AccueilLes progrès de l’industrie perfectionnée

Les progrès de l’industrie perfectionnée

The progress of perfect industry

Ateliers et manufactures de la Révolution française au Premier Empire (1789-1815)

Workshops from the French Revolution to the First Empire (1789-1815)

*  *  *

Publié le jeudi 05 juin 2014 par João Fernandes

Résumé

La période révolutionnaire a souvent été considérée comme un temps de rupture, en particulier dans le domaine du luxe dont elle remet en cause les fondements. Il s’agira ici, au contraire, de l’envisager dans sa continuité, à la jonction des XVIIIe et XIXe siècles. Le présent colloque entend faire le point sur cette période charnière de l’histoire des arts décoratifs en France, l’objectif étant de mieux comprendre comment, au sein d’une actualité foisonnante, porteuse de transformations, ont fonctionné des ateliers et des manufactures établis à Paris et sur l’ensemble du territoire français. Pluridisciplinaire, croisant en particulier l’histoire de l’art, l’histoire sociale, l’histoire économique, l’histoire culturelle et l’histoire des techniques, le colloque cherchera autant à affiner la périodisation de son sujet d’étude qu’à fournir les clefs de lecture d’une analyse plurielle des objets, en complément d’une approche stylistique déjà éprouvée.

Annonce

Argumentaire

Entre la réunion des États généraux et la fin du Premier Empire, vingt-cinq ans s’écoulent pendant lesquels bouleversements politiques, économiques, sociaux et culturels créent un contexte d’instabilité pour le secteur du luxe et du demi-luxe français.
Les ateliers et les manufactures sont confrontés à des conditions matérielles et organisationnelles difficiles. Le manque de matières premières, la détérioration des finances et la diminution du personnel en raison du départ des jeunes hommes aux armées ont un impact négatif sur la production artisanale. L’incertitude générale que représente cette période d’instabilité politique et de conflits armés n’empêchent pourtant pas l’émergence de modes. De nouveaux marchés s’ouvrent et offrent de riches opportunités aux artistes et artisans pour diversifier et élargir leurs créations.
La période révolutionnaire a souvent été considérée comme un temps de rupture, en particulier dans le domaine du luxe dont elle remet en cause les fondements. Il s’agira ici, au contraire, de l’envisager dans sa continuité, à la jonction des XVIIIe et XIXe siècles. La reprise de la production des objets de luxe s’observant dès le Directoire et s’épanouissant avec l’Empire, les mutations de la société et du travail posent la question du développement de nouveaux paradigmes. À quels évènements et à quels changements les manufactures d’État, les ateliers de renom ainsi que les producteurs régionaux doivent-ils faire face entre l’Ancien Régime et la Restauration des Bourbons ? De quelle manière les artistes et les artisans réussissent-ils – ou échouent-ils – à s’adapter ? Mais aussi comment, de ces situations complexes, émergent les facteurs mêmes d’une évolution possible d’un secteur en processus d’industrialisation ?
Le présent colloque entend faire le point sur cette période charnière de l’histoire des arts décoratifs en France, l’objectif étant de mieux comprendre comment, au sein d’une actualité foisonnante, porteuse de transformations, ont fonctionné des ateliers et des manufactures établis à Paris et sur l’ensemble du territoire français.  Pluridisciplinaire, croisant en particulier l’histoire de l’art, l’histoire sociale, l’histoire économique, l’histoire culturelle et l’histoire des techniques, le colloque cherchera autant à affiner la périodisation de son sujet d’étude qu’à fournir les clefs de lecture d’une analyse plurielle des objets, en complément d’une approche stylistique déjà éprouvée.

PROGRAMME

Vendredi 13 juin

Institut national d’histoire de l’art, salle Giorgio Vasari

9h00 Accueil par Philippe Sénéchal (INHA, Paris)

Organiser les ateliers et les manufactures. Présidence de séance : Odile Nouvel (musée des Arts décoratifs, Paris)

  • 9h10 David Celetti (université de Padoue), Filer le luxe. Manufactures, ateliers et travail domestiques à l’aube de l’industrialisation
  • 9h30 Stéphane Piques (université Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA, UMR 5136), L’organisation de la production dans l’industrie céramique sous la Révolution : l’exemple du territoire industriel de Martres-Tolosane (Haute-Garonne)
  • 9h50 Élodie Voillot (université Paris Ouest Nanterre La Défense, INHA, Paris), Des canons aux statuettes. L’industrie du bronze au tournant du XIXe siècle

10h10 Pause

  • 10h50 Camilla Murgia (université d’Oxford),The Elusive Link: Fine Arts and Industry Exhibitions under the Consulate and the Empire
  • 11h10 Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré, CNRS-EHESS-MNHN, Paris), Le luxe sous l’Empire. Entre pénurie de matières premières et recherche de substituts

11h30 Discussion

12h30 Pause

Créer de nouveaux objets et de nouveaux styles. Présidence de séance : Patrick Verley (université de Genève)

  • 14h00 Piedade Da Silveira, Michelle Sapori (Paris), Louis-Hyppolite Leroy et son atelier de modes de 1793 à 1815
  • 14h20 Marie-Agnès Dequidt (université Paris-Est Créteil), Horlogerie et Révolution : continuer à tourner dans un monde en bouleversement, 1789-1815
  • 14h40 Bernard Jacqué (musée du papier peint de Rixheim), Des décors de luxe en papier peint pendant la Révolution française

15h00 Pause

15h40 Justin Beaugrand-Fortunel (École Pratique des Hautes Études, Paris), Le mobilier de campagne de Napoléon Ier. L’artisanat au service de l’Empereur

16h00 Discussion

Samedi 14 juin

Centre allemand d’histoire de l’art, salle Julius Meier-Graefe

9h15 Accueil par Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris)

  • 9h30 Un double bilan historiographique en histoire de l’art et en histoire, par Philippe Bordes (université Lumière Lyon 2, LARHRA, UMR 5190) et Anne Perrin Khelissa (université Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA, UMR 5136) – Jean-François Belhoste (École Pratique des Hautes Études, Paris) et Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2, LARHRA, UMR 5190)

Diffuser et promouvoir la production à l’international. Présidence de séance : Anne Dion-Tenenbaum (musée du Louvre, Paris)

  • 10h00 Valeria Mirra (Archives du Moderne de Mendrisio, université de la Suisse italienne), Labor omnia vincit. La Manufacture Piranesi de vases et ornements en terre cuite de Mortefontaine
  • 10h20 Ludmila Budrina (musée des Beaux-Arts d’Ekaterinburg), Lapidaires parisiens aux services de Nicolas Demidoff : la collection des objets en bronze doré et malachite avec des mosaïques en reliefs des pierres dures réalisés par Thomire

10h40 Pause

  • 11h20 Hans Ottomeyer (Munich), Innovation by Design as Strategy for Luxury Goods
  • 11h40 Iris Moon (Sterling and Francine Clark Art Institute in Williamstown),The Immutable Décor :Revolutionary Aesthetics and Material Transformations in Interior Decoration at the Cabinet de platine, ca. 1800

12h00 Discussion

LIEUX

Institut national d’histoire de l’art
2, rueVivienne – Accès : 6, rue des Petits-Champs – Paris 2e
Métro : Bourse, Palais-Royal/Musée du Louvre,

http://www.inha.fr

Centre allemand d’histoire de l’art
Deutsches Forum für Kunstgeschichte
Hôtel Lully, Salle Julius Meier-Graefe
45, rue des Petits-Champs – Paris 1er
Métro : Palais-Royal/Musée du Louvre,Quatre-Septembre ou Pyramides – http://www.dtforum.org

Lieux

  • INHA | Centre allemand d'histoire de l'art - 2 rue Vivienne | 45 rue des Petits-Champs
    Paris, France (75002 | 75001)

Dates

  • vendredi 13 juin 2014
  • samedi 14 juin 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • art décoratif, manufacture, Révolution Française, Premier Empire

Contacts

  • Allison Huetz
    courriel : alison [dot] huetz [at] inha [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Allison Huetz
    courriel : alison [dot] huetz [at] inha [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les progrès de l’industrie perfectionnée », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 05 juin 2014, http://calenda.org/287442