AccueilLes Italiens et l’ornementation à Lyon au XIXe siècle

Les Italiens et l’ornementation à Lyon au XIXe siècle

The Italians and ornamentation in Lyon in the 19th century

*  *  *

Publié le vendredi 23 mai 2014 par Elsa Zotian

Résumé

Le développement des métiers de l’ornementation à Lyon au XIXe siècle a été rendu possible par l’arrivée de professionnels venus de l’extérieur, en particulier d’Italie : plâtriers, peintres ou sculpteurs sur bois piémontais, mouleurs en plâtre de la province de Lucques, mosaïstes frioulans... La journée d'étude, qui mêle histoire sociale, histoire des techniques et histoire de l’art, vise à mieux connaître l’évolution des métiers de l’ornementation à Lyon, à les replacer dans des transformations plus larges qui touchent la construction au XIXe siècle, et à analyser le rôle qu'ont joué les Italiens dans ces dynamiques. Elle permettra aussi de mettre en lumière un patrimoine culturel qui témoigne de l'évolution des modèles esthétiques au XIXe siècle et de l’importance de l’immigration dans l’agglomération lyonnaise.

Annonce

Présentation

Le XIXe siècle constitue une période de fortes transformations pour les métiers du bâtiment, notamment à partir des années 1850 : de nouvelles préoccupations en termes d’hygiène et de sécurité, l’évolution des goûts et des usages dans le rapport à l’espace urbain et à l’espace intérieur, l’apparition de techniques et de matériaux nouveaux, l’industrialisation progressive de cette industrie, tout un ensemble d’éléments favorise une mutation qui va en s’accélérant au fil des décennies.
Les métiers de l’ornementation, tombés en discrédit au moment de la Révolution française, retrouvent une place importante à cette époque et connaissent leur période de plein rayonnement avec l’Art nouveau. Ils font appel à des matériaux nouveaux pour Lyon, comme le plâtre, ou à des techniques marginalisées pendant des siècles, comme l’art de la mosaïque.

Le développement de ces métiers a été rendu possible par l’arrivée de professionnels venant d’autres régions de France ou d’autres pays, en particulier de l’actuel territoire italien qui est divisé en une multitude de duchés et royaumes jusqu’en 1861. Des plâtriers, peintres et sculpteurs sur bois originaires du Piémont, des mouleurs en plâtre de la province de Lucques ou des mosaïstes frioulans participent grandement à la renaissance de l’ornementation à Lyon et constituent une part non négligeable des ouvriers et patrons de ces métiers au XIXe siècle.
Migrants disposant de qualifications professionnelles, contrairement à l’immigration italienne de masse de la fin du XIXe siècle, ils forment de petites communautés de métier souvent très soudées dont il serait important de mieux connaître l’organisation, les modes de recrutement et les formes de solidarité qu’elles mettent en œuvre, tout comme il serait important d’étudier la manière dont la question nationale, en France comme en Italie, touche ces populations migrantes.

La venue d’une main d’œuvre italienne à Lyon a été interprétée, à partir de la fin du XIXe siècle, comme une manière, pour les employeurs, de baisser le coût de la main d’œuvre dont on sait qu’il est traditionnellement très important dans le bâtiment. La qualification des plâtriers ou des mosaïstes italiens montre que les choses sont en fait plus compliquées, même si les métiers de l’ornementation participent d’un processus d’industrialisation du bâtiment : le développement du plâtre permet de limiter l’usage, très coûteux, de la sculpture sur pierre ou sur bois, et la renaissance de la mosaïque n’est rendue possible qu’après l’invention de techniques de préfabrication en atelier qui permettent d’en abaisser le coût. Il est donc important de se pencher sur l’apparition de ces techniques, sur la manière dont elles ont été mises en œuvre de façon spécifique dans le contexte lyonnais, de mieux comprendre la place des Italiens dans leur développement, afin de mieux saisir le sens de la renaissance des métiers de l’ornementation à Lyon au XIXe siècle.
La venue de nombreux artisans pose aussi la question du transfert de normes et de modèles esthétiques entre l’Italie et la France, d’autant plus qu’une partie des migrants de ces professions a une pratique artistique et expose dans les salons lyonnais entre 1850 et 1914.

Pour se pencher sur l’ensemble de ces pistes de réflexion, il est important de mêler des approches disciplinaires complémentaires mais rarement mises en œuvre conjointement. C’est en effet par le dialogue entre l’histoire sociale, l’histoire des techniques et l’histoire de l’art, enrichie par l’approche des restaurateurs, qu’il sera possible de proposer un angle de vue original sur l’évolution des métiers de l’ornementation à Lyon et de mettre en valeur un patrimoine culturel qui témoigne de l’importance de l’immigration dans notre agglomération.

Responsable scientifique

Jean-Luc de Ochandiano, Responsable scientifique de la journée d’étude, Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA – UMR 5190)

Contact

Archives municipales de Lyon
1 place des Archives 69002 Lyon
04 78 92 32 50

jldeochandiano@gmail.com
06 73 59 08 39

Programme

9h30 - Introduction de la journée : Anne-Catherine Marin, directrice des Archives municipales de Lyon et Jean-Luc de Ochandiano

  • 9h45 - Maryannick Chalabi, conservatrice en chef du patrimoine
    Les artisans d’art italiens à Lyon de 1800 à 1914

Un dépouillement systématique des indicateurs du commerce, complété par la consultation des registres d'état-civil et des recensements de population, permet de dresser un premier tableau des artisans d'art italiens (plâtriers, peintres, sculpteurs, mouleurs, mosaïstes, ornemanistes) ayant travaillé à Lyon entre 1800 et 1914. Ainsi se dessine la carte chronologique de leurs origines et celle de leurs lieux d’implantation, de même qu’apparaît la permanence des liens entre les migrants et la constitution de véritables dynasties d’artisans d’art.

Le renouveau de la mosaïque à Lyon

  • 10h15 - Maryse Andrys de Stefano,historienne de l’art
    Les mosaïstes frioulans en France au XIXe siècle

Un renouveau extraordinaire de la mosaïque se produit dans toute l’Europe durant la seconde moitié du XIXe siècle. La France connaîtra alors un engouement pour cet art sans précédent grâce à l’activité et à la présence dans nos grandes villes de mosaïstes italiens talentueux, originaires pour la plupart de la région du Frioul.

10h45 - Débat

11h - Pause

  • 11h15 - Caroline Berthod-Bonnet, chargée de projets culturels
    Le monopole des mosaïstes italiens dans la production lyonnaise du XIXe siècle

La redécouverte et la restauration de mosaïques antiques dans la région lyonnaise au début du XIXe siècle ont favorisé l'installation d'ateliers de mosaïstes et le développement d'une production mussive variée. Le marché est rapidement monopolisé par deux maisons italiennes, les Mora et les Bertin.

  • 11h45 - Michel Patrizio, restaurateur de mosaïques
    La restauration des mosaïques de Notre-Dame de Fourvière : de la construction à la restauration… Une histoire de Frioulans

L’intervention portera sur le traitement des mosaïques de la Basilique de Notre-Dame de Fourvière pour leur sauvegarde et leur conservation. Aspects techniques mais aussi, à travers l’histoire de l’atelier Patrizio, un  regard sur des familles frioulanes venues à Lyon et Marseille exercer leur métier de mosaïste.

12h15 - Débat

12h30 - Pause de midi

Le plâtre, un matériau aux multiples facettes

  • 14h -  Joël Puisais, restaurateur de gypseries et historien des techniques du plâtre
    Le rôle des Italiens dans le développement du plâtre en France : apports techniques et artistiques (XVIe-XIXe siècle)

L'intervention portera sur quatre siècles de présence italienne dans les métiers du plâtre en France, depuis l'arrivée d'artistes venus sur invitation des puissants du Royaume jusqu'à une immigration plus populaire et plus massive au XIXe siècle. Ce sera l'occasion d'aborder les différentes spécialités (stucateurs, mouleurs, metteurs aux points, sculpteurs ornemanistes…) et d'évoquer les conflits qui ont pu opposer les Italiens avec les autochtones.

  •  14h30 -  Caroline Douki, historienne, Université Paris 8 et INED (labex IPOPS - Individus, populations, sociétés)
    Figuristes et mouleurs en plâtre lucquois à travers l’Europe, XIXe siècle

Ces filières de métiers qualifiés, provenant des versants montagneux de la région lucquoise (Italie centrale) ont constitué des territoires de circulations transnationales à travers toute l’Europe et même au-delà. On examinera la manière dont elles ont su s’adapter, au cours du XIXe siècle, aux transformations des conditions de circulation et de travail ou à l’évolution des techniques et du goût esthétique. C’est l’articulation des pratiques à différentes échelles (locale, nationale, transnationale) qui a été la clé de ces transformations.

15h - Débat

15h15 - Pause

  • 15h30 - Jean-Luc de Ochandiano, historien, chercheur associé au LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes)
    Les plâtriers piémontais : une filière migratoire centrale dans la « colonie italienne » de Lyon au XIXe siècle

Les plâtriers italiens, pour la plupart originaires de la Valsesia, dans l’actuelle province de Verceil (Piémont), ont constitué une filière migratoire quantitativement importante à Lyon au XIXe siècle, au point de jouer un rôle pivot dans l’organisation de la « colonie italienne » de la ville. Mais ils ont aussi subi au premier chef les mobilisations xénophobes qui touchent les chantiers lyonnais à la fin du siècle.

  • 16h - Marie-Reine Jazé-Charvolin, ingénieur du patrimoine
    Sculpteurs et mouleurs en plâtre italiens à Lyon au XIXe siècle

Représentés en nombre dans le métier de plâtrier-peintre, les immigrés italiens et leurs descendants occupent également à Lyon, tout au long du XIXe siècle et jusqu’en 1914, une place importante parmi les corporations de mouleurs et statuaires religieux ainsi que dans celle de sculpteurs sur bois, sur pierre ou sur marbre. Cependant, un travail de recoupement des sources reste à faire pour identifier leurs œuvres in situ. Hormis celle d’artistes reconnus comme Louis Bertola ou Joseph Belloni, une grande partie de la production reste encore anonyme.

16h30 - Débat

Lieux

  • Archives municipales de Lyon - 1 place des Archives
    Lyon, France (69002)

Dates

  • mardi 17 juin 2014

Mots-clés

  • immigration italienne, ornementation, métiers du bâtiment, patrimoine culturel, plâtre, mosaïque

Contacts

  • Jean-Luc de Ochandiano
    courriel : jldeochandiano [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Jean-Luc de Ochandiano
    courriel : jldeochandiano [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les Italiens et l’ornementation à Lyon au XIXe siècle », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 23 mai 2014, http://calenda.org/286544