AccueilJe, tu, il(s)

Je, tu, il(s)

Engagement dans le terrain et pratiques d’écriture en sciences humaines et sociales

*  *  *

Publié le lundi 16 juin 2014 par João Fernandes

Résumé

Issue d'un collectif pluridisciplinaire de jeunes chercheurs membres de trois laboratoires (CIAPHS, CREAD et ESO) de l'école doctorale SHS de l'université Rennes 2, cette journée d'étude traitera des questions de l'engagement dans le terrain et de l'écriture de recherche, notamment dans le cadre de la thèse. Elle a pour vocation de réunir les jeunes chercheurs autour de ces préoccupations et questionnements partagés et résolument interdisciplinaires. En effet, chaque chercheur, quel que soit son ancrage disciplinaire, est confronté à des interrogations, à des doutes, voire à des « blocages », lorsqu'il se plie à l'exercice académique de la description, de l'analyse et de la restitution du travail de terrain. Les échanges, intégrant des doctorants et de jeunes docteurs invités à partager leurs expériences, visent donc à confronter les méthodologies employées, ainsi que les bases théoriques et bibliographiques, afin d'alimenter les réflexions et d'aider à la poursuite de la recherche.

Annonce

Argumentaire

Textes, paroles, images, odeurs, sensations et émotions sont éprouvés par les chercheurs sur leur terrain et font partie intégrante du processus de recherche. Puis, vient le temps de l'exercice académique : écrire, rendre compte, organiser, analyser, réécrire pour la communauté  scientifique. Les questions épistémologiques et éthiques que soulève ce passage à l'écriture peuvent parfois bloquer le jeune chercheur (Perrot & Soudière, 1994).

Effectivement, les rapports entre l'engagement sur le terrain et l'écriture sont porteurs d'enjeux et de positionnements forts pour le doctorant révélés dans le style d'écriture (Jay, 1998 ; Barthelemy, 1998). Le chercheur se trouve alors confronté aux mêmes questions qu'un écrivain lorsqu'il tente, à la manière de Geertz (1998), de décrire avec finesse une situation ou un personnage. Ainsi, des ethnologues se sont interrogés sur les  rapports entre la littérature et l'ethnographie. L'écriture doit fournir une médiation entre l'expérience vécue, parfois en langue étrangère, différentes perspectives de réalité et l'exigence de produire un texte qui réponde aux normes académiques (Bonoli, 2006). Pour d'autres, l'écriture scientifique doit être plus neutre et objective, ce qui peut se traduire par un « gommage » des marques d'énonciation. Enfin, à la manière de Goody (1979), l'écriture peut également être considérée comme « une technologie intellectuelle ».

Dans l'écriture, comment prendre en compte cette tension entre l'engagement dans le terrain et l'exercice académique de la thèse, avec ses enjeux de connaissance, de reconnaissance et d'éthique qui dépassent les clivages disciplinaires ?

Chaque discipline tente de répondre à cette tension suivant une palette de pratiques d'écriture. Dans une perspective résolument  interdisciplinaire, cette journée d’étude a vocation à ouvrir un espace d’échange et de dialogue entre jeunes chercheurs engagés dans l'expérience de l’écriture, et notamment  celle du terrain, dans le cadre contraint de la thèse.

Comment (d)écrire la place et la posture que l’on occupe dans les mondes sociaux étudiés ? Comment (d)écrire les rencontres que l’on y fait ? Comment (d)écrire les étapes du processus de recherche ? Née d’interrogations a priori simples telles que l’usage du « je » et l’anonymisation des enquêtés, cette journée ne promet pas d’apporter des réponses, mais elle se veut un espace de partage et de confrontation entre les bricolages mis en œuvre par des jeunes chercheurs en sciences de l’éducation, sociologie, géographie, psychologie, etc.

Axes thématiques

La journée se déroulera autour de deux axes : 

 1.      Neutralité engagée : engagement dans le terrain et objectivation scientifique

Le premier axe concerne l’écriture du terrain dans la perspective de l’explicitation de la place négociée qu’occupe le chercheur dans le monde enquêté (Sardan, 2008). Cette écriture, largement descriptive et narrative, peut se faire militante quand le « prendre part » de l’observation participante, par exemple, engage le chercheur à prendre partie. A d’autres moments, l’écriture devient un dispositif d’objectivation et de distanciation qui permet de cheminer vers la conceptualisation. Comment, dès lors, concilier ces différents registres d’écriture dans l’exercice académique que représente la thèse ? 

 2.      Qu’est-ce que l’anonymat ? Mise en scène des enquêtés, préoccupations éthiques et méthodologiques

Le deuxième axe concerne la description des personnes rencontrées et de leurs parcours. L’acceptation de l’entretien autorise-t-elle le chercheur à réutiliser l’ensemble des informations recueillies sur le parcours de la personne ? Les confidences reçues dans le quotidien partagé ne sont-elles pas plus adressées à la personne singulière qu’au chercheur ? Les bribes de dialogues saisies peuvent-elles être réutilisées ? Comment et à quelles conditions ? Dans le même temps, la question de l’anonymat peut être renversée quand la personne rencontrée utilise la relation d’enquête comme une manière de se rendre visible au monde. 

Enfin, l’écriture constitue-t-elle toujours la seule et la meilleure manière de mettre en scène, de restituer et de donner à voir les données du terrain ? Au-delà de la journée, et notamment dans la valorisation des échanges auxquels elle donnera lieu, nous proposons d’expérimenter d’autres manières de restituer les travaux scientifiques. 

Bibliographie

  • Barthelemy, T. (1998). Notes sur l’écriture monographique. Journal des Anthropologues, (75), 31-43.
  • Bonoli, L. (2006). Écrire et lire les cultures : l’ethnographie, une réponse littéraire à un défi scientifique.
  • Jay, M. (1998).  Sur l’écriture en sciences humaines », Journal des anthropologues, 75, 109-128 
  • Geertz, C. (1998). La description dense. Enquête, 6, 73‑105.
  • Goody, J. (1978). La raison graphique: la domestication de la pensée sauvage. (J. Bazin & A. Bensa, Trad.). Paris : Les Éditions de Minuit.
  • Soudière, M. de la, & Perrot, M. (1994). L’écriture des sciences de l’homme : enjeux. Communications, 58 (1), 5‑21.
  • Sardan, J.-P. O. de (2008). La rigueur du qualitatif. Louvain-La-Neuve : Academia-Bruylant. 

Programme 

8h45     Accueil
9h15     Introduction 

  • Neutralité engagée : engagement dans le terrain et objectivation scientifique

9h30     Enquêter auprès d’adolescents : de la rencontre au portrait

  • Dans le cadre d’une enquête ethnographique sur les pratiques d’écriture contemporaines des adolescents, Elisabeth Schneider questionne l’enjeu de l’écriture du chercheur., Elisabeth Schneider, docteure en géographie, ESO, Univ.de Caen

Discutant : Tristan Stohellou, doctorant en sociologie, CIAPHS, Univ. Rennes 2

10h15     L’enquête en anthropologie au regard du genre, de l’âge, de la classe et de la « race »

  • En questionnant, par un retour réflexif, l’influence de l’identité sociale des chercheurs sur le déroulement de leurs enquêtes, Hélène Nicolas montre l’importance de se situer pour la pratique de l’observation participante., Hélène Nicolas, docteure en anthropologie, ATER Univ. Rennes 2, CIAPHS

Discutante : Pauline Dziedziczak, doctorante en sociologie, CIAPHS, Univ. Rennes 2

Pause

11h20     Décrire les interactions : ce que masque et crée la restitution écrite

  • À partir d’exemples issus de ses travaux de terrain, Baptiste Brossard s’interroge sur les processus mis en œuvre lors de la retranscription d’une observation., Baptiste Brossard, post-doctorant Centre Maurice Halbwachs

Discutante : Caroline Le Boucher, doctorante en sciences de l’éducation, CREAD, Univ. Rennes 2 

 Déjeuner Libre 

  • Qu’est-ce que l’anonymat ? Mise en scène des enquêtés, préoccupations éthiques et méthodologiques

13h45     Enquêter sur la construction des catégories d’action publique : le cas des « jeunes en errance »

  • Si les ethnologues ont pour habitude de décortiquer la démarche empirique, l’analyse des politiques publiques le fait peu. Céline Rothé analyse les conditions de l’enquête dans leur impact sur l’écriture et les orientations analytiques., Céline Rothé, docteure en sciences politiques, ingénieure de recherche EHESP

Discutante : Marianne Trainoir, doctorante en sciences de l’éducation, CREAD, Univ. Rennes 2

14h30     Réflexions éthiques et méthodologiques sur les recherches doctorales en CIFRE

  • La CIFRE est une convention qui, dans une certaine mesure, "tiraille" le doctorant selon les attentes des acteurs engagés. Les intervenants proposent de questionner la posture du chercheur dans l'exercice de son travail à travers les aspects relationnel, méthodologique et éthique., Pauline Dziedziczak, doctorante en sociologie, CIAPHS et Simon Mallard, doctorant en sciences de l’éducation, CREAD, Univ. Rennes 2

Discutant : Mickaël Le Mentec, docteur en sciences de l’éducation, ingénieur de recherche CREAD-ESO, Univ. Rennes 2

15h15     Vidéo contemporaine et processus d’enquête, entre exposition et dissimulation

  • Ophélie Naessens interroge le rapport entre les pratiques artistiques contemporaines et les méthodologies d’entretien en SHS et montre comment les artistes offrent des potentialités nouvelles à l’entretien « classique ». , Ophélie Naessens, docteure en arts plastiques, APP, Univ. Rennes 2

Discutante : Caroline Guittet, doctorante en géographie sociale, ESO, Univ. Rennes 2

Pause

16h30     Table ronde conclusive

Réactions et débat avec Françoise Bréant (psychologue clinicienne, MCF en sciences de l’éducation, Univ. Rennes 2) et Rachele Borghi (activiste et militante Queer, MCF en géographie, Univ. Paris 4)

Modérateurs : Mickaël Le Mentec et Simon Mallard

17h30     Bilan de la journée

Apéritif convivial 

Comité scientifique

  • Albero Brigitte, Professeur des universités en sciences de l’éducation, CREAD, Université Rennes 2
  • Bréant Françoise, Maître de Conférences HDR en sciences de l’Education, CREAD, Université Rennes 2
  • Dartiguenave Jean-Yves, Professeur des universités en sociologie, CIAPHS, Université Rennes 2
  •  Depeau Sandrine, Chercheuse au CNRS en psychologie environnementale, ESO, Université Rennes 2
  • Dziedziczak Pauline, Doctorante en sociologie, CIAPHS, Université Rennes 2

  • Eneau Jérôme, Maître de Conférences HDR en sciences de l’éducation, CREAD, Université Rennes 2

  • Frances Jean, Docteur en sociologie, GSPR, Ecole de Hautes Etudes en Sciences Sociales
  • Gueudet Ghislaine, Professeur des universités en sciences de l’éducation, CREAD, Université Bretagne Occidentale

  • Guittet Caroline, Doctorante en géographie sociale, ESO, Université Rennes 2

  • Hellier Emmanuelle, Professeur des universités en géographie, ESO, Université Rennes 2

  • Le Boucher Caroline, Doctorante en sciences de l’éducation, CREAD, Université Rennes 2
  • Le Mentec Mickaël, Docteur en sciences de l’Education, CREAD, Université Rennes 2
  • Mallard Simon, Doctorant en sciences de l’éducation, CREAD, Université Rennes 2

  • Roby Catherine, Doctorante en sciences de l’éducation, CREAD, Université Rennes 2
  • Rouillard Rozenn, Docteure en sciences de l’Education, CREAD, Université Rennes 2
  • Stohellou Tristan, Doctorant en sociologie, CIAPHS, Université Rennes 2

  • Trainoir Marianne, Doctorante sciences de l’éducation, CREAD, Université Rennes 2 

Comité d'organisation

  • Dziedziczak Pauline, Doctorante en sociologie, CIAPHS, Université Rennes 2

  • Guittet Caroline, Doctorante en géographie sociale, ESO, Université Rennes 2

  • Le Boucher Caroline, Doctorante en sciences de l’éducation, CREAD, Université Rennes 2
  • Le Mentec Mickaël, Docteur en sciences de l’Education, CREAD, Université Rennes 2
  • Mallard Simon, Doctorant en sciences de l’éducation, CREAD, Université Rennes 2
  • Stohellou Tristan, Doctorant en sociologie, CIAPHS, Université Rennes 2

  • Trainoir Marianne, Doctorante sciences de l’éducation, CREAD, Université Rennes 2

Informations complémentaires

 Lieu et date :

Université Rennes 2 - Campus Villejean, Place du recteur Henri Le Moal 35000 Rennes
Amphitéâtre E3
Mardi 17 juin 2014

Accès :

Métro : Station Villejean-Université.
Bus : Ligne 4 (arrêt Université ou Villejean-Université). D'autres lignes desservent également l'Université. Consultez les horaires des métros et des bus

Inscription et information :

Pour de plus amples informations, nous vous invitons à consulter le site de la journée d'étude : jeshs2014.sciencesconf.org

Gratuit - inscription souhaitée sur le site, ou bien par mail à l'adresse je.shs.2014 at gmail.com

Lieux

  • Amphitéâtre E3, Université Rennes 2, Campus Villejean - Place du recteur Henri Le Moal
    Rennes, France (35)

Dates

  • mardi 17 juin 2014

Mots-clés

  • terrain, écriture, méthodologie, technique d'enquête, anonymat, sciences humaines et sociales, interdisciplinarité

Contacts

  • le comité d'organisation
    courriel : je [dot] shs [dot] 2014 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • journée d'études Comité d'organisation
    courriel : je [dot] shs [dot] 2014 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Je, tu, il(s) », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 16 juin 2014, http://calenda.org/287857