AccueilMesurer la qualité de la vie dans la cité et au travail

Mesurer la qualité de la vie dans la cité et au travail

Measuring the quality of life on housing estates and at work

Projet managérial ou phénomène démocratique?

Managerial project or democratic phenomenon?

*  *  *

Publié le mardi 06 mai 2014 par Rémi Boivin

Résumé

Mesurer, évaluer, quantifier : que signifient ces activités pour la vie sociale contemporaine ? Comment interpréter l'évolution de la mesure de la vie sociale vers une mesure en termes de qualité ? Et que penser du développement, dans ce cadre, d'une mesure de la qualité de la vie ? En privilégiant les deux domaines de la qualité de la vie au travail et de la qualité de vie à l'échelle territoriale, cette journée d'étude se donne des objets riches en expérimentations et en débats pour interroger les enjeux des mesures, des standards et des classements élaborés autour de ces « qualités de la vie », ainsi que leurs effets sur les arènes publiques et sur les façons de faire émerger, en démocratie, ce à quoi nous tenons.

Annonce

Programme

9h   Accueil café

9h30   Introduction de la journée 

9h45-11h   Mesurer pour normaliser   Animation : Pauline Barraud de Lagerie (Université Paris-Dauphine, IRISSO)

  • Hervé Defalvard, Julien Deniard (Chaire ESS-U. Paris-Est Marne-la-Vallée) : « L'ISO 26000 de territoire, une évaluation partenariale de la contribution des organisations à la qualité de vie sur leur territoire »
  • Camille Gasnier (EHESS, Cermes) : « La difficile normalisation de la qualité de vie au travail, prérequis pour sa mesure »

11h-11h15 Pause café

11h15-12h30   Mesurer pour l’équité    Animation : Etienne Nouguez (CNRS, CSO)

  • Solenne Billaud, Jingyue Xing (Cmh-ett) : « La mesure administrative de la "qualité de vie" dans l'attribution des aides publiques : le cas de l'Allocation personnalisée d'autonomie »
  • Marielle Poussou-Plesse (U. Bourgogne), Denis Duplan (Sociopole) : « La pénibilité du travail à l'aune de la qualité de vie au grand âge : les métriques politiques de la compensation d'un déficit d'espérance de vie »

12h30-13h45 Déjeuner sur place 

13h45-15h    Mesurer en pratique    Animation : Luigi Doria (CNRS, CMH)

  • François Dubreuil (Entreprise et Personnel), Benoît Gautier (Idhe, U. Paris-Ouest Nanterre-La-Défense) : « Un métrologue professionnel au travail : la fabrication de dispositifs de mesure de la "qualité de vie au travail" pour les directions de grandes entreprises »
  • Thibault Le Texier (Gredeg, Nice) : « Mesurer soi-même sa qualité de vie, une figure du management de soi »

15h-15h15 Pause café

15h15-16h30   Mesurer pour expliquer    Animation : David Martin (Certop, Novancia)

  • Hervé Blanchard (U. Perpignan) : « Le logement comme élément de la qualité de vie : facteur explicatif, indicateur ou mesure? »
  • Elise Penalva (Irisso, U. Dauphine) : « Les politiques de rémunération variable mesurent-t-elle la qualité du travail et le rapport à l’entreprise ? »

16h30-16h45 Pausé café

16h45-18h   Mesurer pour espérer    Animation : Alexandra Bidet (CNRS, CMH)

  • Marie Piganiol (Cso, Sciences Po) : « Les écoquartiers et leurs promesses : gouverner les projets urbains par la "qualité de vie" »
  • Léa Sébastien, Sébastien Paris (U. Toulouse II) : « La difficile imbrication scalaire des Nouveaux Indicateurs de Richesse. Etude de cas en région Midi-Pyrénées »

Résumé de l'argumentaire

Mesurer, évaluer, quantifier : que signifient ces activités pour la vie sociale contemporaine ? La question traverse aujourd’hui les sciences sociales, comme le débat public. Indicateur de Développement Humain, Bonheur National Brut, Performance sociale, etc. : de nombreux indicateurs ont été élaborés ces dernières années afin de promouvoir d’autres critères d’évaluation et de pilotage que ceux portés par les indicateurs économiques et monétaires dominants, qu’ils visent la croissance du Produit National Brut, de la Valeur Actionnariale ou autres ROI. Paradoxalement, cette entreprise de revalorisation d’une dimension qualitative oubliée étend le champ du quantitatif en accordant une place centrale à la mesure.

Comment interpréter cette évolution de la mesure de la vie sociale vers une mesure en termes de qualité ? Et que penser du développement, dans ce cadre, d’une mesure de la qualité de la vie ? Faut-il voir là seulement le signe d’une attente de plus en plus forte et prégnante de contrôle, comme si le contrôle de la qualité portait la promesse d’une réalité sociale parfaitement transparente et maitrisée ? Que nous apprend le fait que ces débats concernent tout à la fois les formes et méthodes de mesure et les conceptions de la qualité qu’elles véhiculent ?

Avec les deux domaines de la qualité de la vie au travail et à l’échelle territoriale, cette journée d’étude choisit des objets riches en expérimentations et en débats, pouvant être abordés à partir de perspectives variées. L’objectif est d’interroger les enjeux des mesures, standards et classements élaborés autour de ces qualités de la vie, leurs effets sur les arènes publiques et sur les façons de faire émerger, en démocratie, ce à quoi nous tenons.

Journée d’étude soutenue par le Programme Emergence(s) de la Ville de Paris

Comité scientifique d’organisation

  • Pauline Barraud de Lagerie (IRISSO, U. Dauphine)
  • Alexandra Bidet (CNRS, CMH), Luigi Doria (CNRS, CMH)
  • David Martin (Novancia, CERTOP)
  • François Vatin (IDHE, U. Paris Ouest)

Bibliographie :

  • Barraud de Lagerie P., Bidet A., Nouguez E. (2013), « Ce que mesurer veut dire : disputes autour de la quantification et de la valuation en sociologie », in F. Vatin (Ed.), Evaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure, Toulouse, PUM (2e édition augmentée).
  • Beckert J., Aspers P. (2011), The Worth of Goods. Valuation and Pricing in the Economy, New York, Oxford University Press.
  • Bidet A., Vatin F. (2013), « Mesure et acteur au travail », in Ph. Steiner et F. Vatin (Eds.), Traité de sociologie économique, Paris, PUF, Quadrige (2e édition revue).
  • Boltanski L., Thévenot L. (1991), De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.
  • Borraz O. (2007), « Governing standards : the rise of standardization processes in France and in the EU  », Governance, vol. 20, n°1, 57
  • Bowker G. C., Star S. L. (1999), Sorting things out. Classification and its consequences, Cambridge, MIT Press.
  • Caillé A. (2010), « Petit plaidoyer pour une incertitude modérée et une mesure mesurée », in Vatin F., Caillé A., Favereau O., « Réflexions croisées sur la mesure et l’incertitude », Revue française de Gestion, n°203, vol. 4, 170-174.
  • Callon M., Lascoumes P., Barthe Y. (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.
  • Callon M., Méadel C., Rabeharisoa V. (2002), « The economy of qualities », Economy and Society, vol. 31, n°2.
  • Callon M., Muniesa F. (2005), « Economic markets as calculative collective devices », Organization Studies, vol. 26.
  • Callon, M., Law J. (2005), ‘On qualculation, agency, and otherness’, Environment and Planning D 23(5).
  • Canguilhem G. (1952), La connaissance de la vie, Paris, Vrin.
  • Cochoy F.  (2002), Une sociologie du Packaging ou l’Âne de Buridan Face au Marché, Paris, PUF.
  • Dagognet F. (1993), Réflexions sur la mesure, Fougères, Encre Marine.
  • Daston L. J., Galison P. (2007), Objectivity, New York, Zone Books.
  • Desrosières A. (2008), Gouverner par les nombres (2 vol.),Paris, Presses de l’Ecole des Mines.
  • Desrosières A. (2006), « Peut-on tout mesurer ? Les deux sens, technique et social, du verbe pouvoir », initialement publié in Coquery, Natacha, Menant, François, et Weber, Florence (dir.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 255-264 ; reproduit in Desrosières A. (2008), Pour une sociologie historique de la quantification, L’argument statistique I, Paris, Presses de l’École des Mines.
  • Dewey J. (2011), La formation des valeurs (traduit et présenté par A. Bidet, L. Quéré, G. Truc), Paris, La Découverte.
  • Doria L. (2013), Calculating the Human. Universal Calculability in the Age of Quality Assurance, Basingstoke, Palgrave Macmillan.
  • Espeland W. N., Stevens M. L. (1998), « Commensuration as a Social Process », Annual Review of Sociology, Vol. 24, 313-343.
  • Eymard-Duvernay F. (1989), « Conventions de qualité et formes de coordination », Revue économique, vol. 40, n°2.
  • Falga P. (2005), « Enjeux et limites méthodologiques des palmarès: le classement des grandes villes dans les medias », Actes de la rencontre du CRIES, La qualité de vie en Ile-de-France, hémicycle du Conseil régional, 15 juin, p.51-56
  • Fourcade M. (2011), “Cents and Sensibility: Economic Valuation and the Nature of 'Nature’”, American Journal of Sociology, vol. 116, n° 6, 1721-1777.
  • Higgins V., Larner W. (eds.) (2010), Calculating the Social. Standards and the Reconfiguration of Governing, Basingstoke, Palgrave Macmillan.
  • Jany-Catrice F., Kampelmann S. (2007), « L’indicateur de bien-être économique : une application à la France », Revue française d’économie, juillet.
  • Jany-Catrice F., Méda D. (2010), « Les conditions sociales de la production du rapport Stiglitz sur les ‘indicateurs de performance économique et de progrès social’ », in Degavre F. et alii (Eds.), Transformations et innovations économiques et sociales en Europe : quelles sorties de crise ? Regards interdisciplinaires, Louvain, Presses Universitaires de Louvain.
  • Karpic L. (1989), « L'économie de la qualité », Revue Française de Sociologie, Vol. 30, n°2, 187-210.
  • Lascoumes P., Le Galès P. (éds.) (2005), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po.
  • Loughlin M. (1993), « The illusion of quality », Health Care Analysis, vol. 1, n°1.  
  • Martin D. (2005), « Un travail de mondialisation. L’écriture de la juste valeur comptable des entreprises », in Terssac G., Filâtre D. (Eds.), Les dynamiques intermédiaires au cœur de l’action publique, Toulouse, Octarès.
  • MacKenzie D. (2006), An Engine, Not a Camera: How Financial Models Shape Markets, Cambridge, MIT Press.
  • Miller P. (2008), « Calculating economic life », Journal of Cultural Economy, vol. 1, n°1. 
  • Morley L. (2003), Quality and Power in Higher Education, Maidenhead: Open University Press.
  • Musselin C., Paradeise C. (2002), « Où en sommes-nous? », Sociologie du travail, Dossier-débat La Qualité, 44. 
  • Ogien A. (2010), « La valeur sociale du chiffre. La quantification de l'action publique entre performance et démocratie », Revue Française de Socio-Économie, n°5, 19-40.
  • Power, M. (1999), The Audit Society: Rituals of Verification, Oxford, Oxford University Press.
  • Power M. (2004), « Counting, control and calculation: reflections on measuring and management », Human Relations, vol. 57, n°6.
  • Rapley, M. (2003), Quality of Life Research: A Critical Introduction, London, Sage Publications.
  • Revue française de socio-économie (2010), « Les politiques de quantification » (coordonné par Jany-Catrice F. et Bardet F.), vol. 5, n° 1.
  • Salais R. (2004), « La politique des indicateurs. Du taux de chômage au taux d’emploi dans la stratégie européenne pour l’emploi » in B. Zimmermann (éd.), Les sciences sociales à l’épreuve de l’action. Le savant, le politique et l’Europe, Paris, Editions de la MSH.
  • Salais R. (2006), « Du bon (et du mauvais) usage des indicateurs dans l’action publique », Semaine sociale Lamy, Supplément « Protection sociale et travail décent. Nouvelles perspectives pour les normes internationales du travail », n° 1272.
  • Shore C., Wright S. (2000), « Coercive accountability: the rise of audit culture in higher education », in M. Strathern (ed.), Audit Cultures. Anthropological Studies in Accountability, Ethics and the Academy, London, Routledge.
  • Shore C. (2008). « Audit culture and Illiberal governance. Universities and the politics of accountability », Anthropological Theory,vol. 8, n°3.
  • Stark D. (2009), The Sense of Dissonance : Accounts of Worth in Economic Life, Oxford&Princeton, PUP.
  • Stiglitz J. E., Sen A., Fitoussi J.-P. (2009), Rapport de la commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social [En ligne : http://www.stiglitz-sen-fitoussi.fr/documents/rapport_francais.pdf]
  • Thévenot L. (1986), « Les investissements de forme », Cahiers de Centre d'Étude de l'Emploi, 29 (Conventions économiques), 1986, 21-71.
  • Vatin F. (dir.) (2011), Evaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure, Toulouse, PUM (2e édition augmentée 2013, avec les commentaires de M. Callon et A. Desrosières).
  • Vatin F. (2013), “Valuation as valorating and valorizing”, Valuation Studies, vol. 1.
  • Vatin F., Caillé A., Favereau O. (2010), « Réflexions croisées sur la mesure et l’incertitude », Revue française de Gestion, n° 203, vol. 4, 163-181.
  • Wahlberg, A. (2007), “Measuring progress: calculating the life of nations”, Distinktion: Scandinavian journal of social theory, n. 14, 65-82
  • Wilkinson, A., Willmott, H. (1996), « Quality management, problems and pitfalls: a critical perspective », International Journal of Quality and Reliability Management, 13, 55-65.

Catégories

Lieux

  • ENS, salle Dussane - 45 rue d'Ulm
    Paris, France (75005)

Dates

  • lundi 26 mai 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • mesurer, qualité, vie, travail, ville

Contacts

  • Alexandra Bidet
    courriel : alexandra [dot] bidet [at] ens [dot] fr

Source de l'information

  • Alexandra Bidet
    courriel : alexandra [dot] bidet [at] ens [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Mesurer la qualité de la vie dans la cité et au travail », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 06 mai 2014, http://calenda.org/287319