AccueilEspace public et espaces publics en Méditerranée

Espace public et espaces publics en Méditerranée

Public space and public spaces in the Mediterranean

Nouvelles pratiques, nouveaux enjeux

New practices and new issues

*  *  *

Publié le lundi 12 mai 2014 par Rémi Boivin

Résumé

Ce numéro thématique des cahiers d’EMAM vise à décrire et à comprendre les phénomènes sociaux liés à la formation de l’espace public et des espaces publics ainsi que les règles auxquelles ils obéissent. Nos interrogations portent sur les enjeux de pouvoir, les pratiques (vie quotidienne, engagement citoyen, tourisme, etc.), les projets urbains, les formes de communication verbales et non verbales.

Annonce

Argumentaire

L’espace public, au sens de formes urbaines accessibles à tous ou supposées comme telles, engendre le débat politique en révélant les spécificités de la société dans son ensemble. C’est dans la rencontre de l’espace abstrait du politique et de l’espace concret de l’appropriation par le public que réside une des caractéristiques essentielles de l’espace public. À l’origine d’importants enjeux sociaux, l'espace public est le cadre du cheminement des individus et des groupes oscillant entre expositions et évitements, entre fermeture et ouverture, entre dedans et dehors, entre public et privé. Ce numéro thématique vise à décrire et à comprendre les phénomènes sociaux liés à la formation de l’espace public et des espaces publics ainsi que les règles auxquelles ils obéissent. Nos interrogations portent sur les enjeux de pouvoir, les pratiques (vie quotidienne, engagement citoyen, tourisme, etc.), les projets urbains, les formes de communication verbales et non verbales. Pour mieux cerner et comprendre les spécificités de l’espace public et des espaces publics, nous proposons d’analyser les usages ordinaires et les formes d’appropriation comme les stratégies de l’apparence, l’invention de dispositifs délimitant les frontières entre privé et public ainsi que les solidarités ou les conflits inhérents au « vivre-ensemble ». En ce sens, deux orientations sont envisagées : l’espace public comme espace du débat politique et de la vie collective et les espaces publics comme dimension des projets urbains et lieux des pratiques.

Nous portons notre réflexion sur les transformations socio-politiques majeures qui révèlent les antagonismes de l’espace public. Plusieurs axes de réflexion sont proposés sans pour autant prétendre à l’exhaustivité. Nous restons ouverts à toutes contributions s’inscrivant dans les objectifs de ce numéro.

Axes de travail

1. Espace public et mouvements sociaux

Les mouvements sociaux contemporains tels qu’ils se déroulent dans plusieurs parties du monde renouvellent, de par leur forme, la question de l’espace public et des espaces publics. Il s’agit d’interroger la participation citoyenne et le droit de regard sur les transformations politiques, sociales et culturelles tels qu’ils se manifestent dans les espaces publics. Comment comprendre et analyser les dimensions spatiales de la mobilisation ? Quels sont les impacts de la mobilisation politique sur les espaces publics ? Dans quelle mesure les espaces publics seraient-ils instrumentalisés à des fins idéologiques ? Quels sont les dispositifs à l’œuvre dans l’occupation des espaces publics et quel en est le sens ? Quelle est la place des femmes dans les espaces de la contestation et, plus généralement, dans l’espace public et les espaces publics ? Quelles sont les formes d’occupation de ces espaces et comment les analyser ? Nous pensons aux places désormais célèbres (place Tahrir, place Puerta del Sol, place Taksim…) mais aussi à l’avenue Habib Bourguiba à Tunis, aux places d’Alger, de Rabat et autres villes du pourtour méditerranéen. L’occupation des places aboutirait-elle à une forme de « contre-espaces » (Foucault, 1967) pour une prise de pouvoir réelle ou symbolique ? Peut-on considérer l’appropriation comme une modalité d’actions collectives dans l’espace public ?

2. Espace public et publicisation du religieux

La présence du religieux dans l’espace public et les pratiques qui lui sont associées amènent à interroger les nouveaux imaginaires sociaux et les renouvellements de la sphère publique. Quelle est la place du religieux dans l’espace public contemporain ? Comment le religieux modèle-t-il l’espace public et les espaces publics ? La publicisation du religieux menace-t-elle l’espace public ? Comment analyser et interpréter les façons d’être en public lorsque les normes religieuses s’imposent de manière de plus en plus stricte à une large partie de la population ? Il s’agit d’interroger tant les discours que les pratiques choisies ou imposées comme, par exemple, les injonctions normatives d’un mode de comportement dans les jardins publics d'Istanbul (interdiction de boire, de fumer, etc.).

3. Espace public et pratiques juvéniles

Les espaces publics laissent transparaître des processus dynamiques de socialisation urbaine des enfants et de pratiques juvéniles. Cette problématique se rapporte à l’espace comme lieu d’apprentissage révélant la place et le rôle des enfants et des jeunes dans ce processus. Il s’agit de questionner le rapport que les enfants et les jeunes entretiennent avec les espaces publics. Comment les populations jeunes (filles et garçons) occupent-elles les espaces publics ? Quelles sont les pratiques et les représentations dans les nouveaux lieux "publics" de la jeunesse ? Comment cerner et analyser les pratiques des jeunes dans les nouvelles centralités comme les malls, les clubs, les plages ou dans d’autres lieux encadrant les pratiques ? Ces espaces influencent-ils les pratiques urbaines des enfants ? 

4. Espace public et projets urbains

La délimitation privé/public et ses effets sur les usages et les pratiques est une question récurrente des analyses urbaines. Quelle est la nature de cette délimitation aujourd’hui ? Les grandes opérations d'urbanisme renouvellent-elles les espaces publics ? Influencent-elles la formation de l’espace public ? Comment observer et analyser les "nouveaux" espaces publics gérés le plus souvent par le privé (malls, espaces de loisirs, plages privées, etc.) ? Qu’en est-il des quartiers périphériques en construction, qu’ils soient de types formels ou informels ? Observe-t-on dans ces quartiers un espace public spécifique ? Les marges urbaines produisent-elles des espaces publics significatifs ? S’agit-il d’espaces alternatifs ou intermédiaires ? Quel en est le sens ? Quelles catégories d’acteurs sont impliquées dans les interactions au sein des marges ? À ces questions  s’ajoutent celles relatives à la dimension économique des espaces publics comme par exempleles emplois informels, le commerce informel, la récupération des déchets,  etc. Comment expliquer que certains espaces soient délaissés, abandonnés ou remplacés par des activités stigmatisantes (dépôts d'ordures, urinoirs, lieux de la drogue, etc.) ?

Ce numéro des Cahiers d’EMAM réunira des articles prenant en compte une ou plusieurs dimensions de l’espace public et des espaces publics en fonction du contexte étudié. La problématique proposée est, à l'évidence, au carrefour de plusieurs disciplines (anthropologie, droit, géographie, psychologie, sciences de la communication, sciences politiques, sociolinguistique, sociologie, urbanisme...). Nous attendons des articles venant de différentes disciplines des sciences sociales portant sur des contextes singuliers des rives nord et sud de la Méditerranée. Nous accueillons également des notes critiques et notes de lecture sur le thème proposé par ce numéro de la revue.

Mots clés : Espace public, Méditerranée, mouvements sociaux, changement social, inclusion/exclusion, marges, projet urbain.

Modalités de soumission

Les articles doivent nous parvenir en format Word, avec le moins de mise en page possible, hormis les titres et sous-titres qui doivent apparaître clairement (un troisième niveau de titre est possible). Les articles seront impérativement accompagnés :

  • d'un titre en anglais,
  • d'un résumé en français (entre 800 et 1300 signes, espaces compris),
  • d'un résumé en anglais (entre 800 et 1300 signes, espaces compris),
  • de mots-clés en français (maximum 10),
  • de mots-clés en anglais (maximum 10).

L’iconographie (photographies, cartes, schémas, graphiques, etc.) est bienvenue. Chaque élément sera envoyé dans un fichier séparé. Pensez aux appels dans le texte. Nous ne reproduirons que des documents libres de droits.

• Les figures (cartes, schémas, graphiques) devront comporter une légende, une ou des sources précises... et une échelle. On évitera les images GoogleEarth et GoogleMaps sans traitement cartographique.
• Les photographies seront accompagnées d'un titre, du nom de l'auteur du cliché et d'une année de prise de vue. 2-3 lignes de commentaire seront appréciées.

Pour les normes de présentation des références bibliographiques, se référer à l’un des numéros de la revue sur le site : www.emam.revues.org

Les articles sont à envoyer avant le 31 décembre 2014

à l’adresse suivante : nassima.dris@wanadoo.fr

Dates

  • mercredi 31 décembre 2014

Mots-clés

  • espace public, Méditerranée, mouvements sociaux, changement social, inclusion/exclusion, marges, projet urbain

Contacts

  • Nassima Dris
    courriel : nassima [dot] dris [at] univ-rouen [dot] fr

Source de l'information

  • Nassima Dris
    courriel : nassima [dot] dris [at] univ-rouen [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Espace public et espaces publics en Méditerranée », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 12 mai 2014, http://calenda.org/285732