014 à l'Université François-Rabelais de Tours (Amphi 3 extension).

Cette journée d’étude, s’inscrit dans le cadre du séminaire commun « L’objet de l’exposition » qui réunit des étudiants de master du département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et de l’ENSA Bourges. Ce séminaire porte une réflexion sur l’exposition comprise en tant qu’objet d’étude à part entière. Celle-ci n’est pas seulement envisagée comme un matériau privilégié de l’histoire de l’art ou de la muséologie, mais comme une pratique qui est, par essence, aux croisements de différentes disciplines et qui génère donc des questionnements qui lui sont propres. Au regard de son histoire, qui l’a vue s’affirmer de plus en plus comme une pratique discursive jusqu’à donner à son créateur le statut d’auteur (le curateur), l’exposition est ainsi considérée comme un objet complexe et questionnée à travers toutes ses composantes, de sa production à sa réception. Dans ce but, le séminaire cherche à croiser les points de vue en sollicitant des chercheurs, des commissaires d’exposition, des responsables d’institutions culturelles ou des artistes.

Chaque année, « L’objet de l’exposition » se propose d’aborder ce vaste champ de recherche à travers le choix d’une thématique particulière, reprise lors d’une journée d’étude qui clôture le cycle. Après le « cinéma exposé » en 2011/12, c’est « l’architecture exposée » qui est étudiée pour une seconde année, en partenariat avec le Fonds Régional d’Art Contemporain de la région Centre.

La première journée d’étude organisée dans le cadre de ce séminaire, le 3 mai 2013, nous a permis de poser les jalons d’une histoire des expositions d’architecture et des institutions qui lui sont consacrées. A cette occasion, nous avons pu noter à quel point cette histoire croise celles des discours sur l’architecture et contribue, en retour, à modifier le statut des outils de conception qu’utilise habituellement l’architecte. C’est donc, avant tout aux potentiels discursif et légitimant de l’exposition et des institutions qui l’accueillent que nous nous sommes intéressés.

Cette année, nous souhaitons compléter cette approche par une attention portée plus précisément sur les techniques et les « gestes » de mise en exposition. Ainsi, si commencer à assembler les éléments épars d’une histoire des expositions d’architecture paraissait être une étape nécessaire, ils nous semblent aujourd’hui que de véritables outils d’analyse de ces expositions manquent. Il n’existe ni vocabulaire, ni typologie des modes d’exposition qui fasse autorité et ce manque traduit peut-être notre incapacité à appréhender complètement les spécificités du langage expositionnel. Par contre, des outils existent déjà pour parler de l’œuvre, de l’installation et des différents médiums artistiques. Or, les démarches artistiques qui travaillent à révéler le cadre architectural de l’exposition, qui se sont emparées des techniques de conception de l’architecture et des objets qui en résultent, ne manquent pas.

Depuis, au moins les années 1960 et le rejet d’une conception autonome de l’œuvre d’art, les artistes ont développé un ensemble de pratiques qui prennent en compte l’espace, le contexte institutionnel comme des données inhérentes à leur création. Les interventions in situ et la critique institutionnelle ont largement contribué à la mise en valeur et donc à l’exposition, voire à la mise en péril de l’architecture. On pense notamment au travail d’artistes tels que Michael Asher, Daniel Buren, Gordon Matta-Clark ou Jean-Michel Sanejouand.

De même, les artistes s’approprient régulièrement le vocabulaire traditionnellement attaché au travail de l’architecte. Le plan, la maquette, les modélisations sont des médiums que l’on rencontre dans nombre d’installations. On pense cette fois, entre autres, aux projets de Dan Graham, Mike Kelley, Bertrand Lamarche ou Nicolas Moulin. Par la mise en scène des objets de projection de l’architecte, ces artistes font sans aucun doute œuvre d’exposition : ils prennent en charge, comme le ferait un commissaire d’exposition, la mise en vue des artefacts qui composent leurs dispositifs, à tel point que les frontières entre ces différents statuts en viennent à disparaître.

Le vocabulaire et les outils pour décrypter ce type de productions où l’artiste fait œuvre de l’exposition existent. Il nous semble donc possible de partir de ces « gestes », d’y puiser des modèles d’analyse, pour opérer un retour sur la pratique de l’exposition d’architecture, comme il nous semble nécessaire de faire appel aux compétences des scénographes, curateurs et autres praticiens de l’exposition. Comprendre comment se joue la mise en vue de l’objet architectural – qu’il s’agisse du bâtiment en lui-même, de l’espace de monstration ou de leur représentation – ne peut se faire qu’en croisant ces perspectives plurielles.

Cette journée d’étude sera l’occasion de créer le lieu de cet échange de points de vue et de compétences afin de favoriser une approche pluridisciplinaire de notre objet d’étude. Ainsi, suivant les réflexions menées dans le séminaire, les contributions provenant d’horizons divers seront privilégiées. Nous serons particulièrement sensible aux propositions provenant d’artistes qui expérimentent un rapport à l’architecture et de chercheurs qui s’y intéressent, ainsi qu’à celles qui seront portées par des scénographes, des responsables d’institutions culturelles et des commissaires d’expositions.

 

Organisation

Frédéric Herbin (InTRu – Université François Rabelais de Tours) • Hervé Trioreau (École Nationale Supérieure d’Art de Bourges)

Étudiants de l’option médiation culturelle et pratiques de l’exposition de l’Université de Tours : Camille Brosseaud, Murielle Chardron, Chloé Ducroq, Aurore Dufresne, Sarah Eddoha, Manon Périchon, Quentin Shigo, Victoire Varenne.

Étudiants de l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges : Magaldi Natalia Bomtempo, Ismaïl Chekkali, Bruna Jorge, Marguerite Pierronnet, Lucie Pillon, Chiraz Salah, Maxime Thoreau

Contact :
l_architecture_exposee@ensa-bourges.fr

Information :

Lieux

  • 3 rue des Tanneurs
    Tours, France (37000)

Dates

  • vendredi 11 avril 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • exposition, architecture, histoire de l'art

Contacts

  • Frédéric Herbin
    courriel : frederic [dot] herbin [at] univ-tours [dot] fr

Source de l'information

  • Frédéric Herbin
    courriel : frederic [dot] herbin [at] univ-tours [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’objet de l’exposition : l’architecture exposée #2 », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 10 avril 2014, http://calenda.org/283882

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal

À lire sur le même thème