AccueilJeunesse : mutations sociétales et violence dans la vie quotidienne

*  *  *

Publié le lundi 02 juin 2014 par Elsa Zotian

Résumé

Les travaux de ce colloque, organisé  par l’équipe de recherche « Jeunesse : mutations sociétales et éducation » de la FSE (université Mohammed V – Souissi)  en partenariat avec l’Agence de développement social (ADS de Rabat), permettront une meilleure prise en considération des conséquences des mutations sociétales et les problèmes liés à la violence, non seulement à l’échelle locale mais aussi à l’échelle internationale.

Annonce

Argumentaire

L’époque moderne connaît des mutations sociétales rapides et diverses qui touchent toutes les dimensions de la situation humaine, notamment celle relative à l’identité personnelle dans son mouvement vers plus d’individuation. Il en va de même sur le plan de la représentation de l’être humain et de son rôle dans le processus historique de la civilisation humaine et ce qui s’y rattache comme  relation destructrice de la nature.

Ces mutations sociales, mondialisées et globalisées, obligent le chercheur en sciences humaines à procéder à l’analyse fine de leurs causes et de leurs mécanismes, avec l’espoir de comprendre et pouvoir expliquer certains déséquilibres qui menacent la vie et le droit à la sécurité des personnes. Et si la violence, sous ses formes matérielles, symboliques, émotionnelles, sexuelles, politiques et économiques, est l’une des principales conséquences de ces mutations, elle  concerne au premier chef  les jeunes en tant que catégorie sociale tenant une position primordiale dans les mutations et processus sociaux en cours.

Le discours sur la jeunesse dans sa relation avec la problématique de la violence est devenu un postulat ‘dual’ dans le sillage des évolutions que connaissent le monde  actuel, le monde arabe et bien évidemment le Maroc tant sur les plans politiques, culturels que sociaux.

De nos jours, nul ne conteste que l’intérêt porté à la jeunesse occupe une place importante dans tous les discours, surtout avec la prise de conscience croissante du rôle décisif de cette catégorie sociale joue dans le processus de modernisation. Cette prise de conscience, longtemps considérée comme un simple cliché, a fait place aujourd’hui à une approche réaliste de la jeunesse.

Jusque-là, l’approche de la jeunesse dans son rapport à la violence  percevait le jeune comme un sujet passif, et non comme un acteur constructif et créatif ;  perception fondée sur  la croyance que les jeunes générations constituent une menace pour les valeurs des sociétés actuelles et ses fondements.

Que sont donc ces mutations sociétales et comment influencent-elles l’économie, les cultures, les politiques et les  symboliques? Quel en est l’impact sur  le vécu des jeunes? La violence tient-elle lieu de langage par quoi s’expriment ces mutations ? Pouvons-nous considérer la violence comme un discours structuré qui nécessite un décodage de la part du chercheur ainsi que l’interprétation de son sens et de ses intentions ? La violence des jeunes n’est-elle pas une action intentionnelle émanant d’un sujet qui a ses stratégies et ses enjeux à l’intérieur de ses champs d’appartenance et des systèmes matériels et symboliques vécus ? Mieux encore, la priorité dans ces mutations est-elle déterminée  par des structures matérielles et symboliques dont la logique d’action s’appuie sur la violence en tant que « ethos identitaire »  caractérisant les processus de leur fonctionnement et leurs relations avec le soi des jeunes ?

Pouvons-nous dire que les jeunes sont des victimes de la violence de ces structures ? Et si tel est le cas, est-il juste de considérer les réactions des jeunes comme autant de protestations, ou comme l’expression d’une ambition et d’un désir d’équité ? Pouvons-nous affirmer que les mutations sociétales, aujourd’hui, se lient à des formes méthodiques d’exclusion sociale et que la violence chez les jeunes en est l’expression suprême ? La violence doit-elle céder la place à une protestation qui passe par des mouvements sociaux qui prennent actuellement un caractère universel ? Quelles stratégies, quels programmes dans les politiques publiques   pour prévenir la violence et traiter ses séquelles ? Avons-nous des institutions publiques de médiation pour gérer les crises psychologiques et sociales des jeunes victimes de la violence ?

Jusqu’à quel point pouvons-nous considérer les jeunes, aujourd’hui, comme des acteurs à part entière dans la construction de l’histoire et dans le changement social ? Pouvons-nous parler ici d’une forme de légitimité symbolique de la violence chez les jeunes ? L’ensemble de  ce questionnement fait l’objet de la réflexion du présent colloque qui ambitionne d’impliquer les chercheurs afin de d’apporter les éclairages nécessaires à la compréhension de cette problématique afin, in fine, de contribuer à la maîtrise du changement social voir de la construction intelligente  d’une société solidaire et équitable.

Les axes du colloque

  • Les mutations sociétales selon les nouvelles approches sociologiques concernant les questions de la jeunesse.
  • Le système de valeurs et la violence dans la vie quotidienne chez les jeunes.
  • L’utilisation massive de nouvelles technologies, vers de nouvelles formes de violence ?
  • L’addiction chez les jeunes comme l’expression de l’exclusion et de la violence sur soi.
  • La violence et les institutions de socialisation : Emergence de l’individualisme et le déséquilibre dans les mécanismes du contrôle social.
  • Le rôle des institutions et des espaces des jeunes dans la lutte contre la violence au sein de la jeunesse.

Objectifs

Ce colloque international vise les objectifs suivants :

  • Faire le point sur les connaissances actuelles concernant le thème de « la jeunesse et la violence » ;
  • Evaluer les données actuelles sur cette thématique en vue de déterminer les besoins de recherche dans ce domaine ;
  • Explorer les pistes d’actions possibles dans la prise de décision au niveau des décideurs et des différents acteurs dans ce domine ;
  • Créer une dynamique d’échanges entre les scientifiques et les professionnels.

Les travaux de cette rencontre permettront une meilleure prise en considération des conséquences des mutations sociétales et les problèmes liés à la violence,  non seulement à l’échelle locale mais aussi à l’échelle internationale.                 

Ce colloque est organisé par l’équipe de recherche : « Jeunesse : Mutations sociétales et Education » de la FSE (université Mohammed V -Souissi)  en partenariat avec :

1- L’Agence de développement social (ADS de Rabat) ;

2- Le Conseil National des Droits de l’Homme ;

Publics

Le  public scientifique et professionnel

Ce colloque international s’adresse aux chercheurs intéressés par la question de la jeunesse et de la violence.

Langues du colloque

Les langues officielles seront le français et l’arabe.

Conditions de soumission

Les intervenants seront invités par le Comité scientifique, sur proposition de leur contribution suite à l’appel à communications.

Approbation et publication des résumés et des papiers

Les résumés sont soumis au comité scientifique du colloque ;

Le résumé doit comprendre entre 300 mots (minimum) et 500 mots (maximum), accompagné d’un CV succint.

Les règles de présentation des textes de communication seront communiquées aux auteurs des résumés admis avant le 10 juillet 2014.

Le papier doit comprendre entre 4000 mots (minimum) et 8000 mots (maximum).

Les papiers admis seront publiés dans les actes du colloque, après les recommandations du comité scientifique.

Dates importantes

  • Dernier délai pour la remise des résumés : 30 Juin 2014

  • Avis d’approbation des résumés : 30 juin 2014
  • Dernier délai pour la remise des communications : 15 octobre 2014
  • Colloque : Rabat le 27 -28 novembre 2014

Comité d’organisation

  • Pr. Allal Benelazmia
  • Mme Amal Benhida
  • Pr. Abdellatif Kidai
  • Pr. Nadia Sabri
  • Pr. Khalid Limamy
  • Pr. Adnane Jazouli
  • Pr. Abdelkrim chebaki

Comité scientifique

  • Pr. Abdessalm ouzzani
  • Pr. Allal Benelazmia
  • Pr. Mohammed Mellouk
  • Pr. Bachir Tamer
  • Pr. Amina Debbagh
  • Pr. Rachid Sayf Belhaj
  • Pr. Mohammed Fettouhi

Contacts

Pr. Abdellatif  KIDAI
abdkidai@gmail.com
Faculté des Sciences de l’Education B.P : 621 ,Boulevard Mohammed Ben Abdellah Regragui-Madinat Al Irfane - Rabat.
Tél : 0537 77 42 78 / 0537 77 42 89. Fax : 0537 77 13 42 - site web : http://www.fse.ac.ma

Lieux

  • Faculté des sciences de l’éducation, Boulevard Mohammed Ben Abdellah Regragui-Madinat Al Irfane Rabat
    Rabat, Maroc (10000)

Dates

  • lundi 30 juin 2014

Mots-clés

  • jeunesse, violence, mutations, système de valeurs, addiction, exclusion

Contacts

  • Abdellatif Kidai
    courriel : abdkidai [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Abdellatif Kidai
    courriel : abdkidai [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Jeunesse : mutations sociétales et violence dans la vie quotidienne », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 02 juin 2014, http://calenda.org/286241